Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Derniers sujets
»  nouvelle extention
Mar 3 Oct - 21:58 par Delphinéa

» Laria La Bellisima
Dim 1 Oct - 18:34 par Morcus

» annonce générale: discord
Mer 23 Aoû - 16:10 par Delphinéa

» débuter sur GW
Sam 12 Aoû - 14:59 par Delphinéa

» recettes forge mystique
Sam 8 Juil - 14:27 par Delphinéa

» l'épisode 4, suite de l'histoire
Mar 31 Jan - 20:12 par Delphinéa

» Charte de guilde
Mer 10 Aoû - 7:17 par calanderia

» Brace yourself, summer is coming
Jeu 14 Juil - 13:25 par Elven Yerold

» Dans l'ombre du conseil ...
Jeu 7 Juil - 20:57 par Tanja Patte Blanche

Sondage

Êtes-vous favorable à ce que Narm, Tanja et Pattou deviennent membres du nouveau Conseil ?

89% 89% [ 8 ]
11% 11% [ 1 ]

Total des votes : 9


" Les Rugissements de Gendarran"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

" Les Rugissements de Gendarran"

Message par The Verot le Mer 12 Aoû - 19:32

" Les Rugissements de Gendarran"


Chapitre 1


Spoiler:
Oyez oyez, gentes dames et damoiseaux,

Je vais vous conter l’histoire on ne peut plus vivante du clan « Verot ».
Cette lignée commença il y a de cela +/- 250 ans avec la célèbre « Arachna Verot ».
Elle fit partie des troupes qui repoussèrent les avancées charrs et mortes vivantes
sur la Kryte. Suite à ces guerres, elle fut, malgré elle, le porte étendard d’un groupe de mercenaires venus chercher fortune.
Les années passèrent et la lignée « Verot » était toujours présente, surveillant les frontières. Mais suite au réveil des dragons,
les pertes furent lourdes et nombreux périrent. Les survivants de ces menaces trouvèrent refuge à Noirfaucon.

Parmi ceux-ci, « Leucosia » la dernière descendante des « Verot » qui dirige le clan. A l’heure actuelle, elle est comme on pourrait dire « une main de fer dans un gant de velours ». Selon la légende, elle serait l’engeance d’un humain et d’une sirène. Peu de monde a pu l’apercevoir depuis son exil à Noirfaucon.

Parmi ces membres, on peut compter « Xandros » son bras droit, un sylvaris taciturne ; « Sigvald » le confesseur, un norn souvent d’humeur joviale ; « Flint » l’homme des basses tâches ou délicate ; « Flava » l’humaine écervelée et distraite mais amie proche de Leucosia ; « Azenor » petite sœur de Sigvald, farouche guerrière norn ; «Qwark » l’érudit, l’asura maître des éléments ; « Récina » la poudre et les armes à feu est son domaine et le dernier à avoir rejoints le groupe « Ocelot » le charr, parcourant inlassablement les mondes en guerre.

Au fur et a mesure que le temps passait, Leucosia se rendit compte que les forces ne feraient que pâle figure face au chaos qui se déchainait un peu partout en Tyrie. Suite à de nombreux palabres, sa décision fut d’envoyer Xandros à travers la Tyrie pour trouver des renforts, une alliance, des troupes ou quoi que ce soit qui pourrait faire pencher la balance en leur faveur.

Après de nombreuses recherches, ayant sillonné toute la contrée, désespéré Xandros alla se dessécher la gorge dans une des gargotes du port à l’arche du lion. Laissant trainer son oreille comme d’habitude, il surprit une conversation entre deux individus accoudés à une table, un norn au chapeau ridicule et un sylvaris. Il se glissa en douceur près de la table des deux comparses et entendit ces quelques mots « Pacte….Ombres…mission »,

Peu de temps après, les individus en question se levèrent de table et se dirigèrent vers la sortie. Xandros se dépêcha de terminer son verre, paya et emboîta le pas de ceux-ci. Il les suivit pendant un bon moment dans les ruelles de l’arche. Le soir tombait peu à peu, arrivé à un croissement, ils prirent la petite ruelle de droite qui terminait en cul de sac.
Xandros ce cacha d’un point où il pouvait les observer. Les deux comparses scrutèrent les environs, les yeux grands ouverts et l’oreille au aguets. Après vérifications qu’il n’y avait personne dans les environs, une panthère blanche et un chien des fougères apparurent à leurs cotés. Notre ami dû calmer « Ombre » son loup qui l’accompagnait, depuis quelques années, qui s’agita à la vue des autres familiers.

Nos compères le norn et le sylvaris frappèrent à une porte. Celle-ci s’entrouvrit pour faire apparaître quatre malandrins. Le sylvaris s’adressa au plus petit du groupe. De là où Xandros était, il ne pouvait comprendre leurs paroles et il ne voulu pas trop s’approcher de peur de se faire apercevoir et les deux familliers n’arrangeraient pas les choses mais le ton haussa d’un cran, l’instinct lui dit que cela allait mal tourner.
Tout s’enchaîna très vite, les malandrins sortirent leurs armes et se jetèrent sur les deux comparses, Sur cet entrefaite, un Ogre et une hyène à l’aspect hideux sortirent par de la maison. Le norn fort comme un bœuf n’ayant pas eu le temps de sortir ses armes tenait à bout de bras, un des malandrins lui écrasant la carotide rien qu’avec ses mains. Le sylvaris rapide comme le vent, dagues et épée à la main se tenait debout droit comme un I. A ses pieds, agenouillé un des individus tenait ses tripes en mains, le ventre grand ouvert, s’écroula dans une marre de sang. Les deux familiers étaient occupés à terminer leur proie dans un coin de la ruelle.

Il ne restait plus que le meneur du groupe, l’ogre et la hyène. Rapide et vif, Xandros ayant déjà sorti son arc, décocha deux flèches à la vitesse de l’éclair. La première alla se loger dans la cage thoracique du meneur qui s’écroula sous la force de l’impact. La deuxième flèche suivant peu de temps après, mis fin à l’existence de ce dernier en venant se loger dans l’œil droit.

L’ogre s’étant déjà jeté à l’assaut, d’un grand coup de masse envoya valdinguez, les deux familiers comme des fétus de paille. « Ombre » le loup se tenait perché sur la hyène se débattant avec rage. L’ogre fit volte face et fonça en direction du norn et du sylvaris. Ceux-ci n’étant pas des novices se jetaient à l’assaut, en quelques secondes l’ogre se retrouva à terre.

Le sylvaris lui ayant coupé les tendons des deux jambes, la troisième flèche de Xandros ayant atteint le biceps privant l’ogre de son bras, tenant sa massue et le norn au chapeau ridicule ayant enfoncé sa hache bien profondément dans le crâne de celui-ci.

Toujours l’arme aux poings, nos deux comparses se retournaient pour voir d’où venait ces flèches. Xandros sortit de sa cachette rejoint par son loup, « Bien le bonsoir messieurs » leur jeta celui-ci, « les nuits sont fraîches par ici » lui répondit le sylvaris le sourire aux lèvres.
« Ne traînons pas dans le coin, le bruit de leurs cris ont dû alerter des séraphins » dit le norn en ramassant ses affaires.

Nos trois comparses s’éloignèrent vite fait, laissant les corps sans vie et baignant dans le sang derrière eux. Ils sortirent de la ville et se dirigèrent vers la rivière qui était proche. Là, ils se rafraîchir et le norn fit un feu de camps. Ils s’assirent autour. Xandros sortit une grosse miche de pain, morceau de viandes séchées, quelques herbes et une gourde de vin. Les familiers montant la garde, ils purent se détendre un peu.

« Au fait, nous n’avons pas été présentés. Mon ami, ici présent, se nomme Bjorn et moi, Owe. » dit le sylvaris sur un ton cordial. « Xandros » lui répondit notre ami sur le même ton.
« Merci de ton aide dans la ruelle Xandros »
« Se fut un plaisir Owe. » le sourire au coin des lèvres.
Bjorn, déjà la bouche pleine, ne dit mot, trop content de savourer le repas. Owen se dit que peut-être Xandros pourrait les aider et il lui raconta son histoire.
« Ecoute, nous montons un groupe pour nous rendre dans les catacombes d’Ascalon, afin d’y récupérer un objet. Les hommes que tu as vus dans la ruelle étaient censés nous guider à travers les catacombes mais voilà, ils n’étaient pas fiables « Bjorn éclata de rire la bouche pleine.

Xandros leurs raconta alors son histoire et pendant toute la nuit, ils discutèrent. Il en apprit beaucoup sur le pacte des ombres, leur histoire, leur fuite et se dis qu’après tout, il avait peut- être trouvé l’aide dont le clan « Verot » avait besoin mais pour cela, il fallait encore leurs prouver que le clan était digne de confiance.

Chapitre 2


Spoiler:
Au petit matin, notre groupe se rendit en ville. Xandros envoya un messager à Noirfaucon pour avertir Leucosia de son entrevue avec les ombres. Celle-ci envoya « Sigvald » les aider.
La présentation faite, ils se dirigèrent vers les catacombes. Sigvald ayant souvent combattu dans ceux-ci connaissait bien l’endroit. Un troisième membre des ombres les rejoignit.

Celle-ci ce nommait Améaliane. Vu sa tenue et l’espadon qui pendait dans son dos, nul doute cette humaine était une guerrière. Son espadon faisait presque deux fois sa taille se dit Xandros,. D’ailleurs, sigvald ne mit pas longtemps à lui faire la remarque
« par l’esprit du corbeau, ne vas-tu pas te prendre les pieds dans une si longue épée ?? » lui assenant une solide tape sur l’épaule. La guerrière ne bougea pas d’un poil sous l’effet du coup « amical » et lui répondit par un « grrrrrrr » partant d’un rire gras Sigvald dit « et pas très causante je vois !! »

Notre petit groupe s’enfonça dans les ténèbres des catacombes. L’endroit était humide. Une odeur de champignons planait dans l’air. Sigvald ouvrait le groupe suivis de près par Bjorn et Amé. Derrière à quelques pas, Owe. et Xandros suivaient.
Owe. s’adressa à celui-ci « au fait, tu ne nous as même pas demandé ce que nous étions venus chercher ?? », Xandros le regarda du coin de l’œil et dit « Non, cela ne nous regarde pas mais je suppose que vous avez une bonne raison de descendre dans cet endroit » Gwen sourit et répondit « effectivement Xandros, effectivement ».
Le premier danger rencontré sur leur chemin fut la reine araignée. Ils se groupèrent en bas d’un escalier près du mur. Bjorn et sa panthère s’élancèrent dans la salle, tous les deux beuglant à tue tête. L’araignée géante et ses sbires ne mirent pas longtemps à le repérer et s’élancèrent à sa poursuite , Bjorn fit volte face et se mit a courir pour les attirer vers notre petit groupe. Sa voix résonnait dans ces bas fonds « petits, petits, petits, venez chez papa !! »

L’araignée et ses complices tombèrent nez à nez avec notre petit groupe. Une avalanche de coup tomba sur ceux-ci. On pouvait assister à une valse d’épées, d’espadons, de haches, de crocs et griffes, sans compter les soins prodigués par sigvald. Les plus petites créatures étaient déjà mortes.

Il ne restait que la reine mais en très mauvais état. Dans un ultime assaut, celle-ci cracha un liquide vert et poisseux en direction de nos amis. Ils eurent juste le temps de s’écarter mais quelques gouttes de l’amas gluant toucha le flanc de la guerrière. En quelques secondes, l’armure de celle-ci commença à se désagréger. Elle sentit une brulure à cet endroit mais ni fit pas attention et chargea lui enfonçant son espadon au milieu de ses multiples yeux, dans un bruit immonde la créature s’écroula.

Sigval se dirigea vers la guerrière et constata qu’un trou gros comme son poing s’était formé à l’endroit où le liquide l’avait touché
« une chance que tu portes du métal, si ce n’etait pas le cas, j’aurais dû mettre tes tripes dans un sac » la guerrière sur un ton sarcastique lui dit
« tu appelles cela une chance ?? Sais-tu combien cette armure m’a coutée ?? »
Sigvald eut un petit rire - « tu me plais bien humaine » lui répondit celui-ci
Ils continuèrent leur chemin, rencontraient par-ci, par-là, de petit groupes de créatures qui ne faisaient pas le poids face à nos amis. Arrivé au pied d’un immense escalier, le groupe s’arrêta
et Sigval parla :
« Ici mes amis, il faudra bien faire attention, car là haut se trouve un revenant pas très commode » il avait à peine terminé sa phrase que Bjorn et Owe. étaient déjà partis à la rencontre de cet esprit, incorrigibles ces deux-là se dit Xandros haussant les sourcils.

Arrivés en haut de l’escalier, ils se cachèrent derrière la rangée de colonnes qui s’offrait à eux et inspectèrent la pièce ovale dans laquelle, ils se trouvaient. Au centre de celle-ci, ils aperçurent trois esprits immobiles. L’un d’eux était plus massif, plus grand et son armement spectral était plus élaboré.

« C’est lui dont je vous parlais « chuchota Sigvald en montrant la créature du doigt « quelle tactique emplois t’on ? » Sur cet entrefaite Bjorn s’était glissé une colonne plus loin là ou était tombé une partie du plafond qui faisait un rempart naturel et il lançait des pierres sur ‘un des spectres.
- «Mais que fait il?? » s’écria Amé.
- « Bah tu le vois bien, il lance des pierres » répondis Owe. sur un ton amusé.

L’esprit se dirigea dangereusement vers Bjorn, Amé chargea l’espadon brandit, Sigval rejoignis Bjorn a petite foulée. Tandis ce que Xandros et Owe. avaient déjà encoché leurs flèches, le spectre tomba rapidement mais c’était sans compté l’arrivé du second esprit qui incanta un sort de nécromancie et toucha de plein fouet l’endroit ou était positionner Bjorn, Sigvald et Amé.

La guerrière eu le temps de s’échapper, les deux autres n’ures pas cette chance, un nuage empoisonné nimbait la zone, Bjorn et Sigval commencèrent à suffoqué, cherchant a tâtons le gardien sorti son grimoire et incanta a son tour, une lumière bleutée apparu et absorba le poison rendant a nouveau la zone respirable.

Les deux rodeurs positionné plus loin voyant la scène décochèrent leurs flèches criblant le nécromant comme un pelote d’épingles , celui-ci s’évapora dans un cri lugubre, mais cela attira le champion éthéré, qui les chargea dans un tourbillons de lames , cet attaque avait pour effet d’attirer ses ennemis prés de lui a portée de son épée et de sa dague , Amé et les trois familiers furent pris dans cette vague.

Sonnée, Amé reçu une estafilade au visage évitant de justesse la dague spectrale, de son autre main le spectre tenant son épée entailla le flanc de la panthère blanche un flot de sang jailli sur son pelage, les deux autres familiers rebondir bien plus loin dans les décombres, un cri bestial retenti dans la pièce.

C’était Bjorn, voyant la mort de sa panthère approché a grand pas, hurla et chargea la hache et sa dague brandies, suivi de près par ses acolytes, arrivé au contact sigvald incanta un bouclier protégeant Amé et la panthère se qui sauva l’animal d’un coup fatal et par la même occasion aida Amé a se relevée, entre temps Owe., Xandros et Bjorn déversèrent une pluie de coups, aucuns être vivant n’aurait pu survivre a de telles attaques.

Des volutes spectrale s’échappèrent du champion, ce qui était bon signe, nos amis continuèrent de plus belle, rejoints par Amé qui avait récupéré ses esprits, Sigvald incanta des sorts de protections et de soins, après vingt minutes de combat acharné qui paru une être une éternité pour nos amis, le champion s’évapora dans les limbes et tous tombèrent sur le sol d’épuisement.

Les trois rodeurs se dirigèrent vers leurs familiers respectif, Sigvald se dirigea vers la panthère, Bjorn tenait dans ses bras l’animal, elle avait une vilaine blessure sur le flanc.
- « Maudit spectre, même mes onguents ne ferons pas d’effets sur une telle blessure » dis a haute voix Bjorn.
Le gardien apposa les mains sur le flanc de l’animal et incanta, une aura bleutée jailli de ses mains se déposant doucement sur la blessure, au fur et à mesure la plaie se refermait. - « Malheureusement c’est tout se que je peux faire pour le moment, elle aura besoin de tes soins et de repos, mais elle survivra » chuchota sigvald le sourire aux lèvres.

Xandros et Owe. revenaient leurs familiers a leurs cotés, « Ombre » le loup, boitait méchamment, mais ils étaient sains et sauf, Amé pris la parole
- « Ne restons pas ici, le champion risque de revenir et il ne sera pas seul je le crains »
Ils acquiesçairent, le petit groupe se remis en route, Bjorn portant sa panthère.
- « Ici l’endroit à l’air sur, nous allons pouvoir nous reposer un instant » dis Owe. a l’attention de ses compagnons, Sigvald en profita pour soignée l’estafilade d’Amé et de voir l’état de la blessure de la panthère.
Celle-ci dormait déjà à point fermé, surement sous l’effet des onguents appliqué par les soins de Bjorn.

- « Ils vaudraient mieux laisser vos familiers ici, le loup et la panthère sont en mauvais état, l’endroit est tranquille et nous les récupéreront à notre retour » conseilla Sigvald.
Ils étaient tous d’accord et se remirent en route, l’obscurité se faisait présente au plus ils avançaient dans les couloirs, ils eurent bientôt besoin de torches pour progresser sans trop de danger.

Chapitre 3


Spoiler:
Après plus d’une heure de marche et de petites escarmouches, ils arrivèrent à l’ endroit tant attendu, une immense salle remplies de colonnes formant des voutes au plafond, des morceaux de celui-ci jonchant le sol par ci par là, une odeur de chair putride flottait dans l’air, Ils découvrirent parmi ces décombres des restants humains, norns, et autres créatures trop putréfiés pour distinguer leur appartenance.

Ils étaient bien arrivé a destination, ils en étaient sur quand ils entendirent le cri perçant du gardien de ce tombeau « le patriarche » immense sépulturien gardant ces lieux, ils se mirent a couvert pour ne pas être repéré par la créature, de là ou ils étaient ils purent l’apercevoir,

- « Par Balthazar, il est énorme celui là !! « susurra Amé qui se cramponna à son espadon.
- « Bah pas beaucoup plus gros que Bjorn, a peu de chose prés » répondis Owe. toujours le sourire aux lèvres.
- « Non non non, lui il est gros, moi je suis enveloppé nuance !! » s’écria Bjorn dans un ricanement.
- « Sigvald, sais tu nous en dires plus à propos de cette créature ? » demanda Owe,
- « Humm, j’en ai entendu beaucoup, des plus farfelues aux plus horrible, alors allez savoir quel est le vrai du faux, la seule chose que je peux vous dire avec affirmation c’est de vous méfiez de son souffle, il balaierait une montagne » répondis Sigvald
- « j’aurais bien une idée !! « Renchérit Bjorn, ils se retournèrent tous pour l’écouter……..

Bjorn et Amé s’approchèrent à pas feutrés, leurs cœurs battaient la chamade au plus ils se rapprochaient de la créature,
- « es tu sur que ton idée soit la bonne ? » demanda amé
- « en as-tu une autre ? » répondis Bjorn, Amé s’arrêta un instant et réfléchis ‘
- « humm non, je ne vois pas », le norn ris dans sa barbe et dis
- « donc mon idée doit être la bonne », et ils continuèrent leur progression vers le patriarche.

Arriver à quelques mètres de la bête , ils s’arrêtèrent près a toute réaction de celle-ci……….elle ne broncha pas , agrippant son espadon fermement Amé ne su retenir son instinct de berserk plus longtemps et chargea , elle fit de grands moulinets avec son arme pour frapper la bête , sa lame ne fit que glisser sur les écailles de celle-ci , mais là fit enfin réagir , griffes sorties elle frappa en direction d’Amé , qui eu juste le temps de faire une roulade en direction de Bjorn.

Nos deux compères prirent la fuite, la bête hurlante à leurs trousses, ils coururent a se rompre le cœur, arriver prés d’une voute tombé du plafond ils ralentirent et passèrent en dessous et s’arrêtèrent a quelques pas de l’arche et firent face à leurs destins.

La bête hurlante et vociférante approchait a grand pas de Bjorn et d’Amé, elle n’était plus qu’a cinq mètres…..deux mètres……. Nos compères firent une esquive, le monstre percuta la voute avec son dos et fis tombé un pan de mur soutenant l’arche, le petit édifice s’écroula avec fracas sur celle-ci, nos amis bondirent tous de leurs cachette et se jetèrent dans le combat.

Ils frappèrent de toutes leurs force, mais rien n’y faire leurs lames et leurs flèches ricochèrent et rebondirent sur les écailles, en un instant un nuage de poussière s’éleva dans la pièce et la créature s’enfuit dans le sol.
- « Mais quelle est donc cette diablerie ??? « S’écria Amé désignant le trou ou la bête venait de disparaître.

- « Tous le monde sur ses gardes !! » prononça Xandros et la créature refis éruption dans un nuage de poussière, juste derrière Bjorn et Amé, balaient les airs de ses immenses griffes, celle-ci pris Amé de plein fouet, l’envoyant voltiger quelques mètres plus loin et elle alla s’écraser face sur un mur, nos compères entendirent son armure se disloquer sous l’impact malgré les cris strident de la bête……

Bjorn qui était tombé vers l’avant eu juste le temps d’entendre un claquement sec derrière
Lui, la mâchoire de la créature venait de se refermer déchirant les vêtements qu’il portait
, il détala quatre a quatre, ventre a terre et alla se refugier derrière une colonne pour reprendre ses esprits, la bête furieuse d’avoir perdu sa proie se retourna vers le corps inerte.

Et à toute vitesse, elle se dirigea vers Amé pour en faire son repas, mais c’était sans compter l’intervention de sigvald qui incanta, un mur se créa juste devant la bête, surprise celle-ci vins s’y fracassé de plein fouet, à peine sonné la bête reparti de plus belle a l’assaut,
Soufflant sur le mur qui explosa en milliers de fragments, mais cela permis a notre ami gardien d’atteindre le corps d’Amé,

Sigvald incanta ……une aura puissante se fit ressentir dans la salle, la concentration de celui-ci était si intense qu’il ne fit même pas attention a l’arriver de la bête, l’esprit du corbeau apparut dans une lumière bleutée aveuglante et engloba de ses ailes Sigvald et Amé formant ainsi un dôme protecteur.

Bjorn,Owe et Xandros n’étaient pas rester les bras croisés, ils déversèrent des pluies de flèches sur la bête, mais celles-ci n’eurent pas plus d’effet que des piqures de moustiques,
Xandros tendis la main pour prendre une flèche dans son carquois et …vide… plus de fleches
-« Mes amis, je pense que nous avons assez jouez avec elle, passons maintenant aux choses sérieuse » Bjorn et Owe. acquiescèrent.
Le patriarche étant habitué a l’obscurité, sous l’intensité de la lumière et de la chaleur qui émanait de l’apparition, il perdit la vue en un instant, furieux celui-ci martela le sol des ses pattes et griffant l’air pour éviscérer ce maudit gardien qui venait de le rendre aveugle, ses coups rebondirent sur le dôme et il frappa de plus belle fracassant tout se qui venait a sa portée et là…. il frappa plusieurs colonnes.

Des fragments de plafond tombèrent, la poussière s’éleva dans la salle, le sol se mit à trembler, il pleuvait maintenant des morceaux de gravats dans toute la salle, un bloc entier s’écrasa sur le dôme protecteur de Sigvald qui sous le choc commençait à s’ébrécher, il eu juste le temps de crier « LE VENTRE, VISEZ LE VENTRE !!! » avant d’être enseveli sous des monceaux de pierres.

Toujours aveugle le Sépulturien frappait dans le vide,
- « c’est le moment ! Je vais attirer son attention, soyez braves mes frères et remporter ce combat en honneur des hommes tombés en ce jour !! « et Bjorn parti a l’assaut des débris. .
Owe et Xandros se regardèrent, ils comprirent qu’ils ne sortiraient peut être pas vivant, ils n’eurent pas besoin de parlez et chargèrent a leur tour, Bjorn était occupé a escaladez des monticules de pierres pour enfin atteindre la hauteur de la tête du démon et se jeta dans le vide à l’assaut de celle-ci.

Bjorn atterri dans la nuque de la bête et planta sa dague et son épée sous les écailles , celle-ci hurla de fureur et se débâtit dans tout les sens, essayant d’agripper le norn qui s’était permis de le chevaucher comme un vulgaire lézard des montagnes , Owe et Xandros se déplacèrent a la vitesse du vent évitant chute de pierres et gravats , dansant dans la poussière ils atteignirent leur objectif .

Ils entendirent un cri , c’était Bjorn qui venait de se faire transpercer par une des griffes du monstre et il tomba…., nos deux compères rentrèrent en transe et entamèrent une vieille chanson sylvaris , les paroles de celle-ci leurs donnèrent vigueur , vitesse et fureur et ils lacérèrent le ventre de la bête , un flot de sang jaillit , la danse reprenait de plus belle les lames entamèrent la chair , les tripes du monstre ne mis pas longtemps a recouvrir les héros

Hurlant de douleur, le démon s’effondra enfin…..dans une marre de sang, de tripes et de poussières.
Les éboulements et les tremblements cessèrent peu à peu, les deux sylvaris se trouvaient maintenant genoux en terre dans un silence de mort, quand tout à coup une voix retentit
- « dites les légumes, quand vous aurez fini de prendre terre, vous pourriez venir m’aider s’il vous plait !! » c’était la voix de Bjorn.
- «Toujours vivant à ce que je vois « dis Owe penché au dessus de Bjorn.
- « Tu ne pensais quand même pas qu’un gros lézard allait avoir ma peau quand même !! » s’esclaffa Bjorn
- « aidez-moi plutôt à me débarrasser de ce gros morceau de pierre, qui m’empêche de vous mettre une raclée svp «
- « une raclée ?? » s’exclama Xandros « pourquoi ?? »
- « vous êtes lents, même ma grand-mère serait arrivé plus vite pour ouvrir le ventre de ce lézard » répondis Bjorn le sourire aux lèvres.

Nos trois amis se dirigèrent vers le monticule de pierre qui recouvrait les deux malheureux compères
- « Tu penses qu’ils sont…… » la voix de Bjorn s’estompais
- « Je ne sais pas, allons voir « dis Owe.
Ils commencèrent à déblayer les décombres, après quelques minutes de travail instance une parcelle de l’armure de Sigvald fut mis a jour, les fouilles reprirent de plus belle, ils découvrirent que le gardien avait protégé de son corps puissant la belle guerrière, aucuns des deux ne bougeaient, Xandros s’assit en tailleur à coté du gardien et lui murmura
-« Mon ami, penses tu que cette mort est assez honorable pour un Norn ?? »
Sigvald ouvrit un œil, toussa et râla

- « Amé, comment se porte Amé ?? » fut les premiers mots du gardien.
- « Elle vit, mais perd du sang de plusieurs blessures, j’ai fait ce que j’ai pu » dis Bjorn
- « Je pense avoir des cotes cassées, pouvez vous me passer mon grimoire dans mon sac à dos je vous prie ? « grogna Sigvald essayant de se redresser
Owe. s’affaira dans le sac du norn et en sorti un petit livre
- « celui-ci ? »
- « oui, merci » gratifia Sigvald.

Une aura bleutée entourait a pressant le gardien , après un bon moment celle-ci s’estompais , Sigvald tenta de se redresser , il grogna a nouveau mais su se mettre sur ses pieds et s’approcha d’Amé toujours inconsciente , il s’agenouilla près de celle-ci et plasmodia des paroles incompréhensible , même Bjorn avait du mal a le comprendre , « ce doit être un très ancien dialecte norn depuis longtemps oublié » ce dis celui-ci.

Une fumée froide et bleutée s’échappait de ses mains, celle-ci venait se déposée sur les blessures de l’humaine, le froid venait cautériser ses plaies.
- « bon, à ton tour « dis sigval en regardant l’épaule de Bjorn
Celui-ci, se laissa faire sans broncher, il n’eu pas la force de refuser

Xandros et Owen avaient entre temps préparé un petit feu avec le peu de bois qu’ils avaient trouvé parmi les décombres, cette chaleur était la bienvenue.
Ils se reposèrent ainsi une bonne petite heure, Owen pris la parole
- « Ils ne nous restent plus qu’a trouvé ce fichu objet et de mettre les voiles aux plus vite, il nous faut sortir Amé d’ici » Sigvald acquisa
- « Si vous nous dites se que vous cherchez, nous pourrions peut être vous aidez ? «
Dis Xandros en regardant Owen et Bjorn, ceux s’échangèrent un rapide coup d’œil.

« Alors voila, une personne dont je tairai le nom, non pas que je n’ai confiance en vous mais désirant garder l’anonymat, nous envois chercher une relique, celle-ci aurait l’aspect d’un livre recelant un bout d’os, sur ce dis livre sont gravé les initiales de Balthazar, d’autres questions ? » Répondis Owe toujours le sourire aux lèvres.
Ils se levèrent tous les quatre et se mirent a la recherche du grimoire, ils formèrent deux groupes Sigvald et Owen d’un coté et Xandros et Bjorn de l’autre, après un bon moment de recherche parmi les décombres, Xandros tomba par hasard sur un sac en jute accroché au flanc d’une créature qui ressemblais a un sylvaris, difficile a identifié vu l’état de décomposition avancée, avec précautions il entreprit d’ouvrir le sac, parmi les babioles se trouvait un livre, mais……….

- « Bjorn, voudrais tu venir ici un moment stp, je pense avoir trouvé quelque chose, mais si c’est votre livre, il va y avoir un souci « dis Xandros.
Bjorn se précipita à ses cotés et vit par lui-même ce que Xandros avait trouvé, effectivement c’était bien un livre, mais la couverture de celui-ci était faite en peau humaine et les initiales gravé dans la chair n’était pas Balthazar mais…….Primordius…….trop de point commun avec l’objet de leur quête.

Ils n’osèrent l’ouvrir, en évitant de le touché au maximum, ils le remirent dans son écrin et avec précaution Bjorn le mis dans son sac, tout deux rejoignirent leur campements de fortune
Et appelèrent Owen et Sigvald qui accourirent aussi vite.

- « Je vous assure les amis j’en reste pantois, j’ai été abusé autant que vous, mais pourquoi ne me suis-je pas aperçu de cette tromperie !!! « s’écriait Owen furieux
Xandros déposa sa main sur l’épaule de celui ci
- « nous te croyons Owen et je pense parler pour tout le monde, mais vu que nous sommes au courant de la nature de cet artefact, les personnes qui t’on engagé ne nous laisserons pas sortir vivant des catacombes je le crains «

- « Plus rien ne nous retiens ici, partons, Bjorn et moi-même nous nous occuperons de transporter Amé grâce au brancard de fortune que nous avons préparé, vous deux allez ouvrir la route et récupérons vos familiers « ordonna Sigvald, ils se mirent sur ces mots en route vers la sortie, ils prirent un autre chemin pour éviter de retombé sur le fichu spectre qui leur avait déjà barré la route, sans encombres ils atteignirent la sortie restant toujours sur leurs gardent.

Il faisait nuit, la lune était déjà haute dans le ciel et l’air frais leur fouettait le visage, ils étaient content d’avoir rejoint la surface, à quelques mètres de là une voix retenti dans le noir
- « Dangereux de se promener la nuit dans les catacombes mes seigneurs, surtout avec une blessée «
Ils se mirent en position de combat, formant un cercle autour d’Amé

Des fourrées sortirent cinq individus, arrivé a quelques mètres ils purent discerner le visage de ceux-ci. Bjorn éclata de rire et Owen baissa sa garde
- « C’est à cette heure ci que vous arrivez, toujours en retard comme les gardes séraphins » Mugit Bjorn.
- « On a été un peu ralenti par une quinzaine de malandrins qui vous attendaient pas loin d’ici » Renchéris un norn a l’allure gardienne.

Sur le chemin du retour, Owen s’adressa à Xandros et Sigvald
- « Au fait je ne vous ai pas présenté, les deux norns que vous voyez là transportant Amé,
Se nomment Sek et Nihls tous deux gardiens de leurs états, les deux humaines fermant la route se nomment Zoë et Monnaa toutes les deux élémentalistes maniant aussi bien le feu que l’eau, et notre petit dernier et pas des moindre l’asura ouvrant la route se nomme Dr Sbim ingénieur de renom, ils font tous partie des Ombres »

Xandros se remémora pourquoi il était venu, trouvé des renforts, une alliance, mais il trouva beaucoup mieux ce jour là, il trouva de nouveaux amis
Chapitre 4


Spoiler:
Tous commença il y a de cela quelques jours, Owe se réveilla bien matinal ce jour là
Comme a son habitude il se leva, pratiqua ses ablutions, s’habilla et descendis les escaliers
en direction de la cuisine, machinalement il s’assit à la table encore plongé dans ses rêves.
- « Bonjour seigneur Owe, avez vous bien dormi ?? Prendrez-vous du thé ce matin ?? «
- « Madeleine, Madeleine, combien de fois vous ai-je déjà demandez de ne pas m’appeler mon seigneur « dis Owe le sourire aux lèvres.
- « Hooo au moins une centaine de fois ….mon seigneur » repris Madeleine
Owe ris de bon cœur, - « Oui, tu serais bien aimable ma petite Madeleine, ton thé est si excellent que je ne saurais refuser. »

Il se souvenait encore du jour ou les ombres avaient sauvé Madeleine des griffes des séraphins, depuis lors elle ne les quittait plus et entra au service d’Owe et de ses camarades, non pas par obligations, mais par gratitude, ils lui offrirent le gîte et le couvert sans demander quoi que se soit en contre partie.

Owe fut tiré de ses songes par la voix de Madeleine.
- « Une lettre est arrivé ce matin pour Monsieur, elle était glissé sous la porte, je l’ai mises sur la table, j’ai pensé que Monsieur voudrait la lire au plus vite »
- « très bien, vous avez bien fait, je vous en remercie Madeleine » lui répondis Owe
Il prit l’enveloppe dans ses mains et vit le sceau de Durban apposé, « mais que me veut le prieuré ?? » se dis t’il en décachetant la lettre.
Tout en sirotant son thé il prit connaissance de la missive, après lecture il se tourna vers Madeleine.
- « Vous m’avez bien dis que vous avez trouvé cette lettre sous la porte ? «
- « Oui Monsieur »
- « Rien d’autres en particuliers ? quelques choses d’inhabituel ?? »
- « Non Monsieur, Monsieur aurait il reçu de mauvaises nouvelles ? » s’enquit Madeleine
- « Non, non ne t’inquiète pas, il n’y a aucuns soucis »

Owe se leva de table et alla se préparer pour la journée qui l’attendait, il devait se rendre au promontoire en compagnie de Sek et Falba, pour régler quelques affaires concernant des denrées avariées qui leurs avait été vendue deux jours plus tôt, Owe n’aimait pas les marchandises avariées, surtout quand il devait délier les cordons sa bourse pour les payer, en chemin il fit part de la lettre qu’il avait reçu une heure plus tôt.

« Messire Owe, j’ai besoin de vos services l’avenir de la tyrie est en jeu, vous êtes mon dernier recours, alors svp rejoignez moi ce soir quand la lune sera a son zénith, place des martyres au Promontoire »

PS : « Venez seul !! » « Palmir Régulem »


- « Mouais cela ne m’inspire rien de bon et qui c’est ce « Palmir » jamais entendu parler de ce type ?? « s’écria Sek
- « Moi non plus, mais vu le sceau du prieuré je voudrais bien savoir ce qu’ils nous veulent »
Répondis Owe.
- « héhéhé, c’est peut être Monseigneur « Baltincus » qui te fais convoquer Owen, suite aux luxures de notre ami Sek, aurais tu butiner avec une des sœurs du prieuré cher Sek ?? » lâcha Falba en éclatant de rire.
- « Toi la grosse maline, je ne ramènerais pas trop ma fraise, tu oublies que c’est de ta faute que nous devons nous rendre aujourd’hui au promontoire, si Madameuuuh avait vérifié la marchandise avant de payer, mais non Madameuuuh était pleine comme une barrique !! » répliqua Sek

- « Et que comptes tu faire Owe ? « S’enquit Falba pour vite changer le sujet de la conversation.
- « Je vais aller au rendez vous ………… mais naturellement vous ne serez pas loin en cas de pépins » répondis Owe avec son sourire habituel.
Arriver au promontoire, ils prirent des chambres pour la nuit et se rendirent sans attendre chez ce vendeur peu scrupuleux, après plus d’une heure de négociation et de quelques échanges de coup de poing, ils arrivèrent sur un accord, en sortant ils se dirigèrent vers l’auberge la plus proche pour se désaltérer et ils passèrent l’après midi à boire, à manger et à jouer aux dés.

L’heure venue Owen alla réveiller Sek et Falba qui s’étaient assoupis vu le nombre de litres de bières qu’ils s’etaient enfilé toute l’après midi. Ils se préparèrent et sortirent par une des fenêtres donnant sur une impasse, il pleuvait et la ruelle était sombre, une fois sur la terre ferme, ils prirent la direction de la Place des Martyres.

Celle-ci était rectangulaire, un petit jardin en son centre, bordé d’arbre et de buissons,
Deux bancs immense trônaient sur le gazon, l’épais feuillage des arbres fournissait un couvert assez important, quelques lampadaires brulait de ci et de là, fournissant très peu de lumière, avec cette pluie, une odeur d’automne flottait dans l’air, l’endroit semblait tranquille.

- « Vous savez ce que vous avez à faire. » dis Owen.
Sek et Falba allèrent se positionner de façon a rester discret, mais d’un place ou ils pouvaient avoir la situation a l’œil et ou ils pouvaient accourir au plus vite en cas de danger ou d’embuscade,
Owen se dirigea vers un des bancs et s’assit patiemment en attendant l’inconnu du prieuré.

Le temps passa lentement pour Owen, son attente fut récompensée quand une silhouette apparu dans le recoin d’une maison.
- « Êtes-vous seul ? » demanda la silhouette
- « Comme vous me l’avez demandez « répondis Owen sur ses gardes
L’ombre se rapprocha, a la faible lumière Owen pu apercevoir le visage de l’inconnu…
Un sylvaris, portant la tunique habituelle du prieuré.

- « Merci d’être venue Messire Owen, je ne perdrai pas de temps en palabre, voici la situation, Primordius s’est réveiller mais là je ne vous apprends rien, par contre il est a nos frontières et va tenter une attaque sur les côtes Est du pays, mais le prieuré peut arrêter cette invasion, et c’est là que vous intervenez « prononça Palmir.
- « pensez vous que je puisse arrêter Primordius à moi tout seul ?? « répondis Owen.

Palmir eu un petit sourire,
- « Non je ne le pense pas, mais je sais ou se trouve un objet qui pourrait l’arrêter. «
- «Alors pourquoi donc n’allez vous pas le cherchez ? « S’enquit Owen.
- « Nous avons déjà tenté la chose et nous avons même envoyé des mercenaires mais personne n’est jamais revenus de cet endroit »
- « Dites moi en plus à propos de cet objet et de cet endroit ?? » demanda Owen
- « L’endroit en question dont je vous parle est …..les catacombes et l’objet que le prieuré désire récupérer pour contrer l’invasion de Primordius est un livre contenant un morceau d’os appartenant à Balthazar «
- « Hmmm, même si nous acceptons, comment allons nous reconnaître ce livre ? De plus les catacombes sont vastes, c’est comme chercher une aiguille dans une meule de foin » murmura Owen.
- « Sur la couverture du livre sont gravé les initiales de Balthazar et le dernier endroit ou a été vu celui-ci est le centre même des catacombes, dans la grande salle ovale, c’est tout ce que je sais vous dire « répondis Palmir.

- « Encore une question, qu’avons-nous a y gagner et qu’est ce qui nous empêcherais de prendre la fuite avec le livre et le revendre au plus offrant ? » demanda Owen.
- « Le livre ne servirait a personne , sans savoir comment l’utiliser, de plus je ne pense pas que vous désirez vous attirez les foudres du prieuré, n’est ce pas ?....... et en ce qui concerne vos gains dans l’histoire , d’une part la protection du prieuré car j’ai cru entendre que par le passé vous avez eu quelques petits soucis avec les autorités…. et d’autre part une somme sonnante et trébuchante de 100 pièces d’or, 25 pièces au départ pour la motivation et les 75 pièces restante a la livraison de l’objet »

- « Il faudrait que j’en parle d’abord avec certaines personnes « répondis Owen
- « Malheureusement le temps nous est compté, si vous n’acceptez pas le marché ce soir, je serai obligé de me tourné vers quelqu’un d’autre, il ne nous reste que trois jours pour accomplir ce miracle » geignait Palmir.
- « laisser moi 5 minutes de réflexion « demanda Owen
Palmir fit un signe de la tête et recula de quelques pas afin de se dissimuler dans l’ombre.

Owen réfléchis à la situation, c’est vrai que rentré dans les catacombes n’est pas sans risques, mais la protection du prieuré peut toujours venir a point en cas de gros problèmes avec les autorités, de plus 100 pièces d’or n’est jamais négligeable et si la menace de Primordius est bien réel, ils seront accueilli après la défaite du dragon comme des héros.

- « Bon, affaire conclue « murmura Owen.
Palmir refit son apparition comme par magie, au grand étonnement d’Owen qui porta la main vers son arme, l’ombre mis les mains dans sa tunique et en sorti une petite bourse en cuir et la lança en direction d’Owen.
- « Si vous voulez, vous pouvez vérifiez si la somme est correcte Messire « prononça Palmir
- « Non, ce n’est pas nécessaire « répondis Owen.
- « Je vais juste vous demander une chose, c’est de garder mon nom secret si des individus peu scrupuleux apprennent que vous travailler pour moi, je ne donne pas chère de votre peau ni de la mienne, dans trois jours je vous attendrai ici à la même heure »

Palmir s’inclina et disparu à nouveau dans l’ombre, Owen fut rejoint peu de temps après par Sek et Falba
- « Alors ?? « murmura Sek
- « Rentrons à l’auberge et je vous expliquerai tout cela «.
Ils repartirent sous la pluie en direction de leurs chambres sous le regard d’une ombre qui les observait de sous les toits.
- « Hmmmmmm, ils ne le savent pas encore, mais ils vont droit à leurs perte » murmura l’ombre…………


Dernière édition par The Verot le Ven 14 Aoû - 22:20, édité 6 fois

_________________
avatar
The Verot

Messages : 40
Date d'inscription : 08/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Les Rugissements de Gendarran"

Message par The Verot le Mer 12 Aoû - 20:09

Chapitre 5


Spoiler:
Une semaine s’était écoulée depuis leurs retour des catacombes, sur ce temps ils allèrent au rendez vous fixé par Palmir, mais comme ils s’en doutaient personne ne vint , Owen envoya un de ses homme au Prieuré pour prendre des renseignements, il fit courir ses « oreilles » dans toute les capitales, du Promontoire à la Citadelle noire , de son coté le clan verot déploya aussi ses dispositifs, Sigvald resta aux cotés des ombres tandis que Xandros du retourné a NoirFaucon, faire son rapport à Dame Verot et questionner son réseau de renseignements.

Dans son bureau Owen recevait le Dr Sbim revenu de Durmand.
- « Mensonges, Mensonges , tout n’est que Mensonges » fulmina Owen toujours aussi furieux
- « Je t’assure que le prieuré n’est au courant de rien et là bas personne ne connaît de « Palmir Régulem », par contre ils m’ont certifié que le cachet utiliser pour la lettre est un faux, une belle contrefaçon » lui répondis Sbim.
- « On peut donc d’après toi exclure le Prieuré de cette affaire ? » s’enquit Owen
- « Hmmmm oui, Monseigneur Baltincus avait l’air tout à fait étonné de cette imposture, on le connaît pingre, mais il n’est pas assez intelligent pour monté un tel subterfuge »
- «Merci Sbim , si d’autres renseignements te viennent aux oreilles fait le moi savoir »
Sbim sauta de son fauteuil, récupéra son chapeau et pris congé d’Owen.

L'asura à peine sorti, que quelqu’un d’autre frappa à la porte.
- « Entrer « s’écria Owen.
Sigvald fit son entrée, referma la porte derrière lui et vint s’asseoir a la place qu’occupait l’asura une minute plus tôt.
- « Content de te voir, alors comment va-t-elle ce matin ? « demanda Owen.
- « De mieux en mieux, elle recommence a être désagréable » répondis Sigvald avec un sourire.
- « Effectivement, je l’a reconnais bien là » Owen haussa les sourcils.
- « Amé. devra encore rester au repos pendant un bon moment, elle a subit de nombreuses fractures, son visage est moins tuméfié mais son bourdonnement d’oreilles est toujours présent. »
- « Des nouvelles de Xandros ?? » demanda Owen.
- « Non, toujours rien de ce côté, par contre les informateurs du Promontoire m’on signalé que le fameux « Palmir » avait occupé un chambre, ruelle des Marolles, le propriétaire de l’auberge à été interrogé et d’après ses dires, le sylvaris est arrivé deux jours avant votre rendez vous, suite a cela il ne remis plus les pieds dans l’auberge, sa chambre à été fouiller sans résultat »
- « merci de ces informations Sigvald, mais… au fait quel est donc le but de ta visite ? »

Sigvald grogna.
– « Je n’ai pas l’habitude de demandé un service, mais ici c’est particulier, je me dois de retourner a Noirfaucon ou d’autres affaires m’appelle, Dame Verot va vous envoyé un autre de ses officiers me remplacer ici, je vais vous demander de veillez sur elle et de la protégé «
- « Pardon ?? Je crains de ne pas comprendre, si c’est un officier ne devrait elle pas pouvoir se défendre seule ?? « Questionna Owen.
Mal à l’aise, Sigvald bougeait dans son fauteuil.
- « Cet officier n’est pas n’importe qui c’est….. ma petite sœur, elle sait se défendre, mais trop fougueuse par moment et ne vois pas toujours le danger »
- « Hmmmm je vois, je vois, n’ai crainte mon ami je veillerai sur elle, comme sur la prunelle de mes yeux » lâcha Owen le sourire aux lèvres.
Sigvald se leva et se dirigea vers Owen lui tandis la main pour lui dire merci, celui-ci l’accepta de bon cœur.
- « Ha oui, juste une chose.. » lâcha Sigvald.
- « Oui ?? »
- « Surtout que cette conversation reste entre nous, si ma demande venait à l’oreille de ma sœur, elle m’étriperait et vous aussi pour avoir accepté ».
Ils rirent tous les deux de bon cœur, Owen se leva a son tour et accompagna Sigvald jusqu'à la porte du bureau.
- « Je vous dis au revoir mon ami et j’espère vous revoir bientôt. »

Owen retourna s’asseoir a son bureau, pris la clef qui pendait a son coup et déverrouilla le premier tiroir, sorti un paquet enveloppé dans de la jute, qu’il déplia avec soins, le bouquin était toujours là en sécurité, il reprit la lettre qu’il avait reçu quelques jours plutôt et la relu,
Il prit un morceau de parchemin et une plume et se mis à écrire, quand tout a coup quelque chose lui apparu, la signature …. « Pelgrimm Larieu » une anagramme, ce nom lui dit quelques choses……..

Dans une taverne de l’arche du lion, Sek était attablé au bar, il en était déjà a sa troisième pinte et commença a s’impatienté, l’informateur des ordres des soupirs se faisait attendre et si il y a bien une chose qu’il n’aimait pas c’était d’attendre, il y avait peu de monde a cette heure ci, comme le norn n’avait rien d’autre à faire il observa les clients.

A une table deux marins discutaient de leurs pêches buvant leurs tafia habituel, au comptoir a quelques mètres de lui, un vieil homme buvait un verre de vin, trois asuras discutaient affaires, prés de la cheminée se tenait un norn, il semblait contempler le fond de sa choppe
et le tavernier qui frottait un verre depuis au moins une demi-heure,
- « Si il continue à ce rythme là, il ne restera bientôt plus grand-chose du verre » se dis Sek.
Il recommanda une pinte de bière, le tavernier s’approcha de lui et lui murmura a l’oreille
- « Messire Sek, pensé vous que cela soit bien raisonnable ? Vous en êtes déjà a votre troisième choppe et cela ne se fait pas d’arriver bourré à un rendez vous avec les ordres »

Sek se recula et regarda l’aubergiste droit dans les yeux,
- « Il vous en a fallu du temps avant de vous manifester » grogna t’il
- « Je voulais m’assuré que personne ne vous avais suivi, maintenant c’est chose faites, nous avons peut être des renseignements à vous fournir a propos de votre petit problème »
- « venez en au fait » répondis sèchement Sek
- « L’artefact sur lequel vous avez mis la main, servirait à ouvrir un portail à Primordius et ses troupes, grâce a cet objet il pourrait envahir n’importe quel contrée en un clin d’œil».
- « Et a votre avis, qui aurait la possibilité d’ouvrir ce portail ? » demanda Sek
- « Peu de monde en tous cas, il faudrait que cette personne ai un pouvoir assez important pour canaliser l’énergie nécessaire pour maintenir le portail ouvert »
Sek sorti une petite bourse de sa poche et la lança sur le comptoir, l’aubergiste s’empressa de la dissimulée.
- « C’est toujours un plaisir de travailler avec vous Messire Sek »
Sek se leva sans un mot et se dirigea vers la porte.
Il faisait nuit depuis un bon moment et Owen avait du mal à trouvé le sommeil, il se ressassait le nom de« Pelgrimm Larieu », un nom qui lui paraissait familier, mais ou avait il pu l’entendre, il réfléchi encore pendant un bon moment avant de tomber dans un sommeil profond.

Soudain un cri vint le réveiller, cela venait du rez de chaussée il sauta hors du lit sans attendre et pris ses armes , se précipita hors de la chambre et percuta Bjorn, celui-ci se trouvait en calçons , bottes aux pieds et son chapeau habituel rivé sur la tête, lui aussi avait entendu le bruit , les autres occupants des chambres voisine sortir armes au poing , Nihls , Delphinéa , Zoë et les autres , Dr Sbim, ses deux pistolets armés se laissait déjà glisser sur la rampe pour aller plus vite, il fut le premier a arriver en bas et s’en suivi deux détonation , la poudre venait de parler……les autres membres du groupe suivirent de près.

Là devant la porte donnant vers l’extérieur, gisait un corps, Sbim avait fait mouche
- « Ils s’enfuient, vite poursuivons les !! Sbim va dans mon bureau et regarde si rien n’a bougé !! » Ordonna Owen.
Sbim parti quatre a quatre au si vite que ses petites jambes le permettaient.
- « ils sont encore dans la cour, vite vite !! » cria Delph.
Dans la pénombre on pouvait distinguer trois silhouettes vêtues de noir, ils se dirigeaient vers le porche du repaire qui menait a l’extérieur, celui-ci était grand ouvert
- « Ils vont s’échapper pressons le pas » cria Owen.

Mais s’était sans compter l’arrivée propice d’une immense norn, maniant un espadon enflammé, qui barrait la route aux trois malandrins, ceux-ci n’eurent que deux choix , soit faire face a une norn bâtie comme une montagne ou faire demi tour et affronté le groupe des ombres, ni une ni deux ils chargèrent la norn armes brandies, celle-ci esquiva l’attaque du premier et vint lui séparé la tête du corps , la tête roula a quelques mètres et le corps sans vie s’effondra, le suivant essaya de placé un estoc à la norn , aussi rapide qu’un panthère elle trancha net le bras de celui-ci , le sang se mis a giclé , il hurla de douleur tenant son membre fraichement coupé et s’affala dans son propre sang, le troisième en profita pour passer le porche et s’enfuir, la norn décrocha le fusil qui pendait dans son dos, visa et tira, la tête du malheureux explosa comme une pastèque.

Nos amis arrivèrent au porche, devant eux se tenait la norn , Bâtie comme un chêne , elle avait de long cheveux blonds attachés dans le dos , des tatouages recouvrant une bonne partie du corps , ce qui incluait aussi le visage, des yeux turquoise et une armure dévoilant une grande partie de ses charmes, elle les regarda et leur tendis a bout de bras une tête de sylvaris.
- « les Sylvaris auraient ils perdus la tête ?? » Demanda la nouvelle venue avec un sourire.

Owen la regarda de la tête aux pieds
- « je suppose que vous devez être la …..heu, l’officier envoyé par Dame Verot ?? »
- « Exactement et toi tu dois etre Owen. , Sigval m’a parlé de toi et de ton groupe »
- « En bien j’espère ?? » demanda Bjorn les yeux pétillant
- « Et toi tu dois être Bjorn »
- « Haaa, je vois que Sigvald à parler de moi » dit Bjorn tout content
- « Oui, mais il m’a surtout parlé de ton chapeau ridicule, c’est comme cela que je t’ai reconnu de suite »
- « Ha ?? » lâcha Bjorn dépité.
- « Au fait, je ne me suis pas présentée, je me nomme « Azenor » officier du clan Verot et Sœur de votre ami Sigvald. »

Ils furent interrompus par Delphinéa, qui appela Owen à venir près d’elle, elle avait une chose à lui montré
- « Regarde Owen, se ne sont pas de simple sylvaris, se sont des sbires à la solde de la cours des cauchemars »
Effectivement maintenant qu’Owen examinait les dépouilles, il pu lui aussi constaté la même chose
- « Mais que viennent faire des partisans de la cours des cauchemars si loin de leur repaire? », se posa Owen……… « Le livre !! » il parti en courant vers le corps principal de la maison suivi du groupe.

Sbim se tenait à la porte.
- « Le livre doit être toujours a sa place, ni la porte de ton bureau, ni le tiroir n’a pas été forcé, par contre notre ami Dirk est tombé pendant le combat, je l’ai retrouvé le crâne défoncé devant ton bureau » dis t’il a l’attention d’Owen.
- « Le malheureux et dire que cela faisait à peine un mois qu’il nous avait rejoint, était il de garde ce soir ?? » demanda Owen.
- « Oui » répondis Bjorn.
- « Qui était sa doublure ?? »
Bjorn scruta l’assistance et chercha après Falba, mais…….. Ou était-elle ??
-« Quelqu’un à t’il vu Falba ?? » demanda Bjorn à l’attention de l’assemblée
Tout le monde répondit par la négative, Bjorn vérifia s’il ne manquait personne d’autre
-« Falba manque à l’appel, ce n’est pas dans ses habitudes de quitté sa garde » dis Bjorn à l’attention d’Owen.
-« Hmmm nous connaissons tous son penchant pour l’alcool, mais tu as raison, elle n’aurait jamais quitté son poste, nous devons la retrouvée, organisons les recherches »

Chapitre 6


Spoiler:
-« Bjorn, Lainah, Delph, Sbim, Azenor prenez chaqu’un deux hommes , Bjorn, va fouiller le 1er étage et le grenier , L… tu vas en direction du porche, sécurise la zone et débarrasse toi des cadavres, Sbim au sous sol ,vérifiez a l’armurerie et les réserves si rien n’a été volé, Delph , tu prends le rez de chaussée et veille que l’on s’occupe de la dépouille de Dirk, Azenor tu t’occuperas de l’extérieur de la propriété, regarde si il n’y a pas d’autres traces de passages , de luttes , ou je ne sais quoi d’autre et si par chance vous tombez sur d’autres membres du cauchemars essaye de m’en garder un vivant stp, je m’occupe de la cour , des dépendances et du verger. » et ils partirent chaqu’un de leurs coté.
Ils étaient réunis dans la grande salle du manoir, Bjorn, Delph, Lainah, Sbim, ils avaient fini leurs tâches et leurs recherches, quand Owen entra.
-« Des nouvelles de ton coté Owen ? » s’enquit Delph, inquiète de la subite disparition de Falba.
-« Non choux blanc, les dépendances étaient toujours sécurisé, rien du coté du verger et vous ?? »
-« J’ai vérifié sa chambre et fais le tour complet de l’étage et du grenier aucunes traces de son passage » susurra Bjorn
-« Nous avons fouillé les sylvaris, bruler leurs cadavres et sécuriser le poche, j’y ai laissé Gwy monté la garde au cas où. » informa Lainah
Sbim pris la parole, « L’armurerie était toujours close, après vérifications il ne manque rien et
par acquis de conscience j’ai été vérifié notre réserve d’alcool et la aussi rien ne manque »
-« Et toi Delph ? » demanda Owen
-« Madeleine est occupé à nettoyé le corps de Dirk, je pense que les cauchemars ont été stoppé net devant ton bureau, ils ne s’attendaient pas à voir le norn débarqué, il a du en blessé un pendant le combat, mais ils étaient trop nombreux pour lui, à par cela rien de spécial, aucunes traces de Falba. »

Azenor manquait toujours à l’appel, ils patientèrent encore un bon moment, parlèrent des dispositions à prendre pour les funérailles de Dirk, de la disparition de Falba et des nouvelles sécurités à prendre pour préservez leurs tranquillité, ils allaient aborder la question de la nouvelle venue, Azenor, quand celle-ci entra, sa poitrine et ses avant bras étaient couvert de sang, Delph se précipita hors de son fauteuil en direction de la Norn et s’écria
-« Ce sang, c’est le sang de…….. » ses paroles s’étranglèrent dans sa bouche.
-« Non, n’ai crainte ce n’est pas Falba mais plutôt le sang de son familier, nous l’avons retrouvé pas très loin d’ici et j’ai ramené son corps, voila pourquoi ce sang, il a subit de nombreux coup de lames et Nihls n’aurait plus rien su faire, la panthère était déjà morte à notre arrivée, par contre nous avons trouvé ceci sur place. »……..

La norn déposa une partie de cuir bleue vif taché de sang sur la table « parait il que c’est une partie des vêtements de Falba, c’est Nihls qui me l’a assuré il a reconnu la couleur que seule Falba ose porter, nous avons suivis les traces de luttes et de pas , elle a du se battre comme une lionne car a plusieurs reprise ils ont du stoppé leurs routes pour la maintenir, les traces nous ont mené jusque dans la vallée de la reine et prenaient la direction du Promontoire, à l’entrée de la ville nous avons perdu sa trace. »
-« Allons dormir quelques heures, nous aviserons des recherches et de la disposition à suivre, Dame Azenor, Nihls va vous conduire à votre chambre, vous pourrez y déposer vos affaires, Madeleine passera plus tard voir si vous n’avez rien besoin » prononça Owen.
Azenor le remercia et ils quittèrent tous la grande salle.

Quelques heures plus tard Owen entra dans la salle à manger, Azenor discutait avec Madeleine à propos d’une recette de tarte aux pruneaux, jamais en voyant la guerrière on aurait pu l’imaginer cuisinant une tarte et portant un tablier et pourtant c’était le cas, Nihls et Bjorn étaient attablé devant un solide repas, composé de pain, de viande, de fruit et de vin,
Sek leur tenait compagnie une choppe à la main.
Owen avait l’impression d’être dans une taverne norn, Delph vint à sa rencontre.
-« Owen, puis je te voir un instant ?? » demande Delph
-« Certainement, allons dans la salle de repos, nous y serons au calme »
Ils s’installèrent confortablement dans les fauteuils, Madeleine arriva subitement un plateau à la main.
-« Que Monseigneur m’excuse, mais je vous apporte un déjeuner »,
-« Vous êtes une vrai mère pour moi Madeleine, merci mais vous n’étiez pas obligé » lui répondis Owen.
-« Je sais Monsieur, mais connaissant Monsieur, il va a nouveau commence la journée le ventre vide » et Madeleine s’éclipsa de la pièce comme a son habitude.

-« Je veux aller au Promontoire retrouver Falba !! » s’écria Delph.
-« Je n’en doute pas un instant, je comptais former un groupe pour y aller, dont tu ferais naturellement partie, même mieux je te confie le commandement de celui-ci, choisi quatre hommes pour t’accompagner »
-« Merci Owen, Azenor désire m’accompagner mais je n’en demandais pas tant »
-« Il y a juste Bjorn qui doit rester ici pour m’aider pour les funérailles de Dirk, amélioré notre sécurité et réglé d’autres petits détails »
-« Pas de soucis, je prendrai donc Sek, Nihls et Monnaa si cela ne te gêne pas. » lui demande Delph. »
-« Voila comme cela les recherches de Falba sont entre de bonnes mains, retour à la salle à manger peux tu m’envoyé Sek avant que vous partiez ? Il a surement des choses à me raconter »

Sek le rejoignis peut de temps après et lui raconta tout ce qu’il avait appris à l’arche du lion
-« Mais que viennent donc faire tout ses cauchemars dans l’histoire, d’abord « palmir » alias « Pelgrimm Larieu » au Promontoire, ensuite le cadavre dans les catacombes portant le sac et puis l’attaque de cette nuit, quel est donc le rapport entre la cour des cauchemars et Primordius ?? » s’interrogea Owen à haute voix
-« Oui et surtout quel intérêt auraient-ils à porter aide à Primordius ? » renchéris Sek.
-« J’espère que vous retrouverez Falba et peut être par la même occasion d’autres indices, je vais envoyer L…… à Noirfaucon, Xandros saurait peut être nous en dire plus a propos de tout se mouvement chez les sylvaris et si le nom de « Pelgrimm Larieu » lui dis quelque chose. »
-« Encore besoin de mes services Owen ? » demanda Sek
-« Non, merci tu es bien aimable »
Sek se leva, salua Owen et sorti de la pièce, laissant Owen seul avec ses pensées.

Notre petit groupe était près, il y avait Sek et Nihls nos deux gardiens norn, Monnaa et Delph élémentalistes humaine et Azenor, ils prirent le chemin le plus rapide qui menait au Promontoire, arrivé a destination ils se rendirent chez un des informateurs d’Azenor, il se nommait « Knut Valdemar » Norn et tanneur de son état , il avait une petite boutique et un entrepôt dans le quartier Sud et la norn le connaissant ne refuserait pas de les héberger.
Knut était de stature massive comme tout les norns, ses cheveux et sa barbe nouer en tresse était d’une couleur noir de jais, il était jovial mais le seul problème chez lui c’est qu’il puait la mort, non pas un problème de propreté mais plus tôt le fait dû à son métier,

-« Il y a eu du mouvement cette nuit, les gardes de la porte Sud on été attaque, on a retrouvé leurs corps tôt ce matin, tous les cinq égorgés. » les informa Knut.
-« Cela doit être l’œuvre des cauchemars, pas de témoins Knut ?? » s’enquit Azenor
-« Non, enfin personne d’assez fou pour aller le raconté aux séraphins, Xandros m’a fait savoir qu’ils gardent le portail asura à Noirfaucon au cas où les cauchemars tenteraient de passé par là »
-« Donc Falba est toujours au Promontoire, connais tu quelqu’un qui pourrait nous renseigner Knut ? »
-« Heuuuu, oui »
-« C’est quoi ce Heuuuu ??? » demanda Azenor
-« Il y a bien quelqu’un ici au Promontoire, il a des yeux et des oreilles partout, si vous chercher quelque chose et si lui ne sait pas vous renseigner cela signifie que personne d’autre ne pourra vous dire quoi que se soit, son nom c’est « Quenan Telaseg » le chef de la guilde des voleurs »
-« Ou peut on trouvé ce « Quenan », as tu une idée ??
-« On ne trouve pas Quenan, c’est lui qui vous trouve il suffit de faire courir le bruit et dans l’heure vous risquez de le trouver lui et ses sbires sur votre chemin »
-« Allons donc faire un peu de bruit, qu’en penser vous les amis ? » lança Delph à l’attention des autres, ils répondirent en cœur par un OUI.

Ils firent le tour de quelques auberges, répandirent le bruit qu’ils possédaient beaucoup d’or et offraient des tournées aux mines les plus patibulaires du Promontoire.
Il faisait nuit, ils sortirent de la troisième taverne qui était sur leur chemin et prirent la première rue à leur droite, la ruelle « des aveugles », arrivé au croisement de celle-ci, Un asura apparu comme par magie, il était vêtu d’un collant noir ,une cape noire, un pourpoint de cuir en son centre une inscription représentant une chauve souris jaune et une petite cagoule recouvrant son visage terminant par deux petites pointes comme des oreilles de chauve souris à sa ceinture pendait deux pistolets…….

-« Halte là !!! La bourse ou la vie !! Vous êtes cernés !! » S’écria l’asura avec une voix nasiarde.
-« Petit, connais tu par hasard un certain Quenan ??» demanda Azenor
-« Je répète mes mots, Halte là !!! La bourse ou la vie !! Vous êtes cernés !! » Répliqua l’asura qui paru s’énerver.
-« Pas besoin de crier PETIT !! Nous ne sommes pas sourd, voudrais tu ameutés tout les séraphins du coin ? » Chuchota Sek le sourire aux lèvres « La dame t’as demandé si tu connaissais Quenan, alors soit poli avec la dame et réponds avant que je ne te botte les fesses PETIT. »

L’asura fulminait, il sorti ses pistolets et tira une salve en direction de Monnaa, celle-ci incanta un sort mais n’eu même pas le temps de terminer qu’un bouclier fait de lumière bleu interrompis les balles et celle ci tombèrent au sol, Monnaa se retourna curieuse d’où cela venait et vit Nihls lui lancé un clin d’œil, fou de rage, l’asura se mit à crier avec sa voix nasiarde, on aurait dis un canard à l’agonie.
Il n’était pas seuls, sept individus se joignirent au bal sans invitation, nos amis sortirent leurs armes et se lancèrent dans la dance

Vu la disposition de la ruelle ils avaient peu de place pour combattre, les voleurs durent se grouper et c’est à cet instant que Monnaa termina son sort….. un geyser de glace sorti de ses mains et alla congeler trois des individus , ils se transformèrent instantanément en statue de givre, Delph termina l’attaque par une boule de feu qui les firent explosés en des centaines de fragments de glace ensanglantée, de son coté Nihls avait emprisonné un des individu dans des chaînes magique, Sek le frappa de toute ses forces a l’aide de son espadon qui trancha le prisonnier jusqu'à la cage thoracique, Azenor avait sorti ses deux haches et tournait autour de son adversaire, on avait l’impression qu’elle dansait et jouait avec lui comme le chat avec une souris elle termina sa chorégraphie en tranchant la tête de son ennemi.

Il ne restait que l’asura et deux voleurs,
-« STOP STOP » s’écria l’asura, « arrêtons de verser le sang, vous avez combattu bravement, je vous laisserai donc la vie sauve. »
-« C’est vrai que nous ne faisons pas le poids face a votre nombre, je vous en remercie PETIT messire » dis Sek dans un rire gras.
Azenor fit mine de charger, les trois voleurs prirent la fuite a la vue de celle-ci, Nihls du se dépêcher d’attrapé l’asura, celui-ci n’était pas très courageux, mais était surtout tres rapide.
-« Fini de jouer PETIT et dis nous ou on peut trouver le fameux « Quenan » si tu ne réponds pas de suite, je vais finir par perdre patiente » lui dis Azenor.
-« C’est moi » lui répondis l’asura dans un souffle
Ils se regardèrent et explosèrent de rire

Ils trouvèrent une vieille maison abandonné et s’installèrent pour le questionné à l’ abri de tout regard,
-« Nihls enlève lui sa cagoule stp, il doit avoir chaud la dessous, de plus j’aime voir le visage de mon interlocuteur quand je parle » demanda Delph.
Nihls s’exécuta et s’écria,
-« Par tous les dieux qu’est ce qu’il est laid !!! Remettons-lui sa cagoule !! »
Sek se mit à rire « Il n’est pas plus laid que toi Nihls, il y a juste une petite différence de taille »
Azenor se dit à ce moment là qu’elle n’allait pas s’ennuyer en leurs compagnies

-« Si tu es réellement Quenan, dis moi si la nuit passé un petit groupe de sylvaris accompagner par une humaine aux cheveux blond aurait été aperçu en ville ? » questionna Delph
-« Et pourquoi vous répondrais je ? » s’exclama Quenan
-« Parce que le grand norn à coté de toi, va te mettre une claque monumentale si tu ne me réponds pas de suite et que je ne suis pas de nature patiente si tu vois se que je veux dire » lui répondis Delph.
-« Oui, je vois très bien ce que vous voulez dire » lâcha l’asura jetant un regard craintif vers Nihls « effectivement un groupe de cauchemars a été aperçu en ville, la blonde qui les accompagnait était surement sonnée car l’un d’eux la portait »
-« Es tu certain que l’humaine était vivante ? »
-« Je ne vois pas trop l’intérêt de transporter un cadavre dans la ville, autant l’abandonnée a l’extérieur des murs et attendre que les charognards s’en occupent » dis l’asura dans un rire.

PATAAATE !!! L’asura vola à terre sous l’impact, Nihls venait de frapper
-« Tu parles encore une fois comme cela de notre amie, je te garanti que cela sera la dernière » lui dis Nihls le regard froid, l’asura revint s’asseoir
-« Ou peut on trouver les sylvaris et combien sont il ?? » demanda Delph toujours impassible
-« Dans le quartier Nord, Rue de Malfosse, une maison rouge avec des volets bleu, vous ne savez pas vous trompez et mes hommes m’ont signalé qu’ils devaient être au nombre de dix, plus l’inconnu qui est arrivé ce matin » balbutia Quenan.
-« palmir ??? » s’interrogea Sek
-« Qui sait, si c’est Palmir il ne faut pas tarder, c’est l’occasion rêver de l’interrogé » lâcha Monnaa.
-« Que fait-on de lui ?? » demanda Sek montrant l’asura du doigt.
-« Laissons le en vie ….pour l’instant, si ses informations s’avèrent inexacte nous le retrouverons et le laisserons entre les mains de Nihls, de plus si Messire Quenan ne se tient pas tranquille, nous lui ferons une réputation de tous les diables » ordonna Delph.

Le quartier ou était situé la rue Malfosse, était peu fréquenté surtout a cette heure de la nuit, certaines maisons était a l’abandon, d’autres en travaux, très peu de lumière éclairait la rue, un vrai coupe gorge, on comprenait essaiment pourquoi les séraphins évitaient ce quartier, ils virent la fameuse maison rouge, elle s’élevait sur deux étages, l’asura ne leurs avait pas mentis ,deux sylvaris montaient la garde devant la maison et en face, à l’étage d’une maison abandonnée, un autre scrutait les alentours
-« Nous allons avoir besoin d’un plan » chuchota Delph
-« Un Quoi ??? » s’exclama Sek avec humour.
-« Non et non !! C’est hors de question que tu fonces comme une brute sans cervelle, n’oublie pas ils détiennent Falba, assurons nous d’abord qu’elle se trouve hors de danger et voyons combien ils sont réellement » répliqua Delph.

La pluie se remit a tombée et Azenor pris la parole,
-« je vais prendre position dans la maison en face et m’occuper du guetteur, Nihls vient avec moi et surveille mes arrières »
-« Monnaa et moi allons faire le tour par les jardins, voir si nous pouvons pénétrer a l’intérieur de la maison par l’arrière » chuchota Delph
-« J’ai compris, je reste ici et je surveille la rue en cas de visite impromptue, je vous préviens, toujours les mêmes qui peuvent s’amuser » râla Sek.

Un Orage retentis et la pluie retomba de plus belle accompagné d’éclairs,
-« le raffut du tonnerre couvrira le crissement de nos armures lors de nos déplacement, l’esprit de la panthère est avec nous » dis Azenor a l’attention de Nihls et ils entrèrent par une porte arrière, se glissèrent à l’intérieur avec un minimum de bruit, empruntèrent les escaliers montant a l’étage, là ou se situait la sentinelle.
Elle était là, debout scrutant le ciel oragé vu la pluie battante elle s’était reculer de quelques pas, c’était une sylvaris, près d’elle un arc et un carquois était posé contre le mur, Azenor s’approcha en silence de sa proie , arriver a un mètre d’elle une des lattes du plancher grinça et c’est a ce moment là que la sylvaris décida de se retourner, elle n’eu pas le temps de voir arriver une des haches d’Azenor qui vint s’enfoncé profondément dans le visage, la mort fut instantanée, pas un mot ne sorti de sa bouche et elle s’affala sur le sol poussiéreux , Azenor eu du mal a déloger sa hache et ils prirent place a une des fenêtres et regardèrent le bâtiment ou était détenu Falba.

De leur coté Delph et Monnaa avait progresser dans le jardin, mais une sentinelle leur bloquait la route, elle se déplaçait sans cesse passant régulièrement devant la porte du logis, a l’étage un autre individu montait la garde, tout a coup un beuglement retentis cela venait de l’avant de la maison , le garde qui patrouillait parti en direction de celui-ci , le bruit détourna aussi l’attention de la sentinelle postée au dessus, les élémentalistes en profitèrent pour s’approcher de la maison, de là ou elles était, elles pouvait distinguer des silhouettes a l’intérieur, elles en comptèrent quatre, la sentinelle revenant dans le jardin elles durent se mettre a couvert et pénétrèrent dans la maison par une des fenêtres donnant dans une des pièces voisines ou se trouvait les quatre sylvaris, de là elle purent entendre une conversation.

-« Pelgrimm, Pelgrimm toujours Pelgrimm, ce sombre crétin n’est bon a rien, a part commander que fait il ? » s’écria un des malfrats
-« C’est vrai que les basses besognes nous reviennent toujours, il ne se salis jamais les mains » dis la voix d’un deuxième
-« Sauf contre une humaine sans défense, en tous cas je la plains être resté six heure entre les mains de Pelgrimm, a l’heure actuelle elle ne doit pas etre belle a voir, sachant les monstruosités dont il est capable ». Répondis un troisième
Delphinéa sera son bâton si fort que la jointure de ses mains devint blanche
-« Crois tu qu’il a eu les renseignements qu’il voulait ?? »
-« Hmm j’ai un doute, sachant que cette blondasse est toujours attachée a la cave »
-« On voit que tu ne connais pas Pelgrimm, il ne tue pas ses victimes, il préfère qu’elle se vide de leur sang dans d’atroce souffrance, de plus il est surement déjà loin a l’heure qu’il est, moi je pense qu’il a bien eu ce qu’il voulait et c’est précipiter de partir sans demander son reste »
Le beuglement extérieur s’intensifia
-« Mais quel est donc se bruit ?? » un des individus se leva car on entendit le mouvement d’une chaise.
-« Encore une saloperie de clochard, un norn en plus et il a vraiment une sale trogne »
Les autres se mirent à rire
-« Qui vient avec moi à l’extérieur ?, j’ai envie de m’amuser avec cet alcoolique » demanda l’un d’eux.
Deux des sylvaris répondirent par l’affirmative, mais le troisième pris la parole
-« Non merci, je vais aller faire un tour a la cave, voir si Pelgrimm nous en a laisser un peu »
-« Amuses toi bien !! » lâcha un des individus en refermant la porte derrière lui.

Le clochard avança vers les deux sentinelles gardant l’avant la maison en titubant et en braillant, arrivé a la hauteur de ceux-ci il s’arrêta net et se mis à les insulter, essayant par tous les moyens de garder son équilibre.
-« BIEN LE BONSOIR MESSIEURS LES HARICOTS, vous devez être content qu’il pleuve? Non ? la pluie c’est juste bon pour les poissons et les légumes !! » S’esclaffa le clochard portant une bouteille a ses lèvres.
Les sentinelles portèrent les mains en direction de leurs armes
-« Au fait vous n’auriez rien à boire ? Car mon amie ici présente va me lâcher d’un instant a l’autre » beugla le norn en désignant sa bouteille du doigt.
-« Dégage d’ici le plus rapidement possible clochard, avant que je ne te coupe la langue » cracha une des sentinelles.
-« Vous n’êtes vraiment pas gentil, mais peut être que vos amis seront plus conciliant » désignant les trois sylvaris qui firent leurs apparition par la porte
-« Je vois que ce norn a du mal à vous comprendre mes amis, nous allons accompagner ce monsieur un peu plus loin et nous allons lui déboucher les oreilles a l’aide de ceci » s’esclaffa un des sylvaris désignant son poignard effilé comme une aiguille.
-« Vous deux restez ici, continuez a monté la garde, nous allons nous occupez de ce clochard, nous revenons dans un instant »
Ils empoignèrent le norn et le trainèrent un peu plus loin dans une des ruelles


Dernière édition par The Verot le Ven 14 Aoû - 0:42, édité 1 fois

_________________
avatar
The Verot

Messages : 40
Date d'inscription : 08/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Les Rugissements de Gendarran"

Message par The Verot le Mer 12 Aoû - 20:14

Chapitre 7


Spoiler:
En face, Azenor et Nihls assistait au spectacle.
-« Mais que fait Sek ? Ne devait il pas rester a l’entrée de la rue faire le guet » demanda Azenor
-« Il devait surement déjà en avoir marre de faire le guet, il est plus tôt du genre bourrin » Lui répondis Nihls avec un sourire.
-« Pourquoi à t’il enlevé son armure, ils sont a cinq contre lui, jamais il s’en sortira, vite allons lui porter secours, je vois que trois d’entre eux le traine en direction de la ruelle toute proche, nous aurons peut être le temps d’y arriver avant eux » ils descendirent les escaliers quatre a quatre et sortirent par la porte de derrière

Il pleuvait toujours, dans la ruelle toute proche le norn était à genoux toujours la bouteille à la main
-« Pitié, pitié, pitié, je ne vous ai rien fais, je ne demande qu’une piécette pour m’acheter à boire, ayez pitié d’un pôvre et misérable norn s’il vous plait » supplia Sek les deux genoux dans la boue.
-« Hahahhahah, tu n’es qu’une mauviette, je pensais que les norns avaient plus d’honneur, une dernière volonté avant que je te transperce le crane? » demanda le sylvaris à la dague effilée
Le norn marmonna quelque chose entre ses dents, le sylvaris ne compris pas
-« Que radotes tu, parles plus fort !! »
Sek marmonna a nouveau, le sylvaris du se rapprocher et s’inclina pour comprendre se qu’il disait, c’est a ce moment là que la bouteille que tenait Sek vint s’écraser contre la tempe du sylvaris et le verre explosa.

Sonné le sylvaris roula a terre, les deux autres malandrins sortirent leurs armes et se dirigèrent vers Sek, celui-ci était a genoux sur le premier sylvaris et martelait de son poing le visage de l’individu et de son autre main bloquait l’attaque de la dague. Au moment ou l’un des sylvaris allait frapper le norn de son épée, un bouclier protecteur vint se former autour de lui et le sauva de l’attaque,
Nihls venait d’apparaître dans la ruelle et eu juste le temps d’invoquer un sort de protection,
sceptre et focus à la main, il entra dans le combat et frappa a tous va, des chaines scintillantes s’échappèrent de son sceptre et vint ligoter le sylvaris qui avait essayé de frapper Sek, paralyser celui-ci tomba a terre, Azenor n’était pas en reste, elle prononça quelques mots et se mis a tourbillonner sur elle-même, les haches au vent, elle toucha le dernier sylvaris a plusieurs endroit avant même qu’il n’ai eu le temps de réagir, celui-ci s’y s’effondra dans une marre de sang et de boue, Sek s’était remis debout et regardait le corps ensanglanté au visage en bouillie ,
-«Je savais que ma dernière volonté n’allait pas te plaire » dit-il dans un ricanement
-« Allons récupérer ton armure et tes armes avant que tu ne prends froid, Nihls ficelle et bayonne notre prisonnier avant qu’il ne s’échappe, nous viendrons le récuperer plus tard » lâcha Azenor.

Delph et Monnaa s’étaient séparée , Monnaa montait les escaliers de la demeure à la recherche du garde aperçu un peu plus tôt, arrivée au premier elle le vit , il était posté a une des fenêtres donnant sur le jardin , elle alla se réfugier dans la première pièce a sa droite en évitant que la sentinelle là repère, là elle se cacha derrière de vieux meuble empiler dans un coin près de la porte, ramassa un bougeoir trainant parmi les décombres et le lança dans le coin opposé de la pièce, le bruit attira le garde du corridor, celui-ci sorti ses armes et entra avec précaution, arriver au centre de celle-ci il se volatilisa, « Saloperie de furtivité, un voleur, au grand maux les grands remèdes » se dis Monnaa mentalement, elle se glissa vers la porte, incanta et en un seul mouvement ferma la porte et se jeta au centre de la pièce, une boule d’énergie électrique explosa , remplissant la pièce d’arc électrique, cela ne dura que quelque seconde, le sort consumé Monnaa incanta une petite flamme au creux de sa main et examina les alentours, là a un pas d’elle, gisait le voleur carbonisé.

Delph trouva la porte menant au sous sol, avec précaution sans faire de bruit elle empreint les escaliers de pierres, ceux-ci débouchait sur une pièce rectangulaire éclairée par des torches disposée ça et là, elle jeta un coup œil discret voir si la voie était libre, il n’y avait personne et aperçu une porte ouverte à l’opposé, elle entendit une voix provenant de la pièce voisine
-« Et bien ma belle, on peut dire qu’il ne t’as pas raté notre ami Pelgrimm, que vais-je pouvoir te faire qu’il ne t’as pas encore fait ? » sa phrase se termina par un ricanement « Haaa, j’ai peut être une idée, je pense qu’elle ne va pas te plaire, je vais chercher une pince à coté surtout ne bouge pas MWAHAHAHA » , Delph eu juste le temps de se caché derrière la porte, elle bouillonnait de rage, au moment ou le sylvaris passa a sa hauteur Delph planta ses deux dagues dans le cou de celui-ci, le sang gicla , elle frappa a nouveau et a nouveau, le sylvaris s’écroula dans un gargouillis, pris d’une rage frénétique elle était a califourchon sur le cadavre et frappait de ses dagues le visage de celui ci comme une démente.

Sek, Nihls, Azenor avaient repris position dans la maison abandonnée et observaient les gardes à l’entrée
-« Mes amis, comme nous sommes entre gens du même monde, je propose un tactique bien de chez nous » proposa Azenor
Les deux autres norn la regardèrent avec un sourire, ils pensaient savoir à quoi Azenor faisait allusion.
-« Héhéhé dis nous en plus Azenor, quel est donc cette tactique ?? » demanda Nihls
-« On bourre dedans !!! » annonça Azenor
-« Voila des mots que je comprends facilement !! » s’extasia Sek.
Les trois norns sortirent par la porte, comme des diables sortant d’une boite, Sek espadon au clair se tenait à droite, Nihls masse et bouclier brandit se tenait à gauche et Azenor au centre ses deux haches à la main, les auras des deux gardiens illuminait la nuit et ils chargèrent,… le combat fut de courte durée face à la force des trois norns, ils se tenaient là debout, couvert de sang, à leurs pieds les cadavres des deux sylvaris mutilés.
-« Attention, quelqu’un vient par la porte !! » prononça Sek.
La porte s’ouvrit, c’était Monnaa.
-« He bien vous en avez mis du temps ! » dit-elle avec un sourire.

Les voila à quatre réunis dans la salle principale de la maison,
-« Ou est Delph ?» demanda Azenor
-« Nous nous sommes séparez, elle allait se rendre dans les sous sol à la recherche de Falba » répondis Monnaa.
-« Vite, descendons la rejoindre »
Ils trouvèrent les escaliers, et sans aucunes discrétions descendirent les marches quatre a quatre, arriver en bas de celui-ci ils virent Delph recrocviée contre la porte du fond, elle était couverte de sang, un cadavre le visage complètement défiguré à ses cotés.
-« Delph ? Tout va bien ? » Demanda Nihls s’approchant doucement
Elle ne dit mot et accepta le bras de Nihls pour se levé, elle restait tout contre la porte comme pour empêcher quiconque d’entré
-« Azenor et Monnaa, pouvez vous m’accompagner a l’intérieur ? Messieurs je vais vous demander d’attendre mon ordre avant d’entré, est ce clair ? » Prononça Delph
Ils acquiescèrent.

Nos trois dames entrèrent dans la pièce, refermant la porte derrière elles,……………
Falba était là, dévêtue, des chaines partant du plafond et du sol, la maintenait écartelée dans les airs, des plaies lui recouvraient tout le corps, ses jambes était couverte de sang suite aux abominations commise, le visage tuméfié, les cheveux poisseux elle pendait là semblable à un pantin désarticulé, Azenor s’empressa de la prendre dans ses bras pendant que Delph et Monnaa la détachèrent, son pouls battait faiblement, ils l’allongere sur une table et Delph la couvrit de sa cape
-« Messieurs, dépêcher vous, entrez !!! » Hurla Delph.
A peine les mots prononcé les deux gardiens firent éruption dans la pièce et virent Falba sur la table, chacun d’eux se mis d’un coté de celle-ci, se tenant les mains les deux gardiens incanterent, une lumière blanche et aveuglante nimbait la pièce, la chaleur de celle-ci était douce et bienvenue, les plaies de Falba se refermèrent lentement, son visage commençait à reprendre forme humaine, nos deux gardiens restèrent ainsi pendant un long moment.
Falba ré ouvrit les yeux un instant et articula difficilement « Merci ».

-« Ne restons pas ici, les séraphins ne vont s’en doutent pas tarder » conseilla Sek
-« Tu as raison, Nihls et Monnaa venez avec moi, nous allons récupérer notre prisonnier, Sek tu porteras Falba, Delph toi tu reste près d’eux en cas de grabuge » dis Azenor.
-« Hmmm, j’ai un doute que Falba survive à la route jusqu’au manoir » informa Nihls.
-« Il y à une autre solution, le portail asura qui mène a Noirfaucon il est a deux pas d’ici et les hommes du clan Verot qui montent la garde de l’autre coté, vous apercevrez dès votre arrivée » répondis Azenor.

Delph et Nihls prirent la direction du portail, Tandis qu’Azenor et ses deux amis allèrent récupérer leur prisonnier et il pleuvait toujours.
Arriver dans la ruelle, ils s’avancèrent avec précaution car peu de lumière éclairait celle-ci
Ils durent enjamber les deux cadavres pour atteindre le prisonnier, en empoignant celui-ci pour le mettre debout, Azenor senti quelque chose de visqueux entre ses doigts et relâcha le prisonnier qui s’affala dans la boue.
-« Je crois qu’il y a un problème….. » dis Azenor
Monnaa incenta et une petite flammerole apparu dans sa main, celle-ci éclaira le prisonnier et….. Il était là couché dans la boue, les yeux grands ouverts, un trou au milieu du front….

-« La sentinelle du jardin ! Quelqu’un s’en est occupé ?? » Demanda Monnaa « selon les dires de l’asura ils devaient être dix plus Palmir, donc onze, sachant que Palmir avait déjà quitté les lieux et les sept sylvaris que nous avons tué plus celui-ci, ils nous en manquent deux »
-« Il y a une chose que je ne comprends pas, pourquoi tuer leur complice au lieu de simplement le délivrer ? » questionna Sek.
-« Mais rien ne nous dis que ceci a été fait par un sylvaris » répondis Azenor
-« Qu’est ce qui te fait penser cela ?»
-« Le trou au milieu de son front, il à été provoqué par une balle, les contours de la plaie son bruler et j’ai remarqué qu’aucun des sylvaris que nous avons croisé ne portait de pistolets ou de fusil, par contre une autre personne rencontrer ce soir en avait a sa ceinture. » informa Azenor.
Monnaa et Sek se regardèrent et s’exclamèrent en cœur « Quenan !!! »

-« Ce fils de doylak !! Si par malheur il tombe entre mes mains, j’ai vais lui faire passer l’envie de tuer nos futur informateurs !! A grand coup d’espadon dans les dents !! » Grogna Sek.
-« Mieux vaut rejoindre Delph et Nihls à Noirfaucon, là bas nous serons a l’abri et Dame Verot enverra un message à Owe pour l’informer que nous avons retrouvé Falba et que nous sommes sains et saufs, allons partons » ordonna Azenor.
Et ils prirent la route du portail sous la pluie battante.

Deux jours s’étaient écoulé depuis cette nuit là, Azenor, Delph, Nihls et Monnaa arrivèrent au manoir, Falba était resté à Noirfaucon entre les mains expertes de Sigvald, physiquement elle allait mieux, mais psychologiquement c’était autre chose, suite aux services qu’elle avait subit et la perte de son fidèle compagnon, il lui faudra du temps pour tout oublier.
Ils étaient tout les quatre installé dans la grande salle quand Owe et Bjorn firent irruption dans la pièce, Owe pris la parole

-« Je suis heureux que vous ayez retrouvez Falba, j’ai eu des nouvelles par Lianah revenue de Noirfaucon, il y a de cela peu et je suppose que Xandros vous a mis au courant de la situation à la cour des cauchemars»
-« Oui, ils nous à effectivement bien informé que depuis peu de temps, les troupes du cauchemar ont pris les armes, ils se déploient autour de leur territoire et se préparent a la guerre, de plus Pelgrimm est parmi eux. » répondis Delph
-« Surtout que nous savons maintenant qui est réellement Pelgrimm alias « palmir », mais comment se peut il qu’il soit toujours vivant ? Il est sensé être mort il y a de cela de nombreuses années» enchéris Owen
-« J’ai crus comprendre que ce n’était qu’une légende ? Un des premiers sylvaris à rejoindre le coté sombre de la force, serais ce donc lui qui aurait le pouvoir d’ouvrir le portail à Primordius ? » Demanda Azenor
-« Je le crains fort, il était réputer a son époque d’être un des plus grands envouteurs que la Tyrie aie connue, mais tant que nous détenons le livre il ne pourra pas ouvrir son portail » répondis Owen
-«Ne crois tu pas qu’il serait plus sage de faire transférer le livre vers un lieu plus approprié ? Je n’ai pas trop envie de voir débarqué une grosse poignée de cauchemars accompagné du fidèle Pelgrimm, non point que j’ai peur de mourir mais imaginez que le grimoire tombe entre les mains de cette raclure et que Primordius débarque en plein marché matinal à l’arche du lion » dis Bjorn à l’attention d’Owen.
-« Ouais t’as raison, surtout que je connais un marchand qui vend une de ces excellentes bières que l’on ne trouve qu’en province de Belgica, cela ne serait vraiment pas sympa !! » s’exclama Sek.
Ils le regardèrent avec un sourire.
-« Donc pour résumer, Pelgrimm désirent s’approprié le livre dans le but d’ouvrir un portail à Primordius, il envoi ses troupes dans les catacombes récupérer celui-ci, ses hommes ne revenant pas ils décident d’engager des mercenaires, mais pas n’importe lesquels et c’est là que nous intervenons, mais il reste toujours une question en suspends, dans quel but désire t’il la venue de Primordius ? » demanda Nihls.
-« Allez savoir la raison, folie destructrice ? Pouvoir ? Richesse ? Qu’importe, il nous faut empêcher cela, ils ne nous restent que deux solutions, soit nous mettons le livre en sécurité, soit nous le détruisons » répondis Bjorn
-« Essayez par nous même de détruire ce livre serait une folie, c’est un artefact magique seuls les dieux savent ce qu’il pourrait arriver dans ce cas là » affirma Nihls
-« Il faudrait que nous nous réunissions tous et que nous prenions une décision, je fixerai donc la réunion demain vers le début d’après midi ici dans la grande salle, cela vous convient il ? »
Ils acquiescèrent.
-« En attendant nous avons doublé la garde et certains membres du pacte ont placé des pièges tout autour du manoir, cette fois ci nous serons prêt a les recevoir si l’envie leur prends encore de nous rendre visite ». affirma Bjorn
Ils discutèrent comme cela encore quelques heures et vaquèrent chaqu’un a leurs occupations

La journée touchait à sa fin, la température était encore douce malgré l’hiver a la porte, Bjorn était en cuisine à tourner autour de Madeleine curieux du repas qu’elle mijote pour ce soir,
Madeleine était un fin cordon bleu aux yeux de nos amis, elle s’arrangeait toujours qu’un repas soit comme un jour de fête, les repas était simple, mais c’était surtout la façon de les présenter et la façon de les cuisiner.
-« Messire Bjorn !! Avez-vous bientôt fini de courir dans mes jambes ?? »
-« Non ! Pas avant que tu ne m’as dis ce qui mijote là sur le feu » dis Bjorn en montrant la grande marmite occupé à chauffé et d’où s’échappait un fumet de bière et de moutarde »
-« Rendez vous plutôt utile et aller me chercher quelques patates à la réserve et prenez en assez pour tout le monde ! » ordonna Madeleine.

Ils furent interrompus par la voix de Zoë
-« AU FEU, AU FEU, AU FEU, VITE VITE ONT A BESOIN DE MONDE !! »
Bjorn se précipita à l’extérieur du bâtiment principal, une des granges était en feu, il se dépêcha de rejoindre ses amis qui étaient déjà occupé par tout les moyens d’éteindre l’incendie, ils était tous là au complet faisant deux chaines du puits à la grange, par chance un des hommes avait pu ouvrir la porte aux familiers présent a l’intérieur, sinon les pauvres auraient bruler vif, en moins d’une heures les flammes furent métrisés , Lainah s’occupait des opérations en compagnie d’Owen, ils étaient en pleines discutions avec plusieurs membres du pacte à propos de l’incendie, d’autres était occupé a s’occuper de leur familier sorti des flammes, Bjorn s’occupa de sa panthère encore marqué par le dernier combat dans les catacombes, Zoë en profita donc pour aller se débarbouiller et se dirigea vers le bâtiment principal, arrivée à quelques pas de la porte d’entrée , elle senti un courant d’air comme si quelqu’un venait de la frôler, elle se retourna et ne vit rien.
-« Mon imagination me joue des tours, la fatigue sans doute…. » se dis Zoë, en entrant dans le hall , elle se dirigea vers la cuisine toujours dans ses pensées, arriver a la hauteur du bureau d’Owen, quelque chose a sa gauche dans la salle de repos, attira son regard….une chaussure..
Lentement elle se dirigea vers celle-ci, il commençait à faire nuit et du conjuré une flammerole.

C’était une des chaussures de Madeleine, quelques goutes de sang tachait celle-ci, Zoë se dis que la propriétaire ne devait pas être loin, sorti sa dague de sa main disponible et se mis à regarder autour d’elle, la pauvre madeleine gisait derrière un des grands fauteuils ……Morte………..
Son assassin lui avait tranché la gorge et avait pris soin de tirer la langue de madeleine a travers la plaie béante comme pour en faire une cravate, Zoë du se métriser pour garder son calme se retourna et se précipita a l’extérieur, là dehors , elle hurla sa douleur et s’écroula a genoux en pleurs, elle s’était toujours bien entendue avec Madeleine, elle était sa confidente, une mère..

Les autres membres du clan découvrir la chose avec horreur, Zoë et Owen prirent en charge la défunte accompagné du fidèle Nihls, Bjorn forma des groupes pour rechercher tout indice du malfrat, Zoë confia son impression qu’elle avait eu avant d’entré dans le manoir.
Sek, Delphinéa et Azenor étaient dans la cuisine.
-« Ce n’était pas assez de l’égorgée, l’assassin à du la mutilé ! » raga Delph
-« Un message ! On nous conseil de tenir notre langue ! Saloperie de voleur…» s’écria Sek
-«Le bureau d’Owen a été visité et naturellement le grimoire a disparu….aucunes traces d’effraction » informa Azenor.
-« Ouais c’est bien ce que je disais, pas d’effraction, furtivité et la façon dont il c’est occupé de notre amie Madeleine, nul doutes….une saloperie de voleur » renchéris Sek
Delph se leva de sa chaise et parla
-« Je ne peut rester ici les bras croisés ! Je vais faire un tour à l’extérieur, prendre l’air et voir si je ne trouve pas de traces aux alentours »
Azenor regarda en direction de Sek, celui-ci lui rendis son regard sans parler
-« Sek et moi-même allons t’accompagné » affirma Azenor

Ils sortirent de la demeure, la nuit tombé l’air était plus frais, l’odeur de fumée émanant de la grange flottait dans l’air ambiant, nul doutes l’incendie et le vol était lié, ils prirent en direction du porche.
-« Ou allez vous comme cela ?? » c’était la voix de Nihls
-« Faire un tour, comment vont Zoë et Owen ?? » demanda Delph
-« Tous les deux sont fort attristé par la mort de Madeleine, il ne faudra rien leurs demander pour l’instant, Bjorn s’occupe de la sécurité et des recherches, puis je vous accompagnez ?? » répondis Nihls.
-« Naturellement ami Nihls, votre compagnie est toujours la bienvenue » dis Azenor tout en lui donnant une tape amicale sur l’épaule.
Ils arrivèrent a la hauteur du porche, c’était Wookka qui était de garde, ils le saluèrent
-« Bien le bonsoir mon ami, rien a signalé ? » s’enquit Sek
-« Non, à part que je me sens un peu responsable de se qui s’est passé ce soir » répondis Wookka complètement confus.
-« Ne prends pas ce fardeau sur tes épaules mon ami, les voleurs et leur furtivité sont la pire des choses que le dieu farceur Arena ai engendré » répondis Nihls, et ils passèrent le porche.
Ils s’enfonçaient dans les sous bois non loin.

Chapitre 8


Spoiler:
-« Si nous étions un cauchemar et que nous avions un colis urgent entre les mains quelle route prendrions nous ? » demanda Delph.
-« Je me dirigerais vers lac de Viathan et longerais la rive ou trouverais une embarcation en direction du comptoir d’Ireko et là par la mare de Lychcroft je rejoindrais essaiment le territoire sylvaris » pensa Nihls.
-« Oui ou il a pris le chemin du promontoire et de là un portail en direction de l’arche, là bas il aurait accès a n’importe quelle capitale » dis Sek.
-« Non je ne pense pas, il serait obligé de prendre le portail en direction du Bosquet et aucunes chance qu’il s’en sorte vivant arrivé là bas » enchéris Delph
Azenor ne disait rien, elle observait des traces au sol mais aucunes d’elle ne correspondait a notre voleur, elle se retourna vers nos amis et dis
-« La meilleur solution serait de pénétrer en territoire sylvaris, quelques soit le chemin pris par notre gredin, il devra de toute façon se rendre là bas »
-« effectivement cela simplifie les choses, suivons ton conseil et rendons nous sans attendre dans les marais de Lychcroft, de là nous emprunterons la route menant au territoire Sylvaris. » conseilla Delph.
Et Ils se mirent tout les quatre en chemin.

Au petit matin ils arrivèrent au lac de Viathan, Azenor arrêta le petit groupe et pris la parole,
-« Il y a du bruit venant de la rive, nous ne sommes pas seul, restez ici je vais en éclaireur »
-« Prends garde à toi, en cas de pépins crie et nous accourrons » chuchota Nihls
Azenor sorti ses haches et avec précaution se dirigea vers le bruit, a quelques mètres de la rive elle se dissimula dans les feuillages et aperçu six kraits, le plus grand qui paraissait être le chef donnait des ordres dans une langue incompréhensible pour elle, ayant observé le petit groupe elle fit demi tour pour faire son rapport
-« Ils sont six, leur chef doit etre un caster car il porte un drôle de bâton, j’ai l’impression qu’ils gardent la berge, donc deux solution s’offre à nous, soit nous faisons demi tour et empruntons une autre route, mais cela nous ferais perdre du temps ou soit nous nous confrontons aux Krait ?? À vous de choisir » leur lança Azenor.
-« Et bien je pense que………… » Delph n’eu pas le temps de terminé sa phrase que Sek était déjà debout espadon au clair et se dirigeait vers la berge d’un pas décidez
-« allons bon, c’est reparti ! » souffla Delph dépitée

Sek et Nihls étaient déjà au combat, ils croisaient le fer avec trois des créatures armées de lances rudimentaires, Azenor vint les rejoindre, Delph de son coté était occupé a conjuré un sort de feu, du coin de l’œil elle observait les trois autres ennemis, deux d’entre eux étaient munis d’arc long et s’apprêtait a déverser un déluge de flèches sur nos trois amis occupé dans la mêlée, le sort de Delph n’était pas prêt et ils tirairent…..
Le barrage de flèches allait se déverser sur nos amis, quand Nihls rompa le combat et fit un pas en arrière et marmonna quelques mots, un bouclier fait d’argent et de lumière vint les englobés, les flèches se fracassèrent dessus sans faire de dommage, mais c’est a ce moment là qu’un des krait en profita pour assené un coup de sa lance dans cote d’Azenor.
Celle-ci esquiva de justesse lui laissant une estafilade, elle grogna et reparti au combat de plus belle, Nihls revint dans la mêlée , le sort de Delph lancé une grande flaque de lave et de magma vint s’ouvrir sous les queues des deux archers , ceux-ci prirent feu instantanément et hurlèrent de douleurs, les flammes venant lécher leurs écailles, l’un d’eux s’effondra sur lui-même dans des spasmes grotesques, l’autre eu l’intelligence de se jeter a l’eau immédiatement ce qui le sauva, l’écume au bord des lèvres le chef des créatures incanta un sorts

-« De la magie noire, un nécromant !! » se dis Delph.
Trois créatures firent leurs apparition aussi grosse que des chiens, elles étaient faites d’amas sanglant de chair et d’os , leurs faciès ressemblait a un crane de rat décharné dont l’ossature était apparente et elles se jetèrent en direction de Delph, celle-ci balança boules de feu sur boules de feu , mais les petites créatures étaient rapides et vives et esquivèrent facilement ses sorts, ses efforts de concentration payèrent enfin , une des créatures fut toucher par une des flammes et fut projetée en direction des trois norns, Sek eu juste le temps de se retourner et trancha la créature en deux qui termina de se consumer dans l’herbe.
Les trois créatures munies de lance commencèrent a faiblir sous l’attaque des trois norns, l’un d’entre elles baissa sa garde et c’est a ce moment là que Sek lui transperça la gorge de son espadon, le sang gicla sur nos amis et la créature tomba raide morte, les deux survivants reculèrent en direction du nécromant qui incantait déjà un nouveau sortilège, un puits verdâtre s’ouvrit au pieds de nos amis norns et s’étendait au fur et a mesure sur le sol, des émanations toxiques s’échappèrent de celui-ci, Sek se mis a suffoqué et porta ses deux mains a sa gorge,
un des krait voulu en profiter , mais s’était sans compter l’intervention d’Azenor qui vint lui assené un coup de hache au niveau de son épaule gauche, le krait du abandonné le combat sous l’impact, la hache d’Azenor lui avait tranché la chair et touché l’os de l’omoplate, l’inhalation du poison commençait déjà a faire son effet, Azenor se mit a cracher du sang, le dernier des lanciers recula encore et se mis a coté de son maitre et ils furent rejoint par l’archer qui s’était jeté a l’eau un peu plus tôt.
Delph avait conjuré un phœnix de feu qui s’attaquait a présent a une des créatures invoqué par le nécromant, brulant celle-ci a chaque attaque, l’invocation gisait au sol dans une odeur de chair bruler, la dernière de ces créatures n’était plus qu’a quelques pas, Delph recula et…trébucha sur une racine.

Nihls chantonna un sort, un brouillard épais apparu à leurs pieds recouvrant la zone purulente émise par le puits, Sek repris ses esprits, se cramponna a nouveau a son espadon, se retourna vers Azenor et demanda
-« Tout va bien ?? »
-« Mieux à présent mais restons sur nos gardes, Nihls un pas en arrière et couvre nous de tes bienfaits » répondis Azenor, subitement son regard fut attiré par Delph.
Elle était à terre et l’invocation allait se jeter dessus, à cette distance ils n’auraient jamais le temps d’intervenir quand soudain deux flèches vinrent se loger dans la créature et l’a clouèrent a un arbre, la créature toujours vivante privé de ses mouvements se débâtait avec rage, ils regardèrent l’endroit d’ou venait les flèches mais il n’y avait personne.
Ils purent à nouveau se concentré sur le chef et ses deux sbires.

Le chef des kraits pris la parole avec un fort accent reptilien
-« Shhheeee le cauchemar nous l’aveshhh bien dishhh que vous viendriesshhh shhhh shhhh »
-« Ainsi donc vous travaillez pour le cauchemar ? » s’enquit Azenor
-« Non, non passhhh pour, mais avecshhhh !! » dit il, un vilain sourire naissait sur ses babines, faisant apparaître ses crocs
Il lança a nouveau un sort, des mains squelettiques apparurent du sol et enlacèrent les chevilles de nos trois amis, pris au piège ils ne pouvaient plus bouger les jambes, l’archer krait allait déverser a nouveau ses flèches, mais une pluie de feu se mis a tombé sur ceux ci, ce qui les obligeât a bouger et le nécromant ne pus maintenir son incantation, c’était Delph qui venait de libérer un de ses pouvoirs, les norn en profitèrent pour charger, Azenor et Sek se jetèrent sur l’ennemi qui était le plus proche, manque de chance le krait maniant l’arc n’eu pas le temps de les voir venir, qu’Azenor lui avait déjà enfoncé une de ses haches dans le flanc et l’autre hache lui avait tranché la queue qui lui servait de jambes, l’espadon de Sek mis fin a ses jours en le transperçant au niveau de la cage thoracique.

Nihls lança de son sceptre des chaines éthérée venant emprisonner le Krait à la lance, celui-ci fut immobilisé et en un instant il fut truffé de flèche comme une pelote d’épingle, le gardien regarda a nouveau l’endroit d’où provenait les flèches, toujours personne…… « Mais qui est donc notre mystérieux archer ? » se demanda mentalement Nihls.
Ils se tenaient tous les quatre face au nécromant assez espacé l’un de l’autre pour éviter soigneusement les maléfices de celui-ci
Tout se passa très vite, Delph venait de lancé un éclair électrique en direction du krait, arrivé a quelques centimètres de lui le sort explosa, cela ne lui fit aucuns mal, mais par contre le rendis aveugle pendant un moment, Nihls au même instant cria des mots dans sa langue
Une prison de lumière vint englober l’ennemi l’empêchant de toute fuite, Sek et Azenor se sentir soudain plus puissant, plus fort, ils chargèrent le nécromant et frappèrent de toutes leurs force le tailladant de toutes part, sous le choc et la douleur le krait ne pu se concentré et ne savait ou frapper, il tenta le tout pour le tout, il savait a cet instant que cela mettrait fin a sa vie, mais ses ennemis le suivraient en enfer et dans d’atroces souffrances.
Il tenta de se concentré une dernière fois, mais une flèche vint se loger dans son crâne qui mis fin a son incantation, il tomba inerte sur le sol, du sang coulant de nombreuses blessures.

Tous les quatre se tournèrent en direction d’où venait la flèche, un archer était posté sur une souche d’arbre un peu en hauteur, le soleil hivernal dans le dos, ce qui empêchaient nos amis de discerné les traits de l’inconnu, comme il ne montrait aucunes animosité, ils rangèrent leurs armes.
-« Merci du coup de main noble archer, ta flèche est rapide et précise » gratifia Delph
-« Avec plaisir, par le plus grand des hasards n’auriez vous pas emporté une flasque d’alcool dans vos bagages ? » demanda l’inconnu
Cette voix …c’était celle de…..Falba !!

Ils mirent pieds dans une petite embarcation et descendirent le lac en direction des marais de Lychcroft sur le trajet personne ne dis mot, Delph observa son amie, elle avait gardé quelques trace du passage de Pelgrimm dans son visage, mais cela s’estomperait avec le temps, malgré les cicatrices Falba n’avais rien perdu de son charme se dis Delph
Nihls cassa le silence.
-« Mais au fait Falba, comment nous as-tu rejoints ? Et par quel miracle es tu déjà sur pieds ? »
-« La plus part de mes blessures n’était que superficiel et grâce a vos bon soins, les plus graves se sont résorber en partie, si vous n’étiez pas intervenu si vite au Promontoire, je serais toujours alitée a l’heure qu’il est ou pire je serais peut être morte ! Les soins pratiqué par Sigvald ont continué le processus de guérison et je ne vais pas vous mentir je me sens encore assez faible par moment»
-« Nous sommes heureux de te compter à nouveau parmi nous » s’écria Sek un sourire aux lèvres.

Falba regarda Azenor et lui dis
-« Vous devez être Azenor votre frère m’a beaucoup parlez de vous, il vous passe son bonjour et c’est aussi grâce a votre ami Qwark que j’ai pu vous rejoindre si rapidement »
-«Rhaaa Sigval, il est bien gentil, mais il devrait absolument arrêter de me prendre encore pour une enfant, par moment il oublie que j’ai grandie, mais bon passons à autre chose, alors comme cela Mister Qwark vous à aidez et il vous a demandez combien pour son aide ? » demanda Azenor en riant.
-« Il faut dire que Dame Verot était derrière lui, d’ailleurs c’est elle qui m’a avertie de la disparition du livre et elle m’a conduite chez Qwark, qui c’est empressé d’ouvrir un portail portatif prés du manoir et de là je n’avais plus qu’a suivre votre trace » répondis Falba
-« Comment peut elle déjà être au courant de la disparition du livre, cela ne fait que quelques heures qu’il a été volé ? » s’enquit Sek
-« Dame Verot a des oreilles partout, a première vue on pourrait la prendre pour une femme naïve et fragile, mais ne la sous estimez pas, une fois en colère elle pourrait déclencher l’ouverture des portes de l’enfer » lui répondis Azenor.
-« Azenor, nous arrivons en vue des marais de Lychcroft » signala Nihls
-« Il se fait tard, mieux vaut camper a l’extérieur du marais et reprenons notre route demain de bonne heure, des choses malsaine rodent la nuit dans ces marécages, on les surnomme les mangeurs » expliqua Azenor.
-« Les mangeurs ? Pourquoi ce nom ? » Questionna Delph.
-« Ce sont des êtres putrides en chasse de chair fraiche et se délecte du cerveau de leurs victimes, ils se déplacent en général en masse et le seul moyen de les tué c’est en visant la tête, j’ai déjà eu le malheur d’en croisé et croyez moi ils sont voraces et s’attache rapidement à vous » ironisa Azenor.

Ils mirent pieds a terre au comptoir d’Ireko, l’endroit paraissait propice pour passer la nuit, a cette heure si tardive, marchands, mercenaires déambulait encore parmi les échoppes, Nos amis achetèrent quelques victuailles pour la route qui allait venir et s’installèrent un peu a l’écart du camp, Sek fit un feu tandis que Nihls soignait les blessures superficielles reçurent quelques heures plus tôt contre les kraits et en profita pour changer les pansements de Falba
Le feu crépitait déjà quand Sek revint avec quelques petits iguanes
-« Tu ne comptes quand même pas manger cela ? » demanda Falba avec horreur montrant les petites créatures que Sek était occupé à nettoyer.
- « Bah si…, nettoyer, dépieuter, bien assaisonné et une fois cuits, tu verras c’est un vrai délice » dis Sek tout en enfilant les iguanes sur une longue pique.
- « Beurrrk non pas pour moi, je préfère encore me nourrir de fruits » s’exclama Falba.
- « Tant pis pour toi, il y en aura d’autant plus pour les autres. » répondis Sek en disposant deux belles longues brochettes d’iguanes au dessus du feu.

Ils définirent les tours de garde, discutèrent encore quelques heures autour du feu
- « Crois tu que nous trouverons Pelgrimm sur place ? » Demanda Falba à l’ intention de Delph.
- « Pourquoi me demandes-tu cela ? Aurais-tu une idée derrière la tête ? » Chuchota Delph.
- « Non…Non, pas du tout c’était simplement pour savoir à quoi m’attendre arrivé là bas »
- « Bien sur, bien sur ! Tu oublies une chose ma douce Falba……je te connais depuis des années et quand tu mens je le vois sur ton visage, donc fais croire cela a tout le monde si tu le désire, mais pas à moi ! »
- « Pourquoi dis tu cela ? Je ne vois vraiment pas ce que tu veux insinuer » répondis Falba en détournant le regard.
- « Je te préviens, si par la vengeance tu fais capoter la mission, c’est moi qui vais te botter le train et comme on dit ‘un homme averti en vaut deux’ donc tu sais a quoi t’attendre, sur ce…… bonne nuit » et Delph se retourna.
Falba ne s’endormit pas de suite, les images de la journée passé dans la maison rouge lui revenait sans cesse en tête, elle avait peur………pas la peur de revivre ces moments atroces, ni d’affronter Pelgrimm, mais la peur de la fureur qui l’animait………

Il faisait froid et humide ce matin là, Nihls ayant pris le dernier tour de garde réveilla tout le petit monde, Sek s’étira et dis.
- « Reste-t-il encore un morceau ou deux de ces délicieux iguanes ? »
- « Non Sek, tu as terminé les trois derniers morceaux pendant ton tour de garde » répondis Nihls.
- « Dommage, j’aurais bien pris un petit casse dalle avant de prendre la route »
Il se leva hors de sa couche, replia le tout et mis ses affaires dans son sac, bientôt imité par les autres, ils se mirent en route et prirent en direction des marais.
Ils marchaient depuis une heure et la pluie commença à tomber
- « Allons bon et voila qu’il pleut à nouveau, mais quand cela va t’il s’arrêter ? Je commence à rouiller dans mon armure !! » Grogna Sek
- « Attends avant de râler, une fois arriver dans le centre du marais tu auras de l’eau et de la boue jusqu'à la taille et là tu auras une bonne raison de réclamer » dis Azenor dans un petit rire.

- « Bon à partir d’ici silence, c’est le territoire des mordeurs et nous arrivons au centre du marais, n’oubliez pas si une de ces créatures vous attaques visez la tête » dis Azenor en scrutant les alentours.
Ils s’avancèrent sous la pluie au plus profond des marais, ils avaient parcouru une centaines de mètres et ils aperçurent une de ces créatures, à quelques pas sur leurs droites.
Elle marchait péniblement, des vêtements en haillons, sa peau était d’un blanc verdâtre et toute boursouflé par endroit, la moitié de son visage n’était plus qu’un amas putride, par ci et par là on pouvait voir son ossature apparente
- « Vu sa corpulence cela a du être un norn autrefois, quelle monstruosité à bien pu le rendre comme cela ? » se demanda Nihls en pointant la créature du doigt
- « Toutes créatures rentrant dans les marais et qui se fais attaquer par un mangeur termine en général dans cet état là » répondis Azenor.

Un autre petit groupe de mangeurs s’approchait dangereusement, ils étaient au nombre de sept, nos amis sortirent leurs armes prêt à les affronter
- « Ne restons pas ici, bougeons vers la gauche, le chemin à l’air libre par là » indiqua Falba.
Ils là suivirent, les mangeurs étaient bientôt sur eux, ils entendirent leurs grognement se rapprocher, ils avaient à peine avancé de quelques mètres qu’au détour d’un rocher, ils tombèrent presque nez à nez avec d’autres mangeurs, les trois premiers se jetèrent sur Falba
Sek eu juste le temps de pousser Falba sur le coté que son espadon vint trancher deux têtes, la troisième créature, la bouche grande ouverte, se jeta sur Sek, la mâchoire vint se refermer sur son avant bras métallique, Azenor trancha le cou de celle-ci, deux autres mangeurs se jetèrent sur les deux norn, Falba décocha une flèche a la vitesse de l’éclair et transperça le crane d’un des zombies, celui-ci s’écroula , son compère agrippa le bras d’Azenor de ses mains décharnées, Azenor lui trancha un bras , n’y prenant pas attention la créature voulu mordre la norn, c’était sans compter la masse de Nihls qui vint exploser la tête de celle-ci.

- « Vite suivez-moi !! » Cria Nihls tout en incantant un sort de vitesse, Delph couvrait les arrières, elle balançait sort après sort, le nombre de zombies avait augmenté, ils devaient être à présent une vingtaine, les pluies de feu les touchèrent, cela fit pas mal de dégâts mais pas encore assez pour diminuer leur nombre, ni de ralentir leur course, Delph s’arrêta net et fis face aux zombies.
- «Mais que fais tu ?? » lui demanda Falba.
- «Avancez, je vous rattraperez, je vais tenter de les ralentir » cria Delph
Sek s’arrêta net et dis,
- « Crois tu que je vais te laisser les affrontés ? Et avoir l’honneur de mourir seul au combat ?? »
- « C’est gentil de t’inquiéter pour moi, mais filez tant que vous en avez encore le temps » dis Delph sans se retourner.
- « Tu es venue jusqu’au Promontoire me chercher, penses tu que je vais te laisser seul dans ce marais ? » Demanda Falba.
- « La meilleurs défense, c’est l’attaque » ironisa Azenor.
Le groupe fit face à la horde.

Delph invoqua un cercle de feu qui vient entourer nos amis et enchaina rapidement avec un sort de glaces gelant tout ennemies osant franchir la barrière de feu.
Les premiers zombies franchirent le cercle de feu, même enflammé ils continuèrent leurs chemin , une odeur de cochon grillé parvint aux narines de nos héros , ils mirent pieds sur la glace , certain restèrent sur place les pieds congelés sur le sol, d’autres par contre déchirèrent une partie de leurs jambes et se retrouvèrent a plat ventre et progressaient toujours enflammé vers nos amis, leurs ongles crissant sur la glace , Falba décocha une pluie de flèches, qui vient clouer certains zombies au sol et en tuèrent quelque uns.

Azenor, Nihls et Sek s’étant équiper de leurs marteaux, se joignirent au combat , fracassèrent tout crane de zombie encore un temps soit peu vivant, enfin si l’on puis dire, les cranes explosèrent a tout vas, laissant cervelle et sang sur le sol, bientôt ils se retrouvèrent face aux quatre mordeurs encore debout, enfin trois, Falba vint a nouveau de décoché une flèche meurtrière venant se loger dans l’orbite d’un des zombies s’écroulant net, Nihls frappa de son marteau les jambes d’un zombie, le coup lui faucha le bas du corps au niveau du bassin éclaboussant Nihls d’un amas de sang et d’un liquide nauséabond d’une couleur verte, celui-ci regarda son armure et en un clin d’œil vient écraser la tête du zombie qui lui avait taché l’armure, entre temps Delph avait invoqué un phœnix de feu qui vint lacérer le visage d’un des mordeurs, les griffes de celui-ci s’enfoncèrent profondément dans la chair lui brulant se qui lui servait de cerveau, il ne restait qu’une de ces créature face a Sek et Azenor.

- « MAIN GAUCHE, MAIN DROITE !! » cria Azenor.
Sek compris tout de suite, balançant chaqu’un leur marteau dans le sens opposé pour prendre de l’élan, la tête du malheureux zombie fut atomisée entre les deux marteaux s’entrechoquant, les deux norn étaient plié de rire
- « Par l’esprit de l’ours, il y a longtemps que je n’avais utilisé ce coup » dis Sek dans un rire
- « Dites les gamins, quand vous aurez fini de jouez, peut on filé d’ici ? » demanda Delph.
- «Pffffffffff , si on ne peut même plus se détendre un peu maintenant » humorisa Sek.
Ils se dépêchèrent d’avancer et de sortir au plus vite de ce marécage.


Dernière édition par The Verot le Ven 14 Aoû - 0:44, édité 1 fois

_________________
avatar
The Verot

Messages : 40
Date d'inscription : 08/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Les Rugissements de Gendarran"

Message par The Verot le Mer 12 Aoû - 20:18

Chapitre 9


Spoiler:
Après quelques heures de marche, ils arrivèrent en territoire sylvaris et même ici la pluie ne cessait de tombée, la végétation était luxuriante, des nuages d’insectes voltigeait par ci par là, des …….vétérans se promenait dans l’herbe haute, ils avancèrent encore de quelques lieux, ils se sentaient surveiller, les yeux des sylvaris étaient surement pointé sur eux depuis leur entré en territoire, ils continuèrent prudemment à avancer sans gestes hostiles, la nuit allait bientôt tombée.
- « A quelques mètres d’ici nous trouverons une rivière et des grottes pouvant nous protéger pour la nuit » indiqua Falba connaissant la région comme sa poche.
- « Une rivière !! Enfin !! Parce qu’en plus d’être laid, notre ami Nihls pue la mort maintenant !! » S’esclaffa Sek
- « Mouais un peu la même odeur que lorsque je t’ai retrouvé plein comme un baril, occupé a pataugé le cul dans la gauge aux cochons !! » répondis Nihls le sourire aux lèvres.
- « Vois pas se que tu veux dire ? Mais bon passons, les grottes sont elles sécurisées ? » Demanda Sek pour évitez le sujet.
- « Bah en toute logique oui, sauf si un ou deux trolls y on élut domicile » répondis Falba
- « Allons bon après les mordeurs, des trolls à présent…. » Railla Nihls.
Ils trouvèrent une grotte assez amples pour les abrité tous les cinq, de plus à deux, trois pas de la rivière et n’étant pas occupé par des trolls.
Ils firent un petit feu a l’entrée de la grotte, mais prirent soins qu’il n’attire pas d’individu malsain, ils nettoyèrent leurs armes et armures et vêtements comme ils le pouvaient, le passage dans les marais avait laissé des traces sur tout le monde, suite à cela et ne voulant plus manger de l’iguane Falba parti a la chasse.

Nos trois norn étaient occupé à entretenir leurs armures quand Falba revint avec une jeune biche sur son épaule.
- « Comme je vois, la chasse à été bonne !! » s’exclama Sek.
- « Si on veut….. » répondis Falba dans un souffle.
- « Mais qu’a-t-elle ?? » demanda doucement Sek a l’attention de Delph.
- « Elle n’aime pas tuer des créatures sans défenses, ici la bête devait être blessée et elle a surement du l’achevée, voila pourquoi son malaise» répondis Delph dans un chuchotement.
Falba était a l’extérieur de la grotte occupé à nettoyer la bete pour le souper, le long de la rivière Delph avait trouvé quelques patates douces et des herbes pouvant agrémentés le souper, Nihls vient aider Falba à découper la biche et enfilés les morceaux de viande sur une pique.
La bête cuisait au dessus du feu, Sek montait la garde à l’extérieur de la grotte, Nihls profita de l’absence de celui ci pour sortir un cruchon de vin et chuchota.
- « Ce n’est pas que je n’ai envie de partagé avec lui, mais s’il commence, il ne nous laissera pas grand-chose le connaissant. » dit il à ses comparses autour du feu.
- « Tu as raison, passes donc ce cruchon par ici !! » s’exclama Falba.
Le norn lui tendis le cruchon, Falba s’empressa de s’en emparer et bu goulument.
- « Hé Ho l’humaine laisse en pour les autres » dis Azenor dans un sourire.
Falba lui tendis.
- « Délicieuse la viande, cuite à point et tendre a souhait, comme je l’aime, remercions les esprits …….et Falba » dis Nihls la bouche pleine.
- « Laissez donc un peu de vin pour notre ami de garde, ou sinon nous l’entendrons réclamer toute la nuit » dis Delph avec humour.
Et ils continuèrent à parler ainsi pendant un bon moment.

Nihls pris le tour de garde suivant, Sek vint s’installé près du feu en compagnie d’Azenor
Delph et Falba étaient déjà couchée.
- « Combien de temps nous faudra t’il pour rejoindre la tonnelle à ton avis ? » demanda Sek à l’attention d’Azenor.
- « Si rien ne nous retient en chemin, à une journée de marche vers le sud ouest, mais avant toutes choses je voudrais me renseigner si notre ami Pelgrimm ou le voleur n’ont pas été vu dans les parages » répondis celle-ci
- « Mouais, mieux vaut ne pas rentrer de nuit en tonnelle, cette foret est déjà assez malsaine de jour que pour y aller se promener la nuit tombée » répliqua Sek en mordant de plus belle dans son troisième morceau de viande.
- « Pendant le repas Falba nous a parler d’un petit village de pêcheur pas très loin d’ici, ils ont peut être vu ou entendu quelque chose sur nos individus. »
Sek acquiesça et porta le cruchon à ses lèvres.
- « Sur ses paroles mon ami, je vais aussi rejoindre ma couche, que les esprits veilles sur toi »
Dis Azenor tout en se levant.
La bouche pleine Sek lui répondit quelque chose qu’Azenor pris pour un « bonne nuit ».

Au petit matin, Falba vint réveiller le groupe, malgré le temps pluvieux, tout le monde se leva sans rechigner, ils éteignirent les quelques baises du feu qui réchauffait encore la grotte, plièrent bagages et prirent la route en direction du village.

Le village sylvaris qui se présentait devant eux , était composer de petite hutte faites d’agglomérat de plantes , de bois et de fleurs, les habitants vivaient principalement de pêche et de cultures, non hostile ils accueillir les visiteurs avec bonne humeur, Falba connaissant le chef du village « Yavana Sülimo » eu un entretien de suite, Azenor lui expliqua le but de leur venue sur les terres sylvaris.

Yavana Sülimo était grand pour un sylvaris, bâti comme un chêne et d’un âge avancé il n’avait pas toujours été pécheur, il fut un temps ou Yavana maniait l’épée et la dague comme un véritable spadassin, mais lors de la bataille du défilé de Druss, un charr lui trancha le bras au niveau du coude, ce qui mit fin à sa carrière d’épéiste au sein de l’armée sylvaris.

- « Effectivement, il y a de cela quelques jours un sylvaris accompagné de six sbires fut aperçu sur le chemin de tonnelle, mais pour ce qu’il en est de l’autre inconnu aucunes traces, mais pas très étonnant vu que vous le qualifié de voleur » répondis Yavana aux questions posés par Azenor
- «Pourriez-vous nous fournir un guide connaissant la route pour tonnelle ? Mais dès arriver a l’entrée de cette foret nous nous débrouillerons.» s’enquis Falba.
- « Belle Falba, je ferai mieux que de vous fournir un guide, je vous y conduirai moi même, de plus je vous accompagnerai a l’intérieur de tonnelle, car vous risquez de tourné en rond pendant des jours sans connaître l’endroit. » répondis Yavana.
- « Je vous en remercie, je n’en demandais pas tant » dis Falba tout en s’inclinant.
- « Attendez moi un instant, le temps de m’équiper et je suis a vous » dis Yavana en quittant la pièce.

Notre petit groupe patientait à l’ abri sous un immense peuplier, la pluie tombait toujours,
Certains membres du village leurs avaient apporté quelques victuailles, composer principalement de fruits et de racines.
Sek regardait ces fruits avec dépits.
- « Que se passe-t-il Sek ? » s’enquit Nihls.
- « La biche de hier soir me manque déjà, que veux tu que je fasse de fruits et de racines»
- « Bah fait comme tout le monde, mange les !! À moins que tu trouve une autre utilité à ces fruits » répondis Delph. Dans un sourire.
Leur conversation fut interrompue par l’arrivée de Yavana, il avait revêtu une armure composer principalement de cuir, a sa ceinture pendait un couperet Konda, sorte d’épée terminant par un croissant de lune, a son bras mutilé était fixer par de solide lanières, une targe faite de peau, de bois et de branchages.
- « Êtes-vous prêts les amis ?? » demanda Yavana.
Le petit groupe se leva d’un bloc et ils prirent la direction de tonnelle.

En chemin, ils firent ample connaissance, Azenor et Delph. Lui expliqua le début de leurs aventures, l’entretien avec Pelgrimm au promontoire, leurs passage dans les catacombes, l’attaque des cauchemars au manoir, l’enlèvement de Falba, le meurtre de Madeleine, l’embuscade des Kraits et leur passage dans les marais.
- « Je vois que mes nouveaux amis n’ont pas froid aux yeux, plus d’un se serait débarrassé au plus vite de ce grimoire, mais vous au contraire vous l’avez gardé en sécurité au dépends de certaines vies et qui plus est après le vol, vous persister à le retrouver, c’est un honneur pour moi de vous accompagner. » dis Yavana.

La route se fit sans encombre, la matinée était bien entamée et notre petit groupe était toujours surveiller par des yeux sylvaris,
- « Une chose que je ne comprends pas, comment Pelgrimm à t’il pu passer dans cette foret sans se faire appréhender par les sylvaris qui la scrutent jour et nuit ?? » s’enquis Sek
- « Simplement, Pelgrimm a du rester sur le chemin et ne c’est pas aventurer dans la foret sans cela il aurait été intercepté par les gardes » répondis Yavana
- « Si je comprends bien, si un voyageur reste sur la route et ne montre aucunes animosités, les gardes n’interviennent pas ? » demanda Sek.
- « Ils ont ordres d’intercepter toutes personnes se promenant hors des sentiers ou ayant des actes hostiles envers la foret. » souligna Yavana.

Début d’après midi, ils firent une halte sous les arbres, la pluie tombait toujours quand un petit groupe de sylvaris sorti des fourrées, Yavana se leva et se dirigea directement vers ceux ci, ils échangèrent quelques mots dans leur langue, celui qui paraissait être le chef du groupe tandis le bras et déposa sa main sur l’épaule de Yavana.
Yavana ne broncha pas et fit de même avec l’étranger, ils se saluèrent et disparurent à nouveau dans les buissons.

- «Alors ? Quoi de neuf ? » Questionna Nihls
- « Votre voleur vient d’être aperçu pénétrant dans tonnelle » répondis Yavana.
- « Vite dépêche nous il n’est peut être pas encore trop tard » s’écria Delph.
- « Cela ne sert a rien de se pressé humaine, le temps que nous arrivions là bas il fera nuit,
Et ce n’est pas une bonne idée de s’y promener la nuit tombée » répliqua Yavana.
- « Auriez-vous peur de quelques ombres ? » s’esclaffa Sek.
- « Sache mon ami que ce ne sont pas que quelques ombres, même les hommes du cauchemar évitent certaines zones de leur domaine la nuit, de plus pourquoi prendre des risques, sachant qu’il ne se passera rien avant demain, si Pelgrimm doit effectuer sont rituel pour invoqué ……. Il ne le fera pas avant d’avoir tout préparé méticuleusement de plus cela serait une grave erreur d’ouvrir un portail en pleine tonnelle, si il doit accomplir ce méfait il le fera ailleurs qu’ici » répliqua Yavana.
- « Effectivement, je n’avais pas pensé à cela » s’excusa Sek.
- « Il est temps que nous reprenions la route si nous voulons arrivez avant la nuit » ordonna Azenor.
Et sous la pluie, ils reprirent leur chemin.

La lumière commençant a diminuer progressivement , ils décidèrent de s’arrêter pour la nuit , ils n’étaient plus qu’a une heure de marche de tonnelle mais par précaution ils préfèrent rester a distance, ils trouvèrent des grottes non occuper par de présence hostile Yavana et Falba partirent a la chasse, sur ce temps Nihls et Azenor s’occupaient du feu, Sek montait la garde et Delph comme a son habitude parti a la recherche de légumes, racines et autres plantes.

Ils étaient tous assis près du feu car la pluie et le froid se faisait ressentir, Nihls pris le premier tour de garde, une marmite trônait au centre du feu ou mijotait quelques morceaux de lièvres agrémenter de racines de moutarde, de plantes poivrée et de quelques patates sauvage, un délicieux fumet planait dans la grotte.

- « C’est bientôt prêt ? J’ai une faim de loup ! » S’écria Sek.
- « Patiente, patiente mon ami, tout vient a point a qui sait attendre » répliqua Delph
- « Tache d’en laisser un peu pour Nihls, il ne sera pas content que tu as mangé sa part » pouffa Falba.
- « Yavana ? As tu une idée par ou pénétré dans tonnelle, nous ne pouvons prendre l’entrée principale, nous serions repérer de suite » questionna Azenor.
- « Il y a une autre entrée, très peu connue par les humains, bien caché et seul un œil averti pourrait la trouvée » répondis Yavana.
- « Et je suppose que tu sais ou là trouver ? » demanda Sek un sourire en coin
- « Naturellement……mais… » assura le sylvaris
- « Que signifie ce MAIS ? » repliqua Sek.
- « L’entrée est au centre d’un nid………..d’arachnides. » Lacha Yavana.
Falba frissonna sur place, si il y a une créature qu’elle détestait le plus c’était bien les araignées.
- « Bah c’est pas quelques petites bestioles qui vont nous faire peur » s’esclaffa Sek
- « Je ne doute en aucuns cas de votre courage mes amis, mais il faudra quand même rester sur ses gardes, les araignées sont aussi fourbe que les voleurs » assura Yavana
- « Bon fini de discuter ces fichus lapins doivent être prêt a présent !! » ajoutant le geste a la parole Sek dirigea sa main vers la marmite et commença à servir tout le monde.

Ayant fini son repas, Azenor se leva pour aller remplacer Nihls et prendre son tour de garde, celui ci vint rejoindre le groupe autour du feu et appris par les autres le plan d’action pour le lendemain.
Le souper terminé chacun rejoignis sa couche pour la nuit, Sek à peine installer ronflait déjà, notre petit monde ne mis pas longtemps à s’endormir, sauf une personne……Falba,
Au plus elle se rapprochait de Pelgrimm, au plus elle sentait cette fureur l’animée, que se passera t’il lorsque son regard croisera à nouveau le sien ? Quelle sera sa réaction ?.........

Le lendemain sous un ciel pluvieux ils reprirent la route, ils étaient prêt a affronter tous les périples de la journée, après quelques minutes de marche, ils s’aperçurent qu’ils entraient dans le territoire des arachnides, le foret se faisait plus danse, la luminosité commençait à disparaître et faisait place a d’immense toiles, l’air était humide, le sol poisseux et glissant, ils pouvaient distinguer dans certaines toiles des cocons aux formes particulières. A la vue de ceux ci, Falba se rapprocha de Delph comme pour trouver du réconfort.

Yavana et Azenor ouvraient la marche , suivi de près par Delph et Falba, un peu en retrait Nihls et Sek fermaient le groupe, au plus ils avançaient , au plus l’obscurité se faisait, de nombreuses toiles couvrait la cime des arbres et empêchait toute lumière de pénétré dans la foret, des bruits se faisaient entendre, des raclements , des bruits de sucions, pas de doutes, elles étaient là , tapies dans l’ombre, prêt a surgir a tout moment, l’arme au poing nos amis attendaient les créatures de pieds ferment, quand tout a coup une araignée grosse comme un drake surgit de nul part et voulu happé la tête de Yavana, celui ci eu un reflexe et frappa de son couperet Konda la mâchoire de celle ci , tranchée net la créature hurla et recula sans demander son reste.

Mais le courage de celle ci donna des idées aux autres araignées qui entrèrent en scène , Falba eu juste le temps de décocher une flèche qui vint se figer dans les yeux multiples d’une des créatures qui essayait d’attaquer Nihls, celle ci s’effondra, quatre araignées s’en prenaient simultanément à Azenor et Yavana, a l’arrière Nihls et Sek bataillaient avec trois autres de ces créatures, Falba et Delph surveillaient les hauteurs car de multiples yeux était fixer sur eux, là dans les toiles étaient suspendue trois araignées, progressant dangereusement dans leur direction, Azenor équipée de ses haches était occupé a tranché les pattes d’une des créatures le sang gicla a tout va, au même instant une autre velue se jeta sur la norn, elle fut interceptée par la targe de Yavana qu’elle reçu en pleines mâchoire, et de son autre main tenant son couperet, il trancha une partie de la tète de la bête et le sang gicla a nouveau couvrant les deux combattants aux premières loge.

Une des araignées ce trouvant a l’avant cracha une toile en direction des jambes de Delph, et malheureusement pour l’humaine , elle fit mouche , Delph senti une forte traction qui la fit perdre son équilibre, l’araignée tirait sur ses fils pour entrainer l’humaine dans sa toile, a terre Delph psalmodia un geyser de lave en direction de la créature, cela ne l’atteignis pas, mais eu comme effet de bruler la toile qui l’attirait, au même instant Falba décocha deux flèches simultanées qui toucha l’abdomen de la bête qui avait eu le malheur de s’attaquer a son amie, la créature s’écroula sur le sol humide.

A l’arrière Sek et Nihls s’en donnait a cœur joie, frappant a tout va les créatures, le marteau de Nihls écrasait par endroit la carapace chitineuse d’une araignée, de son coté Sek avait déjà tranché une des arachnides en deux et de son espadon attaquait une autre, ne lui laissant aucuns répits, Delph s’étant remis debout invoqua un esprit ardant qui vint se mêler au combat, brulant une des créatures a de multiple endroit.

- « Avançons, d’ici peu de temps cela va grouiller de partout !! » cria Yavana.
Au même instant une grosse araignée toute velue venant des arbres agrippa de ses pattes la chevelure de Falba et l’attirait vers elle, Falba hurla sentant les pattes de l’araignée s’innisé dans ses cheveux, elle perdit pied et du lâcher son arc pour se tenir aux pattes de celle-ci car la traction allait lui déchirer la calotte crânienne.

Sek voyant cela, son sang ne fit qu’un tour , laissa tomber son espadon sur le sol et se propulsa en direction de la dame en détresse, malgré son armure pesante il sauta le plus haut qu’il pu et……..attrapa l’araignée par le corps, sous le poids et le choc l’arachnide tomba et emporta dans sa chute Falba et Sek, elle rebondis sur le sol et se retrouva le dos à terre, elle n’eu pas le temps de voir venir le marteau de Nihls lui fracassant le thorax.

Sek aida Falba à se relever, ils firent un bloc et avancèrent vers l’entrée de tonnelle, en tête Yavana menait la marche, a ses cotés Azenor et Sek, au centre Falba et Delph et fermant le groupe, Nihls qui bombardait nos amis de ses bienfaits, au pas de course ils tranchèrent et brulèrent tout ennemis osant se trouver sur leur passage, Falba décocha des flèches a tous va
Sek frappait et tranchait les membres et les corps des araignées leurs barrant la route, Azenor était comme en transe et frappait de ses deux haches les arachnides se trouvant a sa portée, Delph incantat des murs de feu protégeant leurs arrières, ils continuèrent à avancer piétinant les corps des araignées

- « Là, après la rivière, les blocs de rochers, nous y sommes !! » Hurla Yavana
Ils scrutèrent l’endroit que montrait le sylvaris, effectivement ils voyaient bien les blocs de pierres, mais ne virent aucuns passage
« Je ne doute pas de ta parole, mais es tu sur que c’est ici ? » demanda Sek.
- « Aucuns doutes, suivez moi !! » ordonna Yavana.
Ils arrivèrent a la hauteur de la rivière, le courant était fort et aucuns ponts a l’horizon.
- « Pas d’autres solutions, nous devons passer à la nage » proposa Azenor.
- « Le niveau n’est pas profond, nous aurons de l’eau jusqu’au torse, mais faites attention le fond est glissant » répondis Yavana.

Les araignées avaient un peu lâché prise et notre groupe n’avait pas envie de les attendre,
Ils traversèrent en file indienne, presqu’au bout Yavana fit un faux mouvement et glissa, impossible de se rattraper faute de son infirmité, il allait être emporté par le courant quand une main puissante vient l’agripper par les lanières de sa targe, c’était Nihls qui le suivait de près.
- « Merci mon ami » souffla Yavana.
- « Tu me remerciera quand nous sortirons d’ici mon ami » lui répondis Nihls un sourire aux lèvres.

Arriver de l’autre coté de la rive ils virent effectivement un passage entre les arbres, la foret était si dense qu’il fallait connaître ce chemin, de plus les rochers bloquant la vue ne facilitait pas la chose, le passage était étroit et ils durent passer un par un pour ne pas rester bloquer dans cet entre laçage de branches, de ronces et de buissons, les arachnides avaient laisser tomber la poursuite, ils se permirent donc de ralentir la cadence , ils continuèrent a progresser comme cela pendant un peu plus d’une demi heure, arriver dans un espace un peu plus vaste, ils s’arrêtèrent pour souffler.

- « Nous y voila donc…………c’est donc cela tonnelle » souffla Nihls qui entrait pour la première fois sur ce territoire.
- « Bienvenue dans l’enfer des bois, même la lumière n’ose se montrer ici » dis Yavana
Effectivement les branchages et le couvert était si épais que l’on ne pouvait distinguer le ciel, l’endroit était un vrai labyrinthe pour les néophytes, la végétation recouvrait le tout a perte de vue, arbres, racines, troncs déracinés, ronces, bosquet épineux, la flore était agressive ici rien de comparable aux forets sylvaris.

- « Bon ce n’est pas tout ça, nous avons encore un longue route à parcourir avant d’arriver au centre » dis Yavana.
- « Mais comment arrives tu as te repérer par ici ? La végétation change constamment, de plus tu ne peux voir le ciel pour te diriger » s’enquit Falba.
- « Je fut retenu prisonnier pendant un temps par les cauchemars , jusqu’au jour ou j’ai trouvé l’opportunité de m’évader, s’échapper fut le plus facile, mais trouvé son chemin pour sortir de cette foret fut plus compliqué, j’ai tourné en rond des semaines entières dans ces bois, cela m’as laissé tout le loisir de découvrir certains point de repère inamovible, comme par exemple les rocher là bas » répondis Yavana désignant les dite pierres du doigt.
Effectivement en regardant de plus près, on aurait dis qu’un géant ce serait amuser à assembler trois gros rocher pour créer une table.

Notre petit groupe ramassa son bardas et se remit en route, par endroit ils durent utiliser leurs lames pour progresser, légèrement à l’écart Delph et Falba fermaient le groupe.
- « Ma douce, nous nous rapprochons de plus en plus de Pelgrimm, j’espère pouvoir toujours te faire confiance ! » chuchota Delph a l’attention de Falba.
- « Ne t’inquiète pas, je n’ai pas l’intention de me lancer a corps perdu sur Pelgrimm, c’est vrai que j’ai un folle envie de lui arracher les yeux après tout ce qu’il m’a fait endurer, mais je saurai me contenir » lui répondis Falba sans un regard vers son interlocutrice.
- « Quand ils t’on enlevé, j’ai été folle d’inquiétude pour toi, je ne voudrais plus revivre cela, comprends tu ? » susurra Delph.
- « N’ai crainte, je resterai a tes cotés cette fois » répondis Falba pour la rassurée.

Ils avaient progressé depuis plus de trois heures quand ils arrivèrent enfin a destination, ils furent surpris de découvrir non pas un village, mais une vrai ville sous les feuillages, ils devaient être plus d’une centaine à vivre ici, les maisons étaient disperser un peu partout, au sol, comme dans les arbres, des ponts les reliant les unes aux autres.
- « Cela ne sera pas une mince affaire de s’introduire dans la demeure de Pelgrimm, il faudrait d’abord savoir ou il se cache. » ironisa Sek.
- « Je ne distingue aucunes sentinelles » Signala Azenor.
- « Ils doivent se sentir en sécurité au milieu de ces bois, par contre je constate qu’il y a quand même des patrouilles. » dis Delph en apercevant un groupe de trois sylvaris armé jusqu’aux dents et accompagné de chiens

- « Dispersons nous autour de leur retranchement, la demeure ou se trouve Pelgrimm doit être gardé et je suppose que le grimoire est a sa portée, nous nous retrouverons ici dans un instant. » proposa Azenor.
Sans un mot, chacun de leur coté, ils disparurent dans les fourrées.

Chapitre 10


Spoiler:
Une demi heure s’était écouler quand Azenor revint au point de rendez vous, Nihls l’y attendait en compagnie de Delph.
- « Je comprends mieux a présent pourquoi il n’y a aucunes sentinelles, au nord du village j’ai vu un regroupement de nombreux sylvaris, je ne les ai pas compté mais a vue de nez, ils doivent être a plus de cinq cents, il faudrait être fou pour attaqué tonnelle a l’heure actuelle » affirma Azenor
- « Ils sont sur le point de bouger, du coté des entrepôts, ils chargent des chariots de marchandises et d’armes, que Balthazar me bouffe toute crue si je me trompe, mais ils vont entrer en guerre …… » Informa Delph.
- « Cela confirme les paroles de Yavana, ils vont tenter d’ouvrir un portail ailleurs, mais ou……. ? » questionna Nihls.
- « Attendons le retour de Falba, Sek et de Yavana, ils en sauront peut être un peu plus »
Dis Azenor, elle avait à peine fini sa phrase que Sek et Yavana firent leur apparition.
- « Cela ne sent pas bon, les cauchemars ont déterré la hache de guerre, ils se regroupent, de nombreux sylvaris viennent d’un peu partout renforcer les rangs de Pelgrimm, j’ai reconnu leur marque, ils proviennent de différents Clan.» précisa Yavana.
- « Sur mon chemin j’ai croisé un camp de prisonnier, approximativement une dizaine, pour la plupart des sylvaris, mais il y a un humain parmi eux » leur raconta Sek
- « Un humain ? Ici ? Bizarre……..aucune sentinelle n’a signalé le passage récent d’un humain » s’exclama Yavana.
- « Hoo son passage ne doit pas être récent vu son état, a première vue il a été privé de ses jambes »
- « Pourtant ce n’est pas dans les habitudes des sylvaris de garder des prisonniers dans cet état là, en général si le prisonnier en question ne sert à plus a rien ils s’en débarrassent soit en le tuant, soit en le livrant en pâture aux arachnides. » s’interrogea Yavana.
- Nous devons découvrir l’identité de ce prisonnier, si il est encore vivant cela doit être une pièce importante du plan de Pelgrimm » Affirma Azenor.
- « Le camp de prisonniers n’est gardé que par deux hommes » informa Sek.
- « Quelqu’un à t’il pu repérer l’abri de Pelgrimm ? » demande Nihls.
Tout le monde répondit par la négative.
- « Pourtant, il doit bien être là quelque part ! » Fulmina Yavana.
Tout à coup des cris et des aboiements retentirent en contre bas, plusieurs sylvaris dont les patrouilles se dirigèrent en courant vers le même endroit.
- « C’est quoi se remue ménage ? Que ce passe t’il ? » Ils scrutèrent la ville pour voir d’où pouvait provenir ces cris
Tout à coup derrière eux, ils entendirent la voix de Delph
- « Falba…………. »

Ils partirent en direction des cris, traversant fourrés et broussailles à toute allure, qu’avait donc fait Falba….. ? Pourvu qu’il ne soit pas trop tard ? c’était les pensées qui traversaient l’esprit de nos héros en ce moment, quand tout a coup ils entendirent un hurlement, plus aucuns doutes c’était bien leur amie qui était en difficulté, ils redoublèrent l’allure et arrivèrent enfin à l’endroit d’où provenait les cris, ils restèrent planqué dans les buissons , là devant eux ce tenait une centaine de sylvaris au milieu de ceux-ci se trouvait Falba , à genoux maintenue par les bras par quatre gardes , devant elle…..Pelgrimm, une flèche à la main venait de taillader la joue de leur amie et de son autre main libre il maintenait une étoffe contre son propre visage, le tissu était ensanglanté .
Sek voulu se lever et intervenir, ils durent se mettre a trois pour le maintenir, la colère se lisait dans ses yeux, il se calma mais se cramponnais fermement a son espadon.

Dans sa langue, Pelgrimm donna des ordres aux patrouilles, elles le saluèrent et partirent chaqu’une par groupe de trois accompagnée d’un molosse
- « Ils vont envoyer des gardes vérifier les alentours, planquons nous » ordonna Azenor.
Ils grimpèrent sur un petit promontoire couvert de buisson, de la ils pouvaient avoir une vue d’ensemble sur la ville et seraient à l’ abri des regards.
- « Rester ici, je redescends vers les bâtiments, je suis un sylvaris, je leur ressemble, je passerai plus inaperçu que vous les norns » dis Yavana avec un demi sourire.
- « Tu ne risque pas de te faire repérer a cause de ….. » Nihls ne fini pas sa phrase.
- « C’est de mon bras que tu veux parler mon ami ? »
- « Oui » répondis Nihls embarrassé
- « N’ai crainte mon ami, je passerai ma cape sur les épaules et la maintiendrai fermer cela attirera moins les regards et les interrogations » rassura Yavana.
Et il parti.

Nihls montait la garde aux alentours, au cas ou une patrouille aurait la très mauvaise idée de venir inspecter par ici, Sek était toujours occupé a fulminer et ne désirait qu’une chose , c’était de descendre en ville , décapiter une bonne centaines de sylvaris, trancher en deux Pelgrimm, récupérer Falba et de sortir le plus rapidement possible de cet endroit, Delph et Azenor scrutaient le contre bas, le calme était revenu depuis l’intervention de Falba, par contre la garde fut redoublée, ce qui ne les arrangeas pas.

- « Attention, une patrouille vient par ici » chuchota Nihls.
- « Cela ne sert à rien de rester cacher, leur bestiole va nous flairé de suite » Dis Azenor.
Une étincelle illumina les yeux de Sek, il se leva, comme si cette parole l’avait sorti de son mutisme, il empoigna a deux mains son espadon et se dirigea vers la patrouille
Le reste du groupe suivi le fier guerrier sans un mot, Delph savait pertinemment bien qu’elle ne pourrait incanter aucuns sort, sans attiré d’autre gardes ou pire l’armée entière de Pelgrimm.
Elle sorti donc ses dagues et le souvenir du promontoire lui revint en tête, ce soir là elle ne pu maitriser sa colère et mis en lambeaux un des bourreaux qui avait retenu Falba prisonnière.

- « Rataktreil à flairer quelque chose, suivez moi » Ordonna le maitre du molosse.
- « C’est bien le moment !! » Râla le plus petit du groupe.
- « Pourquoi, as-tu trop bu de jus de pruneaux ce midi ?? » railla le troisième.
- « Non, mais il y a cette fichu sangle qui malheureusement ne veut pas se fermer » répondis le petit tout en chipotant a son baudrier. « Avancer, je vous rattraperai vite ».
Il déposa son arc et son carquois contre un tronc et s’assis sur un arbre mort pour rectifier sa sangle, les deux autres individus continuèrent les recherches entrainer par le molosse.
- « Pourquoi c’est toujours moi qui dois recevoir du matériel défectueux » s’interrogea le petit sylvaris à haute voix.
- « Peut être parce que tu es petit et laid ? » répondis une voix dans son dos
Il se retourna d’un bond et n’eu pas le temps de voir arriver la dague de Delph qui lui trancha la carotide, il porta ses mains a sa gorge et s’écroula sans un bruit dans son sang.
- « Et un de moins !! » s’exclama Delph.

- « Le molosse tire de plus en plus sur sa laisse et commence à s’énerver, on ne doit plus être trop loin » signala le chef du groupe.
- « Lâche donc cette pauvre bête, qu’elle puisse aussi un peu s’amuser » répondis le second toujours sur le même ton de plaisanterie.
- « Quand est ce que tu vas enfin apprendre à fermer ton claque merde ?? » demanda le maître du chien
- « Bah peut être le jour où je serai mort » continua le second sylvaris
- « Regarde quelque chose à bouger là bas » dit il en désignant du doigt un fourré prés d’un très gros rocher.
- « Surement un lapin, ils pullulent ici » répondis encore le second
Le maitre lâcha la laisse du molosse, celui-ci fonça dans de grognement vers les buissons.
Arriver près de ceux-ci, il fit un bond et disparu aux yeux des deux sylvaris
Kaiiiiii Kaiiiiiiiii Kaiiiiiii !!!!
Ces jappements sortirent des fourrés et puis plus un bruit.

- «Rataktreil, Rataktreil !! Aux pieds !!! » Cria le maître du molosse.
Aucunes réactions…..un bruit de frottement se fit entendre et………..les deux sylvaris virent le molosse sortir des buissons en volant et retomba inerte sur le sol.
Les deux compères constatèrent avec horreur que le crâne du molosse avait été littéralement sectionné en deux, des restants de cervelles jonchaient le sol à présent.
Ils se dirigèrent prudemment armes aux poings vers les buissons, le premier sylvaris portait un sabre recourbé et une dague et le second était armé d’un arc celui-ci décocha une pluie de flèches à l’ endroit ou devait se trouver les agresseurs.
Mais toujours rien ……aucuns bruits, aucuns mouvements, ils s’approchèrent encore…….. Et là sorti des fourrés en courant un norn immense portant un espadon, un flèche était loger dans son épaule, Sek n’y prêta même pas attention et trancha net la tête du premier sylvaris.
L’archer hésita à décocher une flèche tellement rude fut sa surprise et là fut son erreur ….
Azenor entra dans la dance, d’une main experte elle trancha le bras de l’archer au niveau du coude, au moment ou il voulu crier il manqua d’air car la deuxième hache d’Azenor était loger dans sa cage thoracique.
- « Sek, vient me montrer ton épaule » Ordonna Nihls
- « Tout va bien, ce n’est pas un cure dents sylvaris qui vas me tuer » répondis Sek
- « N’empêche que sans l’intervention de ton bouclier Nihls, nous serions dans l’état de pelotes d’épingles » remercia Azenor, Sek arracha d’une main la flèche loger dans son épaule
- « Saloperie…………… » Lâcha Sek.
- « Quoi donc ?? » s’enquit Nihls.
- « Une flèche a tête creuse, j’aurais mieux fais de la laisser en place » répondis Sek
- « C’est malin, maintenant la pointe est loger dans ton épaule et aucunes possibilités de l’extraire ici, en espérant qu’elle n’a pas été remplie de poison » lui répondis Nihls
- « Fouillions l’archer ! » joignant le geste a la parole Azenor s’agenouilla et entrepris la fouille, sur cet entre fait Delph les rejoignis

- « Avez-vous eu des renseignements supplémentaire ? » questionna Delph
- « Sincèrement, je n’ai pas vraiment eu le temps de les questionné, ne m’en veuillez pas Madame » répondis Sek avec une petite courbette.
- « L’archer ne porte aucunes fioles de poisons sur lui » Affirma Azenor
- « Pourquoi chercher vous du poison ? » demanda Delph
- « Haa oui j’ai omis de vous dire Madame qu’une tête de flèche creuse est planté dans mon épaule et que nos amis présent s’inquiétaient de savoir si elle était remplie de poison»
- « Cachons les corps, si d’autres patrouilles venait à passer par ici » proposa Nihls
Et ils se mirent au travail.

Le temps passa, mais comme il n’y avait aucunes possibilités de voir le ciel, à part peut être monté dans un arbre, mais nos amis n’étaient pas très fort a ce petit jeu, ils se contentairent d’attendre le retour de Yavana sans se préoccuper de l’heure
- « Nous devrions bouger de place, car d’ici peu ils vont s’inquiéter de la disparition de leur patrouille » proposa Delph.
- « Oui, nous attendons encore un moment Yavana et nous irons à l’ opposé de cet endroit » répondis Azenor.
- « Il nous retrouvera sans peines » affirma Delph.
Nihls était occupé à soigner la plaie de Sek
- « Par l’esprit de l’ours, je ne peux même pas cicatriser ta plaie, au risque de ne plus pouvoir extraire la tête » Jura Nihls.
- « Si tu avais invoqué ton bouclier plus tôt et un peu plus sur la gauche, je n’aurais pas eu ce problème. » Ironisa Sek, il avait le teint livide.
- « Combien de doigts vois-tu ?? » lui demanda Nihls en levant sa main.
- « Question idiote…. » Répondis Sek
- « Et pourquoi je te pries ? Tu doutes de mes compétences ? »
- « Non pas que je doute de tes bienfaits, mais par contre je doute de ta mémoire, cela doit être la millième fois que je dois te le dire, Je Ne Sais Pas Compter !! » répondis Sek en prenant soins de décoller chaque syllabe.

Yavana fit son retour, il était indemne, en sa compagnie ils s’éloignèrent de là
- « Je vous rassures tout de suite , notre amie va bien , une sale entaille au visage , mais elle est bien vivante, même pendant son interrogatoire elle est arrivée a mettre un garde au tapis et a casser le nez d’un autre, mais Pelgrimm veut sa peau, notre amie a failli faire mouche , a quelques centimètres prés, elle avait la tête de Pelgrimm, sa flèches lui a traverser la joue et lui a laisser un long sillon sur son visage » leur raconta Yavana
- « Sacrée Falba, résistante pour une humaine, serait ce la bière ? » Questionna Sek qui avait retrouvé le sourire, mais toujours aussi pâle.
- « Possible, Pelgrimm lui a demandé si elle était venue seule et sa réponse fut « Et toi quand tu vas aux latrines, tu demandes à tes potes de t’accompagner ? » en tout cas elle n’a rien perdu de son humour » répondis Yavana.
- « Et le grimoire ? As-tu des renseignements supplémentaires à ce propos ? » Demande Nihls
- « Oui, depuis qu’il est en sa possession, il ne le quitte plus, jour et nuit il le porte sur lui, donc nous trouvons Pelgrimm, nous trouvons le grimoire »
- « J’ai questionné les gardes sur leur destination et ils n’ont pas l’air au courant, la seule chose que j’ai su glané à ce sujet c’est que leur grand départ se fera d’ici un mois, par contre l’humain qui est prisonnier serait un alchimiste du nom de « Vladimir Kapriski » il viendrait du promontoire, mais la raison de son emprisonnement reste obscur, parait il que c’est la faille et la clef du plan de Pelgrimm. »
- « Comment peut-il être la faille et la clef à la fois ?? » s’enquit Sek
- « Aucunes idées, je vous cite ce que l’on à bien voulu me raconter, d’autres troupes sont attendue et pas seulement des sylvaris, mais aussi des charrs, des Kraits et d’autres créatures mais je ne pense pas que le rendez vous se fasse ici, je vois très mal des armées traversant les contrées sylvaris sans se faire repérer »
- « Crois tu que l’on a une chance d’approcher Pelgrimm » demanda Azenor
- « Sincèrement….non…..il y a tellement de garde autour de lui que nous nous ferions massacrer » répondis Yavana
- « Ils ont doublé la garde au camp de prisonnier, la garde est renouveler toutes les quatre heures, bientôt il fera encore plus sombre cela sera le moment d’aller délivrer Falba »
- « Pardon ? Encore plus sombre ? C’est possible ? J’ai déjà l’impression qu’il fait nuit » s’exclama Delph.

Quelques heures plus tard, Delph et Yavana ayant revêtu tout deux des vêtements sylvaris, descendirent vers la ville et prirent la direction du camp de prisonnier, tout semblait calme, certains sylvaris les regardaient a leur passage, mais ils ne furent pas interpeller, arriver au camp, deux des gardes se rapprochèrent de nos deux amis, Delph évita de les regarder et fit semblant de refaire son lacet de chaussure, Yavana s’adressa à eux en leur langue
- « Bonsoir, mon amie et moi-même avons ordre de prendre possession de l’alchimiste »
- « Haaa ? Personne ne m’as prévenus, je ne peux vous livrer le prisonnier sans ordre au préalable, je regrette » lui répondis le garde
Des bruits étouffé se firent entendre derrière eux, l’un des gardes , celui s’étant adresser a Yavana, se retourna pour voir d’où cela pourrait provenir , il vit trois norn occupé a cacher les corps de ses amis , il sorti ses armes, mais c’était trop tard en un seul mouvement Yavana et Delph étaient sur eux , la dague de Delph avaient fait son office , elle était déjà planté dans la gorge de son adversaire , Yavana avait sorti son couperet Kunda et avait tranché a moitié le cou de l’autre garde , il eu du mal a déloger sa lame.
- « Il était temps, j’ai failli attendre les gars » chuchota Falba.
Sur sa joue, du sang s’écoulait encore de sa plaie béante

Yavana, Nihls et Azenor s’approchèrent de l’alchimiste, il était en piteux état, ses jambes étaient sectionné au niveau des genoux et avait été cautérisé a la flamme, il était inconscient mais vivait encore, peut être plus pour longtemps.
- «Il ne sera pas transportable » affirma Nihls.
- « Et nous n’avons pas le temps de l’interroger ici » répliqua Azenor
- « Pas besoin…… » Intervenu Falba
- « Que veux tu dire par la ? » lui demanda Azenor
- « Il m’a remis ceci » répondis Falba en tendant un parchemin froissé
- « il m’a parlé d’une histoire de réceptacle, je n’ai pas tout compris, Pelgrimm l’aurait fait enlever pour construire cette chose, mais il n’a pas été clair, il était à moitié lucide »
- « Au passage …….Peux tu me dire ce qu’il t’a pris de tirer sur Pelgrimm ? » Demanda Delph furieuse.
- « J’ai vu une opportunité et j’ai voulu l’a saisir, si il n’avait pas utilisé ses compétences d’envouteur, il serait mort à l’heure actuelle » mentis Falba.
- « Nous en discuterons plus tard…… » Répliqua Delph.

-« Nihls ? Pourrais-tu jeter un coup d’œil sur ce parchemin, s’il te plait » demanda Azenor
Il prit le parchemin et le mis sous une lanterne pour le lire, il mit un moment et répondis
- « Non désoler, c’est écrit dans une langue morte, je ne l’a connais pas, je ne pourrais t’aider »
- « Mmmmmm, c’est bien ce que je pensais, mais je voulais avoir confirmation » répondis Azenor et repliant le parchemin et le glissa méticuleusement dans un de ses sacs
- «Nous ne pouvons rester plus longtemps ici, la garde va être bientôt relevé » informa Yavana
- « Nous emmenons les prisonniers avec nous ? » demande Sek
-« Nous ne pouvons les laisser ici, quand Pelgrimm s’apercevra de la disparition de Falba, il les fera tous exécutés ou pires encore » rétorqua Yavana
- « Alors ils ne nous restent plus qu’a rebroussé chemin, nous n’avons plus rien à faire ici, cela serait suicidaire d’affronter Pelgrimm, nous en savons déjà un peu plus et je me vois mal tourné autour de la ville avec cette dizaine de sylvaris a protégé, donc reprenons la route vers le village de Yavana » proposa Azenor.
- «Ne trainons pas, quand la relève va arriver, elle va constater la disparition des gardes et des prisonniers et la chasse sera lancée » ordonna Yavana.

Nihls, Azenor et Sek ouvrait le chemin, suivi des prisonniers et de Delph, Falba et Yavana fermaient le groupe, ils n’avaient avancé que de quelques mètre quand une voix retenti derrière eux.
- « OU PENSEZ VOUS ALLEZ COMME CELA JEUNES GENS ?? »
Ils se retournèrent et là, devant eux se tenait Pelgrimm, une affreuse balafre lui parcourait le visage partant de la bouche jusqu'à l’oreille, lui donnant un affreux rictus, il était accompagné d’un autre sylvaris habillé de noir de la tête aux pieds.
- « MAIS……..Qui est là !!! Yavanaaa !! Ou pensais-tu aller avec cette garce qui m’a défiguré ? Tu es prier de la laisser ici, sa journée passé au promontoire n’était rien par rapport a se qu’elle va subir maintenant et je vois que ton bras n’a toujours pas poussé depuis notre dernière entrevue » se moqua Pelgrimm.
Nos amis se regardèrent, Yavana et Pelgrimm se connaissait !!
- «Hoooooo, je vois par la mine de tes amis que tu ne leur a pas tout dis, tu es un petit cachotier Yavana, hahahahahah. » dis Pelgrimm dans un rire

- « Et bien figurez vous que c’est grâce a votre ami que je suis de retour parmi vous, il y a de cela deux siècles, ces maudits sylvaris de l’arbre clair m’avaient séquestré dans l’écorce d’un arbre béni et voila que Messire Yavana vient me voir et me supplie de lui rendre son misérable bras, malheureusement étant prisonnier de cet arbre je ne savais l’aider , je ne sais comment il a pu me retrouver et me libérer , mais cela ce n’est qu’un détail qui m’importe peu et pour le remercier je l’ai laisser en vie au lieu de lui rendre son bras, ne suis-je pas charitable ? Haaaahahahahahhahah » rajouta Pelgrimm.
Falba décocha une flèche à la vitesse de l’éclair en direction de Pelgrimm, au moment ou la flèche allait atteindre le sylvaris, son image éclata en milles particules et la flèche continua son chemin dans la nuit.

Un deuxième Pelgrimm apparu au coté de l’homme en noir
- «TOI LA GARCE NE RECOMMENCE PAS !! Et voila tu vois je m’emporte, tu ne penses quand même pas m’avoir une deuxième fois de cette façon quand même ? Tu as eu de la chance la première fois, mais je te réserve quelques surprises et tu risque de ne pas apprécier…….»
- « Ecoute Pelgrimm, laisse les partir et je resterai ton prisonnier » Ordonna Yavana
- « Tu n’as pas d’ordre à me donner !! Par contre je te propose quelque chose………..
Tu vas te battre contre mon ami ici présent, un combat à mort naturellement, si tu gagne, tu est mon prisonnier , la Garce reste entre mes mains et les autres peuvent partir , par contre si tu perds………. tu peux dire adieux a tout ce petit monde » railla Pelgrimm en balayant les prisonniers et nos amis du regard.
- « Même si je gagne tu ne les laisseras pas partir, et qu’est ce qui nous empêcheraient de te tuer, vous n’êtes que deux » répondis Yavana.
- « Penses tu que nous sommes seuls ? Cela serait mal me connaître, tu me déçois Yavana, alors que préfères-tu ? Prendre le risque ? Ou combattre mon ami ? » Redemanda Pelgrimm.

- « A une condition, laisse Falba partir et que mon groupe prennent déjà de la distance et je combats ton homme » proposa Yavana.
- « C’EST HORS DE QUESTION !!! Elle reste avec moi, je suis bien trop aimable avec toi Yavana, je crois que je t’aime bien, pour le groupe soit j’accepte, mais la femelle humaine je me là garde »
- « Yavana, il n’est pas question que tu le combattes !! » Chuchota Azenor
- « Vois-tu une autre solution ? Il doit y avoir un paquet d’armes pointé sur nous a l’heure actuelle, que nous le combattions soit, mais les prisonniers risquent d’y passé !! Laisse moi réparer mon erreur c’est mon choix, que Falba cours le plus vite possible des que j’aurais battu l’homme en noir, ou l’inverse. » Ordonna Yavana.
- « Soit, ta parole est sage, que la déesse panthère t’accueil avec honneur !! » dis Azenor en déposant sa main sur l’épaule du sylvaris


Dernière édition par The Verot le Ven 14 Aoû - 0:48, édité 1 fois

_________________
avatar
The Verot

Messages : 40
Date d'inscription : 08/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Les Rugissements de Gendarran"

Message par The Verot le Mer 12 Aoû - 20:21

Chapitre 11


Spoiler:
Le groupe se mit en route , mais il s’arrêta plus loin , assez loin pour échapper aux griffes de Pelgrimm , mais a une distance ou il pouvait entendre et apercevoir le combat.
Falba était resté a quelques pas de Yavana, prête à courir le plus rapidement possible des le signal de celui-ci, il enleva sa cape et sorti son couperet, ajusta les lanières de sa targe.
Il était fin prêt
- « Au fait toute mes excuses, je ne vous ai pas présenté, mon ami ici présent se nomme « Felbegorth » c’est lui qui m’a rapporté mon précieux bouquin, NE TOUCHE PAS A TON ARC LA GARCE !!! » Ordonna Pelgrimm avec colère
Falba avait devant elle l’assassin de Madeleine !! Sous la colère elle voulu prendre son arme, mais se ravisa en voyant le regard de Pelgrimm, elle ne voulait pas risquer la vie de ses amis.

L’homme en noir avait sorti ses dagues et tournait doucement autour de Yavana, il observait sa proie, cherchant son point faible et examina la longueur du couperet
- « Belle arme mon ami, serais tu désappointer que je me l’approprie ? » demanda l’homme en noir.
- « Pour cela MON AMI, il faudra que tu viennes la chercher » répondis Yavana dans un sourire, se lança dans le combat et frappa d’estoc, l’homme en noir para sans problèmes
Et se faufila sous la Targe de son adversaire et…frappa, du sang s’écoula…..
- « Je vois que tu es rapide, mais pas encore assez » dis Yavana se retournant et frappa de coté …..Encore raté, l’homme en noir avait esquivé, mais ne su porter d’attaque, Yavana avait pris soins cette fois de bloquer l’accès sous sa targe, notre ami réfléchis « Il est rapide, il me teste, rester surtout a distance de ses dagues » il fonça vers son ennemi et frappa lame levée, l’homme en noir esquiva a nouveau et vient toucher son biceps tenant le couperet.
Yavana rentra dans une rage et utilisa sa compétence de cents lames et frappa a la vitesse de l’éclair, l’homme en noir disparu, Yavana regarda autour de lui, personne…., observa la lame de son couperet, un léger filet de sang le tachait, « Je l’ai touché » se dit il.

- « Bien joué, je te retourne le compliment sur ta rapidité » dis l’homme en noir en apparaissant a quelques mètres de Yavana, une tache de sang maculait son épaule.
Et le combat reparti de plus belle, Yavana attaqua de son couperet le coté ou le voleur était blessé, celui-ci esquiva et se baissa au niveau des jambes du sylvaris et trancha la chair derrière le genoux de la jambe droite, Yavana s’agenouilla sous la douleur, « il joue avec moi , si il avait voulu me tuer , il l’aurais déjà fait » pensa le sylvaris, il se redressa et fit a nouveau face a son ennemi, fit mine d’attaquer sur sa droite , l’homme en noir esquiva et……reçu la targe du sylvaris en plein visage, du sang sorti de sa bouche , il recula de quelques pas et s’élança vers Yavana , lui lança de la poudre aveuglante, tourna autour de sa victime et planta une de ses dagues dans son flanc, Yavana Hurla cette fois , il se tenait les cotes, du sang tachait sa tunique, le combat dura ainsi pendant encore vingt bonne minutes, cela ce passait mal pour Yavana , il avait perdu sa targe l’homme en noir était arrivé a coupé ses sangles, il avait de multiple blessures mais la plaie a son flanc le faisait atrocement souffrir , le voleur jouait de plus en plus avec sa furtivité, le sylvaris attaqua a nouveau, offrant au voleur son coté vulnérable, au moment ou le voleur voulu frapper il fit une esquive et frappa à la volée et toucha le voleur en pleine tête, celui-ci s’écroula net sous le choc , il avait sous estimé le sylvaris et le croyais trop affaibli pour porter une attaque aussi puissante et rapide et là fut son erreur fatale.

Sans demander son reste Falba pris ses jambes a son cou et courra en direction de ses amis, Pelgrimm fulminait, comment ce sylvaris avait il pu battre son Champion ?? Il n’en revenait pas et s’aperçu que l’humaine prenait la fuite, il hurla des ordres dans sa langue et une poignée d’archer fit son apparition, ils dirigèrent leurs arcs vers nos héros, un autre groupe d’archer apparut au coté de Pelgrimm et prirent pour cible Falba, voyant cela Yavana se jeta en direction de Pelgrimm en hurlant, et mis ses dernières forces dans le combat, les archers voyant le sylvaris charger leur maitre, décochèrent leurs flèches sur notre ami,
Celui-ci fut truffé de fleches avant même d’avoir pu atteindre Pelgrimm, se retrouva a genoux a trois mètres du traitre, il perdait du sang de plusieurs plaies, mais cet ultime assaut fut son dernier, il était là, inerte, le corps sans vie……………..

Nihls courait en direction de Falba et arriva juste a temps pour invoquer un bouclier déviant un nuage de fleches, ils se dépêchèrent de rejoindre le groupe qui avançait rapidement dans la foret, parmi les prisonniers il y avait d’anciens rodeurs qui connaissait assez bien l’endroit, Pelgrimm avait envoyé des troupes a leur poursuite, ils entendaient les aboiements des molosses au loin,
- « Vite, vite dépêchons nous, nous devons sortir d’ici, que Yavana ne soit pas mort pour rien » dis Azenor.
Un groupe de trois sylvaris du cauchemars arrivait sur leur droite , Sek et Azenor leur fonça dessus sans attendre, le premier d’entre eux n’eu pas le temps de voir les haches d’Azenor arriver qu’il se trouvait déjà au sol , le deuxième ne fit pas long feu non plus il fut tranché au niveau de la hanche par l’espadon de Sek, le dernier eu le temps de porter un coup fatal a un des prisonniers qui mourut sous l’impact, Falba décocha deux flèches qui vinrent se logé dans le dos de l’ennemi qui tomba lui aussi, notre groupe se dépêcha d’avancer a nouveau , il gardait approximativement la même distance avec les molosses, un nouveau groupe surgit cette fois devant eux, un archer décocha une flèche en direction du groupe , Nihls eu juste le temps d’invoqué un mur de revois , le projectile repris sa route dans le sens opposé et toucha l’archer en pleine poitrine qui s’écroula, Delph n’était pas sans reste , elle invoqua un geyser de glace qui figea un ennemi en statue , le troisième chargea le sabre au clair et le bouclier brandit, il parât un des flèches de Falba et continua sa progression en direction de Delph , celle-ci invoqua un éclair qui aveugla le sylvaris , mais au lieu de s’arrêter il continua sa course en hurlant , Azenor s’interposa , la lame du sabre glissa sur sa cuisse provoquant une entaille , rageant notre norn lui enfonça ses deux haches dans le corps , le sang gicla a nouveau.

Ils continuèrent à courir ainsi pendant un bon moment enchainant petit groupe d’ennemis les uns après les autres, ils se rapprochaient de la sortie mais pas sans victimes, quatre des prisonniers étaient mort, le groupe accompagner de molosse se rapprochait dangereusement.
Les aboiements semblaient plus proche, nos amis commençait à faiblir, leur course diminuait.
Quand devant eux se dressa un groupe d’une douzaine de sylvaris du cauchemar
Azenor et ses amis firent un mur devant les prisonniers, les personnes valide du groupe et capable de se battre avaient récupérer des armes sur les ennemis rencontré en chemin et ils firent face coude a coude, le groupe du cauchemar était plus nombreux , mieux armer et surtout plus en forme , leur chef donna l’ordre d’attaquer quand tout a coup, venu de nul part une pluie de flèche se déversa sur eux, plus de la moitié des ennemis tombèrent sous les projectiles, nos amis chargèrent et mirent fin a la vie des derniers survivant.

Une vingtaine de sylvaris arc au poing sortirent des fourrés.
- « Dépêchez vous, ils ne sont plus très loin !! Ils doivent être une bonne cinquantaine à votre poursuite !! » Ordonna un des sylvaris qui semblait être le chef du groupe.
Celui-ci rejoignit nos amis.
- « Je suis « Gatfoellet » chef du village voisin a celui de Yavana, mais au fait……… ou est il ?? » Demanda le nouveau venu.
- « Il a sacrifié sa vie pour nous sauvez, il est mort en héros, nous n’avons pas pu récupérer son corps, nous en sommes désolé… » Répondis Falba.
- « J’ai bien connu Yavana, il est mort au combat, c’est ce qu’il a toujours voulu, il ne supportait pas sa vie de pêcheur et il n’aurait pas voulu mourir de vieillesse surtout depuis son infirmité, nous aurons le temps de le pleurer plus tard » rajouta Gatfoellet.
- « Ou nous conduisez vous ? » Demanda Azenor.
- « Nous sommes presque hors de Tonnelle, là nous rejoindrons mon village et vous serez en sécurité, les cauchemars n’oseront pas poursuivre sans ordre au préalable, ils risqueraient de se ramassé sur le dos tous les sylvaris de la région » Informa Gatfoellet.

Notre groupe se dépêcha de sortir hors de cette foret malsaine, ils étaient tous heureux de retrouver le ciel étoilé, après encore une bonne demi heure de marche ils se retrouvèrent en sécurité dans le village de Gatfoellet et purent gouter à un repos bien mérité.

La pluie était toujours au rendez vous ce matin là, dans une des huttes du village un cri retentit
- « AIEEE ça pique !! » s’écria Sek
- « Tu n’as qu’a pas bougé, mauviette !! » répondis Nihls tout en cicatrisant la plaie au niveau de l’épaule.
- « Tu as eu de la chance que la tête de flèche c’est logé dans un bout de gras » Railla Nihls
- « Bout de gras toi-même !! » répondis Sek dans un rire.
On frappa à la porte.
- « Entrez !! » Dis Nihls.
- « Bonjour le monde, désoler de vous déranger dans vos ébats, mais tu m’as demandé de passé ? » Falba venait d’apparaître dans la pièce.
- « Oui assieds toi là, je termine la suture de notre ami la mauviette et je suis à toi » répondis Nihls en lui désignant une chaise.
- « Si c’est pour la plaie au visage que tu m’as demandé de passé, cela n’en valait pas la peine, Pffffff j’aurais pu encore dormir une heure ou deux » ronchonna Falba.
- « Quoi ?? Tu as envie de trainer une GROSSE cicatrice sur ce joli minois ?? » Demanda Nihls
- « Peu m’importe, mais si tu y tiens absolument je te laisserai faire, maintenant que tu m’as tiré de mon sommeil et que je suis là » répondis Falba, contente du compliment.
- « Voila, j’en ai fini avec Monsieur le grassouillet, c’est à ton tour »
- « Hahahahah merci L’ANCETRE, je me sens comme neuf » remercia Sek avec une grosse claque dans le dos de Nihls.
Sek remit sa tunique, embarqua son armure et sorti de la hutte.
- « Des nouvelles ? » Demanda Nihls
- « Non, rien de plus pour l’instant Azenor et Delph sont en entretien avec les chefs des villages environnant….. » Répondis Falba.
- « Dans le ton de ta voix je sens que quelque chose te chagrine, je peux t’aider ? Nous sommes seul et je serai muet comme une tombe » s’enquit Nihls tout en s’occupant de la plaie au visage.
- « Yavana est mort de ma faute, si je ne me serais pas emportée, il serait peut être encore là à l’heure actuelle, c’est moi qui aurait du combattre l’assassin de Madeleine et non lui » lui avoua Falba.
- « Non c’était son choix, c’est lui qui a décider de sa mort en acceptant le duel il savait très bien le dénouement, ne te sent pas responsable, beaucoup d’homme sont mort et beaucoup mourront encore, l’histoire n’est pas finie et qui sait nous retrouverons peut être Pelgrimm sur notre chemin et ce jour là ta flèche atteindra peut être son but » lui répondis Nihls
Ils furent interrompus par l’entrée de Sek.
- « La réunion est finie, Azenor et Delph viennent de ressortir de la hutte, venez !! »
- « Nous avons terminé Falba, allons donc aux nouvelles » dis Nihls tout en se levant de sa chaise.

Ils s’étaient regroupé à l’extérieur sous une sorte de préau, assis confortablement autour d’une table, ils discutèrent devant quelques victuailles et de boissons.
- « Les sylvaris vont augmenter les gardes devant la tonnelle pour couvrir toutes les entrées et empêcheront quiconque d’entrée ou de sortir, ils vont aussi prévenir tout le royaume sylvaris du soulèvement des cauchemars et vont lever des armées en prévision de toutes actions offensive de la part de Pelgrimm. » leur informa Azenor.
- « On t’ils pu déchiffrer le parchemin de l’alchimiste ? » demanda Nihls.
- « Non, malheureusement non ce n’est pas du sylvaris, Azenor pensait l’emporter et le remettre aux bons soins de Dame Verot qui sera peut être nous en dire plus » répondis Delph.
- « Et à propos de ce fameux réceptacle ? » questionna Sek.
- « Là, on a peut être une piste au Promontoire, il faudra retourner a son atelier et voir les matériaux emporté qui ont pu être utilisés a la conception de la chose, une fois la liste faite, je connais quelqu’un qui pourra nous renseigner. » affirma Azenor.
- « Nous devons nous dépêcher, nous n’avons qu’un mois pour trouver l’endroit ou Pelgrimm va attaquer et le moyen de détruire ce grimoire. » dis Falba à l’attention de ses amis.
- « Les sylvaris nous tiendrons au courant de toute activité suspecte des cauchemars, ils ont des hommes à Noirfaucon, aux Collines de Kesse et environs » repris Azenor.
- « Ils ne nous restent plus qu’a informé nos chefs respectifs et voir les directives à prendre, je vous invite donc à vous reposer encore aujourd’hui et demain nous reprendrons la route pour la Kryte.» proposa Delph.

A quelques kilomètres de là, Pelgrimm préparait les derniers ajustements à son plan, il avait été très mécontent de la fuite de nos amis, pour preuve il fit empaler dix gardes qui avait failli a leur mission, mais maintenant tout était prêt, il avait reçu des nouvelles de flambecoeur les troupes chaars s’étaient mobilisé et se tenait déjà aux frontières, les tribus grawls n’attentaient plus que ses ordres , sans compter les draguerres qui eurent vent des plans de Pelgrimm et qui proposèrent de lui venir en aide, ne restait plus qu’a rallié les Kraits a sa cause , le réceptacle était fin prêt a accueillir le grimoire, tous se passait comme prévu et bientôt il pourrait enfin tenir sa vengeance, invoqué Primordius et la Kryte serait enfin à lui………………

Chapitre 12


Spoiler:
La nuit venait de tomber sur Noirfaucon, tout était paisible à cette heure ci, les badauds avaient rejoint leurs demeures, les marchands avait fermé boutique, les séraphins commençaient leur patrouille de nuit, mais au fond d’un sous sol d’une demeure imposante un asura n’avait pas fini sa journée.
- «Vous avez trois jours qu’elle m’a dis, si elle croit que c’est si facile de décrypter ces pattes de mouches, elle se fourre le doigt dans l’œil et bien profond, haaaa ces humains !! »
Il était planché sur un parchemin froissé et essayait de comprendre les symboles s’y trouvant
-« Mouais, heureusement que je suis là, si j’étais parti sur leurs idées de langue morte, je me serais fourvoyer méchamment et n’aurais toujours rien trouvé a l’heure qu’il est, mais là encore ma grandeur à fait office »
Il se leva de son tabouret et se dirigea vers un petit buffet en acajou, sorti une clé de sa poche, ouvrit un tiroir, en sorti un paquet et vint se réinstaller a sa table de travail.
Il sorti du sac, une pipe et un paquet d’herbe asura, tout en fredonnant un air entendu dans une taverne l’après midi, il bourra le fut de l’engin, pris son briquet d’amadou, alluma et tira une longue bouffée.
-« Haaaaaaa voila de quoi m’aider à terminer la nuit, comme cela Dame Verot aura son foutu parchemin demain matin et j’espère qu’après cela elle reconnaitra mon intelligence suprême et me récompensera comme il est du »

Une voix retentie derrière l’asura.
-« Tu devrais surtout arrêter de parler seul, si Dame Verot t’entendait, elle te ferait enfermer !! »
L’asura se retourna brusquement, devant lui se tenait Xandros le sylvaris
-« QUI T’AS PERMIS D’ENTRER LE NAVET ? » s’exclama l’asura.
-« J’ai cru sentir une odeur d’herbe asura ? Je me trompe ? » Répondis Xandros avec un sourire
-« Oui et alors ? Ce n’est pas interdis a ce que je sache ? » Râla Qwark.
-« Non pas du tout, mais imagine toi un instant que se soit Dame Verot qui t’ai surpris, elle aurait peut être douté de tes travaux, sachant les effets causer par l’herbe asura » lâcha Xandros avec un clin d’œil.

-« Mouais et c’est pour me dire cela que tu es venu me déranger en pleine nuit ? » demanda l’asura.
-« Ton herbe doit être de qualité, j’en avais presque oublié le but de ma visite, alors voila Leucosia te prie de bien vouloir porté les résultats de tes recherches à nos alliés les Ombres le plus rapidement possible » Ironisa Xandros tout en s’installant sur une des chaises.
Qwark failli s’étrangler en tirant sur sa pipe
-« Quoi ?? Mais …mais…mais …ce n’est pas ce qui était convenu !!! Elle m’avait laissé trois jours et nous n’avions jamais parlé de ce voyage chez les Bookah !! C’EST HORS DE QUESTION !! »
-« Fais comme bon te semble ami Qwark. Mais tu ne devras pas venir dire que tu n’étais pas prévenu, donc il te reste un jour pour terminer tes travaux, affraiter ton paquetage et faire ton rapport à Verot » lui répondis Xandros.
-« Mais…..mais….mais, mes travaux seront fini, j’aurai décrypté le parchemin, mais je refuse de me rendre chez ces sales humains, pourquoi moi ? Et pourquoi si vite ? » Demanda Qwark
-« Dame Verot à eu des nouvelles de ses informateurs, ils ont capturé un des lieutenants de Pelgrimm, au début il n’a rien voulu lâcher, mais a force de le travailler au corps, il déballa toute l’histoire, les forces de Pelgrimm se regroupent cela comprends , les charrs , les grawls , la cour des cauchemars et les rescaper de la bataille de l’arche » l’informa Xandros.
-« Quoi ? Ils restent encore des membres de l’armée de Scarlett sur pieds ? Je croyais que nous les avions tous éradiqué » s’étonna Qwark
-« Et bien non il reste encore des kraits, ils ont fui avant la fin de la bataille et ont connais à présent l’endroit ou ils vont attaquer » Continua Xandros.
-« Ha ? Et quand est-il ? » Demanda l’asura
Xandros se rapprocha de Qwark et lui chuchota à l’oreille………
-« Le fort des veilleurs »
-« Co….Comment ? Le fort des veilleurs ? En es tu sûr ? » S’étonna Qwark
-« Douterais-tu des informateurs de Dame Verot ? » demanda Xandros
-« Non non non pas du tout, c’est que prendre le fort des veilleurs ne sera pas une mince affaire, vu l’armée en présence et les solides murs qui l’entoure, seul un dragon en viendrais a bout »
-« Tu as dis les mots juste …un dragon… voila pourquoi Pelgrimm veut ouvrir un portail à Primordius, de plus l’armée des veilleurs n’est plus ce qu’elle était avant l’arrivée de Scarlett, beaucoup d’hommes sont mort, d’autres ont disparus, la tyrie est affaiblie depuis le destruction de l’arche et c’est maintenant qu’il décide de frapper »

-« Une fois le fort détruit, nul doutes que Primordius s’attaque au Promontoire…… »
-« Effectivement, l’armée de Pelgrimm une fois en place pourra utiliser les portails asuras pour envahir les capitales, ou simplement nous obligés à coupé l’alimentation des portails dans chaque capitale et nous serions tous isoler, sans renforts possible » ajouta Xandros.
-« Je comprends mieux l’urgence…..arrête moi si je me trompe Xandros, le grimoire à besoin d’un réceptacle pour qu’il fonctionne et si je comprends bien le parchemin sur lequel je suis occupé a travailler est en fait une série de symbole déterminant les ingrédients alchimique qui sont nécessaire a la fabrication du dis réceptacle, mais une fois ces symbole décoder rien ne nous empêches de découvrir comment détruire celui-ci et empêcher l’arrivé de Primordius, au passage je tiens a signaler que ces abrutis de norn se sont fourvoyer en prétextant que c’était un langage ancien, ils ne feraient pas la différence entre une rune et une chiure de mouche. »

-« On ne peut rien te caché, toi seul est arrivé à décoder ce parchemin et tu en détiens presque la clé et c’est pour cela que Dame Verot veut t’envoyé chez les humains, que ton intelligence les aides à détruire cet artefact » flatta Xandros connaissant l’ego démesuré de l’asura.
-« Oui, oui tu as raison !! Moi seul pourrait en venir a bout, ce n’est pas un boulot à mettre entre les sales pattes des bookah, ils sont juste bon a travailler aux champs. »
-« N’oublie pas que Dame Verot est à moitié humaine, je ne pense pas qu’elle aimerait beaucoup entendre cela, donc juste un petit conseil …quand tu seras chez les humains, tiens ta langue. » Lui conseilla Xandros.
Le sylvaris se redressa et pris congé de Qwark.
L’asura travailla encore plusieurs heures sur le parchemin avant d’aller rejoindre sa couche pour une fin de nuit bien mérité.

Au petit matin Qwark sorti des appartements de Dame verot avec une mine dépitée, il ferma méticuleusement la porte derrière lui et pris le corridor en direction des cuisines en chemin il croisa Monsieur Brand , un gardien asura.
-« Nom d’une clé à molette, mais quelle tête tire tu là ?? Dame Verot t’a-t-elle coupée les vivres ??? » Lui demanda Brand.
-« Non pire……….. » répondis Qwark en un souffle.
-« Pire ? Est-ce possible ? » Questionna l’autre asura.
-« Hoooo oui Dame Verot veut m’envoyer chez les Bookahs…… » Dis Qwark péniblement.
-« Je compatis mon ami, dur punition, mais qu’as-tu donc fait pour mériter cela ? »
Nos deux compères prirent la route des cuisines, arriver à celle ci, ils furent accueilli par Baudouin et sa femme jeanne, tous deux originaire du promontoire et humain de surcroit

-« Bien le bonjour Messires » leur lança Jeanne
Qwark répondis par un « Hummmm » évasif, par contre Brand leur adressa la parole
-« Bien le bonjour humains, qu’avez vous préparer de bon ce matin ? »
-« Des brioches et si vous désirez, il reste encore du rôti de hier soir, accompagné de vin ou de thé » leur proposa Baudouin.
-« Apporte nous donc un peu de tout s’il te plait » répondis Brand.
-« Pour moi juste un thé, je n’ai pas faim………. » Rajouta Qwark.
Jeanne leurs apporta les victuailles à table et alla s’affairé au repas du soir.
-« Bon alors raconte moi tout » demanda Brand à l’attention de Qwark tout en engouffrant une brioche encore chaude.
-« Dame Verot à eu la merveilleuse idée de m’envoyé chez les bookas, car la tyrie est en danger, je lui ai demandé pourquoi moi ? Et pas quelqu’un d’autre ? Elle m’a répondu qu’elle avait confiance en moi et que suite aux résultats de mes travaux, j’étais le seul apte à accomplir cette mission, pourtant la solution est simple et un autre élémentaliste aurait aussi bien fait l’affaire »

-« J’ai entendu parler de cela, tu aurais été chargé de décrypter un certain parchemin, donc si je comprends bien, tu y es donc arrivé ? » demanda Brand la bouche pleine
-« Naturellement, pour qui me prends tu ? Dés que j’ai découvert que c’était des symboles alchimique et non pas une écriture oubliée, cela a été très vite et en inversant la formule j’ai découvert comment détruire l’artefact de Pelgrimm, je ne demande pas de conduire l’artefact en haut d’une montagne sacrée et de jeté l’objet en son centre pour qu’il brule, non non non c’est beaucoup plus simple » répondis Qwark
-« Et au niveau rémunération ? Qu’en est-il ? »
-« Là encore Dame Verot à été évasive, je ne serai rémunérer qu’a mon retour et en fonction du résultat de la mission, elle à rajouter que mon départ se ferait demain matin sans fautes, je devrai rejoindre le promontoire et prendre contact avec un homme de main des Ombres se nommant « Fjardottir » drôle de nom au passage pour un humain,
Je lui ai aussi demandé si je pouvais être accompagné dans ma mission, elle m’a répondu que je n’avais pas besoin d’escorte pour rejoindre le promontoire et que le maximum de troupe était déjà mobilisé pour se rendre le plus rapidement possible au Fort des veilleurs,
Sans compter les hommes restant ici à Noirfaucon, veillant sur la demeure de Verot et le portail vers le promontoire »

-« Je suis au courant….j’ai été choisi parmi les hommes qui vont se rendrent au Fort, là bas je prendrai mes ordres de mission, j’ai aussi entendu que Dame verot avait envoyé de nombreux messagers en direction de toute les capitales, afin de les prévenir de la guerre imminente et qu’ils puissent prendre leurs dispositions» Affirma Brand .
-« Il n’y a pas à dire Dame Verot sait comment diriger les choses en cas de menace, mais de là a m’envoyer au Promontoire, il y a une marche de différence »
-« Je comprends ta vision des choses, mais tu sais comme moi quand Verot à décider de quelque chose, il n’y a pas a revenir dessus et en général ses décisions sont bonne, si elle t’envois chez les Bookas, c’est qu’elle a une bonne raison ».


Dernière édition par The Verot le Ven 14 Aoû - 0:51, édité 1 fois

_________________
avatar
The Verot

Messages : 40
Date d'inscription : 08/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Les Rugissements de Gendarran"

Message par The Verot le Mer 12 Aoû - 20:35

Chapitre 13


Spoiler:
Qwark pris congé de l’asura et repris sa route jusqu'à son laboratoire, perdu dans ses pensés, il ne pris même pas la peine de répondre au bonjour des personnes croisées, arrivé devant la porte il s’aperçu que celle-ci était ouverte, « bizarre » se dit il « aurais je oublié de fermé ce matin en allant me couché ? » il entra avec précaution et ……..personne.
Il vérifia si rien avait été bougé ou disparu, mais tout avait l’air de se trouvé à sa place et n’y fis plus attention, il se dirigea vers une grande armoire en chêne ancien et en sorti un vieux sac de voyage, il le secoua avec énergie, un nuage de poussière s’éleva dans l’air qui fit toussé Qwark. , se dirigea ensuite vers une étagère replies de livres, grimoires et autres parchemins, en sélectionna quelques uns et les mis dans son sacs, attrapa sa pipe et son herbe qu’il rangea méticuleusement, sorti de la pièce, il referma la porte avec précaution et se dirigea en suite vers sa chambre qui se trouvait unétage plus haut.
Entre temps aux Manoir des Ombres, Bjorn était en discussion avec Monnaa,
-« Sais tu pour combien de temps est il parti ? »
-« Je ne le sais guère, il devait avoir une entrevue avec la reine Jennah à propos des rumeurs de révolte des cauchemars. » lui répondis Bjorn.
-« ce ne sont plus des rumeurs, mais des faits, nous avons reçu une missive du Clan Verot
Ce matin nous informant que la cible de Pelgrimm est en fait le Fort des veilleurs et Dame Verot nous demande de nous joindre a ses troupes tout affaires sec entes « répondis Monnaa
-« Ouais ce serait l’occasion de redoré notre blason auprès des séraphins, nous devons prendre des dispositions en l’absence d’Owe. »
-« Et que compte tu faire ? » lui demanda Monnaa
-« Nihls restera au Manoir avec une vingtaine d’homme, les autres prendront la route demain matin en direction du fort »
-« Dame Verot nous envois aussi un de ses officiers qui aurait la clé de la destruction de l’artefact, il doit être d’une grande intelligence pour avoir déchiffrez le parchemin de l’alchimiste si vite, un asura parait il… » Dis Monnaa
-« Je suis au courant, j’ai envoyé dès lecture du courrier un de nos hommes au promontoire pour l’accueillir dignement » lui répondis Bjorn avec un sourire.
-« Je n’aime pas ton sourire Bjorn, qui as-tu envoyé ? »
-« Surprise, surprise » dis Bjorn avec un haussement de sourcils
-« Je vais aller prévenir les autres, toi tu te charge de Nihls, je sens qu’il ne va pas apprécier de rester ici, bonne chance » lui lança Monnaa en sortant de la pièce.
Bjorn n’eu même pas le temps de répondre, qu’elle était déjà partie.
- « Effectivement……il risque de ne pas apprécier, bon au plutôt sera le mieux » se dit il et se leva de son siège, empoignât son chapeau qu’il fixa solidement sur sa grosse tête et pris la direction de la cour, là ou devait se trouvé Nihls a cette heure ci.
A l’extérieur il faisait froid, en sortant Bjorn leva la tête au ciel, de gros nuages blancs couvrait le ciel, « si il pouvait neiger cela ralentirait l’avancée de Pelgrimm et ses troupes » se dis Bjorn et se dirigea vers Nihls qui était là a son poste, il entraînait quelques nouvelles recrues au bouclier.
- « Nihls pourrais je te parler un instant stp ? » demanda Bjorn
- « Naturellement ami Bjorn, c’est surement à propos des préparatifs de départ dont tu veux me parler » Lui répondis Nihls avec un grand sourire tout en s’écartant du groupe de novices.
- « Heuuuuu oui, en partie oui » dis Bjorn un peu embarrasser.
- « Alors dis-moi, quel groupe vais-je commander pour l’assaut contre les troupes de Pelgrimm ? » demanda Nihls.
- « Tu auras une vingtaine d’hommes sous tes ordres, le seul hic c’est que tu ne partiras pas au combat » se dépêcha de prononcer Bjorn.
- « P..P..PARDON ? Aurais-je mal compris ? Aurais-tu l’intention de me laisser ici ? » Fulmina Nihls.
- « Ecoute et comprends bien, j’ai besoin d’un homme digne de confiance et intelligent, sachant mener les hommes et sachant prendre des décisions a bon escients » se dépêcha de répondre Bjorn
- « Me prendrais-tu pour un asura ?? » demanda Nihls
- « Pourquoi me dis tu cela ? »
- « Tu n’as pas besoin de me flatté pour me dire de rester ici, je comprends ta décision mais ce n’est pas pour cela que je dois feindre ma colère, j’espérais un bon combat…, mais soit, je resterai ici défendre la demeure en votre absence. »
- « Merci Nihls, je savais que je pouvais compter sur toi »
- « Et tu continues………..Hors de ma vue !! J’ai des hommes à entrainer MOI !! » Lui répondis Nihls avec un clin d’œil.
Bjorn se rendit ensuite vers le pavillon des familiers voir comment allais sa panthère ce matin
Elle n’était pas encore remise a cent pour cent du choc reçu contre le sépulturien quelques semaines plus tôt, ils avaient construit ce pavillon en fonction des types de créature, certaines s’entendais a merveille, d’autres par contre ne pouvait s’entendre, ils se voyaient mal regroupé les Moas et les Mygales géantes, arrivé a l’enclos de la panthère , il s’aperçu que Falba était déjà occupé a nourrir la bête et à le brosser , il rebroussa doucement chemin , depuis la perte de son familier Falba s’occupait fréquemment des bêtes des autres membres du manoir, il était temps quelle retrouve un nouveau compagnon d’aventure se dit il.

Une certaine effervescence régnait au manoir depuis l’annonce de départ vers le fort des veilleurs, tout le monde s’affairaient, certains de l’état de leurs armures , d’autres le tranchant de leurs armes, la solidité de leur arc, la propriété ressemblait à une ruche ou une multitudes d’abeilles voltigeaient, Bjorn pris la direction du manoir , près des réserves Sek surveillait l’avancement du chargement de provisions, Delph a ses cotés notait au fur et a mesure sur un parchemin la marchandise emportée
- « Alors comment cela avance-t-il ? » demanda Bjorn.
- « Bien bien, tout le nécessaire sera chargé avant la nuit » Affirma Sek.
- « Et en ce qui concerne les vivres ? Combien de jours tiendront nous en cas de siège ? »
- « Quinze jours tout au plus, mais cela ne concerne que notre groupe, j’espère qu’ils n’ont pas trop pillé les réserves au fort après la victoire contre Scarlett » dis Delph
- « Je l’espère aussi, c’est certain qu’après tout ces événements et de jeun forcé, qu’ils ne se laissent aller un tant sois peu dans des festivités et ne se doutent nullement qu’ils devront se serrer la ceinture à nouveau. » affirma Bjorn.
- « Effectivement, si il y a une chose que je déteste en cas de siège, c’est la restriction de nourriture, sans repas consistant comment voulez vous qu’un guerrier combatte convenablement, c’est impossible !! » s’exclama Sek.
Cette remarque fit rire Delph.
- « Quoi ? Tu ne me crois pas ? » Demanda Sek.
- « Bah je suppose qu’ils doivent aussi avoir reçu un message de Dame Verot et ils doivent à présent faire le nécessaire à propos des réserves » affirma Bjorn.

Dénébrice et Kirsden les deux sœurs norns qui les avaient rejoints depuis peu, vinrent à la rencontre de Bjorn.
- « Bonjour Bjorn, pourrions nous te voir un instant stp ? » demanda Dénébrice.
Bjorn ne sachant dire non aux dames, s’empressa d’acquiescé, pris congé de ses amis et parti bras dessus, bras dessous avec les deux norns
- « Incorrigible ce Bjorn, qu’elle soit humaine, norn, sylvaris, asura ou charr, tout est bon pour lui » s’esclaffa Delph.
Au milieu de foret de Balbuzard Dame Verot était assises sur un tronc, tout était calme autour d’elle, au loin coulait une rivière, on entendait le clapotis de l’eau sur les rochers, l’air était froid, Leucosia resserra sa houppelande contre elle.
Un corbeau croassât au dessus annonçant l’arrivée de quelqu’un, une branche craqua et une sylvaris apparu dans la clairière.
- « Bonjour Leucosia, quel bon vent t’amène ? » demanda celle-ci.
- « Bonjour Fée Luciole, je n’irai pas par quatre chemins, je suppose que tu as entendu parler de la guerre qui se prépare a nos portes ? » demanda Leucosia.
- « Naturellement, tout les faits et geste de Pelgrimm me sont rapporté » Affirma Fée
- « Et que compte tu faire toi et tes hommes à ce propos ? » s’enquit Leucosia.
- « Rien… » Déclara celle ci.
- « Comment cela rien ? Ne te sens tu pas un peu responsable de se qui se passe a l’heure actuelle ? »
- « Non pas du tout, je n’étais pas seul ce soir là, alors pourquoi devrais je me sentir responsable ? » Demanda Fée
- « Ma mère qui t’as bien connue il y a de cela des années, m’a raconté que toi et six autres membres de l’arbre clair aviez enfermé Pelgrimm dans ce chêne au lieu de le tuer »
- « Mais cela c’est passé il y a deux cents ans !! À l’époque c’était la meilleur chose à faire, avant tout Pelgrimm est sylvaris, nous ne pouvions l’abattre comme une bête » Affirma Fée.
- « Qu’importe, tu es la seule survivante des sept et tu vas rester là les bras croisé ? » demanda Leucosia.
- « Arrête, arrête, arrete !!! Il faut que je réfléchisse à la chose, de plus, seul je ne peux rien faire, il faut que j’en parle aux autres, ils ne sont pas responsable de ce qui c’est passé il y a de cela deux cents ans. »
- « Je suis certaine, comme a ton habitude que tu les persuaderas de te suivre » lui lança Leucosia avec un sourire.
- « Mouais nous verrons, je te tiendrai au courant…. »
- « Merci Fée de m’avoir écouté, je vais te laisser à tes pensées » lui dis Leucosia
- « Au revoir Leucosia »
Ils s’embrassèrent, Leucosia recula de quelques pas et se transforma en nuée de corneille et s’envola.

Qwark passa le Portail au Promontoire, il prenait appuis sur son bâton favoris.
- «Pouahhh cela pue déjà le bookah » s’écria l’asura.
Al ‘audition de ses mots, un passant humain le regarda de travers
- « Quoi l’humain ? Il y a un problème ? » Lança Qwark.
Celui-ci continua son chemin sans prendre plus attention à l’asura.
- « Par les rouages du grand Tixx !! Ou est donc ce maudit Fjardottir, Dame Verot
aurait pu m’en dire un peu plus à propos de ce Bookah !! » Râla Qwark
Il scruta les alentours à la recherche d’un guerrier humain qui pourrait répondre aux seuls critères reçu.
- « Pas un seul de ces loqueteux ne ressemble a un guerrier » se dit il.
Une norn plantureuse le dévisageait, elle était jolie, même sous son armure elle ne pouvait cacher ses formes.
- « Toi là !! Au lieu de me regarder, rends toi utile, indique moi une auberge ou je pourrais me désaltérer le gosier » dis l’asura en s’adressant a la norn
- « C’est à moi que vous causer mon bon prince ? » lui demanda la norn ironiquement
- « Tu vois quelqu’un d’autre dans les parages ? non ! Donc c’est à toi que je m’adresse !! stupide norn, vous n’êtes vraiment pas futé »
- « Hooo désoler mon seigneur, je n’avais pas fais attention a votre grandeur » lui répondis la norn avec une révérence.
- « Bon je t’excuse, mais pour ta punition tu porteras mon sac » Ordonna Qwark.
La norn pris le sac d’une main comme si le poids de celui ci ne représentait rien pour elle.
- « Fais donc attention de ne pas froissé mes affaires la norn, c’est du tulle cela se chiffonne très vite, mais bon encore une chose que vous les sauvages ne pourriez comprendre et ne marche pas si vite, je n’ai que des petites jambes » signala l’asura.
- « Désoler Monsieur Qwark » lui répondis la norn.
- « Comment connais-tu mon nom ? » lui demanda l’asura surpris
- « Votre nom vous précède Messire Qwark , tout le monde a entendu parler de vous »
L’asura bomba le torse, alors comme cela son nom était déjà connu au Promontoire.
- « Bien bien bien et au fait comment te nommes-tu belle enfant » demanda l’asura.
- « Je me nomme Jorra, Gardienne de profession » lui répondis la norn.
- « Par le plus grand des hasards ne connaitrais tu pas un certain Fjardottir ? » Questionna Qwark.

- « Nous voila arrivé à l’auberge la plus décente pour sa majesté, cela vous plait il ? » demanda Jorra.
- « Pas mal, pas mal pour une gargote humaine, les sièges sont moelleux, mais tu n’as pas répondu à ma question !! »
- « Laquelle mon seigneur ? » demanda la norn avec un sourire tout en s’asseyant en face de lui
- « Rhaaa vous êtes vraiment stupide vous les norns , bon je repete et lis bien sur mes lèvres cette fois, connaitrais tu un certain Fjardottir ? » Redemanda Qwark
- « Il se peut, mais pour cela je devrais me renseigner et tout le monde le sait que toutes informations….cela se paye »
- « Là je sens que tu vas devenir desagreable, mais bon d’accord et combien cela va-t-il me couter ? » demanda l’asura tout en sortant sa bourse bien pleine
- « Tout cela dépends a quelle vitesse vous le voulez votre renseignement »
- « Vite, très vite même, je ne tiens pas à rester ici plus de temps qu’il ne le faut »
- « Cinq pièces d’or…….. » informa Jorra
- « Pardon ? Cinq pièces de cuivre as-tu voulu dire ? »
- « Non Messire, c’est bien cinq pièces d’or, le renseignement ne sera pas facile a trouvé, j’en ai peur et je devrais graisser quelques mains pour y parvenir » pleurnicha la norn.
- « Mouais, prends donc ces trois pièces d’or et débrouille toi avec cela » lui dis l’asura tout en lui lançant les pièces sur la table.
La serveuse arriva à leur table et s’adressa à ceux-ci
- « Bonjour Messieurs, Dame que prendrez vous ? » leur demanda l’humaine.
- « Pour moi cela sera un de vos meilleurs vins et cette dame ici présente ne va pas rester, elle a un travaille à effectué et ne trainez pas trop avec ma commande s’il vous plait » lui dis Qwark d’un air dédaigneux.
La servante se dépêcha de quitté la table et de préparer la commande.
- « Que fais tu toujours là ? » Demanda Qwark a l’attention de Jorra.
- « Bah je me renseigne mon bon seigneur » lui répondis la norn.
- « Comment ? Tout en restant sur ton siège ? »
- « Je pars de ce pas messire » dis la norn tout en se levant
Elle prit la direction du bar, commanda une grande choppe et revins vers l’asura et s’assit à nouveau en face de lui
- « J’ai bien l’impression que tu essaye de me rouler, sache que d’un clignement d’œil je pourrais t’embraser belle enfant !! »
- « Que neni messire, j’ai votre renseignement !! »
- « Là je ne comprends pas !! Ou est-il ? Ou est donc Fjardottir ? » S’enquit Qwark
- « Mais devant vous Messire » lui répondis Jorra avec un sourire.
L’asura tomba de sa chaise et se redressa aussi vite, il pointa la norn du doigt
- «TOI, TOI MAIS….. !! Donc tu me mènes en bateau depuis le début ? » S’egosia l’asura.
- « Et oui Mon Bon Messire » elle prit soins de bien appuyer chaque mot.
- « RENDS-MOI MON ARGENT VOLEUSE !! »
- « Hooo que non, vous l’avez eu votre renseignement non ? » dis elle tout en sirotant sa bière
- « Je me plaindrai à Dame Verot et je ferai un rapport à ton supérieur, voila » ronchonna Qwark.
- « Mais oui, mais oui faites donc mon bon seigneur et quand vous aurez fini votre verre nous pourrions peut être partir ? Nous sommes attendus au Manoir. »

Chapitre 14


Spoiler:
En chemin Qwark ne cessa de maudire la norn, la traita de tous les noms possible et en vient même à frapper de son bâton les tibias de Jorra.
- « As-tu bientôt fini de râler, espèce de vieux ronchon !! » demanda Jorra
- « On voit que ce n’est pas toi qui est quitte de trois pièces d’or » dis Qwark en frappant à nouveau de son bâton.
- « Quand tu auras fini de faire joujou avec ta canne, fais moi signe, on m’a demandé de t’escorter, pas de te supporter ! »
- « Q..Quoi ?? Tu traite mon bâton de .. de canne ? » Qwark en resta interloqué.
- « Sais tu combien de danger j’ai du affronté pour acquérir ce BATON ? Non je le vois biens à ton regard bovin. » Répliqua encore l’asura.
Jorra ce mit à rire et lui dis
- « Quels sont donc les dangers que tu as traversé pour acquérir ce ridicule bout de bois? La rivière des larmes ? Le désert Moldavien ? Non je ne pense pas …tu as du l’avoir dans un souk pour quelques pièces de cuivre ou bien l’as tu volé a un aveugle ? »
- « En plus de me voler, tu me traites de menteur et de misérable, tu as de la chance de faire partie des Ombres et Dame Verot n’apprécierais pas que je te grille comme un cochon bien gras.» répondis Qwark
- « Garde ta salive pour les alliés de Pelgrimm, ce jour arrivera bientôt »
- « Cela n’est pas mon affaire, Leucosia m’a envoyer ici pour détruire l’artefact et point combattre l’ennemi !! » grogna l’asura.
- « Parce que tu crois que les hordes Charr et Grawls vont te laisser passer sans rien faire ? »
- « Et pourquoi je n’attendrais pas sagement au chaud, que vous alliez le chercher et une fois en notre possession, je pourrai le détruire. »
- « Tu ne voudrais pas non plus que nous le détruisions à ta place ? » demanda Jorra
- « Si cela aurait été possible, je ne serais pas là bougre d’idiote !! »
Ils continuèrent ainsi pendant un bon moment tout en faisant route vers le Manoir

- « C’est encore loin ….. ? »
- « Tu me l’a déjà demandé trois fois depuis notre départ du Promontoire et je t’ai répondu « Bientôt » donc…… »
- « C’est cela le souci……tu me réponds depuis deux heures « bientôt » je ne sais pas si la signification de ce mot pour vous les norns est la même que pour nous les Asuras, quand ont dis « bientôt » c’est qu’on est presque arrivée et ici dans le cas présent ce n’étais pas vraiment le mot adéquat. » répondis Qwark.
- « Je peux te poser une question ? » Demanda Jorra.
- « Naturellement si cela peut te rendre plus intelligente, n’hésite pas » se moqua Qwark.
- « Comment fais Dame Verot pour te supporté ?? »
- « Hahahahaha, très très fin de la part d’une norn, vous avez un sens de l’humour particulier, si tu m’avais prévenu plus tôt que la demeure des ombres était si loin, j’aurais pu utiliser un portail portatif pour aller plus vite » dis Qwark.
- « Ne viens pas me dire que tu es déjà fatigué ?? »
- « Fatigué ? Oui……..de ta compagnie MWAHAHAHAHAH »
- « Et qu’a donc ma compagnie de si désagréable s’il te plait ? » demanda Jorra
- « Tu es grande, laide, impolie, bête, et norn tout le contraire de moi et par-dessus tout…… tu m’as VOLE !! Comprends-tu à présent pourquoi je ne t’aime guère ? » lui répondis Qwark.
La norn ce mit à rire.
- « Et bien mon petit ami, j’ai une très mauvaise nouvelle pour toi…J’ai été nommé ton garde du corps personnel tant que tu resteras parmi nous. Alors content ?? » Répliqua Jorra
- « Tu….tu…..tu te moque de moi là ? Hein ? Rassure-moi ? Je vais devoir te supporter ?
Alors là… ….manquait plus que ça, me voila au pays des Bookahs accompagné d’une montagne qui me cache le soleil, mais qu’ai-je fais au grand Tixx ?? » Implora Qwark la mine déconfite.
- « Cesse de geindre, regarde nous sommes bientôt arrivé » lui dis Jorra tout en lui montrant de la fumée dans le ciel. »
- « Mouais c’est pas la première fois que tu me dis « bientôt » et là tu me montre de la fumée, question …tes amis ? Ils habitent dans le ciel ? » Se moqua à nouveau Qwark.
- « Je sens que l’on va bien s’entendre mon PETIT ami » lui répondis Jorra.

Entre temps chez les veilleurs la Commandante Almorra Garde-âmes avait bien reçu le message de Dame Verot, elle commença à donner des ordres à ses derniers lieutenants encore sur pieds, seulement trois d’entre eux était encore vivant sur les dix qui combattirent à l’arche. Almedès l’ingénieur Asura, Lincourt le Guerrier Humain et Mirabelle l’envouteuse sylvaris, ils étaient tous réunis dans le grand bureau du fort
- « Almedès, Combien d’engin de guerre nous reste t’il ? » demanda Almorra assise confortablement dans son fauteuil
- « Au dernier rapport reçu, une catapulte, vingt trois balistes et douze canons. Les réserves de poudres sont conséquentes et boulets à profusion, par contre les flèches commencent à manquer. » Annonça l’asura assis sur un tabouret en face d’elle
-« Bien bien, envois donc des hommes à la fabrication des flèches et je pensais que nous avions encore deux catapultes de valide ? »
- « Naan, elle est défectueuse et je n’aimerais pas qu’elle nous explose au visage pendant un tir, j’aurais peut être la possibilité de la réparée, mais pour cela je vais avoir besoin de certaines pièces de rechange » affirma l’asura.
- « Et en ce qui concerne l’état de nos troupes ? Je parle aussi bien physiquement, que moralement.» questionna Almorra à l’attention de Lincourt.
L’humain était assis sur le bord du bureau, après un moment de réflexion il répondit
- « Moralement ils vont très bien, la victoire de l’arche les as gonflés à bloc, par contre ont a perdu beaucoup d’hommes, ils nous restent une centaine d’archer, deux cents fantassins, une trentaine de servants d’armes, quelques manœuvres et une centaine d’aventuriers et mercenaires prisonnier ici suite à la fermeture des portails asura et si je peux me permettre une remarque, les gardiens commence sérieusement à manqué parmi nos rangs, ils ont été principalement pris pour cible. »
- « Vers la fin de la bataille j’ai cru le remarqué, les protections commençaient à tomber et c’est à ce moment là que nous avons perdu beaucoup de frères d’armes. » Dis Almorra.
- « J’irai faire un tour du coté du campement des mercenaires et aventuriers, voir si il n’y aurait pas quelques gardiens désirant rejoindre nos rangs, ont peut toujours rêver n’est ce pas ? » informa Lincourt avec un sourire.

- « Mirabelle , je sais que tu n’aimes pas le poste que je t’ai imposé, mais depuis la mort de Ballardieu, je n’ai personne d’autre sous la main, qu’en est il des réserves ? »
La sylvaris leur tournait le dos et regardait par la fenêtre, elle ne répondit pas.
- « MIRABELLE !! » Almorra du la rappeler à l’ordre.
- « Désolé général, j’étais perdue dans mes pensées………Si tout les aventuriers et mercenaires du coin reste entre les murs du fort nous allons vite manquer de nourriture, mais dès l’annonce de la guerre imminente je suppose qu’ils prendront leurs jambes à leur cou et fuiront à l’opposé de la bataille, donc je dirais qu’en cas de siège nous pourrions tenir un mois tout au plus, par contre je prévoirais une réserve d’eau supplémentaire , le fort dispose bien d’un puis mais j’ai peur qu’en cas de contamination de celui-ci, nous serions privé d’eau. »
- « Prends donc les dispositions nécessaire à ce sujet, je te fais confiance » Ordonna la charr.
- « Si vous aviez écouté les prédictions mon général nous n’en serions pas là !!! » lâcha la sylvaris sans un regard vers ses interlocuteurs.
- « JE NE TE PERMET PAS DE PARLER AINSI AU GENERAL !! » Hurla Lincourt qui s’était remis debout.
- « Tu sais très bien que si le général avait suivi tes prédictions, nous serions peut être tous mort à l’heure qu’il est » rajouta Almedès.
- « effectivement …….…mais nous n’en serions pas là. » continua Mirabelle.
Le général Charr ne disait mot et écoutait l’avis de ses officiers, mais du serrer les dents pour ne pas bondir hors de son siège, ils furent interrompu par l’entrée d’un des gardes.

- « Désoler de vous importuné mon général, mais une affaire de la plus haute importance vous demande » annonça le garde.
- « Qu’en est il, parle !! »
- « Des éclaireurs cauchemardesque ont été repérer à deux kilomètres d’ici, ils arrivent dans notre direction et agitent un drapeau Blanc »
- « Combien sont-ils ? » demanda Almorra tout en se levant de son fauteuil.
- « Cinq, tout au plus » informa le garde.
- « VENEZ !! Accompagnez moi sur les remparts nous les verrons arrivé » Ordonna Almorra à l’attention de ses officiers.
Ils la suivirent vers l’extérieur…. tous ? Non, la sylvaris était toujours debout devant la fenêtre les yeux perdu à l’horizon.
Du haut des remparts ils virent les éclaireurs arrivé.
- « HALTE LA !! N’ALLER PAS PLUS LOIN !!! » Leur cria Almorra.
Ils stoppèrent net leur marche, celui qui paraissait le chef pris la parole
- « Nous désirons parler au Général Almorra !! »
- « C’est elle-même et que puis je pour vous ? »
- « Pelgrimm notre maitre vous propose un marché, si vous quitter le fort avant l’arrivée de son armée, il vous laisse à tous la vie sauve, par contre si par malheur vous êtes toujours là, alors après sa victoire, il fera tuer une personne sur deux parmi les hommes et femmes survivant de la bataille. »
- « Ton maître est trop bon, dis lui bien que nous les veilleurs l’attendons de pieds ferme, se n’est pas ses menaces qui nous ferons fuir et que ces deux cents ans passé dans son arbre lui a fait perdre la mémoire, JAMAIS un veilleur n’abandonnera le Fort, moi aussi je vais lui donner un conseil qu’il reste bien sagement dans sa forêt car si par malheur j’aperçois sa vilaine frimousse pendant le combat , je descend moi-même des remparts lui botter les fesses !!! » lui répondis Almorra.
Ce qui fit rire tous les hommes et femmes perché sur les remparts.
- « Encore un conseil, mais cette fois ci c’est a vous qu’il s’adresse, ne rester pas plus longtemps sur ces terres car j’ai une folle envie d’ouvrir les portes et de venir vous massacrer » dis Almorra à l’attention des éclaireurs.
Mister Qwark et Jorra Fjardottir arrivèrent tous deux au Manoir.
- « C’est donc cela le manoir…….en piteuse état me semble t’il » constata Qwark en regardant autour de lui.
- « Nous avons subis une attaque dernièrement et le feu à pris a une partie des bâtiments, nous n’avons pas encore eu le temps de faire des rénovations » répondis Jorra.
Bjorn et Delph virent à leur rencontre.
- « Bien le bonjour monsieur Qwark , le voyage fut bon ? » demanda Bjorn avec un sourire.
- « C’est donc vous qui avez eu cette MEEEErveilleuse idée de m’envoyer Jorra ? » lui demanda Qwark les bras croisés.
- « C’est une de nos meilleurs gardiennes, elle vous protégera corps et âme » lui répondis Delph qui venait de comprendre le mauvais tour que Bjorn lui avait joué, après les humains c’était les norns que Qwark détestait le plus.
- « Effectivement ….BOOKAH, je ne doute pas des capacités de Jorra mais vous auriez pu choisir quelqu’un d’un autre rang, je m’attendais que ce soit messire Owe qui vienne m’accueillir. »
Jorra venait de se rendre compte que l’asura venait de dire deux phrases sans l’insulter et même de la nommé par son prénom.
- « Messire Owe n’était pas disponible, il devait avoir un entretien au Promontoire avec quelqu’un de VOTRE rang, au fait nous ne nous sommes pas présenter voici Bjorn qui dirige le manoir pendant l’absence de notre chef et je suis Delph, élémentaliste de mon état » s’empressa de dire Delph.
- « Bon soit, toutes les dispositions sont elles prises pour notre départ demain matin ? » questionna Qwark.
- « Oui, les hommes sont prêt, provisions misent dans les chariots, nous sommes parer à prendre la route. » Affirma Bjorn.

Derrière eux une voix retenti.
- « Bien le bonjour Qkraw comment vas-tu ? » c’était Falba qui avait déjà eu le plaisir de rencontré l’asura lors de sa convalescence a Noirfaucon.
Le temps que Qwark se retourne Falba l’avait déjà agrippé dans ses bras et lui déposa un baiser sur la joue.
L’asura se dépêcha de s’extirper de ces bras et sauta à terre.
- «POUAH POUAH BEUUURK » lâcha Qwark tout en se frottant la joue d’un mouchoir en soie.
- « MAIS quelles sont donc ses familiarités Madameuhhh Falba ? » demanda l’asura.
- « Allons allons Qrawk, nous sommes amis, non ? »
- « Comme je vois tu n’es toujours pas foutue de prononcer mon nom convenablement, pendant son séjour pas une fois elle ne m’a nommé par mon prénom, par contre si vous chercher un prénom asura pour un nouveau né, demander lui…….. Elle est pleine d’idées. » Dis Qwark a l’attention du groupe.
- « Là tu exagère un peu Kawrq !! »
- « Que ce que je vous disais……….. » Souffla l’asura.
Le petit groupe se mit à rire, sauf Falba et Qwark mais pas pour la même raison.
- « Je vais vous conduire à votre chambre Monsieur Qwark et vous devez avoir soif après une si longue route » dis Bjorn.
- « Non Monsieur Bjorn ne prenez pas cette peine, Jorra m’y conduira.» répondis Qwark en regardant la norn.
- « Cela sera avec plaisir Qwark. » dis Jorra.
- « Juste une chose la NORN, n’oublie pas c’est MONSIEUR, si tu ne veux pas que je redevienne désagréable avec toi.» lâcha Qwark et ils partirent en direction de l’aile principale.

La journée touchait à sa fin, dans la cuisine, autour de la grande table était assis, Bjorn, Jorra, Delph, Sek et Falba, ils étaient occupé à manger une potée aux choux préparer par Delph qui remplaçait pour l’instant Madeleine décéder quelque jours plus tôt, ils discutaient de leur départ et quel chemin prendre pour arriver au plus vite au Fort.
Qwark fit son entrée dans la pièce.
- « Bien le bonsoir Maître Qwark, venez donc prendre place parmi nous » l’invita Delph.
Il s’avança dans la pièce sans un mot et vient s’asseoir entre Jorra et Bjorn.
- « Alors, Monsieur Qwark la chambre vous convient elle ? » demanda Bjorn.
- « Monsieur Bjorn sachez une chose, ce que vous nommé chambre ressemble plus à un placard à balais……Mais je m’en conviendrai. » répondis Qwark tout en goutant à la potée que Delph venait de lui servir.
- « Pourtant c’est une des plus grande chambres que nous disposons pour nos visiteurs » lui assura Bjorn.
- « Et bien je n’ose imaginer la grandeur des autres chambres alors…. » Rajouta Qwark.
- « Avez-vous un avis Monsieur Qwark a la route à prendre pour le Fort ? » demanda Sek pour changer de sujet.
- « Effectivement j’ai une idée sur la chose et qui nous ferait gagner beaucoup de temps, mais pour cela j’aurais besoin d’un asura qui puisse m’assisté sur la chose. »
- « Dis nous en plus et pourquoi un asura et pas un humain ou autre ? » demanda Falba.
- « Figurez vous que j’ai en ma procession trois portail portatif et seul un asura aurait la capacité d’activer les cristaux pour l’ouverture de ce portail. »
- « Mouais …Je reste septique sur les dis Portail, j’ai entendu dire que leur destination était assez aléatoire, nous pourrions aussi bien nous retrouver au Saut de Malchor » informa Sek qui se servait une quatrième fois de la potée.
- « Aléatoire, certes oui, mais pas entre mes mains, je vous ouvrirai un portail a quelques mètres du fort sans aucuns soucis. » Certifia Qwark.
- « Oui c’est vrai que la dernière fois que M’sieu Rwakq en à ouvert un, je me suis retrouvé à quelques mètres du manoir » Affirma Falba
- « Merci BLAFA, ton aide m’est précieuse………. » Répondis l’asura avec un regard de dépit vers la rodeuse.
- « Il y a bien Tomo. Qui pourrait vous aider, il est asura et fait partie du groupe qui restera en réserve au manoir. » Informa Bjorn.
- « Faites le appeler, que je puisse le voir avant le levé du jour » demanda Qwark.
Jorra se leva de table, elle n’avait encore rien dis jusqu'à présent.
- « Je vais le chercher, je commence à avoir l’habitude de la compagnie des asuras » dit elle avec un sourire.
- « Tu es bien aimable Ma grande, mais ne traine pas trop, je voudrais encore le voir avant notre départ » dit il sur un ton railleur.
Jorra sorti de la pièce tout en riant.
- « Combien d’hommes et de chariots disposons nous ? Je devrais avoir le nombre approximatif pour savoir si je dois utiliser un portail ou deux. » Demanda l’asura.
- « Trente hommes et deux chariots tirer par des doylaks. » répondis Delph.
- « Donc un portail sera suffisant, bien bien je ne voudrais pas qu’a un moment donner le portail se désintègre et que nous nous retrouvions coincé à l’intérieur mais vu le nombre que nous sommes cela passera sans problème » Informa Qwark.
- « En es tu bien sur ?? » Osa demander Sek voyant ce portail d’un mauvais œil.
- « Co…Comment ? Tu oses douter de mon intelligence ? Je coordonnerai le portail avant notre départ et Monsieur Tomo. N’aura qu’a vérifier si tout les algorithmes reste correcte et qu’il n’y a pas de surchauffe des cristaux pendant notre voyage et je vous garanti que nous nous retrouverons a quelques mètres du Fort. » Affirma à nouveau Qwark.
- « Bon, il commence à se faire tard, n’étant pas de garde ce soir je vais en profiter pour aller me coucher. » dis Falba tout en baillant et s’étirant de tout son long.
- « Je vais faire de même, rien ne vaut une bonne nuit de sommeil car à partir de demain nous dormirons peu. » Annonça Sek.
Et ils se levèrent de table, souhaitèrent la bonne nuit aux autres et quittèrent la pièce.
- « Je vais aller faire un dernier tour du manoir, voir si tout est bien en ordre » dis Bjorn tout en se levant, il empoigna son fidèle chapeau et le fixa comme a son habitude sur son énorme tête.
- « Messire Bjorn…..juste une question ? » demanda l’asura.
- « Oui ? »
- « Vous ne compter pas porter ce ..Comment dire ..Chapeau pendant les hostilités quand même ? » Questionna Qwark.
- « Bah si pourquoi ? qu’a-t-il mon chapeau ? »
- « Il parait tellement ridicule sur votre tête que les ennemis vont se battre pour vous l’arracher, vous deviendrez alors une cible de choix » se moqua Qwark.
- « Et bien qu’ils viennent, je les attends de pieds fermes, moi vivant ils n’auront jamais mon chapeau. » Répondis Bjorn le sourire aux lèvres et il quitta la pièce.
Delph et Qwark se retrouvèrent à deux dans la cuisine, il y avait un silence de mort aucuns d’eux ne disait mots, Delph tenta de briser celui-ci.
- « Messire Qwark, sauriez vous m’en dire plus à propos de la façon par laquelle nous pourrions d’détruire l’artefact ? »
- « C’est tout simple….bookah, il ne serra destructible qu’a un seul moment, il devra être inséré dans son réceptacle et c’est à ce moment là, que l’artefact sera le plus faible, en détruisant le réceptacle nous détruisons le grimoire, le pouvoir de trois élémentalistes réunis devrait faire l’affaire. »
- « Deux choses, la première cela va donc impliqué le risque d’ouverture du portail et la seconde, je pensais que vous pouviez le faire seul ? Et maintenant vous me parler de trois personnes ? » Demanda Delph.
- « Naturellement, le portail serra actif, sans cela, impossible de le détruire et c’est pour la même raison que trois élémentalistes iront plus vite à le désintégrer qu’un seul, en espérant que Primordius n’ai pas le temps d’apparaître. »
- « C’est quand même risqué…… »
- « Naturellement que c’est risqué, ou sinon je ne serais pas là !! BOOKAH. »
Ils furent interrompus par l’entrée de Jorra en compagnie de Tomo.
- « Bien le bonsoir messieurs, dames, vous auriez besoin de mes services parait il ? »
- « Oui effectivement Monsieur Tomo., venez donc vous assoir que nous en discutions, Madameuhhhh Delph. Pourrions-nous avoir un verre de vin s’il vous plait, parler me donne soif. » Dis Qwark.
Delph se leva et alla prendre un cruchon de vin dans la cuisine.
- «Bon si tu n’as plus besoins de mes services, je vais aller faire mon paquetage » Informa Jorra à l’attention de Qwark.
- « Fait donc, fait donc, la discussion entre Monsieur Tomo et moi-même risque de te dépasser rapidement. » ironisa Qwark.
- « Taches d’être debout à l’heure demain matin, car je viendrai avec plaisir te réveiller » lui répondis Jorra en quittant la pièce
- « Je vais faire de même, vous êtes en bonne compagnie à présent, je vais aller rejoindre ma couche » Dis Delph.
Qwark ne répondis pas, il était déjà en pleine discussion avec l’asura.
Et elle quitta la pièce à son tour.


Dernière édition par The Verot le Ven 14 Aoû - 0:53, édité 1 fois

_________________
avatar
The Verot

Messages : 40
Date d'inscription : 08/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Les Rugissements de Gendarran"

Message par Patte de Cerf le Jeu 13 Aoû - 12:40

Je n'ai pas encore fini de tout lire (ce sont mes lectures du soir :3 ) mais je te conseil une chose, mets les chapitres sous spoiler ça sera beaucoup plus simple pour tout le monde pour pouvoir éviter les tendinites :')

Sinon j'aime beaucoup la façon dont tu décris les combats, c'est clair et on s'imagine très bien l'action, mélangeant les compétences IG avec un aspect plus "personnel" à chaque perso, vraiment très bon donc !

Pour le reste des récits, je trouve certaines formulations "bizarres" mais ce n'est qu'une question de goûts je pense, toujours est-il que c'est agréable à lire Very Happy !

_________________

Tumblr
avatar
Patte de Cerf

Messages : 233
Date d'inscription : 08/06/2015
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Les Rugissements de Gendarran"

Message par The Verot le Jeu 13 Aoû - 21:01

Patte de Cerf a écrit:Je n'ai pas encore fini de tout lire (ce sont mes lectures du soir :3 ) mais je te conseil une chose, mets les chapitres sous spoiler ça sera beaucoup plus simple pour tout le monde pour pouvoir éviter les tendinites :')

Bonne idée , il faut juste que je trouve comment faire .... Idea

Patte de Cerf a écrit:Pour le reste des récits, je trouve certaines formulations "bizarres" mais ce n'est qu'une question de goûts je pense, toujours est-il que c'est agréable à lire Very Happy !

Bizarres ?? Normal !! et pourquoi ?? Pour deux raisons ->

- Je suis belge (une fois) donc certaine formulations sont bizarre c'est normal ->

http://users.tvcablenet.be/personal/tvcn28599/belge/belgicismes.html  Suspect

- Les idées se bousculent tellement dans ma tête , que mon 2eme moi se dispute avec mon mini moi What a Face

Et merci pour les compliments. I love you


Dernière édition par The Verot le Ven 14 Aoû - 0:25, édité 1 fois

_________________
avatar
The Verot

Messages : 40
Date d'inscription : 08/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Les Rugissements de Gendarran"

Message par The Verot le Ven 14 Aoû - 1:12

Chapitre 15


Spoiler:
Au Fort des veilleurs au même moment, dans son bureau La général Almorra était assises dans son grand fauteuil, devant elle se tenait Mirabelle la sylvaris.
- « Je suis certaine mon général que si nous avions agis selon les prédictions, nous aurions déjà vaincus Pelgrimm, nous l’aurions surpris dans la tonnelle et mis fin a ses jours »
- « Je ne doute pas de tes prédictions Mirabelle, mais selon certaines sources ils étaient plus de cinq cents là bas et je ne pouvais risquer la vie de nos hommes surtout après nos pertes a la bataille de l’arche » répondis Almorra.
- « Selon les prédictions, la victoire aurait été à nous. »
- « Possible …………Mais rien n’était certain, je n’ai voulu prendre aucuns risques. »
- « Je ne vous reconnais plus général, il fut un temps ou vous auriez foncé tête baissée et depuis la bataille de l’arche vous n’êtes plus la même. » Lui répondis Mirabelle.
- « J’ai vu trop d’hommes et de femmes tombés pendant cette sombre période, j’ai vu leurs familles les pleurer et ce n’est pas un spectacle que je voudrais revivre »
- « Pourtant Pelgrimm vous as donné une alternative et vous ne l’avez accepté, nous risquons à nouveau de subir des pertes. N’aurait il pas mieux valu accepter notre reddition ? »
La charr frappa du poing la table.
- « Te rends tu comptes que si nous laissons le fort aux mains de cette crapule, plus rien ne l’arrêtera !! Il aura accès à toutes les capitales !! Sans compter la réputation des veilleurs qui serait remis en cause. » S’emporta Almorra.
- « Soit, c’est votre décision général et je n’irai contre, mais sachez une chose si vous n’écouter pas les prédictions, vous aller droit a votre perte….. » Rajouta Mirabelle.

A l’extérieur, Lincourt parcourait les remparts et observait l’horizon, la nuit était tombé, il faisait froid, tout était calme et silencieux à cette heure
- « D’ici trois semaine, nous n’aurons plus l’occasion de profiter de cet air pur. »
C’était Almedès l’asura, assis en tailleur sur un bord de rempart.
- « Que fais Tu es encore debout ? Des problèmes de sommeil ? » Demanda l’humain.
- « Comme tout le monde ici depuis notre retour, je penses. »
- « Tout cela est derrière nous à présent. »
- « Je voudrais bien mon ami, mais notre futur est sombre, nul coté ou regarder »
- « Allons, allons Almedes ne soit pas si pessimiste, nous sommes toujours vivant et les combats a venir ne seront pas comparable a ce que nous avons vécus a l’arche, ici nous savons ou l’ennemi va frapper, pas comme dans ce nuage empoisonné qui nimbait les rues là bas » lui répondis Lincourt.
- « Beaucoup d’amis sont y rester, je vois encore Mircella tombé à genoux sur les pavés humide et gluants, se tenant la gorge, vomissant sang et tripes suite l’exposition trop longue aux vapeurs toxiques » dis Almedes
- « Oui, je n’ai jamais compris pourquoi elle n’a pas exécuté les ordres d’Almorra »
- « Elle aurait du rester en retrait, à peine revenue de mission, elle était a nouveau en première ligne »
- « Pourtant Mirabelle assure lui avoir remis les directives d’Almorra, elle avait comme ordre de se rendre directement à l’infirmerie. » souligna Lincourt
- « Profitons encore de cette nuit calme mon ami. »
Sans un mot, dans la nuit froide, Lincourt vint s’appuyer sur le muret et regarda le ciel étoilé…

Le soleil n’était pas encore levé que Qwark se réveilla en sursaut, il se retrouva assis sur le sol, il se frotta les yeux et vit devant lui Jorra en armure complète, tenant a bout de bras le matelas ou l’asura se trouvait une minute plus tôt.
- « STUPIDE NORN !! Mais que viens-tu faire ici ?? »
- « Vous réveiller PETIT MESSIRE !! Il est l’heure. » Répondis Jorra avec un sourire
- « Tu as une drôle de façon de lever les gens !! » grogna Qwark.
- « Aurais tu préférer un doux baiser ?? » demanda la norn.
- « POuAhh NON !! Tu dois piquer comme ton grand père !! »
La norn ris et répondis
- « Dépêche toi, une grande partie du groupe est déjà prêt et ils attendent dans la cour »
- « Mais oui, mais oui, au lieu de rester là apporte moi plutôt un thé et deux brioches, de préférence bien chaud le thé et ne traine pas !! » Ordonna l’asura qui s’était remis debout cherchant sa pipe dans ses affaires.
- « Arsenic, Curare, Mercure ?? » demanda Jorra.
- « Mais de quoi parles tu donc ?? » questionna l’asura qui avait retrouvé sa pipe.
- « Ton thé ? Arsenic, Curare, Mercure ?? Ou un subtil mélange des trois ?? » Ironisa Jorra.
- « Ha Ha Ha Ha, très malin !! Au lieu de faire un semblant d’humour, va chercher mon thé »
- « Si tu veux un thé, tu lèves ton petit popotin, tu descends les escaliers et tu te rends à la cuisine comme tout le monde, compris ?? » répondis Jorra en un clin d’œil.
- « La journée commence très mal………il ne faudra pas venir te plaindre, je ne serai pas en possession de tout mon pouvoir et je risque de refermé le portail sur ta grosse tête. »
- « Le seul pouvoir que j’ai pu constater chez toi depuis notre rencontre, c’est que tu donne mal de tête à tout le monde »
- « Sors d’ici la vilaine, je vais me changer et tu risque de défaillir en voyant mon corps viril »
La norn sorti de la pièce en riant et fit exprès de ne pas refermer la porte derrière elle, sachant que cela allait encore énerver l’asura.
- « LA PORTE ….. !!!!! » cria Qwark.
La norn continua son chemin en riant de plus belle.

Le groupe était près, ils attendaient sous le vent le bon vouloir de Qwark.
- « Mais ou donc reste ce maudit asura ?? » demanda Bjorn.
- « Lors de son réveil il m’a parlé de déjeuner, donc je présume qu’il est encore aux cuisines » informa Jorra.
- « Va donc me le chercher s’il te plait, je tiens à partir avant midi….. »
Il avait à peine fini sa phrase que notre ami Qwark pointa son nez.
- « Mr Bjorn, je vous ai entendu……vous m’avez traité de…. MAUDIT asura ?? »
- « Non non Mr Qwark vous avez du mal comprendre, je disais ou est mon AMI asura !! » répondis Bjorn pour éviter tous problèmes qui ralentirais encore leurs départ.
- « Mouais ..J’ai un doute, mais bon nous avons assez perdu de temps, le moment est venu de nous mettre en route » il s’avança au milieu de la cour, sorti de sa poche un cercle en cuivre de la grandeur de sa main, il le déposa a terre et y incrusta quatre cristaux.
- « ATTENTION S’IL VOUS PLAIT, JE VAIS VOUS DEMANDEZ DE RECULER !!!, Mr. Tomo avez vous bien compris la procédure ? Ou dois-je encore vous la rappeler ? » Demanda Qwark à l’attention de l’asura qui se tenait près de lui.
- « Pas de problèmes Mr Qwark, j’ai bien compris comment tenir l’alignement des cristaux »
Qwark incrusta un cinquième et dernier cristal et s’empressa de reculer, le cercle commença à prendre de l’ampleur, en quelques secondes il mesurait déjà plus d’un mètre et continua à s’amplifier, la minute suivante il avait atteint plus de trois mètres et s’arrêta de grandir, il en sortait un doux ronronnement et une colonne blanche aux effets bleutée s’érigeant vers le ciel.
- « Le portail est stable , arriver de l’autre coté ne rester pas dans le cercle laisser de la place pour les arrivants , de plus en restant trop longtemps sur le portail vous seriez transporter à nouveau ici, donc aucuns intérêts , je vais vous demander de vous dépêcher le portail ne tiendra pas des heures !! » s’empressa de dire Qwark.
Bjorn ouvra la route en compagnie d’une quinzaine d’hommes et femmes,
- « Nous allons en éclaireurs, arriver de l’autre coté nous vous sécuriserons la zone »
- « Travail inutile, nous devrions être à quelques mètres du fort, mais je suppose que cela ne sert à rien de discuter ? Vous ne changeriez de toute façon pas d’avis… » Dis Qwark.
- « Effectivement mon ami » et Bjorn disparu dans le portail.
Le convoi se mit en route, les doylaks tirant les chariots firent un peu d’histoire pour y pénétrer , mais disparurent à leur tour , il ne restait plus que Qwark , Falba, Sek, Delph, Jorra et quelques autres membres des ombres, ils s’avancèrent et passèrent le portail.......
Arriver de l’autre coté, ils furent accueillis….. Par une volée de flèches, l’expérience au combat de Sek lui permit de brandir son bouclier à temps et d’invoqué un dôme protecteur qui dévia aisément les projectiles…….
Qwark s’était glissé derrière Jorra et regardait autour de lui …….aucunes traces du fort des veilleurs, par contre les guerriers et gardiens des ombres formait un cercle autour du convoi et protégeaient de leurs bouclier les bêtes apeurées, ils subissaient une attaque de centaures.
Ceux-ci peu courageux, dès l’arrivée du troisième groupe, prirent leurs pattes à leur cou sans demander leur reste, en général ils attaquaient en nombre les petits villages et les petits groupes isolés.
- « MR QWARK !!! J’ai un mot à vous dire !! » Hurla Bjorn.
- « Et bien je vous écoute Mr Bjorn, qu’avez-vous donc à me reprocher ?? » demanda l’asura sortant de sa cachette.
- « Ne devions nous pas être à quelques mètres du fort ? C’est bien ce que vous aviez certifié n’est ce pas ?? » Demanda Bjorn.
- « Certes oui, certes, il a du se passer une mal fonction et je ne saurais vous dire laquelle » Répondis Qwark.
- « Et c’est tout ? Pas d’autres explications ? Moi je pense que vous vous êtes complètement fourvoyé oui !! » Affirma le Norn.
- « C’est nouveau ? Un Norn qui pense ? On aura tout vu !! Et bien non Mr Bjorn , j’ai calibre ce portail avant mon départ de Noirfaucon, j’ai sélectionné moi même les cristaux avec parcimonie, mes calculs étaient bien correct et je doute fort que ce soit une fausse manœuvre de Mr Tomo, si c’était le cas nous serions désintégrer à l’heure qu’il est, non non et non je ne vois qu’une possibilité …….un sabotage, soit cette nuit au repaire ou soit la fois ou j’ai retrouvé la porte de mon labo ouverte, mais en aucuns cas je prendrai la faute à charge !! Est ce bien clair ?? Demanda Qwark en pointant son doigt dans le ventre du norn.
L’asura fini sa phrase et le portail derrière eux se désintégra au même moment.
- « Quand vous aurez fini de bavarder nous pourrions nous mettre en route, les centaures ne vont pas tarder à revenir et bien plus nombreux cette fois » C’était Henelwen Isadottir une des gardiennes du pacte, Blonde, elle était grande et élancée, elle dénotait un peu sur le groupe d’aventuriers, pas par le caractère, ni par ses prestations au combat, mais elle était toujours tirer a quatre épingles et n’oubliait jamais de mettre un touche de rose dans son équipement.
- « Soit, mais ou sommes nous ? » Questionna Delph.
Falba accompagner de cinq à six rodeurs venaient à leur rencontre.
-« Nous avons pris position sur la colline et de là nous pouvons voir les environs, si je ne me trompe pas au Nord/Est nous avons la terrasse de Nébo et au Nord les terrains de chasse des centaures, ils viennent surement de la grotte aux amarantes et à l’Ouest j’ai pu apercevoir des murs, ils doivent appartenir à la colonie d’Ascalon » Annonça Falba
- « On est donc bien dans les champs de Gendarran, c’est déjà ça…….. » Répliqua Bjorn.
- « Descendons vers le sud, nous devrions trouver un pont nous menant vers le Fort » conseilla Falba.
- « Je viens de vérifier les troupes, tout le monde est au complet, quelques égratignures mais aucuns blessé grave » Informa Jorra.
- « Ne trainons pas, mettons nous en route, Falba prends une dizaine d’hommes et va ouvrir la route, Delph et Sek prenez cinq compagnons et assurez le convoi, je prends la queue et le restant des hommes » Ordonna Bjorn.
Chacun parti prendre ses positions, Qwark, lui par contre se rendis près du convoi, s’arrêta à l’arrière d’un chariot et regarda autour de lui
- « Jorra !! Viens ici s’il te plait et rends toi utiles » Demanda Qwark.
- « Que me veux-tu cette fois ci ? » Questionna Jorra.
- « Ne t’inquiète pas, je ne vais pas te demander de réfléchir, mais plutôt de me soulevé et me déposer DELICATEMENT dans le chariot. »
- « Pourquoi ? Tu ne sais plus marcher ? » Demanda ironiquement la norn.
- « S’il te plait, arrête de discuter, tu me fatigue …….fais ce que je te demande» lui répondis Qwark tendant déjà les bras vers la norn.
- « Tu veux un câlin ?? » demande la norn tout en attrapant l’asura à bout de bras.
- « Haaa non n’en profite pas Vilaine norn !! Dépose-moi plutôt !! » Dis l’asura, gigotant les jambes en tout sens.
- « Heuuuu moi c’est « Jorra » , « plutôt » c’est le nom d’un chien !! »
- « Tressssss malin, ne te rends pas plus bête que tu ne l’es déjà et dépose moi !! »
Jorra se mit à rire et déposa l’asura dans le chariot.
Ils furent interrompu par l’arrivé d’Henelwen.
- « Dame Henelwen puis je vous demander quelque chose ? »
- « Certainement Mr Qwark , que puis je pour vous ? »
- « Je voudrais vous demander un service, vous êtes élégante, gracieuse, vous sentez bon la rose et aimable, tout le contraire de Jorra, d’ailleurs au passage je me permets de souligné la politesse de Dame Henelwen, tu pourrais en prendre de la graine Jorra !! Mais je m’éloigne du sujet, alors voila que diriez vous de prendre la place de mon garde du corps ? » Questionna Qwark.
Henelwen sourit.
- « Cher Mr Qwark cela aurait été un honneur de vous servir, mais malheureusement cette fonction à été donner à Jorra et il n’y a que Bjorn qui pourrait changer la chose. » dit ‘elle poliment pour ne pas vexer l’asura.
- « Oui effectivement cela est fâcheux, je ne pense pas être dans les bons parchemins de Mr Bjorn pour l’instant…..soit, soit je me contenterai de ce laideron. » dis t’il sur un ton dépiter.
- « Je vais devoir vous laisser, le convoi se mets en route, je vous dis à plus tard »
Informa Henelwen , tout en tournant les talons et se dirigeant vers l’avant.
- « Heee oui mon petit messire, tu devras encore me supporter un petit temps » dis Jorra dans un sourire.
Qwark était déjà parti dans ses pensées, il se bourra une pipe machinalement et l’alluma avec son briquet et se posa une multitude de questions « Mais que c’est il passé avec le portail ? Qui aurait bien pu le saboter ? Au manoir ? Non pas possible je dormais dessus, donc à Noirfaucon ? Un asura ? Un proche ? Mais si cela est arrivé à la demeure de Dame Verot, il y a donc un traître dans le clan !!! »…….
Ils avançaient depuis bientôt deux heures, à l’avant du convoi Falba s’entretenait avec Zephiria, une rodeuse norn, grande et rondouillette, elle était jovial, aimait la bière comme tout norn qui se respecte et était surnommer « Porcinet » car ses parents adoptif la trouvère dans une jauge à cochon ou elle baignait depuis plusieurs jours.
- « Il c’est quand même un peu trompé le p’tit homme !! » dis Porcinet.
- « C’est ce qui m’étonne , la dernière fois qu’il a utiliser un portail devant moi , j’ai été téléporté à coté du manoir , encore un peu et je me retrouvais dans ma chambre pour te dire l’exactitude de la teleportation » Affirma Falba.
- « Mouais je te crois sur parole l’humaine, m’enfin on n’est pas tombé loin, il nous a fait quand même gagner quelques jours le nabot, de plus on a évité l’arche du lion, connaissant les lascars qui nous accompagne, nous y serions surement resté un ou deux jours » dit elle dans un rire.
- « En parlant de cela, tu n’aurais pas quelque chose de liquide sur toi pour me rafraichir la gorge ? J’ai l’impression d’avoir avalé un kilo de poussières. » Demanda Falba
- « Si tu parle d’eau je ne peux pas t’aider, par contre j’ai un rhum récupérer dans une des épaves de l’arche du lion et vu la date sur la bouteille cela ne doit pas être de l’urine de vache » et elle reparti sur un rire gras tout en sortant la bouteille d’une de ses sacoches
- « De l’eau ? Pouahhh non, donne moi plutôt cela » Répondis Falba en s’emparent de la bouteille.
- « Bois doucement, je pense qu’une partie du liquide c’est rependu dans ma sacoche et cela à provoqué un trou dans le cuir. » dis Porcinet avec humour.
- « Whaaaa effectivement, il est rude, ce n’est pas fait pour les femmes » répondis Falba dans un souffle et reporta la bouteille à sa bouche.
- « Je pensais la garder pour désinfecter les blessures, mais vu qu’il y a quelques gardiens qui nous accompagne, je n’en vois plus l’utilité » L’informa Porcinet en reprenant sa bouteille avant que Falba ne la vide.
Ils continuèrent leur route sans encombre, tout était calme, ils croisèrent un village sur leur chemin, il semblait abandonné, plus âme qui vive, tout le monde avait quitté la région s’étant réfugiant dans une des fortifications des alentours et cela suite aux nouvelles de l’invasion de Pelgrimm et ses troupes.
Yeriwen, Rodeuse charr du pacte revenait du village et s’adressa au groupe de Falba
- « Rrrrrien à signaler, le village est vide, ils ont prrris la poudrrre d’escampette, j’ai rrretrouvé dans une des maisons une quantité d’arrrrmes cela serait bête de les laisser là, quelqu’un mal intentionné pourrrait les volés » dis elle dans un rictus que l’on pouvait comparer à un sourire.
- « Des flèches ? » Demanda Falba.
- « Quelques carrrquois , je dirrrais une dizaine » répondis la Charr.
- « D’accord, trois hommes avec Yeriwen et ne prenez que le stricte nécessaire, ne vous embarrasser pas de choses futiles, je continue avec les autres, rejoignez le convoi a son passage. » Yeriwen fit demi tour accompagné de « Cœur de lame » farouche guerrier charr , « Daenerys » rodeuse humaine très effacée et de Liima Narr ingénieur explosive et ils prirent tout les quatre la direction du village.

Chapitre 16


Spoiler:
La journée touchait à sa fin, le soleil commençait à décliner, le groupe de Falba pu apercevoir les murailles du fort des veilleurs, ils n’étaient plus qu’a quelques kilomètres de leur destination.
- « Ne trainons pas, je sens qu’un orage ne va pas tarder et je voudrais atteindre le Fort avant la nuit » Ordonna Falba.
Ils pressèrent le pas, mais ce qu’ils ne savaient pas c’est que des yeux les observaient du hauts des arbres, ils les regardèrent partir, suivi peu de temps après du second groupe accompagnant les chariots, les yeux ne bougèrent toujours pas d’un pousse, le troisième et dernier groupe passa près d’eux, quelques minutes après leur passage, des ombres sautèrent au sol dans un bruit étouffé.
- « Ils reçoivent des renforts et pas n’importe lesquels, j’ai reconnu des membres du pacte » dis une des ombres
- « Oui moi aussi, j’ai reconnu le gros norn au chapeau ridicule » dis une deuxième
- « Dépêchons nous d’aller la prévenir, je suis certain qu’elle aimerait être au courant de ce mouvement de troupe »
- « Oui tu as raison, dépêchons nous »
Et les ombres disparurent à nouveau dans les broussailles.

La pluie s’était mise à tomber, le premier groupe arriva aux portes du Fort et furent accueillis par deux gardes armés.
- « Bonsoir, que venez vous faire ici par ces temps troubles ? » demanda l’un des deux gardes
- « Vous aidez ! Pardi ! » Répondis un peu trop directement Porcinet.
- « Excuser on amie ici présente, la longue route et la pluie l’a un peu mise sur les dents, nous sommes envoyer par dame Verot vous prêtez mains fortes, la Générale Almorra doit être au courant de notre arrivée. » Dis Falba
L’autre garde se précipita vers la porte et frappa trois fois sur celle-ci, Un judas s’ouvrit et un visage apparut, le premier lui adressa quelques mots, il acquiesa et referma la trappe
- « Je vais vous demander de patienter un petit moment, nous attendons confirmations de vos dires » Ordonna le premier garde.....
- « Pas de problèmes mon ami, nous comprenons cette attente, mieux vaut se méfier par les temps qui cours » Répondis Falba.
Ils entendirent le grincement des chariots derrière eux, le convoi arrivait, à sa tête Jorra , Delph et Qwark qui se dirigea vers le garde
- « Au là manant ! Ouvre MOI donc cette porte ! JE suis attendu par Almorra » s’écria Qwark
- « Halte là, vous attendrez comme les autres le bon vouloir du GENERAL Almorra » lui répondis le garde portant la main vers son épée.
- « Cessez donc ses absurdités et ouvrez moi cette porte BOOKAH !! » insista Qwark les bras croisé sur son torse.
- « Qui traite tu donc de bookah ? vilain petit vermisseau. » Son épée était sortie du fourreau, le second garde le rejoignis et avait déjà l’épée au clair.
- « Allons, allons du calme !! » c’était Mirabelle qui sortait par la porte, celle-ci se referma derrière elle.
- « Que ce passe t’il ici ? Que venez-vous donc faire sur ces terres ? » Leur demanda la sylvaris
En l’absence de Bjorn, Delph pris la parole.
- « Nous venons vous prêtez main forte, c’est Dame Verot qui nous envois, La générale Almorra devrait être au courant de notre arrivée. »
Mirabelle se rapprocha d’eux et les regarda avec dédain, son regard parcourus l’assistance et s’arrêta sur Qwark……
- « Je vois que Leucosia à envoyé son…. Comment dire …son GENIE d’asura » dit-elle dans un petit rire.
- « Il ne semble pas vous connaître Madame, nous serions nous déjà rencontré ? » demanda Qwark.
- « Hooo non, mais moi je vous connais MR Qwark. »
- « Je vois que mon nom est déjà connu dans ces contrées sauvages » répondis Qwark bombant le torse.
La sylvaris ris de plus belle et dis
- « Oui nous pouvons dire cela……. Mais soit, croyez vous que votre petit groupe fasse la différence lors de l’attaque de Pelgrimm ? Hmm….si j’étais vous je ferais demi tour au plus vite et me mettrait à l’abri, car d’ici peu un déluge de feu et de sang va s’abattre sur ce fort…… »
Sek fit un pas en avant et pris la parole
- Madame…., j’ai connu moult déluge et ce n’est pas une guerre Sylvaris qui va me faire peur, nous avons voyagé toute la journée pour mettre nos armes a votre services et vous d’un revers de la main, vous nous demandez de tournée talons, pourquoi ? »
Mirabelle allait ouvrir la bouche quand la porte derrière eux s’ouvrit en grand pour laisser place , à une Charr en armure lourde accompagnez d’un asura et d’un humain.
- « HAHAHAHA qui vois je là ? Mon très cher ami Qwark, permettez que je vous appelle Qwark ? » Demanda la Charr.
- « Naturellement très chère Almorra, vous êtes toujours aussi charmante, je ne pourrais vous le refuser » répondis l’asura se dirigeant vers la général et lui fit un baise main.
- « Toujours aussi galant a ce que je vois, mais ne restez pas dehors, venez, entrez dans le fort il fait bien meilleur. » invita la Générale d’un geste de la main
En pénétrant dans le fort Qwark signala
- « Nous attendons encore un groupe et je suis même étonné qu’il ne soit pas encore arrivé » Almorra tourna son regard vers Lincourt, celui-ci lui répondis d’un hochement de tête, appela une vingtaine d’homme et parti à la rencontre de Bjorn et de son groupe.
- « Vous voila rassurer Qwark ? Mais au fait qui sont donc vos compagnons de voyage ?? » Demanda Almorra avec un sourire.
- « Vous êtes fort aimable Almorra, ce sont les membres du « pacte des ombres » je vais vous les présenter » répondis l’asura, il fit le tour du groupe présentant les membres uns à uns, Delph. L’accompagnant dans cette tache......

- « Je suis contente de vous voir, la bataille risque de s’annoncer rude et le moindre bras vaillant est le bienvenu » annonça Almorra.
- « C’est pas l’impression que nous a donné la dame sylvaris à notre arrivée…. » Dis Delph.
- « Pardon ? Vous parler de dame Mirabelle ici présente ?? » Demanda la générale, désignant la sylvaris qui se trouvait a quelques mètres d’eux.
- « Oui c’est bien elle. » répondis Sek.
- « Dame Mirabelle !! Venez ici de suite !! » Almorra avait croisé les bras sur son torse.
- « Oui Générale ? Que puis-je pour vous ?? » Demanda Mirabelle
- « Paraît-il que vous auriez été désobligeante avec nos invités? »
- « Je ne pense pas général, je voulais tester leur détermination. » répondis la sylvaris.
- « En êtes-vous bien sur ? » dis Almorra
- « Certainement mon général, je savais que vous attendiez les membres du pacte et je voulais m’assurer de leur identité. »
- « Soit…..nous en reparlerons plus tard Mirabelle » la générale s’adressa aux ombres « Messieurs, Dames je n’ai malheureusement que cinq chambre à vous fournir, les autres membres de votre groupe devront aller au dortoir commun, là il y a assez de place pour tout le monde » et elle se tourna à nouveau vers Mirabelle et Almedes
« Mirabelle, accompagne ces personnes a leur chambre et réponds a leurs MOINDRES demandes… Almedes, conduit les autres membres au dortoir et veille a ce qu’ils sont bien installé, moi je dois m’entretenir avec Mr Qwark. »
- « A VOS ORDRES MON GENERAL !! » répondis en cœur les deux lieutenants.
- « Qwark ? Voulez vous m’accompagnez à mon bureau, j’ai hâte d’entendre le plan que vous avez mis au point, Dame Verot n’a pas été très explicite à ce propos dans sa lettre. » Demanda la générale.
- « Avec grand plaisir » répondis l’asura.
Et il partir tous deux en direction du bâtiment qui abritait l’antre d’Almorra, l’asura semblait si petit à coté de la charr, on avait l’impression qu’a chaque pas elle risquait de l’écraser.
Jorra , Delph, Henelwen et Liima Narr, avaient tous quarte choisi de prendre une chambre mais pour différente raison, Jorra pour la protection de Qwark, Delph et Henelwen en raison de confort et Liima Narr ayant une santé fragile et souffrant de toux bubonique suite à l’exposition trop longue aux gaz planant sur l’arche, Bjorn lui avait pourtant demandé de rester au manoir , mais rien à faire , si l'ingénieur devait mourir cela serait au combat et pas dans un lit….
Ils empruntèrent tous les quatre la direction prise par Mirabelle.

- « Voulez vous bien me suivre s’il vous plait ? » demanda Almedes l’asura.
- « Volontiers, mais nous devons nous occupé au préalable des chariots et des bêtes » signala Falba.
- « Fort bien, nous nous rendons alors à l’étable et aux hangars, là bas vous pourrez dételer les doylaks et les chariots seront à couvert en cas d’attaque. »
Et ils prirent le chemin menant au bâtiment.
- « Puis je vous posez une question ? » Demanda Cœur de lame le charr.
- « Naturellement, si vous avez des questions n’hésiter pas » Répondis l’asura.
Ils remarquèrent que le caractère d’Almedes était tout autre que celui de Qwark.
- « Etes vous nombreux et quelles sont les défenses déjà mise en place ? » demanda le charr.
- « une centaine d’archer, deux cents fantassins, une trentaine de servants d’armes, quelques manœuvres et une centaine d’aventuriers et mercenaires prisonnier ici suite à la fermeture des portails asura, par contre nous n’avons pas grand monde pour les diriger, hélas la plus part des officiers sont tombé à la bataille de l’arche…… » Almedes fit une pause et se repris « Niveau matériel, ils nous restent une catapulte, vingt trois balistes et douze canons et je suis occupé à remettre en état une autre catapulte, celle-ci est défectueuse mais malheureusement il me manque des pièces et impossible de les trouvé ici au Fort.»
- « Demain, pourrais-je avoir les manœuvres à ma disposition Mr Almedes ? » Demanda Porcinet.
- « Allons, allons ne m’appeler pas Monsieur, Almedes suffira » dis t’il avec un sourire.
« Et puis je vous demandé pourquoi Madame ? »
- « Je me nome Zephiria et j’ai remarquer en arrivant que vous ne possédiez pas de douves devant les murailles, je voudrais donc faire creuser une fosse tout au long de celle-ci et disposer par ci, par là quelques piques bien affutée, si l’idée les prenaient de vouloir prendre les murs cela devrait les ralentir pendant un bon moment. »
- « L’idée est excellente, de plus je vous enverrai une cinquantaine de mercenaires vous prêter mains fortes, au lieu de boire et de jouer aux dés, cela les occuperas. » lui répondis l’asura.
- « Qui dirigent les archers ?? » Demanda Falba.
- « C’était Wulfgard dornison, mais notre ami est tombé au combat….donc à l’heure actuelle plus personne n’occupe ce poste, la général n’a pas encore eu le temps de s’occuper de cela, ma fonction ici chez les veilleurs est d’entretenir les engins de guerres, veiller qu’ils ne manquent pas de munitions et de diriger les servants d’armes et manœuvres »
- « Et l’humain et la sylvaris ? Sont ils aussi des lieutenants comme vous. ? » Questionna à nouveau Falba.
- « Vous voulez surement parler de Lincourt et de Mirabelle, Lincourt dirige le gros des troupes faites principalement de fantassins et Mirabelle la sylvaris est…. comment dire……
Depuis peu elle doit s’occupé de l’intendance, mais cela ne lui plait pas je le vois bien, elle est aussi la conseillère d’Almorra car cette ….sylvaris reçoit des prédictions. »
- « Des prédictions ? ….. » S’étonna Sek.
- « Oui, ils n’y a pas que les norn qui reçoivent ce genre de message, cette sylvaris aussi à ce pouvoir. » lui répondis l’asura.
Sek resta songeur.
- « Encore une petite question Almedes, vous n’avez pas l’air de porter Mirabelle dans votre cœur, je me trompe ? » demanda Cœur de Lame.
- « Mon avis ne tient qu’a moi, ses prédictions nous ont sauvé quelques fois, mais …….. Haa nous voici arriver à destination » dis l’asura en désignant un bâtiment a quelques mètres d’eux »………

Sur le chemin Liima Narr fut prise d’une quinte de toux et du s’appuier contre le mur, Henelwen vint la soutenir et l’aider à reprendre sa marche.
- « De quoi souffre-t-elle ? J’espère qu’elle n’est pas contagieuse ? Il ne manquerait plus qu’une épidémie se repende » demanda Mirabelle
- « Non, n’ayez crainte, elle souffre de toux bubonique mais celle ci n’est pas transmissible » répondis Henelwen
- « Des séquelles de l’arche, je suppose ? » repris la sylvaris.
- « Oui, j’ai été envoyé comme informatrice a l’arche pendant la bataille, malheureusement j’ai été trop longtemps exposée » répondis Liima Narr
- « Vous avez de la chance, beaucoup de personnes ayant été exposé à ces gaz sont morte a l’heure actuelle…….. » ajouta Mirabelle.
- « Je ne sais pas si c’est de la chance, je dirait plutôt un supplice, à chaque quinte de toux j’ai l’impression que je vais cracher mes poumons » Affirma Liima Narr .
Mirabelle alla dans sa poche et en sorti un petit flacon , ce récipient contenait un liquide épais de couleur violacée
-« Prenez ceci , cela pourrais vous aidez… c’est un mélange Bourgeons de sapin , de Droséra et de Boletus manicus ne prenez que quelques gouttes à chaque toux, c’est aussi un puissant hallucinogène donc n’en abuser pas, c’est un conseil »
- "Merci, j'en prends bonne note" dis Liima Narr, elle bu une petite gorgée et rangea le flacon dans une de ses poches.
Après deux à trois minutes, sa toux commença à se calmer.
- « Pouvons nous reprendre notre route ? » s’informa la sylvaris.
- « Oui, je peux reprendre ma respiration maintenant » répondis Liima Narr, toujours soutenue par la norn.
- « Au fait Mirabelle, pourquoi donc avez-vous eu un accueil si froid à notre égard et maintenant vous aidez notre amie avec cette…potion ? Je ne comprends pas.» demanda Delph.
- « Comme je l’ai expliqué au général, j’ai voulu vérifier votre identité et votre détermination et comme la dis Almorra, j’ai aidé votre amie car nous avons besoin de toute l’aide disponible, de plus je ne garanti pas la durée des effets de cette potion. » dis la sylvaris sans un regard pour Delph.
- « Dame Mirabelle, je désirerais la chambre qui est conjointe à celle de Mr Qwark. » Demanda Jorra.
- «Cela sera sans problèmes comme l’a dis la général il y a quatre chambres a votre disposition, quatre chambre identiquement les mêmes donc vous choisirez celle qui vous conviendra le mieux, à mon tour de vous poser une question Dame Jorra, puis je ? »
- « Naturellement…. » Répondis Jorra.
- « Pourquoi donc protéger vous cet asura ? Aucuns danger ne le menace à ce que je sache ? Ou bien détient il la solution à notre problème, la cléf de la destruction de Pelgrimm ? De plus il à un caractère épouvantable. »
Jorra le savait très bien pourquoi elle protégeait l’asura, elle n’avait pas besoin de prédictions pour y voir clair, Qwark était un des engrenages dans la futur bataille à venir et elle lui répondit ceci.
- « Madame, sachez que je suis un soldat et par-dessus tout un gardien, on m’a confié la vie de cet asura, je n’ai pas besoin que l’on me donne de raison, j’exécute simplement les ordres.»
- « Comme un bon petit chien, si je le comprends bien ? » insinua Mirabelle un sourire sur les lèvres.
Jorra sera les poings et ouvrit à nouveau la bouche pour dire.
- « Si vous désirez savoir pourquoi la vie de cet énergumène est tellement importante allez le demander au général votre bon Maître. »
- « La générale n’est pas mon maître, je suis ici de mon plein grés……. Vous devez avoir un caractère exceptionnel pour le supporter ainsi, si c’était moi je l’aurais depuis bien longtemps abandonné en foret et livré aux sangliers. » Rajouta Mirabelle.
- « Là je vous arrête Dame Mirabelle, ce n’est pas gentil….pour les sangliers » dis Delph et parti d’un rire, vite accompagner par les autres membres du groupe, sauf Mirabelle qui esquissa juste un sourire.
Malheureusement cette interlude fit tousser à nouveau notre amie Liima Narr qui parti dans une quinte de toux.
- « Nous sommes arrivé à vos chambre, c’est par là » Indiqua Mirabelle de la main.
- « Vite, allons allonger Liima » dis Henelwen soutenant l’ingénieur.
Ils la déposairent dans un des lits, celle-ci était livide, l’écume aux lèvres elle toussait comme une damnée, Delph. Pris le petit flacon de la poche de l’ingénieur et lui versa quelques gouttes dans la bouche, elle eu encore une grosse quinte de toux et puis cela se calma, elle allait mieux. « Rien à dire, elle est efficace cette potion, il faudrait que j’examine cela de plus près » pensa Delph.
- « Si vous n’avez plus besoin de moi, je vais aller continuer les tâches qui m’ont été attribué » signala Mirabelle.
Jorra pris un malin plaisir à lui répondre.
- « Non merci, vous pouvez disposer Madame. »
La sylvaris allait fermer la porte et se repris.
- « Au fait…….Dame Delphinéa et Jorra vous êtes convier à la table du général ce soir, vous entendrez la cloche retentir, pour les autres cela sera servi dans la salle commune »
Elle se retourna et ferma la porte derrière elle pour de bon.

_________________
avatar
The Verot

Messages : 40
Date d'inscription : 08/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Les Rugissements de Gendarran"

Message par The Verot le Sam 15 Aoû - 3:14

Chapitre 17


Spoiler:
De son espadon, Bjorn trancha les cotes du centaure qui se trouvait à sa droite, « Bonté divine, pourquoi me suis-je arrêter, fichus centaures, j’aurais mieux fait d’accélérer la cadences » ce dis t’il, et d’un revers de son arme il para l’attaque du second ennemi « Non, j’ai eu raison, ils auraient déjà rejoints le convoi si je n’avais pas fais cela » et il reparti de plus belle dans le combat.
Après leur fuite, les centaures s’étaient regrouper et avaient reçu des renforts, en nombre ils voulurent se fondre sur le convoi, mais c’était sans compter Bjorn et ses hommes qui les tenaient déjà en échec depuis bientôt une demi heure, quelques centaures jonchaient déjà le sol, « Saleté d’humain, si peu nombreux et nous tenir tête, quelle audace….. » se dis le chef des équidés, il hurla des ordres dans sa langue et ses troupes vinrent se regrouper prés de lui.
De leur coté, Bjorn et ses compatriotes s’étaient refugié sur un amoncellement rocheux, les archers en hauteur de chaque cotés de la route firent des ravagent avec leurs pluie de flèches, les quelques survivant, arrivant à passer indemne a travers ce déluge étaient reçu avec force par Bjorn et ses hommes en armes, ayant provoqué des éboulis bloquant la route vers le Fort, les centaures durent d’abord s’occuper de ses malfrats.
-« Profitons de ce petit moment de répits pour souffler » dis Bjorn à l’attention de ses hommes.
- « Ils vont bientôt revenir à la charge et cette fois ci en nombre » lui répondis Zoë.
Bjorn regarda Zoë et Ithril Kehorn
- « Oui mais nous avons encore un dernier tour dans notre sac , c’est pour cela que vous les élémentalistes, je vous ai gardé en réserve et cela va etre le moment d’intervenir, je compte sur vous deux pour les ralentirs et leurs faire un maximum de degats avant qu’ils n’arrivent sur nous. »
Les deux humaines échangerent un regard et partir chacune de leur coté rejoindre les archers, ils ne durent pas attendre longtemps, une cinquante de centaures chargerent en leur direction, arriver à une centaines de mètre de nos héros , on pu entendre les deux elementalistes incanter la même mélopée , le sol sous leurs pattes se mis a craqueler et de la glace en émergea se qui rendis le sol glissant, par leur vitesse et la surprise plusieurs centaures s’étalèrent de tout leur long sur le sol glacé, au même moment une averse de flèches les pilonnèrent. Deux nouveaux chants retentirent, des puits de lave accompagné d’une pluie de petits météores en feu s’abattit sur eux, cela fit des ravages parmi les centaures, une trentaine d’équidé restaient encore debout et c’est a ce moment là qu’une vingtaine de veilleurs sortirent des fourrée et chargèrent le flanc des centaures, du renfort enfin…Bjorn et la dizaine d’hommes qui l’accompagnait se joignirent au combat, les archers achevèrent les fuillards centaures , la bataille fut courte , le chef des équidés avait fuit avec quelques compères, Nos héros purent enfin regrouper les blessés
- « Bien le bonsoir, nous n’avons pas encore eu l’occasion d’être présenter, Je me nomme Lincourt et vous devez etre Bjorn je présume » dis L’humain tendant sa main vers le norn,
Bjorn accepta celle-ci.
- « Nous sommes content de vous voir arriver, nous nous en sortions bien, mais cela commençait à devenir long et je n’aime pas combattre en ayant faim » Lui répondis Bjorn d’un clin d’œil, ce qui fit rire Lincourt.
Le norn senti une traction au niveau de son manteau et regarda plus bas, c’était Wookka.
- « Alors ami asura comment se porte les hommes ? » demanda le norn.
- « Quatre blessé, rien de grave quelques equimose et blessures superficielles par contre nous avons perdu Crosby, il a été piétiné par un centaure, les sabots en plein visage cela ne pardonne pas ….. » répondis Wookka.
- « De la famille ?..... »
- « Non je ne pense pas, il était seul, pas de femme ni d’enfants, plus aucuns parents »
- « Dans ce cas enterrons le ici ……. »
Ils le mirent en terre et prononcèrent quelques mots à son éloge, ils ramassèrent leur paquetage et accompagner de Lincourt ils se remirent en route en direction du fort.

Dans son bureau Almorra et Qwark était en pleine discussion,
- « Allons allons Qwark je ne doute pas de votre témérité, mais si Pelgrimm ouvre son portail cela ne sera pas à coté des murailles, vous devrez parcourir plus de huit cent mètre à découvert, ils auront milles fois le temps de vous trucidez !! »
- « J’y ai pensé, c’est pour cela que j’ai fais appel à un des hommes du clan Verot, il est pour l’instant en mission aux champs de ruine, mais il sera là au bon moment »
- « Je le connais ? »
- « Non je ne pense pas, Flinn est comment pourrais je dire …..Discret, Furtif, en général Dame Verot fait appelle a lui pour les bases besognes, si vous voyez ce que je veux dire….. »
- « Mmmmm oui je vois …..Un homme peu fréquentable… »
- « On peut le dire oui, mais par contre il sait y faire avec les dames, un vrai coureur de jupons, je crois que c’est là son seul point faible » répondis Qwark avec un sourire.
- « A part cet individu, quelle sont les autres personnes que vous avez choisis ? »
- « Mmmm d’après l’ouïe dire de Dame Verot, le pacte compterait quelques elementalistes de choix, nous ne devrions pas être plus de six ou sept, cela comporte un guerrier, deux autres elementalistes, Flinn et Jorra qui ne voudra surement pas me lâcher d’une semelle. »
- « Très petit groupe, pour une mission si périlleuse, pourquoi ne prenons nous pas ce portail de force ? »
- « Cela me parait fort risquer, mais je compterai sur vos hommes pour faire diversion, sans compter l’appui de Dame Verot et de Fée Luciole »
- « Quoi ?? Dame Luciole et ses mercenaires ont rejoint notre cause ? Elle daigne sortir le nez de sa foret ? »
- « Au dernière nouvelle, Dame Verot devait avoir un entretien avec elle et comme par moment Leucosia sais être très persuasive, je ne doute pas un instant que Luciole nous rejoignent »
- « Elle n’aura pas un sous de ma part !! » s’emporta Almorra.
- « N’ayez crainte, si elle nous rejoint cela ne nous couteras pas une seule pièce de cuivre »
- « Par contre il me manque un envouteur, parait il que certain d’entre eux peuvent invoquer un mini portail, en connaitriez vous un par hasard ? » demanda Qwark avec un sourire.
- « Hahhahaha, je vous vois arriver mon ami, si je vous dis qu’il y a bien Mirabelle, mais la question est « vais-je vous donner ma conseillère ? » je pourrais chercher une personne dans mes troupes, mais je crains fort qu’elle n’arrive a la cheville de Mirabelle et aussi……….. Sera-t-elle prête à vous aider ? »
- « Mais vous êtes quand même La générale, vous n’avez qu’a lui donner l’ordre et elle obéira, n’est t’elle pas un membre des veilleurs ? »
- « Certes certes, mais la situation est délicate…..vous comprenez, ses pouvoirs de prédiction nous ont sauvez plus d’une fois, je ne voudrais pas que du jour au lendemain son envie de nous aider diminue… »
- « Si vous me donnez carte blanche, je vous garanti qu’elle nous accompagnera de son plein gré. » lui répondis Qwark.
- «Mwahahaha , vous êtes machiavélique mon ami et bien soit, si vous y arriver je ne peux vous refuser son aide ».
Ils furent interrompus par l’entrée de Lincourt.
- « Désolé de vous déranger, nous avons retrouvé le restant du groupe, ils étaient aux prises avec des centaures, au passage de fières guerriers, tenir tête ainsi à plus de septante quadrupèdes.»
- « Asseyez vous donc cher Lincourt » invita Almorra.
- « Merci général, mais je préfère rester debout et je dois encore aller vérifier si tout est en ordre le long des remparts »
- « MR LINCOURT !! Asseyez vous je vous prie » Ordonna la charr.
Le guerrier ne discuta pas plus longtemps et s’assit
- « Lincourt, je sais que je peux compter sur vous, mais prenez le temps de souffler et de vivre cher ami, au fait comment vont les compères de Mr Qwark ? »
- « Une seule perte du coté des ombres, un certain Crosby, les autres vont bien et je les ai conduit aux chambres. »
- « Bien, nous organiserons demain matin une réunion de l’état major, nous formerons les groupes et parlerons des défenses, préviens Almedes et Mirabelle s’il te plait. »
La cloche du repas retentit.
- « Ami Qwark je vous invite à partager ma table » dis Almorra en se levant de son fauteuil.
Et ils prirent le chemin de la grande salle à manger.
Mirabelle sorti de sa chambre et referma la porte derrière elle, elle plissa sa robe faite de tulle et de feuille d’érable, les tons automne sur son épiderme blanc lui allait à ravir, elle prit la direction de la grande salle, arriver a celle-ci elle vit autour de la table Delphinéa, Jorra, Bjorn, Lincourt, Almedes, Almorra et à sa place habituel au coté de la général……. Qwark assis, qui la regardait entrée, elle ne dit mot et se rapprocha de la chaise restant disponible entre Lincourt et Jorra.
- « Excuser mon retard, un problème d’intendance qui ne savait attendre » dis Mirabelle.
- « Aucuns soucis, nous discutions en vous attendant très chère » répondis Qwark.
- « Et de quoi discutiez vous en mon absence ? Si je puis savoir ? » Questionna la sylvaris.
- « Hoo de chose et d’autre ma chère, de la pluie et du beau temps, de la destruction du monde et autres futilités, je me permets de souligné au passage que cette robe vous va à ravir.» dis Qwark avec un sourire.
- « Je vous en remercie Mr Qwark. » lui répondis Mirabelle en pinçant les lèvres
Le repas fut servis, poulardes, fruits, pain, fromages et autres frivolités, le tout arrosé de bon vin, nos amis mangèrent à leur faim dans un silence cérémonial.
Le festin terminé, ils restèrent encore un moment à table à discuter, parlèrent de tout et de rien, évitant le sujet de la guerre qui était à leur porte.
Assis à coté d’Almorra, Qwark avait sorti sa pipe et sirotait un verre de vin, il s’adressa à la général.
- « Très chère Almorra, j’aurais une question à vous posé, me permettez vous ? »
- « Naturellement mon ami, je vous écoute » lui répondis la charr.
- « Auriez vous déjà entendu parlé d’un sort permettant a plusieurs personnes de se téléporter d’un endroit à l’autre, je vous pose la question car je n’ai jamais eu l’occasion de voir la chose, donc pour moi cela reste une légende et je ne me fie qu’aux portails Asura »
- « Je ne voudrais pas tourné le couteau dans la plaie Mr Qwark , mais ce matin votre portail nous a fait défaut » Intervint Bjorn tout en terminant une cuisse de poularde.
- « C’est vrai que ce matin il y a eu un petit disfonctionnement, c’est justement pour éviter se genre de petit désagrément que je pose cette question au général, car voyez vous, pour que mon plan de destruction fonctionne, j’aurais besoin d’un portail, mais deux choses me chagrine, la première et pas des moindres j’ai peur que mes autres portails soit aussi sabotés et de plus l’ouverture d’un d’en autre eux provoquerait beaucoup de lumière, donc peu discret. »
- « Ce sort existe belle et bien, mais peu d’envouteur savent le maîtriser……. » Dis Mirabelle dans son coin.
- « Haaa c’est donc un formule d’envouteur, je comprends mieux pourquoi je ne l’ai jamais vu, car tout n’est qu’illusion chez eux, donc irréel, un tour de passe passe en quelque sorte »
- « Me prendriez vous pour un saltimbanque Mr Qwark ? » demanda Mirabelle furieuse.
- « Excuser moi, je ne voulais pas vous insulté Madame, vous pouvez donc me certifier que ce sort fonctionne ? Et connaîtriez-vous quelqu’un qui puisse le pratiquer ? Cela me serait bien utile. » Rajouta Qwark.
- « Oui je connais quelques envouteurs, mais ils sont peu nombreux, de plus je ne pourrais vous garantir leur fiabilité, car c’est un sort difficile à métrisez et mal invoqué, il peut être mortel pour celui qui empreinte le portail. »
- « Allons, allons comment une illusion peut etre mortel ? Je n’en crois pas un mot, de plus à entendre vos dire j’aurais peu de chance de trouver quelqu’un de compétent et de courageux, car il en faudra du courage pour s’aventurer dans les lignes ennemies »
- « Et bien si vous Mr Qwark avez le courage dans vous lancer dans cette folle aventure, je ne peux que vous accompagnez et vous démontrez que vous avez tort de croire que les sorts d’envouteur ne sont qu’illusion. »
- « Non Madame, votre vie est trop précieuse aux yeux du général, je ne voudrais pas qu’il vous arrive malheur et je pense que vous aurez d’autres chats à fouetter lors de la bataille, l’intendance des provisions est importante lors d’un siège. »
Mirabelle furieuse s’adressa à Almorra……
- « Général, me permettez vous d’accompagnez Mr Qwark dans sa démarche ? »
- « Certes, certes je n’y vois aucunes objections, je délèguerai l’intendance des vivres à Mr Weddell »
- « Général ? Mr Weddell souffre de goutte à l’heure actuelle, il c’est fait porté pâle ce matin.» se permis de rajouter Lincourt.
- « Et bien vous direz à Mr Weddell, qu’il n’aura pas besoin de son pied pour compter les entrées et sorties du dépôt, qu’il ne puisse combattre je comprends, mais de là a rester à ne rien faire je ne peux le tolérer.»
- « Et bien général, si vous n’avez plus besoin de moi, puis je me retirer dans mes appartements ? » demanda Mirabelle.
- « Naturellement très chère, faites donc. » répondis Almorra.
- « Nous allons faire de même général, la journée fut longue et les jours à venir bien plus encore, je vais profiter de cette dernière nuit de sommeil » Ajouta Bjorn.
- « Je vous souhaite donc une bonne nuit à toutes et à tous. » leur dis Almorra
Bjorn, Delphinéa et Mirabelle sortirent de table et quittèrent la pièce.
- « Désolé mon général je n’avais pas vu le temps passé, je vais aussi vous quitté, j’ai un tour de garde à prendre. » informa Lincourt.
- « Faites donc votre devoir mon ami et je me suis réjouis de vous avoir eu à ma table ce soir, c’était devenu chose rare depuis notre retour de l’arche. »
- « Je sais général, mais vu le nombre d’officier qui sont tombé ses jours là, j’essaye de gérer un peu tout les postes, heureusement qu’Almedes m’aide dans cette tâche. »
- « Justement, nous parlerons de ce problème demain matin lors de la réunion, entre temps je vous remercie de votre dévouement lieutenant»
- « Je vais accompagner Lincourt, ont ne sait jamais qu’il se perde dans le noir » Ajouta Almedes un sourire en coin.
L’asura et Lincourt se levèrent, firent un salut et sortirent de la grande pièce.
Qwark tourna son regard vers la gauche et vit Jorra.
- « Tiens ? Tu es toujours là toi ? » demanda Qwark
- « Ou crois tu que j’étais ? N’oublie pas que je ne te lâche pas d’un pouce, au fait ….jolie manipulation, bravo !! »
- « Que veux-tu dire par là ? » Demanda l’asura.
- « Elle n’y a vu que du feu, tu as tellement l’art de dévaloriser les gens qu’elle n’a pu que se proposer d’elle-même, chapeau petit homme.»
- « Oserais-tu insinué que j’ai manipulé Dame Mirabelle ? »
- « Oui et pas un peu, la colère la rendue aveugle et elle ne t’as pas vu arriver, une chance pour toi que tu l’ai mis hors d’elle, sans quoi elle n’aurait peut être jamais accepté » ajouta la Norn.
La général rigolait seul dans son coin à les entendre discuter ainsi.
- « C’est vrai que cette sylvaris est un peu soupe au lait par moment, il suffit de la titiller un peu et la voila partie, mais je n’ai nullement demandé son aide. » souligna Qwark.
- « Bah non, normal après que tu lui as demandé si elle connaissait un envouteur compétent et lui dire que ses sorts ne sont qu’illusions et ne tuerait pas une mouche, si tu m’avais parlé de la sorte, je t’aurais décapité sur le champ. »
- « Oui, mais toi tu es une sauvage ta réaction serait normal pour une dégénérée, Mirabelle par contre est distinguée et intelligente, elle ne peut s’emporter comme cela. »
- « Surtout que la général veillait aux grains, sans cela je crois qu’elle t’aurait transformé en vapeur nébuleuse mon cher ami » lui répondis Jorra dans un rire, elle fut vite accompagné par Almorra.
- « Il se fait tard mes amis et j’ai encore plusieurs choses à faire avant d’aller me coucher, je vous laisse pour ce soir, profitez encore de mon hospitalité » Signala Almorra.
- « Vous êtes fort aimable Almorra, mais je vais aussi me retirer dans mes appartements » informa Qwark.
Ils se levèrent tout trois de table, se saluèrent et se dirent bonne nuit.
Dans les corridors Jorra et Qwark déambulaient en silence, seul le grincement de l’armure de la norn ce faisait entendre.
- « Tu devrais laver ton armure de temps a autres, elle grince abominablement » Signala Qwark.
- « Huiler !! »
- « Quoi Huiler ?? »
- « Une armure ne se lave pas, à la rigueur on la frotte et on l’huile, mais au grand jamais la plongé dans l’eau, espèce d’ignare. »
- « Et bien qu’attend tu pour te plonger toute entière dans un bain d’huile ? Qui sait avec un peu de chance tu risque de te noyer.»
- « Cela te ferais trop plaisir, d’ailleurs ce grincement est la pour te faire rappeler que je ne suis jamais bien loin »
- « Ne t’inquiète pas, même sans ton armure je sens ta présence, tu flaire comme la dernière des moufettes… »
- « Tu trouves que je pue ? Moi je pense que tu es atteint d’une gangrène nasale »
- « Mais c’est toi la gangrène, tu ne me lâche plus, tu me ronge la vie stupide norn. »
L’asura avait a peine terminer sa phrase , que.......
Deux ombres sortirent de nulle part et se jetèrent sur Qwark pour lui porter un coup d’épée fatal, mais c’était sans compter la rapidité de Jorra qui sorti sa masse et écrasa a la volée la main du premier agresseur venu , il laissa tombé son épée sous le choc, le deuxième n’étant pas en reste , voulu donner un coup de dague au niveau du visage de l’asura, celui-ci se baissa et évita in extremis la lame qui vint racler le crépis, Jorra vive comme la panthère percuta le second de son épaule et projeta l’individu contre le mur, son crane heurta la roche et celui-ci s’effondra sous le choc, le premier malfrat revenu de la surprise pris ses jambes à son cou et voulu s’enfuir, il fut poursuivit à travers les corridors par Jorra et Qwark, ce raffut réveilla plusieurs membres des veilleurs qui donnèrent l’alerte, le tocsin fut sonné , l’individu encagoulé et vêtu de noir se dirigeait vers les remparts, ils n’étaient qu’a quelques mètres de lui, Jorra se maudit d’avoir mangé trop de poularde, elle senti le point de coté arrivé, le malfrat était arrivé sur les murs extérieur et courait toujours aussi vite, à l’opposé de nos amis se tenait Mirabelle, elle tenait à la main un espadon aux effets violets, l’individu sorti ses dagues et se dirigea droit vers elle sans ralentir sa course,
La sylvaris empoignas son espadon à deux main, incanta un sort et fit mine de frapper d’estoc, une vague d’énergie mauve et violette fut propulser par sa lame, celle-ci vint percuter le malandrin qui perdit équilibre et bascula au dessus de la muraille, son corps s’écrasa dix mètres plus bas dans un affreux fracas.
- « C’est malin, il va moins parler à présent….. » dis Jorra regardant par dessus du muret.
- « Dame Mirabelle…..puis je savoir ce qui vous à pris ? » demanda Qwark.
- « Ce n’est pas de ma faute si ce gredin ne tenait pas sur ses quilles et je n’ai même pas mis de puissance sur ce coup » répondis Mirabelle.
- « Vite, retournons sur nos pas l’autre individu doit être encore sonné » informa Jorra
Et ils repartirent tous les trois en direction du hall, arriver sur place ils ne trouvèrent personne, il ne restait plus que l’épée utiliser un peu plus tôt par un des malandrins.
- « Diantre, comment à t’il pu disparaître si vite ? » demanda Jorra tout en ramassant l’épée qui trainait sur le sol et l’examina de plus près.
Almedes apparut.
- « Si cela vous intéresse, nous avons ramené le corps de l’homme tombé de la muraille, il se trouve dans la cour à présent. »
Ils accompagnèrent l’asura jusqu'à l’endroit nommé.
Almorra, Lincourt, Delph, Bjorn étaient déjà là, en s’approchant nos amis purent découvrir les traits d’un sylvaris se dissimulant sous le masque
- « Fichtre !! Quelqu’un d’entre vous connais cet individu, ou du mois quelqu’un l’a-t-il déjà aperçu entre ces murs ? » Demanda Almorra a l’ensemble des personnes qui l’entouraient.
Tout le monde répondit par la négative
- « Je vais de ce pas questionner les gardes, il y aura bien une personne qui à vu quelque chose, on n’entre pas dans le fort comme dans un moulin !! » dis Lincourt.
- « Je t’accompagne et j’irai voir les hommes sur les remparts, occupe toi donc des gardes des portes » proposa Almedes.
- « Désoler de se désagrément Qwark, je vais faire doubler la garde devant ta porte ! » Informa Almorra.
- « Ne prends pas cette peine, Jorra s’occupe très bien de cela, elle est idiote mais compétente en ce qui concerne ma protection, la preuve en est, elle vient de me sauvé la vie » répondis Qwark… et son regard se tourna vers Jorra.
- « Et toi la vilaine n’attrape surtout pas la grosse tête !! » rajouta t’il.
- « Je vous conseil d’aller dormir, il n’y a plus rien à faire ce soir, nous reparlerons de cet incident demain matin lors du conseil » proposa Almorra.
- « Treeees bonne idée » répondis Qwark tout en s’étirant.
Ils prirent congé l’un de l’autre et rejoignirent leurs appartements respectif.
Jorra resta éveillé, l’oreille aux aguets au cas où le dernier gredin reviendrait.

Quelques heures après, non loin dans le voisinage un coq fit entendre son chant,
Lincourt avait pour habitude de faire un tour sur les murailles avant de rejoindre Almorra pour le petit déjeuner, arrivé en haut des marches il constata que le temps était toujours à la pluie
Et vit Falba tenant son arc, elle tira une flèche au loin, curieux le lieutenant s’approcha.
- « Bonjour Dame Falba, comment aller vous ce matin ? Bien dormi ? » Demanda t’il.
- « Mes voisins de chambrée ronflaient comme des porcs, sans compter les odeurs de pieds, à par cela oui » répondis Falba tout en tirant une nouvelle flèche au dessus des remparts.
Lincourt regarda la direction prise par la flèche et vis au loin Daenerys tenant de fin bâtons trempée dans de la chaux, ce qui leur donnaient une teinte blanche, elle planta un de ceux ci dans le sol là ou la flèche avait atterrit
- « Comme cela nous pourrons savoir si les ennemis sont à longue ou courte portée » dis Falba avant que Lincourt ne pose la question.
- « Ce n’est pas cela que j’allais dire » dis il dans un sourire
- « Ha ? Désolé je croyais que vous alliez poser la question » s’excusa l’archère.
- « Ne soyez pas désolé Madame, j’allais simplement dire que c’était une idée très ingénieuse et nous pourrions même rajouter quelques ballots, ils pourraient prendre feu par mégarde et bruler au passage quelques hommes de Pelgrimm. »
- « Effectivement, une flèche enflammé pourrait se perdre dans toute cette étendue » répondis Falba sourire aux lèvres.
- « Je vais aller querir les archers, qu’ils prennent exemple sur vous et qu’ils vous prêtent mains fortes à placer les ballots de paille »
- « Il faudra bâcher la paille, car vu le temps, elle risque d’être trempé pour le jour décisif.»
- « Effectivement, je vais demander qu’ils apportent des bâches par la même occasion. »
Lincourt repartit quatre à quatre et pris la direction de la cour, Falba pouvait l’apercevoir plus bas, il ouvrit la porte du bâtiment qui était occuper par une partie de la troupe, elle pu l’entendre hurler des ordres aux archers et peu de temps après une ribambelle d’hommes, de femmes sortirent du logis en courant et prirent la direction des entrepôts.

Chapitre 18


Spoiler:
A la table commune, Zoë, Ithril, Yeriwen, cœur de lame et Liima Narr devisaient tout en mangeant, le menu se composait de pain,
de jambon fumé, d’œufs, accompagné d’eau ou de soupe.
- « Ta toux semble s’être calme ce matin » dis cœur de lame à l’attention de Liima
- « Oui effectivement, la potion de Mirabelle doit faire son effet. » lui répondis elle
- « Tu n’as pas vite peur ……cette sylvaris te donne un élixir et toi sans un mot tu t’exécute. » intervint Zoë.
- « Sérieux ? Au point ou j’en suis, qu’elle risque de plus prendrais je ? L’arche a failli m’avoir, alors ce n’est pas cette potion qui va m’arrêté !! De plus à part calmer ma toux, je ne ressens aucuns autres symptômes. »
- « Mouais……pour l’instant…… » Rajouta Zoë.
- « Oiseau de mauvaise augurrre, j’ai l’imprrression que tu lui souhaite le pirrre. » dis Yeriwen dans un rire
- « Non, non pas du tout, au contraire si cette potion pouvait lui rendre la respiration plus facile, je ne demande pas mieux, mais nous ne connaissons cette personne que depuis peu. »
- « N’empêche que j’ai dormi comme un loir, il y avait longtemps que ce n’était plus arrivé et cela me permis de réfléchir ce matin a mon réveil » Rajouta Liima Narr .
- « Surement permis de savoir ce que tu allais engouffrer, là tu attaque ta troisième assiette, te rends tu compte ? Il y avait longtemps que je ne t’avais plus vu manger comme cela » dis Cœur de lame en assenant une grande claque dans le dos de Zoë.
Celle-ci tomba presque à la renverse sous la tape amicale du charr.
- « Calme donc tes ardeurs Cœur de lames, tu vas finir par estropié quelqu’un avec tes manières et en plus vous voyez !! Elle nous dit ne ressentir aucuns autres symptômes, pourtant elle à bien dormi et à un appétit d’ogre ce matin, ne voyez vous rien d’anormal ?? Suis-je la seule à voir clair ? » Ragea Zoë
- « La seule chose d’anorrrmal au tourrr de cette table, c’est TOI !! » S’esclaffa la charr.
Les convives rirent de bon cœur …..sauf Zoë
Ithril n’ayant encore rien dis jusqu'à présent, ouvrit la bouche tout en terminant son omelette.
- « Parle nous donc de ton idée matinal Liima »
- « Bein voila, j’ai cru comprendre que Porcinet comptait creuser une fosse et je voudrais agrémenter son idée par une petite touche personnelle, si je vous dis..Résine de pin, Naphte, Calcaire et souffre, cela vous parles ?? » Demanda Liima.
- « Certains de ses ingrédients ne nous sont pas inconnu, mais l’amalgame me parait étrange » rajouta Ithril.
- « Il nous suffirait de mélanger les quatre éléments, verser une bonne partie de ce liquide dans la fosse au endroit clefs et il ne nous resterait plus qu’a y mettre le feu et je vous garanti un effet de surprise mémorable. »
- « Explosion ? » demanda le charr.
- « Non pas du tout, plutôt de mare enflammée » répondis l’ingénieur avec un sourire.
- « Mmmmm pas trop risqué ? Les flammes ne viendront elles pas lécher les murs ? » Demanda Zoë.
- « Non, Porcinet compte laisser une distance raisonnable entre le mur et la fosse, du plus les flammes ne s’élèveront qu’au moment de la mise a feu. »
- « Si je comprends bien… tout individu passant dans cette..Cette mare prendrait immédiatement feu et de plus la résine se collerait aux jambes et aux vêtements de celui-ci, ne laissant aucunes chances à l’ennemi d’éteindre cet incendie.. » Dis Cœur de Lame
- « tout à fait, cette matière peut bruler pendant des heures » Rajouta Liima Narr.
- « Mais ..mais..mais c’est machiavélique ton idée, là tu me fais presque peur .. » Dis la charr
- « Oui je sais….. Je suis monstrueuse par moment, mais aux grands maux, les grands remèdes »
- « Il ne te reste plus qu’a parler de ton idée au général ou à Almedes » dis cœur de lame
- « Bon ce n’est pas tout ça, mais je vais rrrejoindre Falba sur les rrremparts , Bjorrrn et moi faisons équipe ce matin » dis Yeriwen tout en se levant de son banc.
- « Haaa oui pour le fameux bazar des piquets blancs ? » de manda le charr.
- « Oui, Falba à demander à tous les arrrchers du pacte de la rrrejoindre aprrrès le petit déjeuner »
- « J’adorrrrrre t’entendre Ronrrrronné. » dis Cœur de lame amusé.
Effectivement chaque fois que Yeriwen parlait, on aurait dis un doux ronronnement.
- « Ca va n’en rrrajoute pas une couche, tu compte rrrester planter ici ou tu m’accompagne jusqu’aux murrrailles maudit avorrrton !! » Demanda la charr.
- « Un mot, un geste, Cœur de lame fait le reste, douce dame je prends mes affaires et je suis à vous » répondis le charr tout en se levant et suivit Yeriwen jusqu'à l’extérieur.
- « Tu avais raison Zoë ……. » Dis Liima Narr.
- « Quoi Donc ??? »
- « C’est anormal de mangé autant ……je risque de grossir » dis elle sur un ton moqueur.
Ithril ria de bon cœur.
- « Rhaaaaa c’est malin, file d’ici avant que je ne te fasse tousser pour la dernière fois. »
Liima Narr empoignât son chapeau et disparu de la pièce.
Et alla trouver Almedes sur les murailles, celui-ci était occupé à travailler sur la fameuse catapulte défectueuse, mais l’asura prit le temps de l’écouter
- « Excellente idée, pour le résine ce n’est pas les arbres qui manque aux alentours, pour le souffre nous en avons une bonne quantité en stock, les mines regorgent de calcaire, par contre pour le naphte il va y avoir un problème…On ne trouve cette matière que dans la région de flambecoeur et les importateurs sont rares par ici, mais nous pouvons toujours en parler lors de la réunion, d’ailleurs tu fais bien de venir m’interrompre, il doit être l’heure. »
- « Veux tu que je regarde à la catapulte pendant ton absence ? » demanda l’humaine.
- « Si cela te chante, pourquoi pas…le problème se trouve au niveau du mécanisme des engrenages, impossible de la faire pivotée ou de l’armé. »
- « Mon père et mon grand père on servi tout deux dans l’armée de la reine et ils étaient affecté aux machines de guerre, je les ai souvent accompagné lors de leurs déplacement, j’en ai retenu pas mal de chose »
- « cela arrangerait tout le monde je crois, si elle pouvait être en activité lors des combats, je vais devoir te laisser, je vais encore une fois arriver le dernier, mais ils en ont l’habitude à présent » dis Almedes, le sourire aux lèvres.
Il se dirigea en direction du bureau d’Almorra, croisa l’un et l’autre compagnon d’armes, il les salua poliment, arrivé à la porte il frappa et entra, effectivement il était bien le dernier..
- « Almedes, nous vous attendions pour commencer la réunion, asseyez vous donc …à propos avez-vous fournis les hommes à Dame …Porcinet, c’est bien cela ? » Demanda Almorra à l’attention des autres, n’étant pas certain du sobriquet donner à celle ci.
- « Oui, j’ai affecté une trentaine de personnes à la tâche, de plus Dame Liima Narr à émise une idée supplémentaire » et Almedes expliqua le plan de l’humaine.
- « Effectivement…le naphte sera difficile à obtenir » dis la général tout en réfléchissant.
- « Mmmmm, j’ai bien une idée, je pourrais faire un tour du coté de l’arche, il doit bien y avoir quelques trafiquants, surtout depuis que la ville est ré ouverte » proposa Bjorn.
- « Bonne idée, parlons à présent de l’intrusion de hier soir, sans l’intervention de Dame Jorra s’en était fini de Mr Qwark. »
- « Je vous arrête de suite Almorra, j’aurais aussi bien pu me défendre seul, mais il faut l’avoué Jorra fut plus preste que moi, cela doit être le vin de hier soir qui m’a alourdi » s’empressa de répondre Qwark.
- « Certes, mais il n’en est pas moins que cela n’explique pas comment ces hommes sont entré et ou est donc le dernier individu ? » Questionna Almorra
- « Mes hommes recherches activement tout sylvaris arrivé depuis peu et questionnent les mercenaires et réfugiés et on m’a fait rapport que la petite porte Est était ouverte, aucunes effractions » dis Lincourt.
- « Donc quelqu’un de l’intérieur à du leur ouvrir, nous ferions mieux de murer ce genre de porte. » Ajouta Delph.
- « C’est vrai que ses portes ne nous servent que d’issues de secours pour prendre la fuite, mais je suppose que dans notre cas ses portes seront inutiles. » Dis Almedes à l’attention d’Almorra.
- « Effectivement nous n’abandonnerons en aucuns cas le fort. » Affirma-t-elle.
- « Qui aurait eu la possibilité d’ouvrir cette porte ? » Demanda Delph.
- « Il y a peu de personne qui détiennent les clefs, Almedes, le chef des gardes et moi-même » répondis Lincourt.
- « Pas besoin de clefs, c’est un sort basique chez toutes personnes possédant des pouvoirs magique. » Ajouta Qwark.
- « Oui et je suppose que dans le fort il ne doit pas en avoir des milliers ? » demanda Delph.
- « Une vingtaine de recensé parmi les mercenaires et seulement cinq chez les veilleurs » dis Almorra.
- « Sans compter les voleurs, je ne penses pas que cette serrure soit un obstacle pour eux » rajouta Sek.
Suite à cela Qwark expliqua son plan pour détruire le portail
- « Autre question, Mr Qwark quel seront les membres qui vous accompagnerons, avez-vous déjà décidez ? » demanda Almorra.
- « Mmmm je pense que oui, je pourrais encore changer lors du moment venu mais j’ai deja mon groupe en tête, Jorra, Cœur de lame, Flint, Mirabelle, Delphinéa et moi. »
- « Mr Bjorn, voyez vous des personnes parmis vos membres qui pourrais diriger les troupes pendant la bataille ? À part naturellement les hommes et les femmes sélectionnés par Qwark. »
- « Cela dépends pour quel poste ? Vous avez Sir Sek et Falba ainsi que Liima . » Répondis le norn.
- « Si vous me permettez, je désirerais garder Dame Liima Narr à mes cotés, nous ne serons pas trop de deux pour diriger les servants d’armes. » Demanda Almedes.
- « Si Mr Bjorn ne vois aucunes objections, pour ma part je vous l’accorde » dis Almorra en direction du norn, celui-ci acquissa.
- « Lors de la bataille, je voudrais que les archers se tiennent en haut des murailles répartit sur toute la longueur , les élémentalistes et autre jeteur de sort sur les points névralgiques, c'est-à-dire la porte principale et le mur Sud qui est beaucoup plus exposer que les autres, deux groupes d’hommes en armes, une sur les murailles pour repousser tout assaillants et l’autre dans la cour en cas ou une sortie serais a effectuée et je donnerais le commandement des ingénieurs à Mr Almedes qui les disposera comme bon lui semble, donc j’ai besoin d’un officier pour dirige les archers et un autre pour les hommes d’armes sur les murailles, vu que Mr Lincourt dirigera le groupe poster dans la cour, est ce clair ? » demanda Almorra.
- « Très clair général, je prendrai donc le groupe d’archer et demanderai a Falba de me seconder vu la longueur des murailles et Sir Sek prendra le commandement des hommes en armes, cela vous convient il ? » Demanda Bjorn.
- « Parfaitement, Mr Lincourt vous aurez la gentillesse de présenter Mr Bjorn, Sek et Dame Falba aux sergents d’unité, qu’ils prennent dorénavant leurs ordres de ces personnes » Ordonna Almorra.
- « Cela sera fait selon vos désirs général, je demanderai aussi a deux groupes d’aller querir la résine et le calcaire » Confirma Lincourt.
- « Il faudrait aussi former des hommes pour le transport des blessés » Proposa Delph.
- « Bonne idée, que penses vous de dix hommes ? » demanda la charr.
- « Cela serait suffisant et je proposerai à Zoë de prendre la charge de les instruire, elle à un sacré tempérament et je peux vous assurez qu’avec elle, les blessés ne resteront pas longtemps sans soins » rajouta Delph.
- « D’autres questions ou propositions ? » Demanda Almorra.
- « Général puis je vous demander de me relever de mon poste d’intendante et que Mr Weddell en prenne pouvoir dès à présent ? » Questionna Mirabelle.
- « Je n’y vois aucunes objections, comme cela vous aurez amplement le temps de parler du plan d’action avec Mr Qwark et les autres membres. » Répondis la général.
- « Aujourd’hui il est déjà tard pour prendre la route de l’arche, j’irai donc chercher la résine avec quelques hommes. » Proposa Bjorn.
- « Que cela soit ainsi, je lève la séance pour aujourd’hui » dis Almorra tout en s’extirpent de son siège, tout le monde fit de même et ils prirent la porte à tour de rôle.
Effectivement ce n’était pas le bois qui manquait aux alentours, Bjorn, Yeriwen et quelques membres du pactes attaquaient un premier bosquet qui aurait pu fournir un couvert a l’ennemi, les arbres abattu, ils les mirent dans des chariots qui prirent la route du fort et ils s’attaquèrent au bosquet suivant, de là ou ils étaient ils pouvaient apercevoir Porcinet qui commandait les hommes a grand renfort de geste, la fosse avançait a grand pas, chance pour eux le gel n’était pas encore arriver, car les hivers par ici rendait le sol aussi dur que de la roche, de plus la pluie qui tombait déjà depuis plusieurs jours avait rendu la terre meuble, donc facile a extraire .
A midi la pluie tombant sans arrêt, le groupe de Bjorn fit une pause, ils allaient attaquer leur quatrième bouquet d’arbres et se mirent à l’ abri des branchages, un palefrenier vint leur porter un repas, celui-ci fut frugal, principalement composer de pain, de viande séchée et de fruits, mais ils ne se firent pas prier et mangèrent avec faim, le travail était assez éreintant sous cette pluie, les cognés des haches glissaient dans leurs mains malgré les gants qu’ils portaient
- « J’espèrrres que nous ne faisons pas tout cela pour rrrien…. » Dis Yeriwen.
- « Aurais tu préférer planter des piquets de bois dans le sol ? » Demanda Bjorn avec un petit rire.
- « Au fait en parrrlant de cela….pourrrais tu m’expliquer une chose s’il te plaît ? »
- « Quoi donc ? Je t’écoute. »
- « Pourrrquoi c’était à toi de te tenirrr sur les rrremparts et à moi de patauger dans l’eau et attendrrre ta foutue flèche ? »
- « Parce que j’ai plus de puissance que toi au tir, voila tout »
- « Voila tout ? je ne suis pas cerrrtaine de ce que tu avances, qu’est ce qui te prrrouve que tu as plus de puissance que moi ? »
- « Heuuu…. parce que tu es une femme et que vous êtes fragiles et tout cela et tout cela… »
- « Je ne sais pas si tu l’as rrremarqué…mais je suis une charr et pas une pauvrrre chétive humaine, donc ton rrraisonnement ne tient pas la rrroute. »
- « Aussi par ce que j’ai une meilleurs vue que toi, j’ai l’œil perçant de l’aigle. »
- « Haa oui ? L’œil perrrçant de l’aigle dit tu ? Alorrrs tu pourrrais me dirrre quel est l’emblème cousu sur le poitrrrail de l’homme en verrrt là bas près de Porrrcinet »
- « Sans hésiter un griffon, je vois cela aux pattes »
- « Drôle de grrriffon…Chez nous les charrs, cela se nomme un coq…. »
- « Un coq ? En es tu sur ? Bien que tu le dises maintenant, effectivement, c’est bien un coq »
- « Ma vue féline doit êtrrre meilleurrr que ta vue de …..volatile…. »
- « Non j’ai voulu dire un coq, mais ma langue à fourché et j’ai dis « griffon » d’ailleurs je ne sais pas pourquoi j’ai dis « griffon »
- « Moi je pense plutôt que tu avais envie de garrrder tes pieds au sec, voila pourrrquoi tu m’as charrrgé des bâtons.»
- « A quoi bon discuter, nous voila tout deux occuper à patauger dans la boue d’ailleurs en parlant de cela, il est grand temps de continuer,…. allons debout » dis Bjorn à l’ensemble du groupe pour couper court à la conversation.
Et ils abattirent le carré d’arbres qui les abritaient, ils continuèrent ainsi pendant un bon moment, en s’attaquant principalement aux endroits boisé pouvant cacher l’ennemi, de son coté Falba et quelques hommes ayant terminé leur tâche vinrent vers le tas de bois qui s’amoncelait dans les hangars et ils choisir méticuleusement certains branchages pouvant servir à l’élaboration de flèches…

_________________
avatar
The Verot

Messages : 40
Date d'inscription : 08/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Les Rugissements de Gendarran"

Message par The Verot le Sam 15 Aoû - 19:44

Chapitre 19


Spoiler:
Non loin de là, Delph. Était en pleine discutions avec Zoë.
- « NON NON et NON, c’est hors de question que je prenne ces hommes en charge !! »
- « Je ne te demande pas de les épouser, mais de leur donner du cœur au ventre, ils seront primordial lors de la bataille, si les blessés s’amoncelle sur les remparts, je ne donne pas chère de leur peau » répondis Delph.
- « Pourquoi ce n’est pas Cœur de Lame qui s’en occupe ? Il est plein d’ardeur.. »
- « Un autre travail l’occupe, lui et Sek sont parti murer les portes de secours, ils en ont surement pour la journée »
- « Et Ithril ? Elle est disponible, non ? »
- « Non, elle inspecte les remparts, Bjorn l’a chargé de voir ou se trouve le point faible du mur Sud, de plus j’avais pensé a toi vu ton tempérament….. »
- « Quoi mon tempérament !? »
- « Tu as un tempérament de feu et je suis sur qu’avec toi ils vont bouger, je ne veux pas de mollasson dans cette équipe, je te le répète, ils devront courir d’un bout a l’autre de la citadelle, sans cesse monter et descendre les marches menant aux remparts, je ne voudrais pas qu’ils nous lâchent en pleine action »
- « Soit…….Ou puis je les trouvé ? »
- « Lincourt à du les faire appeler, tu devrais les trouver près de l’infirmerie à cet heure, si tu veux je t’accompagne, je devais justement me rendre de ce coté.»
- « Bien, Bien, allons y donc, que je les mette tout de suite au pas. »
Delph était ravie, elle s’apercevait que Zoë prenait déjà à cœur sa fonction.
Arrivé sur place, elles furent étonnée, mais ne le fit paraître, il y avait bien dix hommes mais pas n’importe lesquels….six norn et quatre charrs tous vêtu de la tunique des veilleurs, vêtements ample, mais encombrant, Zoë et Delph. Semblaient toutes petites à coté d’eux, d’un pas décider Zoë se dirigea vers eux
- « Je me présente, je me nomme Zoë et j’ai été chargé de votre formation, je vous préviens…..le premier d’entre vous qui me nomme…. « La naine »…. JE LE CASSE EN DEUX !! Est ce clair ? » Demanda t’elle avec un sourire enjôleur.
Aucuns d’entre eux n’osa broncher, sauf…. un norn qui se mit à rire, assis sur un tonneau il lui adressa la parole.
- « Sans vouloir vous vexer, vu votre grandeur et votre corpulence de clou de girofle, la seule chose que vous arriveriez à briser c’est une rose….ou un cœur vu votre beauté » dis il avec un sourire.
- « Te moquerais-tu de moi par hasard ? » dis Zoë qui commençait déjà fulminer.
- « Ami norn, si j’étais toi je me méfierais, mon amie Zoë n’est pas très patiente et j’éviterais de la mettre en colère…comprends tu ? » demanda Delph qui recula d’un pas.
- « Mwahahahahahaha, a t’entendre elle serait une vrai tu……. » Il n’eu le temps de terminer sa phrase qu’il bascula en arrière et tomba sur son derrière, la magicienne venait de décocher un faible éclair, mais assez puissant pour le renverser, furieux le norn se redressa et chargea l’humaine, d’un simple geste de la main, une bourrasque violente vient rejeter le norn en arrière et le propulsa dans les tonneaux, il s’écrasa inerte parmi les décombres.
- « Relever votre ami et conduisez le à l’infirmerie s’il vous plait, que cela lui serve de leçon par la même occasion ramener des brancards que l’on commence l’entrainement »
Ils soulevèrent leur ami et sans discuter le conduisirent à l’intérieur.
« Et bien je pense que tu as la situation en main, je vais te laisser et me rendre à mon rendez vous » dis Delph avec un sourire.
- « Galant ? »
- « Quoi galant ? »
- « Ton rendez vous ? Un rendez-vous galant ? » Demanda Zoë
- « Que Balthazar me protège !! Non, je dois voir Harvald Sondovik, c’est le responsable des lanceurs de sorts chez les veilleurs, nous devons mettre au point un système de défense et essayer de rallier les magos recensé chez les mercenaires et réfugiés. »
Les futurs brancardiers refirent leur apparition et Zoë s’adressa à ceux ci.
- « Six d’entre vous prendrons les brancards et les trois autres s’installeront confortablement dedans, pour commencer vous aller me faire le tour de la cour intérieur, à chaque tour vous changez un des porteurs. »
- « Heuuu pardon dame Zoë, combien de tours? » demanda un des charrs.
- « Commencez déjà à faire le tour, cela dépendra de mon humeur et de votre endurance » répondis celle-ci.
Delph s’éclipsa sans plus un mot.
- « Ais je dis de faire le tour en marchant… ? Alors… ? » Demanda l’humaine s’adressant toujours aux charrs et aux norns
Ils répondirent à tour de rôle un « Non » hésitant et évasif
- « ET BIEN COURREZ BANDE DE LARVES !! »
Ils ne se firent pas priez et se mirent à courir sans attendre. .
Ils tournaient comme cela depuis bientôt une heure, un des charr pris se pris les pieds dans sa tunique et s’étala sur le pavé glacé, le compagnon qu’il portait s’écrasa sur son dos de tout son poids et fit chuter le troisième acolyte, ce qui fit rire les six autre brancardiers.
- « Et cela vous fait rire ?? Ne ferions nous pas mieux d’achever nos blesser au lieu de les transporter à l’infirmerie ? Je me pose la question..» Hurla Zoë
- « C’est à cause de cette fichue tunique, elle est dix fois trop longue, sans parler de ces sandales » Dis le charr en montrant ses chaussures
- « Quand vous aurez fini de discutez, on pourrait se remettre à courir ? » Demanda l’humaine.
Sans un mot, ils reprirent leur allure.

Almedes avait rejoint Liima à la catapulte et travaillèrent tout deux de concert sur la machine
- « Vois tu le petit engrenage en dessous, je pense que le problème vient de là, la pièce est légèrement tordue et plusieurs dents sont cassées, ce qui a provoquer l’usure d’un autre rouage, il faudrait presque démonter la totalité, remplacer les quelques engrenages et bien graisser le tout » dis Liima.
- « Mais le souci c’est que je n’ai pas ces pièces en stock et je crains de ne plus en trouver à l’arche… »
- « Et ou pourrait on en trouvé dans le coin ? »
- « J’ai bien une idée, mais je sens qu’elle ne va pas plaire au général…..il y a quelques camps centaures dans les environs et……… ils ont des catapultes »
- « En voila une merveilleuse idée, et comment procède t’on ? On se présente à la porte en disant « Bonjour vous n’auriez pas quelques rouages en trop ? » demanda Liima avec un sourire.
- « Si c’était si simple, il y a longtemps que j’aurais ces pièces en ma possession, il n’y a pas quarante milles solution, si nous voulons que cette machine fonctionne lors de la bataille, nous devons nous procurer ces rouages. »
- « Il n’y a donc plus qu’à en parler avec Almorra. »
- « Je lui en parlerai ce soir après le repas, en général quand elle à manger, elle est de bonne disposition » Répondis Almedes accompagné d’un clin d’œil.
- « Au fait j’ai demandé au général que tu reste à ma disposition pendant le combat, cela ne te gêne pas ? Je pensais te confier le groupe de grenadier. » Ajouta l’asura.
- « Sans problèmes, cela serait un honneur de combattre à tes cotés » Dis l’humaine.
- « J’ai cru entendre parler de combat ? Je ne vous dérange pas j’espère ? » C’était Henelwen qui fit son apparition.
- « Haa tu tombe bien, que dirais tu de faire une petite incursion chez les centaures ? » demanda l’humaine.
- « Je suppose que si ont doit affronté des centaures ce n’est pas par pur plaisir, quelle en est donc la raison ? »
L’asura et l’humaine lui expliquèrent le but de cette visite de courtoisie.
- « Mouais, il faudra en parler au autres, c’est risquer et qu’en dis la général ? »
- « Je n’ai pas encore eu l’occasion de lui parlé. » répondis l’asura.
- « Quoi ? Toi une norn, aurais tu peur d’affronter une poignée de centaures ? » Dis ironiquement Liima .
Le regard d’Henelwen devint de glace.
- « Sache une chose mon amie, rien ne me fais peur, pas même la mort !! »
- « Garde ta rage pour eux, cela pourrait être utile » intervint l’asura qui lui venait un peu au dessus des genoux.
- « Je demanderai à cœur de lame de nous accompagner, cela risque de l’amuser, il adore taper sur du centaure, parait il que son grand père en mangeait un tout les matins, mais un conseil ne lui en parler pas, il risquerait de mal le prendre » dis Liima  sur un ton d’humour.
Tout à coup une quinte de toux la repris, Henelwen lui prêta son bras pour s’appuyer.
- « Mais ou est donc cette potion ? » demanda la norn tout en fouillant les poches de l’humaine, Liima avait du mal à respirer, elle essaya de lui expliquer quelque chose, mais aucuns mots ne sorti de sa bouche, à part quelques gouttes de sang.
- «Vite conduisons-la à l’infirmerie !! » dis Henelwen tout en prenant son amie dans ses bras et se mis à courir en compagnie d’Almedes……
Henelwen fit irruption dans les appartements de Mirabelle, tout en claquant la porte derrière elle.
- « Qui a-t-il dans votre potion ? Liima est à l’infirmerie sont état s’empire depuis notre arrivée !! » Hurla la norn furieuse.
Surprise de cette entrée la sylvaris lui répondit
- « Mais....mais que ce passe t’il ? »
- « Elle se mets à cracher du sang maintenant, ce qu’il ne lui était jamais arrivé jusqu'à présent !! Voila ce qu’il se passe !! »
- « Calmez vous et prenez une chaise. »
- « Je ne veux pas me calmer et surtout pas m’assoir, ce que je veux c’est une explication !! » continua d’hurler Henelwen.
- « J’ai bien une réponse….mais elle risque de ne pas vous plaire… »
- « Je vous écoutes…. »
- « C’est la suite logique, c’est la seconde phase à la maladie, j’ai constaté ces symptômes sur tous les malades revenu de l’arche….. »
- « Il y a-t-il un remède ? Et ou sont donc les malades dont vous parlez, je n’ai vu personne chez les veilleurs souffrant de ce mal ? » Demanda la norn.
-« Normal……Ils sont tous mort à l’heure qu’il est…. »
- « Vous …vous voulez dire que Liima va mourir ? Je ne puis le permettre il doit bien avoir un remède contre ce mal ? »
- « Pas à ma connaissance, je pourrais lui préparer une potion qui soulagerait ses douleurs, mais n’empêchera pas la fatalité malheureusement. »
Dépitée la norn s’assit sur une des chaises et resta silencieuse pendant un moment.
- Soit, préparez lui votre potion, mais je ne baisse pas si facilement les bras, il doit bien y avoir une solution.
C’est à ce moment là que Qwark fit son entrée en compagnie de Jorra.
- « J’ai cru entendre des exclamations de voix venant d’ici, inquiet pour votre personne Dame Mirabelle, nous nous sommes permis d’entré, mais je vois que vous êtes en bonne compagnie. »

- « Mr Qwark !! Vous tombez à pic… » S’exclama Henelwen et elle lui expliqua la situation sans attendre.
- « Effectivement très étrange, je ne discute pas le diagnostique de Dame Mirabelle loin de là, mais il faudrait en parler à Dame Verot, un de ses hommes était atteint du même mal et je pense qu’aujourd’hui cet homme vit encore, mais je ne peux le jurer »
- « Donc il y aurait une chance de la guérir ? » s’enthousiasma Henelwen.
- « je n’ai jamais parlé de guérison ! Je t’ai simplement dis que Dame Verot détient peut être une solution c’est tout »
- « Il faut que j’ai un entretien avec elle !! » s’exclama Henelwen.
- « Cela ne sera pas facile, à l’heure actuelle elle doit etre en route pour le fort, il faudra donc patienter jusqu'à son arrivée. »
- « Soit, Dame Mirabelle auriez vous l’obligeance de préparer la dite potion ? J’attendrai donc l’arrivée de Dame Verot » dis Henelwen tout en se levant.
-« Naturellement, je me rendrai dans un petit moment dans mon bureau et j’irai lui porter cela » répondis Mirabelle.
- « Je vais rejoindre l’infirmerie voir comment elle va » Et Henelwen quitta la pièce
- « Jorra pourrais tu m’attendre dehors un petit instant s’il te plait ? J’aimerais m’entretenir en privé avec Dame Mirabelle »
- « Pas de problème, je serai derrière la porte si besoin en est »
Jorra referma la porte derrière elle, s’adossa contre le mur et entendis des murmures à l’intérieur, elle essaya de ne pas y prêter attention, la conversation ne dura pas plus de cinq minutes quand elle entendit hurler Mirabelle
- « SORTEZ DE CHEZ MOI TOUT DE SUITE ! COMMENT OSEZ-VOUS……. ! »
Et Qwark sorti des appartements de Mirabelle le sourire aux lèvres.
- « Que lui as-tu donc dis pour la mettre dans un état pareil ? » lui demanda Jorra tout en reprenant leur chemin.
- « Rien de bien spécial, je t’en parlerai peut être plus tard, allons a l’infirmerie voir comment se porte Liima. » répondis l’asura.

Chapitre 20


Spoiler:
- « Avez-vous fini de me regarder comme si j’étais morte vous deux ? » demanda Liima à l’attention d’Henelwen et de Jorra, elle essaya de se relever mais fut prise de tournis et du se recoucher.
- « Reste allongé ! Ne crois tu pas que tu as déjà fait assez parler de toi aujourd’hui ? » Lui dis Jorra avec un sourire.
- « Désolée Henelwen, je vois que j’ai tâché de mon sang ton armure » dis Iris d’un ton moqueur.
- « Tu as de la chance que c’est toi, si cela aurait été quelqu'un d’autre je lui aurais déjà arraché la glotte » répondis Henelwen sur le même ton d’humour.
- « Je vois que même Qwark est venu prendre de mes nouvelles, ne serait il pas si mauvais que cela ? »
- « C’est une grande gueule comme tout asura, mais il a bon cœur » répondis Jorra
Effectivement Qwark se trouvait dans l’infirmerie en pleine discution avec le gardien, ils étaient un peu en retrait et nos trois comparses ne pouvaient entendre ce qu’ils se disaient
- « Mais au fait…qu’as tu fait de la potion que Mirabelle t’a remise ? » demanda Henelwen.
- « Je me sentais si bien ce matin que j’ai du l’oublier dans ma chambre.. »
- « C’est malin, tu devrais la garder sur toi au lieu de la laisser n’ importe où » la réprimanda Jorra.
- « Oui Maman …..Je sais » répondis l’humaine avec un petit rire
- « Et bien si j’étais ta mère je t’aurais mieux élevé, a coups de bottine dans le derrière, sache le petite effrontée !!! » lui dis Jorra secouant son index en direction de Liima.
- « Sérieux cinq minutes, à votre avis de quoi parle l’asura, il a l’air si renfrogné »
- « Aucunes idées, la seule chose que je peux te dire c’est qu’avant de venir te voir, il est arrivé en moins de cinq minutes à mettre Mirabelle en rogne » Jorra se mit à rire.
- « Dis la truie, quand tu auras fini de couiner, je pourrais peut être entendre ce que Mr le gardien me raconte ? Merci…….. » Dit Qwark à l’attention de Jorra.
- « Certainement Mr Qwark » lui répondit-elle avec un sourire.
- « Sais tu la raison pour laquelle elle c’est mise en rogne ? » demanda Henelwen.
- « Aucunes idées, je n’ai pas prêté attention à leur conversation, de plus le petit maître n’a rien voulu me dire à sa sortie des appartements, d’habitude il n’est pas aussi cachottier il est plutôt du style vantard. » répondis Jorra.
- « Mais que peut il bien encore manigancer ? » se demanda Liima.
Et elles discutèrent ainsi pendant plus d’une demi-heure, quand l’asura se rapprocha d’eux.
« Liima, pourrais je avoir la potion concoctée par Mirabelle s’il te plait ? » dit il tout en ouvrant la main.
- « Malheureusement Mr Qwark, comme je l’ai expliqué un peu plus tôt a mes consœurs, elle est restée dans ma chambre. » répondis l’humaine.
- « En as-tu pris ce matin ? Et si oui en quelle quantité ? » Demanda l’asura.
- « Une bonne gorgée, tout au plus »
- « Très bien, cela te poserais problème si je pénètre dans tes appartements et m’empare de la dite fiole ? »
- « Heuuu non, mais si ma toux me reprends que vais-je faire? Maintenant que cela allait mieux. »
- « Ne t’inquiète pas, Mirabelle comptait t’en rapporter une autre, d’ailleurs elle ne va surement pas tarder et avant qu’elle n’arrive je vais te demander d’accepter sa potion MAIS surtout tu n’en bois pas, je voudrais l’examiner avant ? »
- « Auriez-vous un soupçon sur Mirabelle ? » Demanda Henelwen tout en sortant déjà son épée.....
- « Calmez vous très chère amie, je n’ai nul doute sur l’efficacité des potions de Dame Mirabelle, je voudrais juste en quelque sorte les examiner afin de les reproduire » rassura l’asura.
- « Pas de problèmes Mr Qwark, cela serra fait comme vous le désirez » répondis Liima.
Sur cet entre fait Mirabelle fit son entrée dans l’infirmerie.
- « Oh je vois qu’il y a beaucoup de monde, je reviendrai plus tard » dis Mirabelle
- « Non, non ne prenez pas cette peine, nous allions juste nous en aller » répondis Qwark
- « Venez Mesdames, laissons Liima se reposer » et tous les trois prirent la direction de la sortie.

La journée touchait à sa fin, Qwark et Jorra prirent la direction des chambrées, tandis que Henelwen rejoignit Zoë.
- « Alors, comment cela se passe ? » demanda la norn.
- « Ils sont mou…fragiles….mais ils ont de la volonté c’est déjà ça, attends cinq secondes, ALLEZ PLUS VITE DANS CES FOUTUS ESCALIERS, J’AI L’IMPRESSION QUE VOUS AVEZ PEUR DE FAIRE MAL AUX MARCHES !!! Oui voila, que disais tu ? »
- « Ne crois tu pas que tu y vas un peu fort pour le premier jour ? »
- « Tu veux prendre ma place ?.... »
- « Non, non je vois que tu te débrouilles très bien, je constate juste que la pluie est toujours présente et les pierres glissantes…. »
- « Ils faut qu’ils soit prêt pour le jour fatidique, si ils se cassent une pattes je préfère maintenant que pendant la bataille, il faut qu’ils connaissent les marches par cœur, qu’ils ne doivent même plus regarder où ils marchent. »
- « Effectivement vu comme cela…., je vais te laisser car le souper va bientôt sonner »
- « Déjà ? Le temps passe tellement vite, ON ARRETE LA POUR AUJOURDHUI, VOUS ETES TROP MAUVAIS, RENDEZ VOUS DEMAIN APRES LE DEJEUNER !! Reposez vous bien et que la nuit vous soit bienveillante, j’espère vous voir en meilleure forme demain !! » Leur cria Zoë.

Arrivé à la hauteur du couloir menant aux chambres, Qwark et Jorra virent quelqu’un sortir d’une des chambres, il ne fallu pas longtemps pour que Jorra réagisse et se mette à courir après l’inconnu.
- « Mais que te prends il ?? » s’étonna Qwark.
- « Le malandrin de l’autre soir, va voir dans la chambre !! » et Jorra disparu derrière le coin de la coursive
Qwark s’aperçu que la porte de la chambre de Liima était ouverte, il entra dans la pièce avec prudence, ……personne et il se mit à la recherche de la potion « pas de doute » ce dit il, c’est bien cela que l’inconnu était venu chercher……Jorra refit son apparition
- « Alors ? »
- « Je l’ai coursé dans les corridors et arrivé a une intersection il avait disparu….. » raga Jorra.
- « Ouais, un peu comme la potion, elle aussi à disparue »
- « J’ai l’impression que l’on nous cache des choses…….. »
- « Tu as perdu le malandrin à quelle hauteur ? »
- « Le couloir ou loge Dame Mirabelle, pourquoi ? »
-« Rien…..une idée, juste une idée….. » répondis l’asura songeur.
- « J’ai l’impression que l’inconnu connaît le fort comme sa poche »
- « Pendant le repas pourrais tu aller à l’infirmerie récupérer la potion de Liima ? »
- « Naturellement, tu serras entouré de monde donc tu ne risques rien »
- « Je vais aller me changer pour la soirée et réfléchir à mon idée, à oui encore une chose…. ne dit mots à personne de ce qui vient de se passer s’il te plait »
- « Si tu as un problème pour réfléchir, tape sur le mur et je viendrais t’aider…… » Lui répondis Jorra avec un sourire.

Dans la grande salle, tout le monde était à table et comme à son habitude Almedes fit son entré le dernier.
- « Désolé de mon retard, je suis allé prendre des nouvelles de Liima » dit celui-ci
- « Comment va-t-elle au fait ? Mr Qwark m’a fait part de cet incident » demanda Almorra
- « Mieux, bien mieux, elle a repris des couleurs et respire normalement. »
- « Si elle suit les conseils que je lui ai donné, elle sera à nouveau sur pied d’ici un jour ou deux, il faut absolument qu’elle prenne la potion trois fois par jour, cela ne l’a sauvera pas mais la soulagera…… » Dit Mirabelle.
- « Au fait Dame Mirabelle, j’ai vu que vous avez eu la visite d’un proche cet après midi » affirma Qwark.
- « Pardon très cher ? Je ne comprends pas votre question » interrogea la sylvaris.
- « En fin d’après midi, j’ai cru voir un sylvaris à votre porte et vous lui avez ouvert »
- « Votre vue semble vous jouez des tours, vous êtes la dernière personne à être entré dans mes appartements aujourd’hui » affirma Mirabelle.
- « J’ai du me tromper de porte alors, elles se ressemblent toutes, excusez mon erreur Madame. » répondis l’asura.
- « Vous êtes tout excusé Mr Qwark. »
Le général intervint pour éviter tout conflit entre eux deux
- « Mr Bjorn, m’a fait part de l’idée saugrenue que vous et dame Liima avez eu, cela me parait un peu risquer, ne trouvez vous pas ? » Dis Almorra à l’attention d’Almedes.
- « Mon général, si je puis me permettre, cette mission ne sera pas plus risquée que le bataille de l’arche, nous devrons rester discret et faire cela de nuit » répondis Almedes.
- « Certes, certes je vous l’accorde, mais ce n’est pas le moment de perdre des hommes inutilement »
- « Général, voulez vous que la catapulte fonctionne lors des hostilités ? Il n’y a pas quarante milles solutions, c’est le seul endroit assez proche ou nous trouverons le matériel dont nous avons besoin »
- « De plus, trois des membres des ombres se sont proposé pour accompagner Mr Almedes dans cette mission, ce sont des personnes sures et votre ingénieur vous reviendra entier » ajouta Bjorn.
- « Qu’il en soit ainsi, mais je vous préviens Mr Almedes que si une seule personne n’en revient pas, vous en porterez toute la responsabilité, est ce bien clair ? » Demanda Almorra.
- « Oui mon général, très clair, je vous exposerais mon plan demain matin à la première heure. »
Ayant préparé une belle assiette remplie de victuailles Jorra se leva de table et dit
- « Veuillez m’excuser, mais je vais aller porter un repas à dame Liima et par la même occasion prendre de ses nouvelles. »
- « Remettez lui mes salutations, je passerais demain prendre de ses nouvelles » Dis Almorra.
Ils allaient passer au dessert quand Qwark ouvrit la bouche.
- « J’ai eu l’occasion cet après midi de parler avec Mr Valdomir , l’intendant de l’infirmerie, un homme très charmant et très cultivé, dernier engagé parait il ? »
- « Oui, car peu de temps après notre retour de l’arche, la personne occupant ce poste à mystérieusement disparu, suite a une enquête, il aurait rejoint sa famille à Hoelbrak, heureusement que nous avions Dame Mirabelle, elle s’est occupée des malades comme elle le pouvait.»
- « Je vois que Dame Mirabelle est pleine de dons et de ressources » répondis Qwark en lançant un petit sourire à Mirabelle.
- « Je n’ai pas fait grand chose à vrai dire, ils étaient tous mourant, je n’ai pu qu’adoucir leurs douleurs…. »
- « Allons, allons, Mirabelle ne soyez pas si humble, nous étions tous content de vous avoir à nos cotés. »
- « Désolée mon général, je vais devoir vous quitter, je ne me sens pas très bien » répondis Mirabelle tout en se levant de table.
- « Je suppose qu’après la remémoration de tant de souvenirs pénibles, vous devez vous sentir lasse Madame. » Ajouta Qwark tout en lui tapotant la main.
Celle-ci retira rapidement sa main et quitta la salle sans un mot.
- « Alors Mr Bjorn, prêt pour votre ballade à l’arche ? » demanda Almorra.
- « Fin prêt, demain a la première heure, moi et quatre autres membres des ombres partirons vers notre destination »
- « Il vous manque pourtant quelque chose me semble t’il ? » dis la général amusée.
- « Ha ? Et quoi donc ? »
- « De l’argent….. »
- « Mince…oui, c’est une question que je ne m’étais même pas posée » Répondit le norn.
- « Vous pensiez leur voler peut être ? » dis Almorra avec un clin d’œil.
- « Non, loin de moi cette idée Général !! »
- « Et comment auriez vous payé alors ? »
- « Je vous avoue….aucunes idées, mais je suis plein de ressources, d’une façon ou de l’autre j’aurais épongé la dette. »
Almorra se leva de table et se rendit dans le bureau adjacent à la salle, cinq minutes plus tard elle revient et balança en face de Bjorn une bourse pleine de pièces d’argent.
- « Voila, comme cela vous aurez une ressources supplémentaires Mr Bjorn » dit Almorra tout en se rasseyant.
- « Merci Général, j’en ferai bonne usage. »
- « He bien, il se fait tard je vais rejoindre ma chambre » Annonça Qwark.
- « Je vais faire de même, demain c’est à l’aube que nous partirons » dis Bjorn.
Ils saluèrent les autres convives et quittèrent la salle à manger
- «Reprendrez-vous un peu de cette excellente brioche Dame Delphinéa ? » demanda Almorra.
- « Vous êtes fort aimable général, mais ma ligne risque d’en prendre un coup » répondit celle-ci avec un sourire.
- « He bien vous avez tord, si vous permettez je me ressers une part » dis Almorra joignant le geste a la parole.
- « Je vois que l’appétit est toujours là, malgré l’approche de l’invasion » dis Almedes avec humour.
- « Combien de fois devrais je te le répéter, que l’on combat mieux le ventre plein !! Et qui sait de quoi demain est fait » répondis la charr
Lincourt n’ayant encore rien dit jusqu'à présent ouvrit la bouche.
- « Général, je ne vous ai pas encore fait part de la dernière nouvelle »
- « Je n’aime pas le ton que vous prenez Lincourt, cela ne présage rien de bon, dites moi ? »
- « Un des deux puits à été contaminé, un individu a lesté un corps en décomposition et il l’a balancé au fond, l’eau est devenu inconsommable….»
- « Peste !! Rage !! Des témoins ?? » Demanda Delph. Furieuse
- « Non aucun…hélas, mais ce que je ne comprends pas, pourquoi un et pas les deux ? »
- « Ils ont été peut être surpris et ils n’ont pu terminé leur besogne ?? » s’avança la général.
- « J’y avais déjà pensé général et là non plus, personne n’a rien vu »
- « De drôle de choses se trame en nos murs, comment ce fait il que vous ne l’avez pas encore appréhendé ? »
- « Mystère, j’ai beau chercher et personne n’a vu ce sylvaris, c’est comme si il n’existait pas…un vrai fantôme…. » Répondit Lincourt.
- « Il doit bien se cacher quelque part, manger et boire, non ? » se demanda Delph.
- « Naturellement, ou quelqu’un le garde au secret, mais sur ce point de vue j’ai été personnellement visité certaines chambres et habitations du fort et je n’ai trouvé aucunes traces de son passage »
- « Cet individu se moque de nous, déjà deux actes à son actif, l’agression envers Mr Qwark et maintenant le puit…. » Dit Delph.
- « J’ai fait poster des gardes près du puit restant et fait interdire tous accès sans autorisation ou sans surveillance
- « Et le malheureux du puit ? A-t-on son identité ? » Demanda Almorra.
- « Non, pas pour l’instant, les morceaux de corps repêchés dans l’eau ne permettent pas de l’identifier, Homme blond, atteint de maladie, sa peau était d’un vert blanchâtre signe d’une trop longue exposition aux gaz de l’arche, c’est tout ce que je peux dire. »
- « Le cimetière…… » Renifla Almorra.
- « Je comptais m’y rendre dans un instant Général. » Informa Lincourt.
La Général se leva d’un bond malgré le repas copieux.
- « Je vous y accompagne, Dame Delphinéa voulez vous, vous joindre à nous ? »
- « Volontiers Général, cela m’intrigue autant que vous »
Et ils prirent tous les quatre la direction du cimetièrre……

_________________
avatar
The Verot

Messages : 40
Date d'inscription : 08/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Les Rugissements de Gendarran"

Message par The Verot le Sam 15 Aoû - 19:51

Chapitre 21


Spoiler:
- « Alors ? As-tu la fiole ? » Demanda Quark à l’attention de Jorra
Celle-ci attendait patiemment contre le mur a la sortie de la grande salle.
- « Naturellement, là voici » répondit elle en lui tendant un petit flacon translucide.
- « Soit discrète vilaine, veux tu que tout le monde nous vois ? Viens suis moi… »
Elle suivi le petit azura a travers le dédale de couloirs
- « Sais tu ou tu vas ? » Demanda la norn.
- « Mais oui, ce n’est pas la première fois que je viens au Fort, voila nous y arrivons, c’est là » Tout en désignant une porte.
- « Attends-moi devant la porte et veille à ce que personne ne me dérange » dit l’asura en ouvrant la porte, dévoilant une pièce ou trônait une immense table couverte d’alambiques, de fioles, de tubes, de mini braseros.
La norn prit son mal en patiente, elle visita la pièce voisine et pris une chaise, l’installa contre la porte du labo et s’assit, Jorra prit sa pierre à affuter et sorti son épée, elle nettoya la lame et se mit à l’aiguiser, elle prit son temps.
Il était déjà tard et l’asura n’était toujours pas sorti de la pièce, la norn croisa quelques membres des veilleurs qu’elle salua, ils lui rendirent le bonsoir, mais aucuns d’eux n’osa lui demander ce qu’elle faisait a des heures si tardives assise devant une porte, soudain elle senti une poussée dans son dos.
- « Jorra ? »
- « Oui ? »
- « Lève la masse qui te sert de cul et laisse moi sortir…. »
- « Oups, pardon !! » dit elle en se levant. « Vu la tête que tu tires, tu n’as pas trouvé ce que tu voulais. »
- « Pergularia, Agrimonia, Anacardier, Bourgeons de sapin , Droséra et Boletus manicus, rien de bien dangereux à vrai dire…. »
- « Et que pensais tu trouver ? »
- « Fichtre diable, je n’en ai aucune idée, quelque chose ne tourne pas rond, mais……deux possibilités s’offrent à moi….. »
- « Tu m’intrigues de plus en plus mon ami »
- « Ha ? Et depuis quand es tu mon amie…… ? Allons dormir la nuit porte conseil » proposa Qwark.
Et ils prirent le chemin de leurs chambres.

La lune était pleine et le cimetière silencieux, ils pénétrèrent par la grille principale et constatèrent que le cadenas fermant celle-ci avait été brisé.
- « Pas de doute, il y a bien eu des visiteurs récemment » dis Lincourt ramassant les restes du cadenas.
- « Allons voir plus loin » proposa Almorra.
Ils s’avancèrent avec précautions sur un petit chemin longeant les tombes, éclairé par les torches que tenait Almedes et un des gardes, ils ne durent pas aller loin, derrière un des caveaux une tombe avait été éventré, près de la jonchait encore des parties du défunt.
- « Le corps à été découpé ici, plus facile d’emporter des morceaux qu’un corps complet.. » Constata Delph.
- « Oui et ils n’ont pas eu besoin d’un deuxième corps pour l’autre puits. »
- « Sacrilèges !! Comment ont-ils pu?? Il n’y a que des démons pour faire cela !» s’écria Almorra.
- « J’espère que l’odeur du cadavre n’a pas attiré des goules. » dis Almedes tout en sortant son pistolet.
- « Crois tu qu’elles oseraient s’approcher si près du Fort ? » Demanda Delph.
- « Si elles sont affamés, oui, elles pourraient même s’attaquer à des être vivants » Affirma Almorra.
- « Elles se déplacent en général par petits groupes et jamais de jour, soyons sur nos gardes sait on jamais » Dis l’asura.
Ils inspectèrent encore les environs pour trouver d’autres traces ou indices, mais rien à part la tombe retourné, n’était suspect.
- « Plus rien ne nous retient ici, laissons le garde, nous lui enverrons les fossoyeurs et un suppléant » Ordonna Almorra.
- « Je reste ici en attendant les fossoyeurs, nous ne serons pas trop de deux si jamais l’une ou l’autre créature viendrait à pointer son nez » dit Lincourt.
- « Faites comme bon vous semble mon ami, je vous verrais demain matin.»
Et le petit groupe refit le chemin vers le Fort.
- « Très étrange quand même que personne n’ai rien vu, on ne passe pas inaperçu comme cela. » pensa tout haut Delph.
- « Nul doutes, cela doit être des voleurs et leurs fichu pouvoir de dissimulation, je hais ses personnes, des lâches, une fois je te vois..Une fois je ne te vois pas…. Incapable d’affronter un ennemi de face.» Marmonna Almorra.
- « Vous ne les estimez guerre à ce que je vois. » dit l’humaine.
- « Ce sont des fourbes !! Se cachant toujours dans l’ombre.»
Ils arrivèrent au fort, reconnaissant Almorra les gardes les laissèrent passer.
- « Ils ont du profiter de l’ouverture de la porte pour se faufiler à l’intérieur, je ne vois que cela, aucunes autres possibilité. »
- « Vous voyez !! Je vous le disais ….des fourbes.. »
- « La nuit va être courte, je vais rejoindre ma couche et vous feriez bien de faire de même » conseilla Delph.
- « En voila une excellente idée !! » Répondit Almedes dans un sourire.
Ils se saluèrent et prirent chacun la direction de leurs appartements, effectivement la nuit fut courte pour Almorra, car peu de temps après, Mirabelle vint l’a réveillé, elle avait eu une prédiction….»
Le lendemain matin, Bjorn fut réveillé par un des gardes
- « Messire Bjorn désolé de vous lever si tôt, mais la général demande à vous voir avant votre départ »
- « Mmmmm que me veut elle ? « Demanda Bjorn tout en se grattant la tête.
- « Je ne saurais vous le dire, elle m’a juste ordonné de vous transmettre le message »
- « Bien, fort bien, le temps de faire mes ablutions matinales et je me rendrais a son bureau »
Le garde sorti de la chambre commune et alla remettre la réponse à Almorra.
Bjorn se leva de sa paillasse et alla réveiller les membres qui allaient l’accompagner à l’arche.
Arrivé à l’emplacement de la couche de Daenerys , le norn constata qu’elle était déjà levée.
Il se rendit à la salle d’eau, se rasa, se lava le visage et brossa ses cheveux.
- « En voila un bel homme !! » se dit il en se regardant dans le miroir ébréché.
- « Tu es vite content !! » dit une voix dans son dos, c’était Falba qui venait d’entrer.
- « je te laisse la place, Almorra demande à me voir, soyez prêt à mon retour »
- « Pas de problème, j’ai vu que Daenerys et Yeriwen sont déjà dehors »
Et le norn sorti du bâtiment en direction du bureau de la général, il croisa la charr et l’humaine, ils attelaient des dolyaks a un chariot en prévision du transport du naphte.
Elles saluèrent Bjorn a son passage, il continua son chemin et arriva devant la porte du bureau d’Almorra, frappa et entra.
- « Mr Bjorn je suis content de vous voir, j’avais peur que vous ne soyez déjà parti »
- « Et bien me voici que puis je pour vous général ? »
- « Cette nuit Mirabelle à eu une vision concernant votre groupe, elle vous supplie de ne pas partir à l’arche, l’un de vous va mourir…. »
- « Ha ? Et ou est-elle en ce moment ? » Demanda Bjorn.
- « Elle se repose, la prédiction l’a épuisée. »
- « Vous savez Général, tout les jours des hommes meurent, nous nous sommes sortis de nombreux pièges, de plus ici la mission ne comporte aucun risque, nous allons juste faire un aller retour à l’arche pour acheter du naphte comme de paisibles marchands, vous a t’elle donné plus de détails ?»
- « Non, quand elle est venue me trouvé, elle était dans tous ses états, elle m’a simplement demandé de vous convaincre de ne pas aller à l’arche, car l’un de vous allait perdre la vie. »
- « C’est bien gentil à elle de se préoccuper de notre petite santé, mais je ne vois pas où est le danger, nous redoublerons de vigilance dans ce cas. »
- « Donc vous choisissez de partir malgré les avertissements ? »
- « Oui, sans cela nous n’auront pas le naphte et cela serra impossible de mettre le plan de Liima a exécution »
- « Dans ce cas je vous souhaite bonne chance, j’admire votre courage et celui de vos hommes. » dis Almorra tout en serrant la main du Norn.
- « Tant que j’y suis, dois-je vous rapporter un petit souvenir de l’arche Général ? » Demanda Bjorn avec un sourire.
- « Revenez vivant, cela me suffira. » Dit-elle en lui rendant son sourire.
- « A vos Ordres mon général !! » répondit Bjorn avec humour.
Et il sorti du bureau refermant la porte derrière lui.
Les trois rodeuses étaient prêtes, Bjorn les rejoignit dans la cour intérieure.
- « Mesdames, avant que nous partions j’ai une chose importante à vous dire.. » Et Bjorn leur raconta son entrevue avec Almorra.
- « Si l’une d’entre vous décide de rester ici, je comprendrai parfaitement » Rajouta le norn.
- « Je n’ai que fairrre des prrrédictions de cette sylvarrris » répondit Yeriwen.
- « Si l’un d’entre nous doit mourir, j’espère que cela sera toi » Dit Falba avec humour à l’attention de Bjorn.
Comme à son habitude Daenerys ne dit rien et monta à l’arrière du chariot.
- « Bon, nous sommes donc prêt, ne perdons plus de temps et mettons nous en route » Ordonna le norn.
Ils passèrent la porte principale et prirent le chemin de l’arche.
A ce moment là, du haut d’une tour des mains gantées laisserent s’envoler un pigeon.
Le voyage se déroula sans accros, fin de matinée ils arrivèrent dans la ville en reconstruction, une vive effervescence y régnait, ils se rendirent directement au port.
Bjorn descendit du chariot et regarda autour de lui, de nombreux bateaux y faisaient cale.
Il repèra un galion aux voiles noires et se dirigea vers celui ci.
- « Hola matelots, le capitaine Barrosok est il à bord ? »
- « Naan M’sieur, il est en ville à l’heure actuelle » lui répondit le matelots
- « Sauriez vous me dire où je pourrais le trouver ? » demanda le norn.
- « Par Grenth, croyez vous que je contrôle le va et vient du capitaine ? Vous le trouverez surement dans une des tavernes du port.»

Bjorn remercia le marin et rejoignit ses amies.
- « Il ne nous reste plus qu’a trouver dans qu’elle auberge il est descendu, quel établissement procure de l’alcool et des femmes faciles dans le coin ? »
- « Tu as l’air de bien le connaître » dit Falba.
- « Oui je l’ai fréquenté un temps, c’est le meilleur des contrebandiers à l’arche, si vous cherchez quelque chose, il vous le fournira. »
- « Oui, mais à quel prrrix ? » Demanda Yeriwen.
- « Cela dépends de ce que vous cherchez et surtout en combien de temps vous le désirez » Rajouta le norn.
Daenerys descendit du chariot sans un mot et se dirigea vers une des auberges « Le Bouc Fringuant.»
- « Bonne idée, vu le nom de l’auberge nous aurons peut être de la chance de le trouver là » dit Bjorn.
Yeriwen décida de rester garder le chariot, elle n’aimait pas trop les établissements humains.

Et ils suivirent Daenerys à l’intérieur de l’auberge, il faisait sombre, une odeur de bière, d’alcool bon marché et de tabac froid flottait dans l’air, la plus part des clients étaient des marins venu des quatre coins de l’océan, les catins regardèrent les dames accompagnant Bjorn d’un mauvais œil.
Ils se dirigèrent vers le bar, un humain se tenait derrière le comptoir, il était occupé à frotter des verres.
- « Bien le bonjour visiteurs, que prendrez vous ? »
Falba fut la première à répondre, « Sert nous donc un de tes meilleurs tord boyaux mon ami et n’ai pas peur de remplir les verres. »
L’aubergiste sorti quatre verres d’une propreté douteuse, prit une bouteille sous le comptoir et servi les verres à ras bord, Bjorn balança une pièce d’argent sur le zin.
Falba bu son verre d’un trait et en recommanda un autre.
- « Pourrais-tu nous renseigner mon ami ? »
- « Cela dépends…. » Répondis l’humain et Bjorn ressorti une pièce d’argent et la lui donna discrètement.
- « Aurais tu vu le Capitaine Barrosok ? » demanda le norn.
- « Oui, il est derrière vous dans l’alcôve du fond, mais si j’étais vous je ne le dérangerais pas, il est en bonne compagnie » répondit il d’un clin d’œil.
Effectivement, derrière eux s’étendait plusieurs alcôves, certaines étaient fermées par un rideau.
Sans attendre Daenerys se dirigea vers la dernière de celle ci, empoigna le rideau et tira dessus, dévoilant deux humaines à moitié dévêtue et allongées sur leurs genoux d'un asura en caleçon.
Celui ci sorti de l’alcôve d’un bond, armes aux poings, brandissant un sabre et un pistolet armé.
- « COMMENT OSES-TU ME DERANGER !! JE VAIS TE DECOUPER EN RONDELLE !! » Cria t’il furieux. Et d’autres marins se levèrent.
Daenerys eu juste le temps de sortir sa dague et de parer l’attaque.
- « Allons, allons du calme Barrosok , tu ne va quand même pas trucider mon amie ? » dis le norn qui les avait rejoints.
- « Bjorn ? C’est toi ? Pourquoi me dérangez vous ? » Demanda le capitaine
- « Je voudrais te parler en priver »
- « Je n’ai pas encore consommé, reviens plus tard s’il te plait »
- « Désolé, mais c’est urgent »
- « Tu pourrais au moins dédommager ces dames ? » dis l’asura à l’attention de Bjorn.
Le norn sorti une pièce d’argent et l’a lança sur la table.
- « Allons mon ami, prendrais tu ces dames pour de vulgaire catins ? »
Elles émirent un petit rire joyeux et Bjorn ressorti quatre autre pièces.
- « C’est mieux mais n’oublient pas qu’elles sont deux » rajouta Barrosok avec un sourire.

Bjorn ressorti trois autre pièces et les lança à nouveau sur la table, mais le norn ne pu s’empêcher d’émettre un grognement.
- « Voila qui est bien mieux » il se retourna vers les deux « Dames », « Mes oiseaux de paradis, je vais vous demander de nous laisser, mes amis et moi avons des choses à nous dire. »
Elles se levèrent sans discuter tout en prenant soin de ne pas oublier leur argent.
- « Bjorn ? Aurais tu la bonté de me présenté à ses dames ? » Dit l’asura regardant d’un œil torve la silhouette de Falba.
- « Ou ai je la tête ? Falba et Daenerys, je vous présente Barrosok. »
- « Capitaine Barrosok !! Mais pour vous mes dames c’est simplement Barro. » Dit l’asura tout en faisant papillonner ses yeux.
- « Question ? Comptez vous rester en caleçon capitaine ? » Demanda Falba.
- « Si cela vous plait belle dame, pourquoi pas.. » dit-il tout sourire.
- « Ce n’est pas que votre nudité me déplaise, mais j’ai peur que vous ne preniez froid »
L’asura se mit à rire et entrepris de se rhabiller, il était vêtu à présent de hautes bottes en cuir de qualité, un pantalon de cuir brun, un pourpoint rouge sang, une chemise en soie blanche entrouvert sur son poitrail où pendait deux grosses chaines en or et pour couronner le tout il portait un chapeau à large bord surmonter de plumes multicolores.
- « Me voila fin prêt, asseyons nous et discutons, qu’elle est donc la chose si importante pour laquelle vous me dérangez ? » Demanda Barro.
- « Nous voudrions acheter du naphte, saurais tu par hasard où je pourrais en trouver ? » Demanda Bjorn.
- « De la naphte ? Et que comptes-tu faire avec cela ? Mais avant toute chose….. » L’asura mit un temps d’arrêt et se retourna vers le bar « AUGUSTE !! Apporte nous donc quatre verres et une bouteille, pas de ton alcool frelaté que tu vends a tes clients »
Auguste l’aubergiste s’empressa d’apporter les verres et prit une des bouteilles planquées dans ses armoires, arrivé a la table, il disposa les verres et servi ceux-ci encore une fois a ras bord.
- « Laisse nous donc la bouteille, mon ami Bjorn à pleins de choses à me raconter et je risque d’avoir soif » dit l’asura
Auguste laissa celle-ci sur la table et attendis d’être payer.
- « Bjorn ? Aurais-tu la gentillesse de payer Auguste ? J’ai du laisser ma bourse à bord de mon navire. » Rajouta Barro. Toujours tout sourire.
Le norn n’osa pas discuter et sorti à nouveau cinq pièces d’argent.
- « J’espère que cela suffira ? » Dis Bjorn.
L’aubergiste pris son argent et tira les rideaux derrière lui, Bjorn lui raconta la situation et expliqua la raison de ce besoin urgent de naphte.
- « Effectivement….je connaitrais bien quelqu’un qui pourrait t’aider, un marchand venant de Kamadan, son nom… Azoul Ben Khebab, mais tu connais la réputation de ces gens là…. » Dis Barro.
- « Mouais, il va essayer de m’escroquer en quelque sorte…ne pourrais tu pas interférer en ma faveur ? » Demanda Bjorn.
- « Mmmmm la situation entre Azoul et moi n’est pas très clair, il m’en veut toujours…. »
- « Hahahahah et qu’as-tu donc as te reprocher ? » Demanda Falba
- « J’ai été plus rapide que lui sur une vente de poudre de diamants et il insinue que je lui aurais fauché le marché »
- « Et ou pouvons nous trouver ce « Azoul » ? » Questionna Falba.
- « Il a ses entrepôts sur les quais et son navire est amarré juste en face, il bat pavillon rouge avec un aigle noir en son centre, vous ne savez pas le raté. Et vous comprendrez aisément que je ne vais vous accompagner. »
- « Merci du renseignement » dit Bjorn.
- « En tant normal je vous aurais fait payer l’information, mais tu es accompagné de si jolies dames et comme je compte vous revoir bientôt, je ne voudrais pas que vous restiez sur de mauvaises impressions » Dit l’asura tout sourire regardant Falba dans les yeux.
Ils le remercièrent encore une fois et quittèrent les lieux.
Notre groupe avait rejoint Yeriwen, qui attendait patiemment près du chariot, Bjorn lui expliqua la situation et ils prirent le chemin des entrepôts , effectivement ils ne durent pas chercher longtemps pour trouver le navire d’Azoul, et Ils se dirigèrent vers le bâtiment là ou deux gardes surveillaient toute aller et venue, ils étaient basanés et grand pour des humains, ne portant qu’un pagne sur leur corps musclé et un turban enlaçant leur cheveux, tout deux portait une grande barbe noire et a leur ceinture pendait un cimeterre.
- « Bien le bonjour Messieurs, Le Grand Azul est il là ? » Demanda poliment Bjorn.
- « Que désirez-vous au Grand Azul ? » demanda l’un d’eux.
- « Nous voudrions faire une proposition d’achat à votre maître »
Le garde parla dans sa langue natale à son compère et celui-ci se faufila à l’intérieur
- « Le Grand Azul va être prévenu de votre requête, patientez un moment »
Peu de temps après le garde refit son apparition et marmonna quelque chose à son comparse
- « Le norn, laissez vos armes à vos femmes, vous pouvez entrer, mon ami va vous conduire au Grand Azul, par contre les femelles devront attendre ici » Dit le garde d’un œil sévère.
Ayant trop besoin du naphte ils ne discutèrent pas, Bjorn suivit l’un des gardes à l’intérieur.
L’entrepôt était rempli de caisses, ils suivirent une allée et puis une autre pour arriver enfin au fond du bâtiment.
Là sur un grand tapis venant de Kamadan, était disposé des centaines de grands coussins, en son centre, une table basse ou trônait une immense pipe à eau, étalé de tout son long parmi les coussins se tenait Azul, assez frêle, il était vêtu d’une longue chemise en soie bleu nuit et ses longs cheveux blancs pendait en désordre sur ses épaules, il triturait de sa main gauche sa barbe et derrière lui se tenait, quatre autre gardes du même acabit que ceux de l’entrée.
- « Bien le bonjour Messire, je me présente « Azoul Ben Khebab » et vous êtes….. ? »
- « Je me nomme Bjorn Raventhon et je viens pour affaires » dis il sans attendre.
- « Mais prenez donc place Mr Bjorn » dis Azoul tout en désignant un tas de coussins
Bjorn se vautra tant bien que mal sur le siège ainsi proposé.
- « Prendrez-vous du thé ? Je vous le conseil, il est excellent. »
N’osant refusez l’offre, il accepta a contre cœur, Azul tapa deux fois des mains et une servante apparu, il lui parla dans son dialecte et elle disparu.
- « Vous allez voir, il est fait avec des plantes venant de mon pays, vous n’en reviendrez pas » dis Azul avec un grand sourire.
- « Et que peut faire Le Grand Azul pour vous aider ? » Demanda l’humain.
- « J’aurais besoin de Naphte et j’ai cru entendre que vous en possédiez.. »
- « Supposons que j’ai ce que vous cherchez, que compter vous faire avec cette naphte ? »
- « Je suis charpentier et dans certaines régions ou je travaille, le soleil tape fort et j’ai remarqué qu’en enduisant les toitures de naphte, la chaleur se propage moins vite à l’intérieur du bâtiment » s’empressa de dire Bjorn pour ne pas manquer de respect à son hôte.
- « C’est bien la première fois que j’entends cela… ? » s’étonna Azul tout en tripotant sa barbe.
- « Normal, c’est moi l’inventeur… » Ajouta Bjorn.
La servante refit son apparition, elle portait une théière et deux tasses, elle servit celles-ci et s’en alla.
- « Goutez donc cela Mr Bjorn et dites moi ce que vous en pensez » Dis l’humain
Soudain, Bjorn se souvint de la prédiction de Mirabelle, fit une pose et….il bu.
Le thé avait un gout de menthe et l’ajout de sucre le rendait beaucoup trop doucereux.
- « Excellent !! » se dépêcha de dire le norn.
- « Haaa, je suis content que vous l’appréciez, mais revenons a notre marché, combien de litres auriez vous besoin ? »
- « Tout votre stock… »
- « Vous avez autant de toits à couvrir… ? » Demanda-t-il avec un sourire.
- « Je compte avoir le monopole dans le marché, si j’achète toute le naphte existante à l’heure actuelle, aucun autres couvreurs n’en trouvera et je deviendrai riche. »
- « Vous savez aussi bien que moi que le naphte est devenue rare, donc très chère… »
- « Voila pourquoi je voudrais acheter votre stock. »
- « J’ai cinq cents amphores, mais vous ……avez-vous l’argent ? »
Bjorn sorti d’une de ses poches la bourse d’Almorra en espérant que la somme suffirait et il la déposa à coté d’Azul, celui-ci vérifia le contenu, ce moment paru long pour le norn quand enfin Azul ouvrit la bouche.
- « Bien, fort bien il y a même plus que je ne l’espérais » Avoua Azul.
- « Donc…marché conclus ? » Demanda Bjorn.
- « Naturellement mon ami, je vais demander à mes hommes qu’ils chargent les caisses dans votre chariot » Celui-ci tapa a nouveaux dans ses mains, mais une seule fois.
Cette fois ci un humain ventru apparut, Azul lui parla et il parti comme il était venu
- « Voila le garde va vous raccompagner à la sortie, je suis heureux d’avoir fait affaire avec vous mon ami et j’espère vous revoir bientôt » dis Azoul se frottant les mains.
Les portes du hangar s’ouvrirent en grand, des hommes chargèrent les caisses dans le chariot, Bjorn vérifia discrètement le contenu, car il n’avait pas confiance à Azul, les amphores étaient bien là, il entreprit d’ouvrir l’une d’entre elle, c’était bien du naphte..
Et sans attendre ils reprirent la route du fort et sortirent par l’une des portes de l’arche.
- « Ils ont eu beaucoup de chance que nous avions besoin de ces marchandises, je les aurais tous étripé » ragea Falba.
- « Bah toi, tu n’as pas été obligé de boire son infâme mixture » Ajouta Bjorn.
- « C’est vrai que cela doit te changer de l’alcool, si Falba aurait été a ta place elle serait morte à l’heure qu’il est » Ce moqua Yeriwen.
Ils discutèrent de cela tout en marchant à coté du chariot, le matériel occupait toute la place.
Le temps était toujours à la pluie, ils avançaient sans encombres et d’ici quelques heures ils seraient au fort, la nuit commençait à tomber.
- « Pressons les bêtes, je commence à être trempé, ne vas t’il donc jamais s’arrêter de pleuvoir ? » Demanda Bjorn.
Plus loin dans les fourrés, plusieurs silhouettes étaient regroupées.
- « Ils arrivent, ils ne sont que quatre comme prévu » dit l’une d’elle.
- « N’oubliez pas la mission…notre informateur nous a bien stipulé de ne laisser aucuns témoins, dispersez vous le long du chemin.. »
Ils partirent se positionner dans les buissons et dans les arbres, fin prêt à recevoir nos amis…

Chapitre 22


Spoiler:
Entre temps au fort, le groupe d’Almedes se prépara à partir, il était composé de Cœur de lame, Henelwen, Delph.et de Vana. qui replaça Liima en dernière minute.
- “ Mettons nous en route sans traîner, le premier camp ce trouve à deux heures de marche d’ici » Informa Almedes.
Ils prirent des torches pour éclairer la route.
- « Arrivé sur place, je m’occuperai de démonter les pièces nécessaires sur l’une de leurs catapultes, vous vous occuperez de scruter les environs au cas où il y aurait des centaures un peu trop curieux.»
- « Tu devras faire vite, car si l’alarme est donnée je ne donne pas chère de notre peau » Ajouta Cœur de Lame.
- « On essayera d’éviter ce genre de désagrément, il faudra les tués en silence » dit Delph.
- « Pas évident d’égorger un centaure sans qu’il beugle, cela ne sera pas une mince affaire » reprit Henelwen.
Et ils firent route, ils arrivèrent sans encombres a quelques mètres du camp, ils éteignirent leurs torches.
- « Nous y voilà, a partir d’ici silence total. » dis Almedes
- « Je vais en éclaireur voir si une des barricades n’est pas plus basse, cela faciliterais notre passage » informa Cœur.
- « Bonne idée, fait attention à toi » rajouta Delph.
Ils attendirent quelques minutes et le charr refit son apparition.
- « Il y a un des murs qui est plus bas que les autres, mais il est gardé par deux bestiaux, un a la base du mur et l’autre fait la ronde sur la barricade. » informa le charr.
- « Faudra les tués en même temps…. »
- « Je m’occupe de celui du bas, il est a moitié endormi »
Henelwen prépara une corde pour gravir la barricade, ils s’approchèrent en douceur de l’endroit indiqué, Cœur se cacha et attendit le passage du premier centaure, tandis que le restant du groupe se colla à la parois, tel un félin, Cœur surgit lames au clair et trancha net la tête du centaure, celui ci tomba à terre dans un bruit sourd, le second garde attiré par ce bruissement , pencha la tête par dessus la barricade et en une fraction de seconde une corde lui entourait le cou, une seule traction suffit à Henelwen pour empaler la tête de celui ci dans une des piques.
- « Je pense que la corde est bien fixée, nous pouvons monter à présent » rajouta celle ci avec humour.
Almedes étant le plus petit et le plus léger monta en premier, il enjamba le cadavre et se retrouva sur les barricades, pas âmes qui vivent aux alentours, il fit signe au autre de monter, décrochèrent le corps du centaure et le balancèrent au dessus les fortifications, plus bas Cœur cacha les deux cadavres dans les fourrés.
- « Remontez la corde, j’attends ici au cas où d’autres centaures viendraient » chuchota cœur.
La nuit était noir, ce qui permit à nos amis de se rapprocher d’une des catapultes, celle ci était gardée par deux quadrupèdes, Delph sorti ses dagues , Almedes sorti sont fusil et y adapta un manchon, visa un des gardes et un léger « Ftouuuuu » retenti et toucha la bête en pleine tête, le second n’eut pas le temps de réagir que Delph avait invoqué un flash éclair et se retrouva en un clin d’œil à coté de celui ci et planta ses deux dagues dans son cou, dans un gargouilli il s’effondra.
- « Nous y sommes, surveillez les alentours pendant que j’extrais les rouages » Demanda Almedes.
Ils entourèrent l’asura et se mirent à l’abri de tous regards, Almedes travailla rapidement, il avait déjà extrait trois rouages, quand il bloqua sur le suivant.
- « Fichtre le suivant est bloqué, je vais devoir utiliser mon marteau et cela risque de faire du bruit » Signala l’asura.
- « Attends un instant.. » lui dit Delph. « Je vais lancer une zone de silence, elle ne va pas durée des siècles, donc tape de toute tes forces si tu le désires mais ne traine pas.. »
Aussi tôt dit, aussi tôt fait, elle marmonna quelques mots et une chape de plomb couvrit l’asura, celui ci frappa aussitôt comme un dément, aucuns son ne se fit entendre c’était comme si il frappait dans de l’ouate, il débloqua la pièce juste à temps quand le sort de Delph prit fin.
- « Attention, la relève arrive !! » Signala Vana.
- « M….. Ce n’est pas le moment, encore une pièce et j’ai fini » Signala Almedes.
- « Ils se rapprochent dangereusement » Ajouta Henelwen.
- « Almedes dépêche toi, nous allons essayer de les retenir » dit Delph.
- « Je fais ce que je peux, mais ils ont tellement graissé leurs pièces que ma clé glisse dessus » Raga l’asura.
Les centaures les aperçurent, se mirent à beugler et chargèrent, Vana, Delph et Monnaa les attendaient de pieds fermes, Delph invoqua une prison électrique , l’un deux se jeta dedans et fut électrocuté, sous le choc il fit deux pas en arrière, mais c’était sans attendre la réaction de Henelwen qui chargea celui ci de son marteau et lui assena un coup dans les cotes, un grand « crac » se fit entendre, le centaure eu du mal a respirer et aperçu un trou béant au niveau du thorax, le deuxième coup de Henelwen mit fin a ses jours.
Vana.de son espadon paraît les attaques de lance du second centaure, pivota sur elle même et trancha un des tendons de la patte du centaure, celui ci tomba sur le sol dans un affreux beuglement, Vana. planta son espadon dans le cou de la bête, le sang gicla sur les vêtements de celui ci.
- « Almedes !! Il en arrive d’autres !! » Cria Delph.
- « J’ai presque fini…. » La sueur perlait sur son front sous la tension.
Cinq autres centaures fondirent sur nos amis, l’alarme étant donnée ils ne prirent aucunes précautions contre les attaquants, Delph invoqua un mur de flamme, celui ci les ralentirent, mais ne les empêcha pas de charger, une odeur de poil bruler flottait dans l’air.
La norn de son marteau faucha un des quadrupèdes, celui ci bascula aux dessus de la fortification, plus bas Cœur l’acheva de ses épées.
- « Vous faites quoi là en haut ?? J’ai l’impression qu’il pleut des centaures » demanda Cœur.
A peine avait il fini sa phrase qu’un deuxième bestiaux rejoignit son comparse en bas du mur, Cœur se jeta sur lui et lui trancha la carotide.
Ils n’étaient plus que trois près de la catapulte, mais d’autres centaures arrivaient en renforts,
Un des quadrupèdes chargea Vana. , celle-ci se servi de son espadon comme une pique, un pied a terre sur la garde et tenait la lame de ses mains au moment ou la créature arriva a sa hauteur , il retira ses mains et se jeta en arrière , le centaure vint s’empaler de lui-même sur la lame, Henelwen frappa de plus belle de son marteau , le second centaures essayait de parer les coups de sa frêle lance, mais l’arme ne résista pas aux assauts de la norn, celle-ci explosa en mille morceau et dans sa lancé la tête du marteau vint percuter la tempe du quadrupède qui s’écroula inerte, le dernier de ceux-ci tournait autour de Delph. Elle balançait boule de feu sur boules de feu à chaque tentative d’approche de la bête, plusieurs brulures parcourait le corps de l’individu, il tenta un nouvel assaut mais cette fois ci Delph lui cracha un geyser de flammes au visage, le centaure s’enfuit la tête en feu, il hurlait, quelques mètres plus loin il mourut dans d’affreuses douleurs.
- « Voila j’ai fini, ne trainons pas ici » Cria Almedes.
- « Maintenant que je commence à m’amuser tu veux que l’on part ? » dit Henelwen le sourire aux lèvres.
Soudain une boule de feu vient exploser près d’eux, ils eurent juste le temps de se mettre à l’abri.
- « Un shaman….. Bougez-vous avant de cramer sur place » Ordonna Almedes.
Une deuxième boule de feu explosa à quelques mètres, ils prirent leurs jambes à leur cou et descendirent par la corde un à un
- « Pas très discret comme sortie » chuchota Cœur.
- « Plus besoin de chuchoter, c’est l’heure de courir maintenant » lui dit Henelwen.
Deux centaures arrivèrent sur le flanc, l’un armé d’une lance et l’autre d’un bouclier et d’une épée, Cœur avança vers eux, planta ses épées dans le sol et à mains nue chargea ceux-ci.
Il se déplaça a la vitesse de l’éclair et s’élança sur le lancier, surprit celui-ci chancela et se retrouva à terre, le Charr lui arracha la gorge avec ses griffes, le deuxième centaure fit demi tour et chargea le charr, un nouveau « Ftouuu » retentit et la créature s’écroula une balle dans la tête.
- « Qu’est ce qui t’a pris ? Pourquoi n’as-tu pas utilisé tes lames ? » Demanda Almedes
- « Fallait bien leur laisser une chance ? Non ? » Dit il les babines retroussées.
- « Ne restons pas là, rentrons dans les bois, ils auront moins facile pour nous suivre » leur cria Henelwen.
Les flèches commencèrent à pleuvoir, ils se dépêchèrent de se mettre à couvert, courant à travers bois, ils entendirent les centaures derrière eux.
- « Vite pressons le pas, là bas se trouve des marécages, ils n’oseront pas nous poursuivre plus loin » Signala Almedes.
Ils coururent ainsi pendant vingt minutes, évitèrent les mares et effectivement la poursuite cessa.
- « Arrêtons nous un instant, nous pouvons souffler à présent » dis Almedes et il s’écroula..
Il avait une flèche plantée dans l’épaule et sa chemise était tachée de sang, il avait couru sans se plaindre, mais à présent il était à bout de force….
Henelwen s‘approcha de lui, déchira sa chemise et lui apposa les mains, une douce lueur bleutée nimbait la blessure, Vana. vint lui prêter main forte et retira délicatement la flèche, il déchira une partie de sa tunique et l’appliqua sur la blessure.
- « Il est hors de danger, mais il à perdu trop de sang et ne pourra marcher à son réveil » informa Henelwen.
- « Ce n’est pas un problème, vous le hisserez sur mon dos et je le porterai jusqu’au fort, sacré caractère cet asura » dit Cœur.
- « Je vais prendre le sac de rouages, cela serait bête de l’oublier ici » informa Vana.
- « Personne d’autre de blessé ? » demanda Delph.
- « Quelques égratignures et quelques bleus, nous nous en tirons à bon compte » dit Henelwen
- « Moi c’est mon amour propre qui est touché, je pensais avoir une bonne bagarre et je n’ai fait que terminer vos blessés…. » Râla Cœur.
- « Et le premier à qui tu as coupé la tête ? Il ne compte pas ? » Demanda Vana.
- « Non, il était à moitié endormi, aucunes combativité de sa part…. »
- « Tu t’es bien lâché sur le dernier en tout cas… » Fit remarquer Delph.
- « Oui, cela m’a bien fait rire, mais trop facile, si au moins Almedes n’avait pas tiré pour abattre le deuxième peut être que là j’aurais trouvé un peu de plaisir » répondit Cœur abordant son sourire carnassier.
- « Cœur ?....... » C’était Almedes qui refaisait surface.
- « Oui ? Quoi donc ? » Demanda celui-ci
- « Est ce vrai que ton arrière grand père mangeait un centaure au petit déjeuner ? » demanda Almedes pouffant de rire et fit aussitôt une grimace de douleur.
- « MRHAAAAAA qui t’as raconté cela ? » Questionna le charr
Et ils se mirent à rire de bon cœur……

Bjorn et ses amies arrivèrent à hauteur des individus masqués, soudain un cri retentit dans les fourrés, une chose importante que les malfrats avait oublié, un rodeur ne voyage jamais seul, en général son familier n’est jamais très loin…un homme sorti des buissons poursuivit par l’ours de Bjorn, nos amis sortirent leurs armes prêt à contre attaquer, les malfrats firent de même et une pluie de flèches vint se déverser sur le chariot, Bjorn reçu une flèche dans la jambe et il trébucha, se redressa tant bien que mal et arracha la flèche, ils se mirent a couvert.
- « Par la barbe de Balthazar, ils doivent bien être une vingtaine » fit remarquer Falba.
- « Essayons de dégommer d’abord les archers. » Ordonna Bjorn.
Falba jeta un coup d’œil et vit un homme perché sur un arbre, à la vitesse du vent, elle encocha une flèche et tira…elle fît mouche, une deuxième averse de flèches tomba encore une fois en direction du chariot, ce qui mit fin à la vie des dolyaks.
- « Mais que nous veulent ils ? Quelqu’un aurrrait une idée ? » Demanda Yeriwen .
- « Pas que du bien à première vue… » Répondis Bjorn qui perdait du sang.
Ils entendirent des cris provenant des arbustes et fourrées et un feulement de panthère
- « Ce doit être ton familier qui leur fait des misères » dts Falba à l’attention de Daenerys., celle-ci était tout sourire mais ne pipa mots.
- « J’ai repéré un autre archer, dans le deuxième arbre à coté de l’érable » Signala Falba
A peine fini sa phrase qu’une flèche parti et fit une autre victime, c’était Daenerys qui venait à son tour de montrer son adresse, celle-ci disparu dans les buissons proches.
- « Mais ou va-t-elle ? » demanda Bjorn.
- « Aucunes idées, mais j’ai l’imprrression qu’ils n’attendent qu’une chose, c’est que l’on sorrrtent de notrrre abrrri. » souffla Yeriwen .
La bataille faisait rage dans les buissons on pouvait entendre les familiers combattre leurs ennemis, Falba voulu jeter à nouveau un œil, mais dès qu’elle leva la tête une flèche vint se figer dans le tronc ou elle s’abritait, caché un peu plus loin Daenerys abattit d’un trait le tireur embusqué, soudain surgit derrière eux quatre individus de cuir vêtu et tous équipé d’épée et de dague.
Armé de ses deux haches Yeriwen eu juste le temps de parer une attaque et de son autre main elle frappa le bras de celui-ci, elle fit une profonde entaille à son assaillant et le sang gicla, il lâcha sa dague et maintenu sa plaie, Yeriwen en profita pour lui taillader le cou et il s’écroula.
A cet instant Bjorn se redressa pour contrer la charge d’un malandrin, mais un archer en profita pour tirer une flèche qui se logea dans l’épaule du norn, il ne broncha pas et attaqua de plus belle, l’ennemi voulu parer l’attaque mais sous l’impact il ne pu garder son épée en main, il pivota sur lui-même et de sa dague vint lacérer les cotes de Bjorn, Falba repoussa le combattant d’un coup de pied et armée de son arc, décocha deux flèches en suivant, elles transpercèrent la poitrine de celui-ci, au même moment un troisième larron frappa de son épée le dos de Falba, elle fit une esquive à temps mais reçu quand même le tranchant de la lame dans les cotes, le sang tachait a présent son corset en cuir, de son espadon Bjorn frappa ce dernier a l’épaule et sa lame s’enfonça jusqu’au thorax.
Yeriwen combattait le dernier ennemi, elle était blessée à la jambe, voulu reculer mais elle se prit les pieds dans une racine ce qui l’a fit chuter sur le dos, son adversaire en profita pour se jucher sur elle et leva sa dague, mais c’était sans compter l’intervention de Daenerys qui l’égorgea sans attendre, Yeriwen fut éclaboussée de son sang
Soudain plusieurs flèches enflammées furent tirées et atteignirent le chariot, les flammes commencèrent à lécher le bois.
- « Le naphte !! » s’écria Bjorn
Il prit une couverture dans ses affaires et malgré ses blessures s’élança vers les flammes, il réussit à étouffer le feu mais ne vit pas les flèches arriver, deux d’entre elles pénetrèrent la chair musclée de ses omoplates, il s’écroula inerte…… Yeriwen se jeta sous le chariot et réussi à atteindre le corps de Bjorn, elle attrapa celui-ci par les lanières de son sac, tira de toute ses forces et le mit à couvert.
- « Les tirs viennent de cet arbre là bas, unissons nos force » proposa Falba.
Toutes les trois s’alignèrent prés du chariot, encochèrent leur flèche, levèrent leurs arcs, elles entamèrent un chant et tirèrent en cloche, s’élevant dans les airs leurs flèches se multiplièrent d’abord par neuf puis par vingt sept, un barrage de pointes d’acier vint retomber sur l’arbre en question, plusieurs cris résonnèrent, puis le silence se fit……….elles restèrent sur leur garde,
Plus loin dans les fourrés elles aperçurent les familiers panser leurs plaies.
- « Soit ils sont tous morts, soit ils on prit la poudre d’escampette » Dit Falba
- « Vite allons voir Bjorn , espérons qu’il soit toujours vivant » proposa Yeriwen .
Elles bougèrent son corps avec précautions, il était criblé de flèches et perdait du sang de plusieurs plaies, Yeriwen se pencha pour écouter sa respiration.
- « Sa rrrespiration est trrrès faible, mais il vit encorrre, rrretirrrons lui les flèches délicatement »
- « Mince, celle-ci lui a traversé l’épaule, je vais devoir la briser. » Informa Falba.
- « Non, n’y touche pas, si elle à perforer un organe mieux vaut l’a laissé en place »
Elles nettoyèrent les plaies et pansèrent certaines de ses blessures, Daenerys montait la garde au cas où d’autres malandrins surgiraient, elle fit un tour du champ de bataille et s’arrêta sur un des corps, lui arracha sa capuche et découvrit les traits d’un sylvaris, sa curiosité fut éveiller et elle passa à un autre corps,….. Encore un sylvaris et elle fit de même avec plusieurs cadavres, après vérification toutes les victimes étaient des sylvaris…..

_________________
avatar
The Verot

Messages : 40
Date d'inscription : 08/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Les Rugissements de Gendarran"

Message par The Verot le Dim 16 Aoû - 3:54

Chapitre 23


Spoiler:
Lincourt entra sans frapper dans le bureau de la générale, Almorra se leva de son siège sous la surprise.
- « Que ce passe t’il donc ? »
Il ne dit mots et tendis un objet au général.
- « Le chapeau de Mr Bjorn ? Est-ce bien cela ? Que cela signifie t’il ? »
- « Un épervier est venu déposer cela dans la cour et ne cesse de survoler le fort, cela doit être un des familiers accompagnants Mr Bjorn. »
- « Ils sont en danger !! Vite prenons vingt hommes, réquisitionnez deux chariots et faite appeler Valdomir qu’il nous accompagne, ne trainons pas. »
- « Les hommes sont déjà prêt, dès que j’ai vu le chapeau j’ai donné des ordres, il ne manque plus que Valdomir et les chariots. »
Tout en descendant les marches menant à la cour Almorra s’adressa à nouveau à Lincourt.
- « J’espère que nous n’arriverons pas trop tard, vous avez des nouvelles d’Almedes et de son groupe ? »
- « Non général, aucunes pour l’instant. »
- « Ils devraient pourtant déjà être de retour, cela m’inquiète… »
- « Si vous le désirez, je peux envoyer une autre patrouille à leur rencontre. »
- « J’espère que cela ne sera pas nécessaire, mais faites prévenir la garde que si ils n’ont pas de nouvelles d’ici une heure, qu’ils envoient des hommes. »
- « Vous ne restez pas au fort général ? »
- « Que nenni, un peu de mouvement ne peut me faire de tord, je viens avec vous. »
Arrivé dans la cour, les vingt hommes saluèrent Almorra., celle-ci fit de même, regarda le ciel et vit l’épervier, il tournait toujours au dessus d’eux
- « Je vais aller quérir Mr Valdomir et au passage je prendrai les chariots aux entrepôts »
- « Faites donc, je reste ici avec les hommes. »
La porte principale s’ouvrit pour laisser passer trois silhouettes, Almorra reconnu Cœur, mais ne vit pas l’asura, une voix résonna.
- « N’ayez crainte général, j’ai les pièces pour la catapulte » dis Almedes perché sur le dos du charr.
- « Ventre bleu !! Ce n’était pas pour les pièces que je m’inquiétais, mais pour vos vies !! »
- « Et bien comme vous le voyez nous sommes tous là, sains et sauf »
- « Et que vous est il arrivé Mr Almedes ? Seriez-vous devenu trop faignant pour marché ?? »
- « Certes général, mon nouveau moyen de locomotion est très plaisant , mais je m’en passerais volontiers, une flèche n’a pas trouvé mieux qu’aller se loger dans mon épaule. »
- « Et cela vous empêche il de marché ? » Dis Almorra avec humour.
- « Non mais ce gros chaton a tenu absolument à me porter » Dit l’asura tout en caressant la tête de Cœur.
- « N’abuse pas trop Almedes, car ta main va subir le même sort que la gorge du centaure. » dit Cœur.
- « Mr Lames auriez vous la bonté de conduire cet individu à l’infirmerie ? » Demanda Almorra.
- « Certes, je ne serai pas fâché de me débarrasser de ce poids mort. »
- « Mais au fait général, pourquoi tout ce remue ménage ? » questionna Delph.
- « Un épervier est venu déposer le chapeau de Mr Bjorn, j’ai peur qu’il ne soit arrivé quelque chose au groupe. »
- « Pardon ? Ils ne sont toujours pas de retour ? » S’inquiéta Delph.
- « Non, nous sommes toujours sans aucunes nouvelles. »
- « Permettez que je vous accompagne ? Je m’inquiète pour Falba. »
- « Certainement, mais n’êtes vous pas trop fatiguée après cette ballade ? »
- « Non général, je n’ai que quelques équimoses mais ce n’est pas cela qui m’empêchera de vous accompagner »
Lincourt revint accompagné de Valdomir et des chariots.
- « Voila nous sommes fin près , mettons nous en route et ne trainons pas. »
Ils firent marche prenant la direction de l’arche, Almorra leva la tête et aperçu l’épervier leur indiquant le chemin à suivre.

Après une heure de marche forcée ils rejoignirent le groupe de Bjorn, de multiples cadavres jonchaient le sol, à leur arrivée les archères sortirent de leur cachette.
- « Contente de vous voirrr générrral, j’en déduis que vous avez bien rrreçu notrrre message » Dit Yeriwen
- « Nous avons fait au plus vite que nous avons pu, ou est Mr Bjorn ? » demanda Almorra.
- « Il est mal en point, il a de multiples blessures et nous l’avons caché dans les fourrés » dit Falba.
- « Mr Valdomir, allez voir l’état de santé du blesser s’il vous plait » Ordonna la général.
- « Mais que c’est il passé et qui sont tous ces sylvaris ? » Demanda Lincourt.
- « Nous sommes tombés dans une embuscade, mais ils n’avaient pas prévu l’intervention des familiers. » répondit Falba
- « Des hommes de Pelgrimm je suppose… »
- « Sans aucuns doutes, ils étaient trop nombreux pour un groupe de brigands, de plus ils n’ont même pas essayé de discuter, ils devaient avoir une mission bien précise. » Stipula Falba.
- « Donc ils connaissaient le contenu de votre chariot et l’importance de ces marchandises, mais comment ont ils pu savoir votre itinéraire…. »
- « Quelqu’un a du leur communiquer notre départ et la route que nous allions prendre »
- « Pourtant peu de personnes était au courant de la chose… »
- « N’importe qui aurait pu entendre une de nos conversations, ce n’était pas vraiment un secret. » Ajouta Lincourt
- « Je vois que vous êtes aussi blessé, je demanderai à Mr Valdomir de s’occuper de vous dés qu’il en aura terminé avec Mr Bjorn » constata Almorra.
- « Aucunes urgence, ce n’est qu’une estafilade » se dépêcha de répondre Falba
- « Vous avez perdu beaucoup de sang pour une simple blessure »
- « N’ayez crainte , j’ai subit d’autres chose bien plus grave lors de ma détention au promontoire, je survivrai »
- « Mr Lincourt, veuillez prendre des dispositions pour le transfert des marchandises vers un autre chariot s’il vous plait »
- « Je m’y attelle de suite général »
- « Excusez moi général, nous avons trouvé ceci sur un des cadavres » le garde lui tendit un parchemin froissé.
Almorra lu celui ci à haute voix.
- « Interception urgente, quatre membres du pacte, destruction des marchandises et ne laissez aucuns témoins, passage prévu ce soir route secondaire venant de l’arche »
- « Je suppose que le document n’est pas signé ? » demanda Falba
- « Juste un paraphe et je ne le reconnais nullement. »
- « Nous avons donc la confirmation, un traître agit dans nos rangs. »
- « Ou notre « Fantôme » a encore frappé et doit bien être renseigné.»
Valdomir fut de retour avec des nouvelles préoccupantes
- « Le norn est mal en point, plusieurs organes internes ont été touché, j’ai fait le maximum mais je ne peux rien vous garantir sur ses chances de survie, il faut le transporter d’urgence au fort et je vais devoir l’opérer, une tête de flèche est restée planter dans son intestin et je ne peux la retirer ainsi »
- « Maudit soit il , je l’avais pourtant mis en garde ce matin, pourquoi n’a t’il pas écouté la prédiction de Mirabelle ? »
- “ Transférons le dans un chariot et espérons qu’il survive au transport. »
Valdomir s’occupa ensuite des deux autres membres, leur blessures n’étaient que superficielles, ils fabriquèrent un brancard de fortune pour déposer Bjorn dans le chariot, il était inconscient et certaines de ses plaies saignaient toujours.
- « Ils ont du utiliser des flèches à tête creuse et j’ai bien peur qu’elles étaient remplies d’un certain poison, ce n’est pas normal que certaines de ses blessures saignent encore, je les avais cautérisées et voilà qu’elles se rouvrent déjà » Informa Valdomir
- « Mr Lincourt ? Le transfert des caisses est il effectué ? » Demanda Almorra.
- « Oui général, il ne nous reste plus qu’a les fixer et nous sommes paré »
- « Il faudra rouler doucement pour éviter tout choc, je resterai prés de Mr Bjorn. » signala Valdomir.
Le groupe se scinda en deux, une partie autours du chariot de marchandises et une autre autour du chariot de Bjorn, Yeriwen étant blessée à la jambe, monta près du gardien.
Et le convoi ce mit en route.
Deux heures plus tard ils atteignirent le Fort, Ils durent s’arrêter en chemin car notre norn fit une crise et ils durent se mettre à plusieurs pour le maintenir.
D’ici deux heures le soleil allait se lever, la nuit fut longue pour tout le monde et ils conduisirent Bjorn à l’infirmerie.

Une semaine passa, les préparatifs pour contrer l’avance de Pelgrimm se déroulaient comme prévu, la fosse creusée par Porcinet et ses hommes touchait à sa fin se qui permit à Almedes et Liina de répandre leur fameux liquide à base de naphte, ils effectuèrent quelques test assez concluant, la matière noire pouvait brûler jusqu'à cinq heures d’affilée sans s ‘éteindre et trouvèrent un moyen ingénieux pour l’alimenter, de grande poche faite de cuir remplie de ce liquide et assez solide pour être balancer des remparts, ils en disposèrent aussi dans les ballots de paille dispersés un peu partout dans la plaine qui s’ouvrait devant le fort.
Falba et plusieurs membres du pacte eurent aussi l’idée ingénieuse de disposer plusieurs pièges de différent type dans cette plaine.
La santé de Liina était stable, quelques toux mais rien d’extraordinaire
Les réserves de flèches et de petites bombes artisanal allaient bon train, ils renforcèrent la porte principale de bois et de métal et voulurent doter celle ci d’une immense grille , mais le temps leur manquait, les brancardiers avaient trouvé une astuce pour leur problème de tunique, ils la plierai de façon à ne plus les gêner dans leur déplacement et Zoë leurs fourni de meilleures chaussures, celle-ci était contente de leur prestation car à présent plus personne ne tombait des brancards et ils allaient à une vitesse raisonnable.
Bjorn était toujours inconscient, ses plaies ne saignaient plus mais il était plongé dans un profond coma, le poison s’était infiltré dans ses veines et Valdomir fit tout ce qui était en son pouvoir pour le maintenir en vie, maintenant il fallait laisser le temps agir et attendre, le sylvaris lui fit ingurgiter régulièrement une préparation maison qui dissipait les effets néfastes du poison à petite dose mais il était toujours entre la vie et la mort.
La catapulte fut réparée en un tour de main, grâce aux pièces rapportées par Almedes et son groupe, ils déployèrent des balistes et chariot à flèches aux endroits stratégiques.

Dans le ciel sombre et pluvieux, un corbeau fit son apparition, il tourna d’abord quelques instants autour du fort comme si il cherchait quelque chose, soudain il piqua vers une des fenêtres et se posa sur le rebord et croassa.
- « Mais …..Que fais-tu ici ?? » Demanda Qwark.
Il reconnu immédiatement le corbeau de Xandros le sylvaris, il prit celui ci dans ses bras avec précaution, à sa patte un message…Il se dépêcha de prendre le parchemin et le lu.
- « Par le grand Tixx !!! » s’écria-t-il.
Et il courut à travers les couloirs à la recherche d’Almorra.
Il trouva celle ci dans la cour, elle s’entrainait avec Lincourt au maniement de l’espadon.
- « Excuse moi Almorra, mais le corbeau de Xandros vient de livrer un message important.»
Elle s’arrêta et l’écouta.
- « Le clan Verot et les mercenaires de Dame Fée se sont arretés a la frontière de Flambecoeur, ils assaillent sans cesse les troupes charrs, ne pouvant les prendre de face vu leur nombre élevé, ils organisent des raids destructeur, visant principalement les états majors et provisions, ils espèrent mettre les charrs en déroute ou stopper leur avance.» l’informa l’asura.
- « C’est fort ennuyeux nous ne pourrons bénéficier de l’appui des troupes du clan Verot et des mercenaires de dame Fée, mais d’un autre coté si ils parviennent à repousser les charrs cela nous fera une fameuse épine hors du pied » Dit Almorra.
- « Certes, Pelgrimm devait avoir impérativement besoin de l’appui des troupes charrs et cela va le contraindre à changer ses plans. » Intervint Lincourt.
- « Des nouvelles de votre fameux « Flinn » ? » Demanda la charr
- « Non, il n’en parle pas dans la missive, mais il ne devrait plus trop tarder »

A plusieurs kilomètres de là , Pelgrimm avançait accompagné de ses troupes, derrière lui plus de deux milles sylvaris venant de plusieurs clan, Pelgrimm était le premier à avoir ainsi réuni les différentes factions sylvaris, plusieurs tribus grawls les avaient rejoint, ceux-ci était accompagné d’une cinquantaine d’ogres , les Kraits voyageaient en leur compagnie, le courage n’étant pas leur fort ils restaient toujours un peu à l’écart, pouvant fuir à tout moment, mais ça Pelgrimm le savait et il s’en servirait comme chaire à canon, les envoyant au premier combat et en première ligne, cela servirait à estimer les défenses des veilleurs , ils avançaient bon train et d’ici quelques jours ils seraient en vue des murailles et là bas ils seraient rejoints par les légions charrs, il tapota sa poche presque par habitude pour vérifier si le grimoire était toujours bien à sa place, il avait confié comme mission aux ogres la garde du chariot qui contenait le réceptacle, tout se déroulait comme prévu….. Mais une seule chose le chagrinait, les agents à sa charge placés dans le de fort échouaient coups sur coups, l’assassinat de Qwark, l’empoisonnement de Liima, le convoi de naphte, l’intoxication des puits et pourtant c’était un de ses meilleurs agents qu’il avait envoyé là bas, les ombres …, toujours les ombres, il se maudit de les avoir entrainés là dedans, mais sans eux il n’aurait peut être jamais pu récupérer le livre….

Ce matin là sur les murailles, le tour de garde prenait fin, les hommes terminaient leur ronde, le ciel était toujours à la pluie.
- « Je serai content que cette nuit ce termine, je suis trempé jusqu’aux os » dit l’un deux
- « Moi non plus je ne serai pas fâché, mais…….. » Il ne termina pas sa phrase et indiqua de sa main un point au loin.
- « Les voila !!!! »
L’armée de Pelgrimm s’étendait au loin, prenant presque toute la place dans la plaine qui s’ouvrait devant eux, les jours sombres arrivaient.
- « Vite va prévenir Mr Lincourt !!!! »
Le garde descendit quatre à quatre les escaliers et se dirigea vers les appartements de Lincourt, il courra dans le corridor et entra sans frapper dans la chambre, Lincourt bondit hors du lit et sorti son épée.
Le garde ne du rien dire, il comprit de suite la situation et plongea dans ses vêtements.
- « Va quérir Almedes, Dame Delphinéa et Mr Qwark, je m’occupe de la Général et de Dame Mirabelle. »
- « A vos ordres !! » et le garde repartit aussi vite.
Lincourt se dirigea vers les appartements de Mirabelle et frappa à la porte, à son grand étonnement une voix lui répondis dans la seconde.
- « Entrez ! »
Il s’exécuta et trouva Mirabelle déjà prête, habillée et debout à coté de son bureau.
- « Je suis au courant Mr Lincourt, j’ai eu un présage cette nuit annonçant leur arrivée » se dépêcha de dire Mirabelle voyant la mine étonnée de celui-ci.
- « La générale, est elle déjà au courant ? » demanda celle-ci
- « Non, j’allais de ce pas lui annoncer. »
- « Ne prenez pas cette peine, je vais m’en charger et vous avez surement d’autres chats à fouetter.»
- « Vous êtes fort aimable, nous nous reverrons dans la grande salle dans un moment. »
Il quitta la pièce et se dirigea vers le bâtiment abritant le corps de garde, arrivé à celui-ci il ordonna à un des hommes de faire sonner le tocsin….
Ce fut le branle bas de combat, des hommes et femmes sortirent de toutes part, venant s’aligner dans la cour, les fantassins d’un coté, les archers de l’autre, ils formèrent chacun leur équipe respective, Almedes et Liima menaient déjà leur hommes vers les machines de guerre, tout le monde prit son poste, les fantassins furent divisé en trois groupes, un sur les remparts, un second dans la cour et le dernier en réserve, sous les ordres de Falba les archers s’alignèrent le long du mur, des braseros furent allumé sur la muraille, ils étaient fin prêt à recevoir dignement l’arrivée de Pelgrimm.
Dans son bureau Almorra était en pleine discussion avec Mirabelle, Delph, Jorra et Qwark. Quand Lincourt fit son entrée.
- « Alors ? Quelle sont les nouvelles mon ami ? » Demanda Almorra.
- « Ils se préparent, ils installent leurs camps à quelques kilomètres » dit il, tout en s’asseyant dans un des sièges.
- « Il serait peut être judicieux de les attaquer à présent, ils ne sont pas prêt, nous les prendrions par surprise » proposa Mirabelle.
- « Cela serait folie, ils doivent être trois fois plus nombreux que nous ! Effectivement nous aurions l’avantage du moment, mais une fois remis de leur surprise, je ne donne pas chère de notre peau. » Répondit Delph.
- « Dame Delphinéa a raison, cela serait trop risqué » affirma Almorra « Où en sont ils avec les préparatifs du réceptacle ? »
- « Encore nulle part, je suppose qu’ils attendent le bon moment pour le sortir »
- « Général !! Nous devons attaquer maintenant !! Si nous attendons trop longtemps, Pelgrimm aura tout le temps d’installer son réceptacle et alors il serra peut être trop tard » S’emporta Mirabelle.
Qwark qui n’avait encore rien dit jusqu'à présent, ouvrit la bouche
- « Nous resterons sur notre plan de départ, je le répète, le seul moment où le grimoire peut être détruit, c’est quand il sera dans son réceptacle…. »
- « Ne serait-il pas plus simple d’attaquer Pelgrimm maintenant ? Et récupérer le grimoire comme cela il n’aura plus aucunes chances d’invoquer Primordius. » Renchéri Mirabelle.
- « Crois tu qu’il va te le remettre comme cela ? Il faudra d’abord passer sur le corps d’une centaine de sylvaris et c’est sans compter les ogres !! » Informa Lincourt.
- « Et si nous les pilonnions avec nos machines de guerres ? » demanda Almorra à l’attention de l’humain.
- « Non, ils sont resté hors de portée de tir… »
On frappa a la porte et Almedes fit sont entrée.
- « L’ennemi est occupé à couper des arbres, je présume que c’est pour la fabrication d’échelles, de trébuchets et de béliers » informa celui-ci.
- « Vous voyez !! Si nous les laissons faire nous allons droit à notre perte !! »
- « Cela suffit Mirabelle !! Nous nous en tiendrons au plan de Mr Qwark !! » Ordonna la charr.
Soudain une voix retenti derrière eux
- « Et vous faites confiance à un asura ? »
Ils se levèrent tous de leur siège arme aux poings, une silhouette encapuchonnée se tenait dans l’encadrement de la fenêtre.
Toujours assis Qwark répondit avec un sourire.
- « A choisir entre un asura et un voleur, je n’hésiterais pas une seconde, n’est ce pas Flinn ? »
L’inconnu se mit à rire et dévoila son visage, un humain, arborant fièrement un bouc et une moustache.
- « Je vous présente Flinn Whitechapel, le mécréant dont je vous ai parlé »
- « Co..Comment êtes vous entré ? » Demanda la charr.
- « N’ayez crainte général, je suis ici depuis hier et la garde n’avait pas encore été renforcée de plus n’oubliez pas que j’utilise certain petit subterfuge pour passer inaperçu. »
Ils se rassirent et invitèrent Flinn à les rejoindre
- « Désirez-vous quelque chose à boire ? » demanda Delph avec courtoisie.
- « Oui, grand merci belle dame » Dit celui-ci tout en lorgnant le décolleté de l’humaine.
- « As-tu remarqué quelque chose de particulier en arrivant ici ? » Demanda Qwark.
- « J’ai de bonnes et de mauvaises nouvelles à vous annoncer, je commence par lesquels ? »
- « Commence donc par les mauvaises…… »
- « Le clan Verot est toujours coincé à la frontière, les charrs tiennent bon, la seconde c’est que Pelgrimm a fait de cinq ogres sa garde rapprochée…j’ai pu les apercevoir en arrivant. »
- « Cela ne facilitera pas la tâche, car je suppose que ces cinq ogres l’accompagneront lors de l’invocation de Primordius… »
- « Et les bonnes nouvelles ? » Demanda Lincourt.
- « Les charrs ont énormément de pertes et Pelgrimm n’est pas au courant qu’ils sont toujours bloqué à Flambecoeur, tous les messagers envoyé vers le sylvaris sont abattu à vue et maintenant Pelgrimm sera beaucoup plus repérable sur le champ de bataille, il vous suffira de trouver les ogres…. »
- « A mon avis ils ne bougeront pas avant deux ou trois jours »
- « Effectivement, ils ne sont pas encore prêt, le temps qu’ils se rendent compte que les charrs ne seront pas au rendez vous. »
- « Je vais aller faire un tour ce soir dans leur camp, voir si je ne sais pas les ralentir encore un peu. » Annonça Flinn.
- « Je vous accompagne » Dit Delph.
- « Que nenni petite fleur, tu resteras ici avec les autres, je travaille seul et cela pour deux raisons, la première c’est que je n’ai pas envie de vous traîner derrière moi et la seconde c’est que je n’ai pas envie de risquer vos vie ou la mienne, comprendo ? » dit il avec un sourire
- « Pourtant tu es d’accord de nous accompagner lors de la mission… »
- « C’est totalement différent, là nous aurons un but bien précis et un plan » Il s’interrompit et regarda Qwark « Nous avons quand même un plan ? Rassures moi… »
- « Naturellement, crois tu que je risquerais MA vie ? »
- « Non, effectivement…. »
Ils furent interrompus par l’entrée d’un garde.
- « Désolé de vous déranger Général, mais ils envoient des parlementaires…. »
- « Pelgrimm n’a-t-il toujours pas compris ? » Ragea Almorra et elle se leva
- « Venez avec moi, je vais lui envoyé un dernier message et j’espère qu’il comprendra ma détermination… »
Tout le monde se leva et suivit la charr à l’extérieur, ils traversèrent la cour et gravirent les escaliers menant aux remparts, arrivé sur ceux-ci la général se dirigea vers un chariot à flèche, visa le groupe de messagers et……tira, une pluie de flèches se déversa sur eux, ce qui les cloua sur place et aucuns ne survécu
- « Voila, je présume qu’il a bien reçu ma réponse à présent. »
Lincourt fit signe à un groupe d’homme et leur demanda d’aller jeter les cadavres dans la fosse.
- « Vous n’y allez pas de main morte général, n’aurait il pas mieux valu écouter leur message ? » Demanda Mirabelle.
- « Qu’importe ! Je les attends de pieds fermes et j’espère que cela les fera bouger car je déteste attendre. »
La journée se déroula sans autre incident, ils observèrent les mouvements des troupes ennemies, ceux-ci avaient installé des campements de fortune et restaient à distance raisonnable
Les groupes étaient bien distinct, à gauche les Kraits, prés d’eux les tribus Grawl et Ogres, au centre les clans sylvaris et à leur droite un vide, surement destiné aux légions charrs.
Ils pouvaient aussi apercevoir un groupe de sylvaris accompagné d’ogre en train de construire des trébuchets du coté nord, là ou les armes de sièges des veilleurs ne pouvaient les atteindre, mais comment auraient ils pu savoir cela ? Seul une personne connaissant bien le fort aurait pu les renseigner, surtout que depuis la nouvelle d’invasion ils avaient effectué beaucoup de changement, ce qu’il voudrait dire qu’ils étaient aussi au courant pour la fosse et les pièges dissimulés dans la plaine…….
- « Mr Almèdes pourriez vous me dire où je pourrais trouver l’armurerie s’il vous plaît ? » Demanda Flinn.
- « Certainement, me permettez vous que je vous accompagne ? »
- « Cela serait avec grand plaisir, nous pourrons ainsi parler le long du chemin »
- « Et puis je savoir ce que vous cherchez ? »
- « Certes, des balles pour mes pistolets et de la poudre en assez grosse quantité »
- « Vous comptez faire un feu d’artifice ce soir ? » lui demanda l’asura avec un sourire.
- « Peut être pas aussi lumineux, mais aussi brûlant c’est sur. »
- « Cela tombe bien car à l’entrepôt il y a certains petits tonnelets de poudre qui ne demandent qu’à être utilisés. »
- « Je ne vais pas vous en priver j’espère ? »
- « Par le grand Tixx !! Pas le moins du monde, car leurs grandes sœurs ne dorment pas très loin. »
- « Fort bien et si cela ne serait abuser, pourrais je vous demander si vous n’auriez pas dans vos stocks une matière inflammable ? »
- « Voyez vous, dame Liima nous a concoctée un liquide maison, je vais vous en donner et vous m’en direz des nouvelles. »
- « Une Dame ? Et experte en explosif ? Comme cela est fascinant, il faudra absolument que vous me la présentiez !! »
Au détour d’un corridor, ils croisèrent Qwark et Jorra.
- « Ha Flinn quand tu as un instant je voudrais te voir, c’est à propos des préparatifs de la mission… Flinn ? »
Flinn n’écouta pas les paroles de Qwark , car il était subjugué par les charmes de Jorra
- « Madame, êtes vous un ange ? » demanda Flinn à l’attention de la norn.
- « En quelques sortes oui, savez vous toute la patience qu’il faut avoir pour supporter cet olibrius toute la journée ? » Répondit Jorra, tout en désignant Qwark de la main.
- « Je ne doute pas de votre patiente belle enfant, mais je parle de vos charmes, vous êtes un hymne à l’amour !! »
- « Quand tu auras fini de faire le beau avec ce laideron, tu pourras m’écouter un instant ? » demanda Qwark.
- « Seriez vous libre demain soir Madame ? Nous pourrions aller prendre un verre, je connais une auberge pas très loin d’ici et ils y servent un vin délicieux »
- « Mais par le grand Faskk !! Il ne m’écoute même pas !! Il me nie comme si je n’existais pas !! » Dit Qwark en haussant la voix, accompagnant le geste à la parole il mit un coup de pied dans le tibia de Flinn, ce qui le fit réagir.
- « Que me veux tu le pleurnichard ? Ne vois tu donc pas que je suis occupé ? »
- « Tu me dois obéissance !! Dame Verot t’as mis sous mes ordres !! »
- « Même pas dans tes rêves les plus fous mon ami. »
- « Dois-je te demander une audience pour te parler ? »
- « J’ai bien entendu..Tu désires me voir et blablabla et blablabla et bien nous verrons cela plus tard, vieille commère.»
- « De toute façon MON garde du corps n’est pas libre ces dix prochaines années, donc….tu peux faire un nœud dessus. »
- « Dix ans ? Mais qu’est ce donc dix ans pour me retrouver enfin dans les bras d’un ange, je suis prêt à attendre dans ce cas » répondit Flinn à l’attention de Jorra.
- « Nous voila arrivé à l’armurerie » dit Almedes indiquant une porte.
- « Ne m’oublie pas Flinn !! Nous devons parler. »
- « Comment pourrais-je t’oublier ? Tu m’écorches tellement les oreilles avec tes jérémiades, je prends ce dont j’ai besoin ici et je te rejoints. »
- « Je serai sur les remparts, ne traines pas !! »
- « Belle enfant je vous dis à plus tard » dit Flinn en appliquant un baise main à Jorra.
- « Il ne m’écoute plus à nouveau !! Viens Jorra et laissons ce paon mielleux ici »
Jorra émit un petit rire et accompagnât l’asura vers l’extérieur.

Chapitre 24


Spoiler:
La nuit était tombée et dans un coin reculé des remparts, Flinn lança une corde vers le bas et s’adressa à Lincourt.
- « Dés que j’aurai mis pied à terre, tu remontes la corde et n’en parle surtout à personne. »
- « Je ne veux rien dire, mais tout le monde est au courant de ta sortie. »
- « Non pas tout le monde, seul les personnes présentes ce matin dans le bureau d’Almorra sont au courant, mais toi seul sait le moment et l’endroit ou je vais sortir, ce qui veux dire si par malheur je rencontre des embuches ou si je remarque quelques choses de particulier….. »
- « Cela voudrait dire que l’espion est une des personnes présente ce matin dans le bureau.. »
- « Effectivement. » Répondit Flinn.
- « Mais….cela pourrait être moi !! »
- « Non j’ai mes renseignements, tu es beaucoup trop intègre et tu as passé ta vie chez les veilleurs, tu ne pourrais les trahir. »
- « Comment sais-tu tout cela ?? »
- « Ne cherche pas à savoir, certaines personnes sont au courant de beaucoup de choses, mais sont peu fréquentable. »
- « Je te souhaite bonne chance et j’espère que tu te trompes sur ta théorie. »
- « Je l’espère aussi. »
Ils se serrent la main et Flinn disparu dans la nuit.

Il se rapprocha à pas feutré du camp sylvaris, ils étaient nombreux, certains était assis autour de feux éparpillés ça et là, une tente était dressée en son centre surveillée par cinq ogres « c’est donc ici qu’il crèche… » Et il continua son chemin, plusieurs sentinelles montaient la garde autour du camp, une de celle-ci allait lui couper le chemin et il se dépêcha de passer en furtivité
Arrivé à sa hauteur, il s’aperçu que c’était encore un enfant, du cauchemar certes, mais cela restait un enfant, « Il a même enrôlé des gamins dans son armée…mais jusque ou ira-t-il ? »
Il le laissa passer et attendit… plus personnes, il continua son chemin et se faufila dans des fourrés, arrivé sur le chantier des balistes il s’aperçu que la garde était nombreuse, parmi eux un sylvaris se démarquait, il avait à sa ceinture un fouet, une épée et à ses cotés un molosse….. « Par Balthazar un chien, je ne les aime pas, il risque de repérer ma présence. »
Effectivement le molosse ne mit pas longtemps pour se diriger vers lui en grognant, Flint repassa en furtivité, le chien le senti dans les fourrés mais ne vit rien, l’humain planta sa dague dans la gorge et tira vers l’extérieur, la bête s’écroula inerte dans un affreux gargouillis.
- « Patelcret !! Vient ici » le maître du molosse cria après lui et se rapprocha du buisson.
Une dague vint se coller contre sa carotide.
- « Un seul mot et je t’égorge, si tu as compris hoche la tête »
Celui-ci n’osa broncher et secoua doucement la tête, le voleur l’entraina plus profond dans les bois.
- « J’aurais quelques questions à te poser et tu as intérêt à répondre » Flinn tenait toujours le sylvaris par l’arrière, couteau sur la gorge il hocha la tête à nouveau.
- « Qui est votre contact entre les murs ? »
- « Aucunes idées » la pression de la lame se fit plus intense.
- « J’édites à nouveau ma question et je veux une réponse, qui est votre contact ? »
- « Sérieux, je n’en ai aucunes idées, la seule chose que je sais te dire c’est qu’ils étaient trois, mais vous en avez tué un. »
- « Des sylvaris ? »
- « Va au diable !! Je ne répondrai plus, tue moi si tu le désires »…..

En une fraction de seconde, la lame de Flinn vint se loger dans la main du sylvaris et le cloua à un arbre et colla son gant sur la bouche de celui-ci pour l’empêcher d’hurler.
Effectivement il hurla, mais ne fit presque pas de bruit.
- « Espèce de sadique !! » cracha le sylvaris.
- « Comment communiquent-ils avec vous ? »
- « Par pigeon…. »
- « Je sens que tu ne me dis pas tout » et il tourna d’un cran le couteau dans l’arbre.
Le sylvaris eu à nouveau un cri étouffé
- « Arrête, arrête, je vais te le dire….un des espions se déplace jusque ici depuis notre arrivée, il est venu hier soir. »
- « Quelle sont donc les nouvelles qu’il vous à donner. »
- « Je n’en ai aucunes idées, seul Pelgrimm le vois »
Flinn pris une seconde pour réfléchir « soit le traître n’était pas dans le bureau ce matin, soit il n’a pas eu le temps de les prévenir »
- « Et pas d’autres visites depuis hier soir ? »
Le sylvaris profita de la seconde d’inattention pour hurler
- « INTRUSION, INTRUSION !!! »
La dague se retira de la main et vint se planté dans l’œil du sylvaris, ce qui mis fin à son cri.
- « Espèce de crétin !! » dit l’humain,il passa à nouveau en furtivité et fila au plus vite.
Il profita de cette diversion pour se diriger vers le chantier, la plus part des gardes s’étaient lancé en direction du hurlement, il récupéra ses petits tonnelets au passage et les disposa autour de la fondations des trébuchets, enduit ceux-ci de liquide inflammable et traça une ligne de poudre jusqu’aux buissons plus loin, il se dépêcha car les gardes n’allaient plus mettre longtemps à revenir, il eu juste le temps de se jeter dans les fourrés que quatre ogres accompagné d’une dizaine de sylvaris firent leur apparition, il mit feu à la poudre celle-ci se répandit à grande vitesse, trois sylvaris réagirent et essayèrent d’éteindre les flammes , Flinn sorti son arc et tira, sa flèche se multiplia et fit mouche, les sylvaris s’écroulèrent blessés , la flamme atteint un des mini baril qui explosa, le feu se répandit aux autres tonnelets, deux autres explosions s’en suivirent, des débris enflammés touchèrent deux ogres de pleins fouet, leurs vêtements prirent feu et sous la panique ils écrasèrent deux à trois sylvaris, c’était la débandade les ogres courraient en tout sens, mettant le feux aux buissons des alentours, leur compères essayèrent de les secourir de leur main nue, mais cela ne fit qu’aggraver les choses leurs manches et leurs mains prirent aussitôt feu, le liquide de Liima faisait son œuvre, Flinn ne demanda pas son reste et disparu dans la nature.
Du haut du rempart on pouvait apercevoir un grand feu, Lincourt se mit à rire.
Les explosions avait attiré beaucoup de monde sur le mur, des cris de joie se firent entendre, la bataille n’avait pas encore commencé, mais s’annonçait sous de bons augures
Almorra s’approcha de Lincourt et ne dit qu’un seul mot
- « Flinn ? »
- « Oui, j’espère qu’il s’en est sorti… »
- « N’oubliez pas Mr Lincourt, c’est un voleur et ce genre de personnage s’en tire toujours. »
- « Vous avez une piètre opinion de lui. »
- « Ce n’est pas à lui que j’en veux, mais à sa profession, ce sont des lâches, des pleutres, qui frappent depuis l’ombre et disparaissent sans cesse. »
- « Disons que cette fois ci, nous en avons un de notre coté et autant en profiter. »
- « Certes oui et espérons que Mr Flinn fasse exception à la règle. »
- « Cela risque de vous décevoir Almorra, Flinn est bien un voleur, mais il choisi ses victimes et ne s’attaquera jamais aux plus démuni, ses cibles préférentielles sont les parvenus de la noblesse tyrienne, » Qwark et Jorra venaient d’apparaître à leur coté.
- « Ha, Mr Qwark je ne vous avais pas entendu venir, vous avez l’air de bien le connaître, dites moi en plus » demanda la charr.
- « Il préfère être traité d’assassin que de voleur, car il accompli toujours les tâches qu’ont lui donne, ne travaille pas pour n’importe qui et choisi ses contrats, mais depuis son arrivée dans le clan, il sévit surtout comme espion »
- « Comment Dame Verot a-t-elle été ainsi invité à le connaître ? »
- « Elle l’a sauvée de la potence, de nobles tyrien voulaient mettre fin à sa vie suite à un malheureux malentendu »
- « Une femme ? »
- « On ne peut rien vous cacher général, il avait séduit la fille d’un riche notable et voulait s’accaparer sa collection de bijoux »
- « Et je suppose que le noble en question n’a pas supporté que sa fille sorte ainsi avec un malotru » dit Almorra d’un clin d’œil.
- « On peut dire cela »
- « Le voila qui arrive !! » dit Lincourt tout en lançant la corde le long de la muraille.
Celui-ci escalada le mur avec la souplesse d’un chat.
- « Me revoilà général, je ne vous ai pas trop manqué ? » dit-il avec un sourire.
- « Ce sang …Vous êtes blessé ? » demanda celle-ci.
- « N’ayez crainte ce n’est pas le mien, mais celui d’un pauvre sylvaris qui m’a confirmé la présence de deux espions entre nos murs. »
- « Deux dites vous ? Comment cela est il possible ? Je croyais que nous courions après un seul individu ? » S’étonna Lincourt
- « En fait maintenant c’est certain, nous avons un messager auteur des basses besognes et un informateur qui donne les ordres et tout porte à croire que la tête en question soit Dame Mirabelle… » Dit Qwark
- « NON !! Impossible !! » S’égosilla Almorra
- « Soit quelqu’un essaye de lui faire porter le chapeau. » intervint Lincourt.
- « En effet, mais dans quel but ? » Questionna l’asura.
- « Qu’elle soit portée en disgrâce et comme cela nous ne pourrions plus avoir accès à ses présages, sans oublier qu’elle est une pièce importante dans notre plan de destruction. »
- « le sylvaris, aurait il pu vous mentir Mr Flinn ? » demanda Almorra.
- « Non, il avait l’air sincère quand je lui ai posé la question. »
- « Il vous a peut être raconté cela, pour que vous le laissiez tranquille ? »
- « Croyez moi général, je sais quand quelqu’un ment ou dit la vérité, je lis cela dans leurs yeux. »
- « J’ai peut être une idée, mais je préfère voir cela avec vous en privé » Dit Qwark à l’attention de la charr.
- « Suivez moi à mon bureau Mr Qwark nous serons plus tranquille »
- « Si vous n’avez plus besoin de moi, je désire me changer, je déteste l’odeur du sang sylvaris cela empeste la résine » demanda Flinn.
- « Non….au fait…joli travail Mr Flinn, vous les avez ralenti un peu plus, je vous en remercie »
- « Ne me remercier pas général, j’adore être une épine dans le pied »
Ils se saluèrent et quittèrent le mur en laissant Lincourt seul, observant le feu dans la plaine, celui-ci diminuait en intensité, le travail de la journée avait été réduit à néant en quelques minutes, aucuns doutes, les veilleurs devraient s’attendre à des représailles, il quitta sa contemplation et fit un tour sur les murailles voir si tout était en ordre.

Aux petites lueurs de l’aube, dans un coin reculé du fort deux silhouettes discutaient entre elles.
- « Je l’avais pourtant prévenu que le voleur allait faire une sortie cette nuit, pourquoi n’a-t-il rien fait ? »
- « Je ne puis vous le dire, peut être a t’il fait doubler la garde et que cet individu est arrivé à se faufiler entre les mailles du filet. »
- « Il faudra redoubler de vigilance, j’ai l’impression qu’il se doute de quelques chose et je ne voudrais pas qu’il découvre le pot au roses. »
- « Dans ce cas le mieux serait de rester discret pendant un temps et quand l’heure viendra nous frapperons à nouveau »
- « Oui…..malheureusement tu as raison, vas lui porter un message et préviens le que les forces charrs sont bloquées à la frontière, ils sont tenu en échec par le clan Verot et les malandrins de Luciole. »
- « Peste, rage, encore eu ? Et pourquoi cette satanée Luciole c’est joint à leurs causes ?»
- « Elle doit se sentir redevable, car à sa première rencontre avec Pelgrimm, au lieu de le tuer, ils l’enfermèrent dans un chêne, une grave erreur ceci dit au passage. »
- « Je comprends mieux ….. »
- « Au fait, a t’il eu des nouvelles des draguerres ? »
- « Je lui demanderai lors de ma visite, il ne m’en à pas parlé. »
- « J’ai toujours été d’accord avec lui jusqu'à présent, mais de là à engager ces faces de taupes sans cervelles, pourquoi ne pas demander l’aide des skritts tant qu’on y est…. »
Son acolyte se mit à rire.
- « Attention !! Quelqu’un vient !! »
Et ils disparurent chacun de leur coté.

Vers Midi, Almorra et les autres constatèrent des mouvements de troupes chez les sylvaris.
La moitié des forces ce déployèrent en direction de l’endroit où les charrs auraient du se tenir.
- « Ils ont surement eu vent du retard des charrs. » Dit Almorra.
- « Aucuns doutes là-dessus, je n’aurais pas du lire se message devant autant de monde.. »
- « N’ayez crainte Mr Qwark, de toute façon il n’aurait pas tardé à le savoir » Rassura Lincourt.
- « Je vois que leurs travaux avancent bien… » Constata Almorra.
- « Cette nuit déjà ils avaient repris la construction des trébuchets, ils n’ont pas trainé, Pelgrimm a du doubler le nombre d’effectif aux travaux »
- « De toute façon, si ils veulent attaquer cela sera par le pont, à moins que certains d’entre eux soient munis d’ailes. »
- « Ils peuvent venir, ils seront reçu par nos trébuchets, canons et autres joyeusetés, j’ai fais installer trois chariot à flèches en haut du pont, naturellement les personnes utilisant ceux-ci devront se replier en cas de débordement.» Dit Almedes.
- « Vous n’avez pas peur qu’ils s’en servent contre nos hommes ? » Demanda Mirabelle.
- « Non pas du tout, ils sont piégés plusieurs tonnelets de poudre sont entassés en dessous, il ne nous suffira que de lancer quelques bombes faites maison et le tour sera jouer. »
- « Je pense que vu la disposition de leurs machines, ils vont essayer de faire tomber le mur Est, celui ou se trouve la poterne. »
- « Résistera t’elle ? »
- « Pendant un temps, mais à force de se faire tirer dessus ils en arriveront a bout.»
- « Mr Sek est il prêt à les recevoir en cas d’invasion ? »
- « Certainement, il a fraternisé avec ses hommes à grand coups de baffes et les mercenaires sont rentré dans les rangs » Humorisa Delph.
- « Au fait des nouvelles de Mr Bjorn ? »
- « Il est toujours dans le coma, c’est pour cela que Dame Liima , Cœur de Lame et moi-même nous sommes répartis les tâches.»
- « Qui est prévu pour prendre sa place sur les remparts ? »
- « Dame Falba… et elle a demandé si Yeriwen pouvait la seconder. »
- « Fort bien, mieux vaut anticiper, si le retour de Mr Bjorn se fait tarder. »
- « Je l’avais pourtant prévenu de renoncer à ce voyage, mais il ne m’a pas écouté… » Intervint Mirabelle.
- « Effectivement Dame Mirabelle, vous aviez raison…..beaucoup de sylvaris sont mort cette nuit là, mais il ne faut pas déjà enterrer ce bon Mr Bjorn » dit Qwark.
- « Qu’osez vous insinuer ? Que ma prédiction était fausse ? »
- « Par le grand Tixx, loin de moi cette idée, mais vous serez d’accord avec moi que personne d’entre nous est mort cette nuit là… »
-« …..Oui, je vous l’accorde mais néanmoins, il n’est pas encore sorti d’affaire, il aurait aussi bien pu y rester »
- « Sans l’intervention rapide de ses amis et des troupes du général, effectivement il aurait pu mourir là bas.»
- « De plus si cette crapule d’espion n’aurait pas divulgué l’information, nous n’en serions pas là… » Rajouta Almorra.
- « Co..Comment un espion ? Que vous fait dire cela Général. ? » Demanda la sylvaris.
- « Lisez ceci » Almorra lui tendis le parchemin repris ce jour là sur un des cadavres.
- « Effectivement…..vu sous cet angle… »
- « Auriez-vous une idée de l’identité de la personne qui aurait fait ce paraphe ? »
Elle resta un moment silencieuse.
- « Non Général désolé, je ne peux vous aider… »
- « Dame Mirabelle puis je vous poser une question ? »
- « Certainement Mr Qwark… » Répondit la sylvaris à contre cœur.
- « Les ingrédients pour vos potions, où allez vous les trouver ? »
- « Un peu partout, pourquoi cette question ? »
- « Dites moi en plus s’il vous plait, je voudrais me refaire un réassortiment. »
- « Chez Bethe la marchande, à l’infirmerie et certaines plantes je les cueille moi-même dans les bois aux alentours. »
- « Lesquels par exemple ? »
- « Les champignons, la Droséra et les racines de mandragore »
- « Est-ce tout ? Rien d’autre ? »
- « Mais pourquoi toutes ses questions ? »
- « Pour m’éviter de devoir chercher partout certains ingrédients ma chère, simplement. »
- « Non rien d’autre, n’avez-vous pas d’autres choses bien plus importante à faire, que de réassortir votre herbe à fumer ? »
- « Pourquoi ? Vous connaissez un coin où je peux en trouver ? Car voyez vous en parlant de cela j’ai constaté hier soir que ma réserve diminuait progressivement. »
- « Aller vous faire dévorer par Jormarg Mr Qwark !! Vous et vos questions stupides !! »
- « Revenons à nos moutons s’il vous plait » Ordonna Almorra.
Un des gardes les interrompirent.
- « Général, un groupe d’homme arrive par ici et ils sont poursuivit par les grawls !! »
- « Un piège ?? » Demanda Lincourt.
- « Non je ne pense pas, les grawls n’ont pas l’air de rigoler »
- « OUVREZ-leur les portes !! Mr Almedes, vos hommes sont ils prêt ? »
- « On ne peut plus prêt » il se retourna et il hurla « Chariots à flèches tour est, tirer sur le groupe de grawls ! »
Liima répercuta l’ordre, des hommes ouvrirent la porte restant sur leur garde, ils purent apercevoir trois individus courant à toute vitesse essayant d’atteindre le pont, à leurs trousses une vingtaine de grawls, on entendait leurs cris de guerre résonner dans la vallée.
Ils les avaient presque rejoint quand un rideau de flèches tuèrent les créatures au premier rang, leurs compères ne demandèrent pas leur reste et décampèrent aussi vite qu’ils étaient venu.
Les inconnus pénétrèrent dans la cour, les gardes se dépêchèrent de refermer les portes derrière eux, nos inconnus furent de suite entouré d’hommes en armes, ils baissèrent leurs capuches…..trois sylvaris !!
- « Du calme les gens, nous sommes les gentils, alors baisser vos armes s’il vous plaît…. » » Dit l’un des membres du petit groupe, tout en levant les mains.
- « NEGALAS !! Et c’est maintenant que tu arrives ?? » S’écria Cœur de Lame.
- « Et je ne suis pas venu seul, mais certain d’entre vous les connaissent déjà, Haupa et Simjen, ils ont bien voulu m’accompagner
Négalas était vêtu d’une armure lourde, où de fin entrefilets sylvaris se mêlaient, Simjen le rodeur portait quand à lui une armure de cuir brune cloutée tout aussi décorée que l’armure du gardien, et le dernier..Haupa armé de son bâton portait une longue tunique de couleur vert bouteille et avait le teint blafard comme tout nécromant qui se respecte.
- « Cela faisait des siècles que l’on ne t’avait plus vu »
- « Haaaa mes amis, l’arbre clair comme vous le savez m’avait envoyé à l’autre bout du monde, mais je suis enfin de retour parmi vous. »
- « Je vous souhaites la bienvenue entre ces murs, même si vous n' êtes que trois cela grossira nos rangs. » Leur dit Almorra.
- « Et qui vous dit que nous sommes que trois ? » dit Simjen avec un sourire.
- « Là vous m’intriguez ? Et……. » Elle allait continuer sa phrase quand elle fut interrompu par Qwark.
- « Ne croyez vous pas général que ce type de conversation serait plus courtoise dans votre bureau ? »
Elle ne comprit pas de suite, puis un éclair lui vint…l’espion………
- « Vous avez raison mon cher Qwark, nous ne sommes pas encore envahi quand j’en perds déjà le sens de l’hospitalité, si ces messieurs veulent bien m’accompagner, Mr Qwark ? Puis je vous demander de vous joindre à nous ? »
- « Certainement général cela sera avec plaisir, vous reste t’il encore de cet excellent vin de hier soir ? » Demanda celui-ci.

_________________
avatar
The Verot

Messages : 40
Date d'inscription : 08/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Les Rugissements de Gendarran"

Message par The Verot le Lun 17 Aoû - 8:56

Chapitre 25


Spoiler:
Almorra les fit entrer dans son bureau et les invita à s’asseoir
- « Alors Mr Haupa, qu’alliez vous dire à propos de votre nombre s’il vous plait ?»
- « Simplement que nous n’étions pas que trois »
- « Et qui sont donc les autres personnes qui vous accompagnes ? »
Négalas prit la parole.
- « Figurez vous qu’a mon retour au manoir des ombres, j’ai été surpris de ne pas rencontrer grand monde , Mr Nihls M’expliqua toute l’histoire et comme Messire Owe était toujours au promontoire en compagnie de la reine, mes compères et moi-même avons décider de venir vous prêter mains fortes, en chemin nous avons traversé quelques villages dévastés par Pelgrimm, aussi bien humain que sylvaris, ils ont tous été mis à sac et bruler….au détour d’un chemin nous avons rencontré les rescapés de ce massacre et ils nous ont signaler que des troupes sylvaris de l’arbre clair se mobilisait non loin de là, nous les avons rencontré et fîmes route avec eux , nous nous sommes séparer à deux kilomètres d’ici, ils attendent patiemment vos ordres général »
- « Pourquoi ne vous ont-ils pas accompagner jusque ici ? »
- « Je me voyais mal traverser la plaine en compagnie de cinq cents sylvaris » répondis Négalas avec un sourire.
- « Combien avez-vous dis ? » s’étonna Qwark.
- « Approximativement cinq cents et ils comptent rester hors de vue pour l’instant »
- « En voila de bonne nouvelle, qui fera la jonction entre nous ? » Demanda l’asura.
- « Moi, je connais quelques chefs de village qui y sont présent » Signala Simjen.
- « Je voudrais que tout cela reste entre nous messieurs.. » Demanda Almorra
- « Des problèmes de fuites Général ? »
- « Almorra, nous pourrions profitez de l’arrivé de ces messieurs, c’est le moment de faire courir une fausse rumeur, qu’en pensez vous ? »
- « Bonne idée, nous pourrions répandre la nouvelle qu’un régiment humain venant du promontoire, nous arrivent en renforts du Nord. »
- « Oui et nous en parlerons en comité restreint, suite à cela nous verrons si notre affreux de service fait manœuvrer ses hommes en vue de cette attaque imminente. »
- « Il n’y aura que nous cinq au courant de cette histoire, mais je compte mettre Mr Lincourt dans le lot » Signala Almorra.
- « Non général ne faites pas cela, je ne pense pas que Mr Lincourt soit l’espion, mais il vaut mieux ne prendre aucuns risques. »
- « Mouais, vous avez raison ….. »
- « Mais au fait, ou est Mr Bjorn ? Je ne l’ai point vu à mon arrivée. » Demanda Négalas
- « Je vous rassure de suite il est toujours vivant, mais mal en point, il a reçu plusieurs flèches empoisonnées et c’est bruler les mains et avant bras en voulant éteindre une incendie qui allait prendre à certaine provisions qui nous était très chère. »
- « Je le reconnais bien là, toujours foncer tête baissée, sans réfléchir, nous irons le voir après notre entretien. »
- "Une autre information nous est parvenue de la bouche des sylvaris, parait il que les brigands de l'île de brigantine auraient été payé par Pelgrimm pour les approvisionner en matériel et en nourriture."
- "Cela ne fait pas notre affaire......." dis Qwark
- "Il faudrait les courcircuiter." pensa la charr
- "Cela serait dangereux, vous auriez tous les kraits sur le dos, ils gardent fermement la cote." Répondis Négalas
- "Une autre solution ?"
- "J'ai peut être une idée...., Falba m'a parlé d'un contrebandier, un certain Barrosok, elle l'aurait rencontrée lors de leurs achats a l'arche, un bon ami à Bjorn parait il, nous pourrions lui demander de nous prêter mains fortes?"
- "Quoi ? Un contrebandier ? Nous aider ? Cela se saurait si de tels mécréant travaillaient gratuitement, il est hors de question que je sorte une seule pièce d'or."
- "Si vous avez une autre idée général, je suis preneur..."
- "nous nous débrouillerons sans ce Mr Barrosok, autre chose à signaler ?" Demanda Almorra à l'attention de ses invités.
- "Non rien d'autre, si cela ne vous dérange pas général, nous voudrions à présent rendre visite à Bjorn."
- "Naturellement cela va de sois."
- "je vous en remercie " Dis Négalas tout en effectuant une courbette.
- "Mr Qwark, auriez vous l'amabilité de faire appeler les officiers que nous répandions cette....rumeur"
- "Avec grand plaisir Almorra"
Et l'asura quitta la pièce à son tour.
Peu de temps après Lincourt, Almedes, Delphinéa, Falba, Mirabelle, Jorra, Qwark et Almorra se retrouvèrent réunis dans le grand bureau.
- "En voila une excellente nouvelle !!" s'écria Lincourt en apprenant l'arrivée prochaine des troupes impériale du Promontoire.
- "Quelque chose me chiffonne dans cette histoire.."Intervint Mirabelle.
- "Quoi donc Madame ?" Demanda Qwark.
- "Si le contingent humain arrivent du coté Nord Ils devront obligatoirement traverser le fleuve ?"
- "Justement, ils ne s'attendent pas à les voir débarquer de ce coté, ils se croient protéger par le bras du fleuve."
- "De plus le débarquement sera couvert par nos machines de guerres" Intervint Almorra.
- "Et les brigands de l'île de brigantine ne risquent ils pas d'entraver la bonne marche des opérations ?" Demanda Mirabelle.
- "C'est là justement le point faible de Pelgrimm, il croit avoir conclus un traiter avec ces malfrats, mais il se fourre le doigt dans l'œil, nous leur avons fait croire qu'après notre destruction, Pelgrimm s'en prendrait à eux"
- "Et ils ont gobé la chose ?" s'enquit Falba.
- "Il nous a suffit de leur promettre l'amnistie après la bataille, mais il n'en sera point ainsi."
- "Vous êtes machiavélique Kraqw !!" s'exclama Falba.
- "Qwark, Qwark, Qwark, Qwark, espèce de..de..., combien de fois devrais je te le dire ?"
- "Ce n'est pas ma faute si tu as un nom si compliqué Warkq !!"
- "Naturellement je voudrais que tout ceci reste entre nous, sachant qu'un espion se cache en nos murs" Chuchota Almorra.
- "Il en va de soit" Répondis Delph.
- "Si cela vient aux oreilles de Pelgrimm, je ne donne pas cher de notre effet de surprise." Dis Lincourt
- "Sans compter le sort qu'il réserverait aux brigands...je n'ose y penser." Repris Almedes.
- "Et vous aller faire confiance aux dires de trois sylvaris qui sortent de nul part ? C'est peut être un piège ?" Questionna Mirabelle.
- "Que nenni, je certifie de leur loyauté !!" s'empressa de dire Falba.
- "Vous voyez, j'ai connu beaucoup d'être étant loyaux, mais le coté sombre de la chose peu prendre le dessus."
- "Mr Almedes, ne devrions nous pas déplacer quelques chariots à flèches ?"
- "Si ils veulent un maximum d'appuis, c'est certain....., mais cela ne devrait pas poser trop de problèmes, j'en ferai déplacer trois"
- "Des nouvelles de Dame Verot et des mercenaires ?" Posa Mirabelle.
- "Non, aux dernières information ils tenait toujours les charrs en échec à la frontière."
- "Ne devrions nous pas en profiter pour mettre un grand coup au moral de l'ennemi ?"
- "C'est hors de question Dame Mirabelle, nous avons déjà eu cette discussion et vous connaissez mon avis."
- "Ce n'est pas que je désire cette confrontation, mais il serait grand temps que Pelgrimm active son portail, je déteste attendre..."
- "D'autres point à aborder ? Ou d'autres questions ?" Demanda Almorra.
Tout le monde répondit par la négative.
- "Fort bien le sujet est donc clos, je vous demanderai encore une fois de garder cette conversation pour vous"
Ils sortirent l'un après l'autre.
Qwark, Jorra et Almorra restèrent ensemble encore un moment.
- "Alors ? Croyez vous que cela va marcher ?"
- "Nous verrons bien..." l'asura se retourna et s'adressa à Jorra
- "Tu sais ce que tu as à faire ?"
Jorra acquiesça et disparu a son tour.
- "Pouvons-nous lui faire confiance ?"
- "Sans aucuns doutes, au premier abord elle parait ahurie mais c'est une gardienne hors pair et fidèle par dessus tout, surtout n'allez pas lui répéter, elle pourrait prendre la grosse tête..."
- "Et Mr Flinn ?"
- " A l'heure actuelle il doit être sur les pas de Dame Mirabelle."
- "Tout est donc en ordre, je vais aller voir comment se porte les hommes sur les remparts."
- "Vous avez raison Almorra, plus vous passerai du temps avec vos hommes, plus ils vous respecteront, en ce moment ils n'ont pas besoin d'un chef qui se prélasse dans son fauteuil bien au chaud."
- "Vous savez que vous feriez un bon général ?" Dis Almorra avec le sourire
- "Je sais, on me l'a déjà mainte fois répéter, mais que voulez vous, j'aime trop ma liberté."
Le soir était venu, le silence planait dans les couloirs et une ombre imposante se déplaçait sans un bruit, arrivé devant la porte de Qwark celle-ci frappa trois coups, la porte s’entrouvrit et un œil fit son apparition.
- « Vous êtes seul ? »
- « Oui, comme convenu »
Qwark ouvrit le porte et regarda à droite et à gauche, pour vérifier que son invité n’avait pas été suivit et le fit entré.
- « Pourquoi donc tout ses mystères Mr Qwark ? » demanda Almorra en enlevant sa cape qui le couvrait jusqu’aux oreilles.
- « Mr Qwark à peur que votre bureau soit surveiller général » répondis Flinn assis sur une chaise au fond de la pièce exigüe.
- « Bonsoir Mr Flinn, et vous penser que cette chambre soit plus sécurisée? »
- « Ce qui est certain, c’est que Mr Flinn à disposer plusieurs pièges anti furtivité dans le corridor.. »
- « Alors, quelles sont les nouvelles ? « demanda Almorra.

- « J’ai suivi dame Mirabelle dès sa sortie de votre bureau, elle c’est d’abord rendue dans ses appartements et n’est resté qu’une bonne vingtaine de minutes, elle réapparut un peu plus tard et avait changé de tenue, elle embaumait le parfum de qualité. »
- « Humm, un rendez vous galant ? » se demanda tout haut Qwark.
- « Cela serait une première..Nous évitons ce genre de contact en tant que veilleur.. »
- « Suite à cela elle c’est rendue dans les granges ou elle à rencontré un mystérieux inconnu, je n’ai pu voir son visage, il se tenant continuellement dans l’ombre, ils sont resté une bonne demi heure à discuter entre eux et j’ai pu entendre une partie de leur conversation…. Dame Mirabelle lui à raconter l’arrivée prochaine des pseudos renforts humain et la trahison des brigands…..
- « Plus aucuns doutes ……c’est elle l’espion !! » Ragea la Charr.
- « Un instant général je n’ai pas fini, elle avait l’air heureuse en lui racontant tout cela et au moment de leur séparation l’inconnu l’embrassa, celle-ci se pendit alors à son cou, là deux choix s’offraient à moi, soit je suivais l’inconnu, soit je continuais à filé Mirabelle… »
- « Bizarre….Si elle est de mèche avec Pelgrimm, elle ne prendrait pas ces nouvelles avec le sourire.. »
- « Effectivement… » Dis Almorra songeuse.
- « Je pris donc l’initiative de suivre Dame Mirabelle, elle se rendis en suite chez Bethe La marchande d’herbes, là aussi elle resta un moment à parler, mais je n’ai pu me faufilé dans la boutique sans me faire repérer, elle y acheta quelques herbes et elle prit le chemin de ses bureaux et n’en est ressorti que pour le repas. »
- « Je vais demander à Mr Lincourt de la faire arrêter sur le champ et je l’interrogerai moi-même demain matin.. » Dis la général tout en se relevant péniblement du lit de l’asura.
- « Si c’est elle l’espion, elle ne se fera pas arrêter sans combat, j’en ai peur… » Ajouta Qwark.
- « Des nouvelles de Dame Jorra ? » s’enquit la charr.
- « Non, pas encore…. »
- « Mais au fait…..quel était sa mission Qwark ? » Demanda Flinn.
- « D’intercepter tout messager sortant du fort. »
- « Ce n’est pas une mince affaire, il pourrait sortir par n’importe quel coté… »
- « Oui, mais Jorra à une idée bien précise de l’endroit ou ce mécréant pourrait surgir, elle ne m’en à pas dis plus. »
Des appels retentirent dans les corridors, Almorra passa la tête par la porte
- « Général, nous vous cherchions » s’enquit un garde.
- « Que ce passe t’il ? » demanda la Charr.
- « La grande norn vient de rentrer d’une escapade nocturne… »
- « Oui et Alors ? »
- « Elle porte un cadavre sur son épaule et demande à vous voir….»
Almorra fut accompagner de Qwark et de Flinn et ils se rendirent dans la cour
Celle-ci était éclairer par des torches, sur les pavés un corps inerte était couché, Jorra montait la garde juste à coté
- « Ce n’est pas l’inconnu de cet après midi….. » Chuchota Flinn.
- « En es tu sur ? » Demanda Qwark.
- « Certain…l’inconnu était bien plus grand et plus musclé. »
- « C’est pourtant bien l’un des hommes qui à voulut mettre fin à ma vie… »
Jorra portait une profonde entaille au visage, le messager ne s’était pas laisser faire.
- « Désolé je vous l’aurais bien ramené vivant, j’ai d’abord essayé la douceur mais cela ne m’a valu que cette estafilade » dit elle en montrant du doigt son visage « Et là je ne sais pas ce qu’il m’a pris, en une fraction de seconde ma hache était loger dans son crâne. »
- « Je vois que tu as usé à nouveau de finesse….au fait à quel moment ta hache c’est elle loger dans son crâne, avant ou après avoir délivré son message ? » Dis Qwark.
- « Avant, mais remarque, j’ai laissé son visage reconnaissable, pour le même prix j’aurais pu le tranché en deux… »
- « Au moins nous en serons débarrasser Dame Jorra aller à l’infirmerie vous faire soigner je vous prie. »
Jorra remercia la général et pris la direction de celle-ci.
- « Ne parlez pas trop vite général » Chuchota Qwark.
- « Que voulez vous dire ? »
- « Quelque chose cloche dans cette histoire….Nous avons eu la confirmation qu’il y avait au départ trois traîtres, le premier fut tuer dans les corridors, le deuxième gît devant nous et selon les preuves la troisième personne serait Mirabelle…..mais qui est donc l’inconnu rencontrer dans la grange ?… »
- « Donc ils seraient quatre….. »
- « Impossible général, je suis formel, l’homme avec qui j’ai eu le plaisir de parler n’a mentionné que trois personnes. » Dis Flinn.
- « Bon….Il ne reste qu’une chose à faire….MR LINCOURT !! » Cria la charr.
L’humain ne tarda pas à apparaître.
- « Général ? » Dit-il en attendant les ordres.
- « Prenez un groupe d’hommes, nous allons de ce pas mettre Dame Mirabelle au arrêt !! »
- « En êtes vous sur, c’est bien ce que vous voulez général ? »
- « Certain !! Mr Qwark et Mr Flinn nous accompagnent, préparez vous à combattre et soyons prudent, un faux pas et nous risquons de déclenché une catastrophe. »
Notre groupe se dirigea vers les appartements de la sylvaris, ils étaient sur leurs gardes ne sachant comment Mirabelle allait réagir, arriver devant la porte Almorra frappa du poing tout en demandant d’ouvrir, la réaction ne se fit pas attendre….

La porte s’ouvrit et Mirabelle se tenait droite comme un i
- « Qu…Que puis je pour vous général ? » Demanda la sylvaris à moitié endormie
- « Nous voudrions vous posez quelques questions… »
- « Cela ne peut il pas attendre demain matin et pourquoi autant d’hommes avec vous ? »
- « Dame Mirabelle, je vous mets au arrêt !!! » Dis Almorra tout en forçant le passage de la chambre.
Celle-ci recula sous l’étonnement, ce qui permit à Lincourt, Flinn et Qwark de pénétrer dans les appartements eux aussi.
- « Mr Lincourt faites poster six hommes devant la porte et qu’ils ne laissent entré personne et surtout qu’ils veillent que Dame Mirabelle ne quitte plus ses appartements jusqu'à nouvel ordre !! »
- « Général !! Allez-vous m’expliquer ce qu’il se passe ?? » Demanda Mirabelle.
- « Pour tout vous dire Madame, vous êtes accusé de trahison, d’assassinat, de violation de sépultures et de tentative de meurtre sur ma personne » Répondis Qwark.
- « Co..Comment ?? » Dit elle en s’effondrant dans son fauteuil.
- « QUI est l’inconnu que vous avez rencontré cet après midi ? Je veux une réponse !! » Cria Almorra.
- « Je…je n’ai pas bougé de mes bureaux…… »
- « MENSONGES !! On vous a surpris cet après midi en pleine discussion avec un individu et vous lui avez transmit nos plans !! » Cria de plus belle Almorra, tout en agitant un doigt accusateur sous le nez de la sylvaris.
- « Je….je ne comprends pas, je me suis rendue uniquement chez Bethe La marchande d’herbes. »
- « Ne vous enfoncé pas plus Dame Mirabelle…..Nous sommes au courant de votre liaison avec cet homme. » Ajouta Flinn.
La sylvaris devient blême,
- « Puis je avoir un verre d’eau s’il vous plaît ? » Demanda-t-elle.
Flinn lui servi son verre et le porta à table, elle but doucement et a petite gorgée après un long moment de silence elle se mit à parler….
- « Nous n’étions qu’amis au début, mais lors de notre retour de l’arche mon moral était au plus bas, pour oublier les horreurs que nous avons vu là bas, je me suis mise à soigné nos blessés, mais il y en avait tellement que je n’arrivais pas à tous les secourir et c’est là qu’il vint me proposer son aide, au fil du temps nous nous sommes rapprochés l’un de l’autre et je suis tombée amoureuse……….Je sais ce que vous aller me dire général, qu’une liaison est inconcevable en tant que veilleur, mais que voulez vous, l’amour est plus fort que la raison, nous pensions tous deux vous quittez sous peux, quand la nouvelle de guerre vint à nos murs……nos plans furent retarder, mais j’ai repris espoir quand vous avez annoncez l’arrivée imminente des troupes venant du promontoire et je me suis empressé de lui annoncé la bonne nouvelle. »
- « Et je suppose que vous lui répéter tout fait et geste qui pourrait vous aider à quitter cet endroit paradisiaque. » Demanda Qwark sur un ton moqueur.
- « Oui……. » Souffla la sylvaris.
- « Pourquoi ne m’avez-vous jamais informé de cette liaison ? » Demanda Almorra.
- « J’avais peur de votre réaction, mais jamais je ne vous ai trahis général !! Je vous le jure !! »
- « Donner moi le nom de votre amant s’il vous plaît » Questionna la charr comprenant que Mirabelle s’était fait roulé de plus belle, elle avait été aveuglé par l’amour, arme destructrice si elle est manier par des gens peu scrupuleux.
- « Ne lui faites aucuns mal général, je suis certain qu’il y a une explication à tout cela. » supplia Mirabelle.
- « Allons, assez tergiverser, donner moi son nom….. »
- « Valdomir…… »

Chapitre 26


Spoiler:
- « Mr Valdomir ? Le gardien ? celui de l’infirmerie ? C’est lui ? » demanda la général interloqué.
- « Oui………….. »
- « Mr Lincourt !! prenez les six hommes et aller me chercher Mr Valdomir !! »
Lincourt ne prit même pas la peine de répondre, il courait déjà dans les corridors accompagné des gardes.
- « Dame Mirabelle……Vous rendez vous compte que sans le savoir vous avez divulguez des informations importante à l’ennemi ? » Demanda Almorra.
- « Vous…. Vous voulez dire que Valdomir serait à la charge de Pelgrimm ? Jamais il ne m’aurait fait cela !! »
- « Pourtant j’en ai bien peur, comment avez-vous pu être si naïve ? Vous qui paraissez si forte au premier abord. » Fit remarquer Qwark.
- « Beaucoup de choses semble plus clair à présent, la mort des rescapés de l’arche, la potion frelaté, en parlant de cela je suis prêt à parier qu’elle n’était prévue pour Dame Liina, mais bien à vous Mirabelle…. » Dis Almorra.
- « Vous pensez qu’il aurait voulu m’empoisonné ?? »
- « A qui cette fiole était elle destinée au départ ? » demanda Qwark.
- « Mon usage personnel, mais quand j’ai constaté l’état de santé de Liina, je lui … » Mirabelle venait de se rendre compte d’une chose, Almorra avait raison…..
- « Jamais vous n’avez eu de doute sur lui ? Sachant qu’un espion dormait en nos murs. »
- « Une seule fois…….quand vous m’avez demandé si je connaissait le paraphe inscrit sur le parchemin. »
- « Et ? Rien de plus ? » Demanda Qwark.
- « Si…. après vous avoir quitté ce jour là, j’ai été le trouvé à l’infirmerie, il m’a certifié au nom de son amour qu’il n’avait rien avoir avec tout cela et que cela devait être quelqu’un d’autre ayant le même type d’écriture que lui…et dire que je l’ai cru….. »
- « Au fait…..est il au courant de notre plan pour détruire le portail ? » s’enquit Qwark soudain inquiet.
- « Non, je n’en ai point parlé…. »
- « Bizarre…vous lui avez tout raconté, sauf cela ? » s’étonna l’asura.
- « Oui, car je suis sur ….car je pensait qu’il ne m’aurait jamais laissé partir en mission si périlleuse, mais à pressent je me rends compte que j’ai été dupe…. » Elle commençait à reprendre des couleurs.
- « Le pire dans tout cela, c’est qu’il a eu tout le loisir de voir nos défenses , nos point faible et il aura surement déjà transmit toutes ces informations à Pelgrimm, voila pourquoi leurs trébuchets sont positionné de ce coté là…il est au courant que le coté ou se trouve la poterne risque de tomber sous de multiples assauts. »
- « J’ai pu constaté qu’il était souvent présent sur les remparts, parlant avec les hommes de chose et d’autre, il a pu essaiment noté l’emplacement de tous les pièges et fosses. »
- « Général, puis je vous demandez une faveur ? » Demanda Mirabelle qui s’était redresser de son siège.
- « Quoi donc ? » répondis évasivement Almorra.
- « Laisser moi le tuer…….. »
Ils furent interrompus par le retour de Lincourt, celui-ci était accompagné de Jorra sa blessure au front saignait toujours.
- « Général,…..mauvaise nouvelle Valdomir s’est envolé… » lui informa Lincourt.
- « Comment envolé ? on ne disparaît pas ainsi !! »
Jorra ouvrit la bouche.
- « C’est peut être de ma faute général……Quand je suis arrivé à l’infirmerie Valdomir m’a demander ce qui m’était arrivé et je lui ai répondu en boutade qu’un espion sylvaris venait de percuter ma hache et que par mégarde il m’avait mis cette estafilade…j’avais à peine fini ma phrase qu’il est devenu tout blême et a prétexter une excuse à propos d’herbes qu’il devait aller chercher, je vous avoue que je n’ai pas compris tout son charabiat scientifique, j’ai attendu son retour jusqu'à l’arrivée de Lincourt.»
- « Suite à cela nous nous sommes rendu à la porte principale , les gardes l’on laisser passer, il a prétexter aller cueillir quelques plantes au clair de lune. »
- « C’est malin grande cruche !! pourquoi as tu été parlé de l’espion à cet énergumène ?? » s’emporta Qwark.
- « C’est toi-même qui m’a dis que c’était Mirabelle le troisième larron, je n’ai pas chercher plus loin. »
- « De toute façon cela n’aurait rien changer, il aurait eu vite vent de la mort du messager .»
- « Espérons que Pelgrimm tombe dans le panneau….J’ai demandé a Mr Almedes de concentré certaines machines du coté nord, comme cela quand ce maudit sylvaris aura bouger ses troupes nous serons prêt à l’accueillir. »
- « Ne faudrait il pas prévenir le contingent Humain que Pelgrimm risque de les attendre ? » Demanda Mirabelle.
- « Les troupes venant du promontoire n’était que pur mensonges… » Avoua Almorra.
- « Pardon mon général ? aucuns renforts n’est donc attendu du coté nord ? » Questionna Lincourt.
- « Non mon cher Lincourt, pas l’âme d’un humain, je m’excuse d’avoir douté de vous. » Répondis à son tour l’asura.
- « Si je comprends bien, vous avez fait circuler une fausse rumeur en espérant que je le répète à qui de droit ? » Demanda la sylvaris.
- « Effectivement . »
- « Et vous aviez bien raison, je ne vous en tiendrai pas rigueur, par contre mon général vous n’avez pas répondu à ma requête.. »
- « Croyez vous que vous étés en position pour exiger cela ? N’oubliez pas que vous avez remis des informations à l’ennemi…»
- « Je ne l’oublie pas et c’est justement pour laver cet affront que je vous demande la tête de Valdomir… »
- « Je ne veux pas que cette vengeance vous aveugle au point d’en oublier notre mission. » intervint Qwark.
- « Mr Qwark, je vous assure que je mènerai cette mission à bien, mais après cela j’aimerais avoir le droit de laver mon honneur. »
- « Soit …qu’il en soit ainsi, je conseil à tout le monde de rejoindre ses appartements, demain sera une longue journée, nous ferons un rapport aux autres membres au petit matin…au fait Mr Lincourt, ce ne sont pas des humains qui nous viendrons en renfort…..mais des sylvaris. »
Mirabelle et Lincourt dirent en cœur.
- « Des sylvaris ??? »
- « Et oui Mr Qwark et moi-même avions garder cette petite surprise pour nous, Sieur Négalas et ses deux acolytes ne sont pas venu les mains vide, ils sont accompagné de plus ou moins cinq cent sylvaris et campent à quelques kilomètres d’ici. »
- « En voila une bonne nouvelle pour terminer cette nuit mouvementée. » Soupira Lincourt.
Quelques heures plus tard ils furent réveiller par le choc des pierres lancées avec force contre la muraille, les hostilités avaient commencé…….
La réunion du matin fut de courte durée, Almorra expliqua dans les grandes lignes l’affaire qui les avaient occupé la veille, elle fit exprès de ne pas trop incriminé Mirabelle et reporta la faute sur Valdomir et leur informa des renforts sylvaris, suite à cela ils se rendirent sur les murs du fort pour examiner par eux même la situation.
- « Ils n’attaqueront pas tant que le mur ne soit tombé, depuis ce matin ils le pilonnent sans arrêt, à cette vitesse demain à l’aube ils seront devant nos portes. » Informa Almedes.
- « Ce qui signifie que Pelgrimm invoquera Primordius demain soir……le combat est proche. »
Pensa tout haut Delph.
- « Je constate qu’il a fait déplacer une grosse partie de ses troupes sylvaris du coté nord, il est donc tombé dans le piège, ce qui signifie aussi que Valdomir l’a rejoint » tout en parlant Almorra regarda en direction de Mirabelle, celle-ci regardait au loin comme si elle essayait de distinguer son amant parmi la multitude d’ennemis.
- « Que les hommes et les femmes qui ne sont pas nécessaire sur les remparts se reposent, les nuits qui vont suivre vont être dur » Ordonna Almorra.
- « Je vais donner les ordres » Et Lincourt s’en alla le long des remparts.
- « Je vais aller voir si Mr Sek n’a besoin de rien, à part de nourriture naturellement » dis Delph un sourire en coin.
- « Un conseil que demain soir ses hommes et lui-même s’empiffre d’orange » Informa Flinn.
- « Auriez vous peur du scorbut ? » Questionna Qwark.
- « Non, j’ai constaté lors d’un de mes périples, que le jus de ce fruit était un excellent adhésif, les mains en étant remplient lors de leur ingestion, le pommeau de l’arme colle littéralement dans la main, de plus quelques vitamines ne leur ferons pas de tord » répondis Flinn.
- « Excellente idée, je donnerai l’ordre à l’intendant d’en faire distribuer demain à tous les hommes. » Dis Almorra.
- « Mr Flinn ? Pourrais je vous voir un instant ? Comme nous sommes tous deux les premiers à lancer la mission je voudrais en parler avec vous. » Demanda Mirabelle.
- « Mais…Avec grand plaisir belle dame » et Flinn en profita pour glisser son bras sous celui de la sylvaris et l’entraina au loin.
- « Mr Almedes ? Si quoi que ce soit bouge , venez me prévenir je serai à l’infirmerie nous devons trouvé un nouveau gardien pour occupé ce poste » dis Almorra.
- « Compter sur moi général , je courrai ventre à terre vous tenir informé »
Almorra le remercia tout en posant sa grande patte griffue sur l’épaule de l’asura.
- « Vous avez l’air songeur Mr Qwark ? »
- « On ne peut rien vous caché Mr Almedes, je me demandais ce qu’il advenait des brigands de l’île. »
- « Vous vous inquiétez de leur sort ? »
- « Non pas du tout, au contraire j’espère que Pelgrimm aura mordu à l’hameçon et aura lancé un assaut sur l’île, cela serra une épine hors du pied. »
- « Veux tu que j’ailles vérifier ? » Demanda Jorra.
- « Non , ne prends pas cette peine nous en saurons bien assez tôt, retournons plutôt à nos appartements , je voudrais compulser quelques grimoires. »
Ils partirent tous deux laissant Almedes seul sur les murailles.

Almorra avait entendu parler d’une gardienne répondant au nom d’«Ursula Von Turtelboom» une grande humaine rousse, élevée chez les norns ,elle là fit convoqué, lui expliqua brièvement la situation et ce qu’elle attendait d’elle, celle-ci accepta sans discutions et entrepris d’analyser les potions et substances administré à Bjorn.
- « Vous pensez que Valdomir à empoisonné Mr Bjorn ? » Demanda Almorra.
- « Sans aucuns doutes, cela fait déjà trop longtemps que le norn est dans le coma. »
- « N’aurait il pas été plus facile de le tuer de suite ? »
- « Cela aurait été trop suspect, je ne peux encore rien certifié, mais je pense que le sylvaris l’empoisonnait à petites doses et au moment le plus opportuns, il l’aurait supprimé. »
- « Comme pendant la bataille par exemple ? »
- « Oui, votre esprit aurait été occupé par tout autre chose et sa mort serait passée inaperçue sur le moment même. »
- « Pourrez vous le sauvez ? »
- « Pour cela je dois d’abord trouver quelle substance il lui administrait, sans cela je ne peux préparer l’antidote. »
- « Si vous avez besoin de quoi que ce soit faites le moi savoir, je laisserai deux hommes devant la porte. »

Cette nuit là, Cœur de lame était de garde sur les remparts, les machines de guerre n’avait pas cesser de la journée de pilonner le mur de la poterne, d’ici quelques heures le mur tombera… ce dit il, accompagné de Falba, ils parlaient de chose et d’autres quand l’instinct du charr interrompis leur préambule.
- « Quelque chose vient de bouger là bas » dit il tout en montrant un endroit près du mur.
- « Es tu sur ? je ne vois pas grand-chose avec cette nuit noire. »
- « Pas besoin de les voir, ils sont tout prêt, je le sent » répondis celui-ci tout en sortant ses deux épées.
- « Désignes moi un point plus précis s’il te plait. » demanda Falba tout en sortant une flèche de son carquois.
- « Près du fossé, à droite du petit arbuste, c’est là que j’ai distinguer un mouvement furtif. »
Falba encocha sa flèche et y mit le feu à l’aide d’une torche suspendue près d’elle, visa l’endroit indiqué par le charr et tira….la flèche suivi sa route en direction du fossé imbibé d’huile,
le liquide pris feu instantanément et une grande gerbe de flamme s’éleva dans la nuit noir et vint napper une partie du fossé, soudain un cris retentit un sylvaris sorti de furtivité en flamme,
il était devenu une vrai torche humaine, courait en tout sens et s’écroula inerte dans le fossé, sur le coup un groupe de vingt sylvaris apparurent au pied du fort, ils était muni de grappins
et commencèrent a les lancer en direction du parapet.
- « INVASION !! FAITE SONNER LE TOCSIN !! » Cria Falba.
Le charr prit la direction de la partie du mur assiéger, deux sylvaris avaient déjà pris pied sur la muraille.
- « Saloperie de voleur, si je ne les arrêtes pas tout de suite, ils vont passer en furtivité et disparaître dans les ruelles du fort » Se dit Cœur de Lame.
Il fonça tête baisser sur les deux individus et frappa d’estoc le premier qu’il rencontra, sur cet entre fait, deux autres larrons firent leurs apparition, l’un d’entre eux avait a peine poser un pied sur le mur qu’un des flèches de Falba vint l’interrompre dans sa marche , il retomba en arrière et son corps alla s’écraser quelques mètres plus bas, mais il fut vite remplacer par un autre sylvaris, le charr virevoltait d’un ennemi à un autre tout en évitant les lames acérer des brigands, il fit volte face et sous le puissance de son coups une de ses épées resta figé dans le crâne d’un des individus, il lâcha celle-ci et attrapa de sa main devenu libre la gorge d’un des truands qu’il colla contre le parapet et de son autre main il parât de justesse une dague qui voulu se loger entre ses cotes, un sylvaris tomba inerte à ses pieds, une flèche plantée entre les omoplates.
Ils étaient déjà sept a avoir grimpé sur la muraille, tout en tranchant la gorge de son ennemi le charr coupa net la corde d’un des grappins, il entendit des cris mais n’eu pas le temps de regarder au bas du mur qu’une épée vint droit vers lui en direction de son visage, un bouclier vint s’interposer avant qu’il ne soit trop tard…..c’était Lincourt, il était arrivé avec des renforts, Négalas lui emboitant le pas, vint écraser de son marteau le genoux de l’agresseur du charr celui-ci tomba a terre tenant le restant de son genoux entre ses mains, il fut vite achever par une des flèche de Simjen qui se tenait prés de Négalas, un des malfrats voulu s’enfuir vers les bâtiments du fort, il fut vite rattraper par Iris qui l’abatis d’un balle dans la tête.
Sur les remparts les combats faisait rage, Cœur de lame était blessé à l’épaule, un des malandrins l’avait attaqué dans le dos…..grave erreur, car même blessé un charr restait un charr, celui-ci se retourna vers son agresseur les yeux injecté de sang, se jeta gueule ouverte vers le visage de l’inconnu et lui arracha la moitié du facies avec ses dents, le sang gicla, aveugler l’ennemi tomba par-dessus le parapet et disparu, les sylvaris tombaient l’un après l’autre, les survivants ne mirent pas longtemps a prendre la poudre d’escampette et de s’enfuir dans la plaine, certain d’entre eux n’eurent pas le temps de passé en furtivité, ils avaient à peine fait quelques pas qu’ils se trouvèrent criblé de flèches.
- « Cela commence……. » Dis Lincourt tout en montrant du doigt les troupes de Pelgrimm s’avançant dans la plaine.

On pouvait distingué à la lueur de la nuit les grawls et les ogres avancé en première ligne.
Falba avait déjà pris place sur les murs et distillait des ordres à ses archers, ils s’alignèrent en une seul ligne le long du remparts, mirent le feu a leurs flèches, bandèrent leurs arcs et attendirent l’ordre de tiré.
Ce moment paru très long pour eux, quand enfin Falba cria « TIRER !! »
Une nuée enflammée s’envola dans la nuit noire, illuminant le ciel comme en plein jour, les flèches ce mirent a pleuvoir, les bottes de foin, les fosses remplies d’huile, les unes après les autres se mirent a bruler éclairant la plaine, nos amis purent a ce moment là réaliser toute l’ampleur de l’armée de Pelgrimm, sur la droite, Grawls et ogres portant des échelles, suivis de près des Kraits, à gauche les forces sylvaris et en son centre…….La garde personnel de Pelgrimm comptant plus ou moins vingt guerrier dont cinq ogres et une centaines de sylvaris, au milieu de ce petit groupe était installé une sorte de chariot sans essieux ou surplombait un pupitre en métal , des feux furent allumer tous autour de celui-ci.
« Pas de doute, c’est le réceptacle…. » ce dis Cœur de Lame.
- « Je vais aller prévenir les autres, c’est cette nuit que nous agirons » Ajouta le charr.
Et il parti quatre à quatre
Les troupes de Pelgrimm arrêtèrent leur progression, ils attendaient eux aussi les ordres.
En chemin Cœur rencontra plusieurs membres du pacte, il les regarda comme si c’était peut être la dernière fois….il croisa Qwark et Jorra à un détour de couloirs.
- « Qwark….le réceptacle est posé…. » lui dis le charr.
- « Je me doute bien , je sens son aura démoniaque jusqu’ici….je rejoins Almorra, voir si elle et ses hommes sont prêt. »
- « Je penses bien, elle est déjà dans la cour, elle rassemble ses hommes et leur donne déjà ses derniers ordres. »
- « Fort bien allons donc rejoindre les autres sur le rempart au point de rendez-vous convenu. »
Arriver sur place, ils constatèrent que Delph et Flinn était déjà là , il ne manquait plus que Mirabelle.
- « Et Mirabelle ?? » Demanda Flinn.
- « Aucunes idées……elle devrait pourtant déjà être là. » Répondis Qwark.
- « J’espère qu’elle ne nous fera pas faux bon.. » Ajouta Delph.
- « Tout es prêt ? » demanda Flinn.
- « Oui Falba et ses archers sont prêt à faire pleuvoir un déluge, Sek et ses hommes se tiennent près de la poterne en cas d’invasion, Almedes et Iris font une dernière vérifications des machines, Zoë et ses brancardiers se tiennent dans la cour prêt a évacuer tous blessés et Almorra attend le signal de Qwark. »
- « Et Mr Négalas et ses acolytes ? »
- « Déjà parti rejoindre les sylvaris, ils interviendrons dés l’entrée en scène de la Général. »
C’est a ce moment là que Mirabelle fit son apparition.
- « Vous voila ! j’ai eu un moment de frustration ne vous voyant pas arriver. »
- « Vous ne croyiez quand même pas que j’allais filer à l’anglaise ? Je tiens trop à ma vengeance. »
- « Vous m’en voyer ravi….Mais prudence, le moindre faux pas et cela peut être fini de nous. »
- « Tout le monde à t’il bien compris le plan ? »
Ils hochèrent la tête en signe d’affirmation.

Notre petit groupe descendis précautionneusement le long du mur et se glissa dans une partie du fossé qui les couvraient des yeux ennemis.
- « Cela va être a vous de jouer !! » dis Qwark à l’attention de Flinn et de Mirabelle.
Ils hochèrent tous deux la tête.
La sylvaris incanta, des paroles presque inaudible sortirent de sa bouche, elle semblait chanter, un cercle violacé nimbait le sol à présent, il faisait approximativement deux mètres de diamètre et des volutes aux nuances mauves s’en échappaient.
- « C’est donc à cela que ressemble un portail…. » Laissa échapper Qwark.
Ils n’eurent pas le temps de discuter que Flinn avait déjà invoqué sa furtivité, invisible ils disparurent tout deux dans la nuit.
- « Au fait Qwark, quand sauront nous le moment d’utiliser le portail ? » Demanda Cœur.
- « Tu t’en apercevras bien assez tôt. » répondis rapidement Delph. qui avait déjà assisté a ce genre de magie.
- « Effectivement…. » Répondis Qwark évasivement.
- « Un problème ? Tu as l’air soucieux Qwark ? » Demanda Jorra.
- « Mirabelle…. »
- « N’y pense plus, il est de toute façon trop tard pour faire marche arrière. » Lâcha Cœur.
- « Oui, tu as raison…Concentrons nous sur le plan. »
Il pleuvait toujours, ils rampèrent jusqu'au bord de la fosse pour avoir un vue d’ensemble de la plaine.
- « Leurs troupes se tiennent prêtent à lancer l’assaut ». constata Jorra
- « Effectivement, ils n’attendent qu’un chose….que le mur d’enceinte tombe et ils se lanceront au combat ». lui répondis Cœur.
- « LA BAS !! » dis Qwark en désignant Pelgrimm du doigt.
- « Plus de doute, ils sont prêt , les dés sont jetés….. »
- « Il n’a pas encore commencer son incantation, mais que font Flinn et Mirabelle ? » se demanda l’asura tout haut.
- « Il faudra se positionner le plus près possible afin que l’on puissent intervenir rapidement le moment propice. » Rajouta Delph.
- « J’espère qu’il faudra se créer un chemin pour y arriver » Ricana Cœur.
- « S’il te plaît Cœur, essaye de rester discret… » lui dis Jorra avec le sourire.
- « Aurais tu peur d’une petite confrontation ? » répondis le charr haussant les sourcils.
- « Que nenni, mais je connais quelqu’un qui ne serait pas très content » lança t’elle tout en tapotant le crâne de l’asura.
- « As-tu fini tes familiarités ? » demanda celui-ci.
- « Aurais tu préférer un petit bisous sur ton crâne dégarnis » ?
- « La seule chose que tu aurais le droit d’embrasser, c’est mes fesses !! et encore…… » lui répondis l’asura ne quittant pas la plaine des yeux.
Soudain un orage éclatât, les éclairs zébraient le ciel.
- « Manquait plus que cela….il faudra faire très attention à ne pas se faire repérer .»
A peine avait il fini sa phrase que le portail se mit a scintillé.
- « Est ce normal cela ?? » Questionna Cœur en désignant le portail de sa patte griffue.
- « Ouaips c’est le signal, le portail est posé de l’autre coté, en avant mes braves, allons réécrire l’histoire. » Dis Qwark en passant dans le portail suivis de près de ses acolytes.
Le dernière à passer fut Cœur de Lame, en enjambant le portail il entendit un énorme fracas derrière lui……Le mur d’enceinte venait de tomber….

_________________
avatar
The Verot

Messages : 40
Date d'inscription : 08/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Les Rugissements de Gendarran"

Message par Patte de Cerf le Lun 17 Aoû - 13:30

Je n'ai toujours pas fini de tout lire mais le récit est très bien rythmé, les actions et intrigues sont fluides et s'enchaînent bien !

J'ai juste remarqué un détail, tu parles de sylvaris vieux de plusieurs siècles, cependant ces derniers étant apparus il y a 25 ans, ton histoire se passe-t-elle dans la même instance temporelle que Gw2 ?

_________________

Tumblr
avatar
Patte de Cerf

Messages : 233
Date d'inscription : 08/06/2015
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Les Rugissements de Gendarran"

Message par The Verot le Mer 26 Aoû - 17:06

Patte de Cerf a écrit:Je n'ai toujours pas fini de tout lire mais le récit est très bien rythmé, les actions et intrigues sont fluides et s'enchaînent bien !

J'ai juste remarqué un détail, tu parles de sylvaris vieux de plusieurs siècles, cependant ces derniers étant apparus il y a 25 ans, ton histoire se passe-t-elle dans la même instance temporelle que Gw2 ?

J'avoue !! j'espérais que cela passe inaperçu What a Face

Cela doit être la translation des elfes dans mon esprit, je n'y ai prêter attention que bien plus tard et je verrai à régler ce petit sushis.

Et encore merci de ton suivi study

_________________
avatar
The Verot

Messages : 40
Date d'inscription : 08/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Les Rugissements de Gendarran"

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum